04 février 2013

Irréprochables nominations

Mon ami FalconHill rebondissait, hier, sur le sujet du jour du Parisien et je m’étais promis de lui répondre car il illustre parfaitement ce qui me gonfle dans la presse. Là, le Parisien évoquait les personnalités proches du PS nommées à des postes importants depuis mai 2002. Malheureusement, ce n’est que dans la soirée que j’ai pu lire le journal.

Après tout, j’ai mon rôle de blogueur de Gouvernement à remplir. Je dois néanmoins reconnaître que les nominations de MM. Chérèque et Lang m'ont prodigieusement gonflé. Il n'empêche qu'il y a plus à s'indigner de la présentation du sujet par Le Parisien, notamment à partir de leur infographie. C'est un véritable procès à charge. D’autres journaux ont titré à ce sujet.

Mais il faudrait voir précisément ce qui est reproché. Je l’ai fait pour vous. Ne remerciez pas.

Dans le Parisien, 20 noms sont donnés « en pâture » sans aucun commentaire alors que chaque cas mériterait une étude précise. Tout d’abord, les virés…

Bernard Squarcini. Il a été viré de la tête de la DCRI (les "renseignements").

Arno Klarsfeld. Il a été viré de son porte de président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration. Ce machin était rattaché aux affaires sociales jusqu'à ce que Nicolas Sarkozy le rattache "à l'intérieur", repolitisant ce machin.

Ces deux personnes pouvaient-elles être maintenues à leur poste.

Un presque viré :

Rémy Pfimlin. Le journal pense que la gauche va le foutre à la porte. Ce n’est pas encore fait. M. Pfimlin vient Président du Conseil d'Administration de TV5 Monde et c'est Nicolas Sarkozy qui avait décidé que le Président des chaînes de télévision publiques seraient nommés par le président de la République. Il faudrait plutôt s’en scandaliser.

Les promus

Anne Lauvergeon. Elle vient d'être nommée au conseil d’administration d’EADS. Elle a toutes les compétences requises et beaucoup se réjouissent de cette nomination. Elle avait été virée par Nicolas Sarkozy de son boulot précédent à Areva contre le président du conseil de surveillance et alors que tout le monde saluait sa compétence.

Olivier Schrameck. Le nouveau président du CSA, est un proche de Lionel Jospin. Cette nomination est du ressort du Président de la République. Il ne va pas nommer un ennemi. 

Jean-Pierre Jouyet.  Il a été nommé à la tête de la nouvelle Banque Publique d’Investissement. N’a-t-il pas toutes les compétences pour faire le boulot ? C’est un proche des socialistes ancien Ministre de Nicolas Sarkozy. Quand Sarkozy le nommait c’était bien, quand c’est la gauche, c’est mal ?

Ainsi, toute la liste du Parisien peut être remise en cause. Même la critique de Jack Lang que j’ai faite en début de billet peut être considérée comme douteuse : depuis 2004, ce machin (pas Jack Lang, l’IMA) est dirigé par une personnalité connue de la majorité : Yves Guéna, Dominique Baudis et Renaud Muselier ont précédé Jacques Lang. Même la nomination de François Chérèque peut facilement être défendue.

Par contre, le Parisien ne fait le boulot qu’à moitié, il a oublié de dire que le Préfet de Paris a été remplacé par quelqu’un qui a bossé dans des cabinets ministériels socialistes. Ah ! Non ! Il n’y a qu’un blogueur de droite pour penser que ça pourrait être gênant. Le Parisien a oublié de dire que deux des personnes « virées » sont mises en cause des affaires bizarres et ne pouvaient plus exercer leurs fonctions. C’est leur maintien en poste qui aurait pu être considéré comme scandaleux !

Tiens ! Je me demande ce que disaient les blogueurs de gauche lors de la nomination de proche de Nicolas Sarkozy. Le blogueur de droite est embêté, maintenant, pour traiter le sujet « inverse », maintenant. C’est Pierre Parillo qui s’y colle. Il balance une autre série de noms, dont le préfet de police dont je parlais à l’instant.

Nous avons donc un blogueur de droite qui a enfin une liste de nominations par François Hollande ou le Gouvernement critiquables. Etudions là.

Claude Sérillon. Ah ! Un type connu, ça facilitera mes recherches. Il a intégré l’équipe en charge de la gestion de la communication de François Hollande à l’Elysée. Je ne vois pas trop où est le mal.

David Azema. Il a été nommé directeur des agences de participation de l’état. Le pauvre, il a le malheur d’avoir bossé en 1993 avec Martine Aubry. Il remplace Jean-Dominique Comolli qui avait été nommé par Nicolas Sarkozy mais notre blogueur de droite oubli que M. Comolli était plus proche de la gauche que l’autre, vu qu’il a bossé avec Laurent Fabius et Michel Charasse. David Azema n’a pas de fiche Wikipedia, c’est mal.

Claude Balland. Vous vous rendez-compte ? Le nouveau patron de la police a été  chargé de mission auprès du directeur de l'administration territoriale et des affaires politiques au ministère de l'Intérieur en 1988. Ca en fait un proche de la gauche.

Jean Daubigny. Il vient d’être nommé Préfet de Paris. Son crime. En mai dernier, il avait été nommé Directeur de Cabinet de Manuel Valls.

Jean-Paul Bonnetain. Pas de fiche dans Wikipedia… Il faut que je fasse tout. Il a été conseiller technique au cabinet de Daniel Vaillant de 2000 à 2002. Beau crime. Il pourrait être nommé Préfet de Police des Bouches Du Rhônes.

Dominique Barella. C’est un Inspecteur des Finances, membre du Parti Socialiste. Je n’ai pas trop compris ce qu’on lui reproche.

Bruno Bézard. Il a été conseiller technique chez Jospin en 2001 et 2002. Il vient d’avoir une promotion. Notre blogueur de droite la critique. Il ne critique pas ses promotions précédentes, tout au long de sa brillante carrière sous la droite.

Nicolas Dufourcq. Il vient d’être nommé Directeur Général de la Banque Publique d’Investissement. Son crime : avoir Directeur de Cabinet adjoint du Ministre René Teulade sous Bérégovoy.

Frédéric Lavenir. Il a été nommé Directeur Général de la Caisse Nationale de Prévoyance en septembre dernier. Son crime : avoir bossé dans le cabinet de DSK de 1997 à 2000.

Serge Portelli. C’est un magistrat de gauche qui s’est opposé à Nicolas Sarkozy. Un crime, aussi. Dans le cadre de sa carrière, il a été nommé Président de Chambre à la Cours d'Appel de Versailles.

Isabelle Prévost-Desprez. Pareil ! Une magistrate qui a eu une promotion. Elle était en conflit avec M. Courroye, un des débarqués du Parisien, dans l’affaire Woerth-Bettencourt.

Marie Christine Saragosse. Elle vient d’être nommée présidente d’un truc (sur proposition du CSA, dirigé par un type débarqué depuis). Je n’ai pas compris son crime.  Elle a bossé dans des Ministères quand la droite était au pouvoir. Notre blogueur politique a trop faire de procès se mélange les pinceaux.

Rémy Schwartz. Ah ! C’est lui qui remplace Arno K. Dont je parlais plus haut. Mon dieu ! Il a été rapporteur d’un machin sous Mitterrand. Tiens ! Sous Raffarin aussi… Raffarin est un traitre ? Il nommait des gens qui auraient pu être suspectés d’être de gauche.

Vincent Berjot. Promis à un machin. Son crime : avoir bossé à la mairie de Paris sous Delanoë.

Jean-François Collin. A peu près dans le même cas.

Guy Amsellem. Mon dieu ! Il vient d’être nommé patron de la Cité de l'architecture et du patrimoine. En 1992, il a bossé pour Marie-Noëlle Lieneman… C’est grave…

Mon blogueur de droite ne tire pas ses informations de n’importe où mais du Figaro mais probablement du Figaro, qui, comme le Parisien, mais plus dans son rôle !, fait un dossier sur les nominations par les socialistes. Le Figaro Magazine publie une interview de Luc Chattel. Il y dit : « Je défends l'idée d'un spoils system à la française pour une centaine de postes de hauts fonctionnaires. Une modernisation de notre démocratie qui devra s'accompagner d'un système de passerelles pour les hauts fonctionnaires sortants qui ne doivent pas être victimes de leur engagement pour la poursuite de leur carrière. »

En l’occurrence, nous avons bien un blogueur de droite qui se base sur un article de presse que je n’ai pas lu pour faire une véritable chasse aux sorcières pour dénoncer les nominations par le Gouvernement et un cadre de l’UMP qui prend la défense, comme moi, de ces hauts-fonctionnaires après avoir critiqué leurs nominations.

Il dit aussi : « Je propose ainsi d'ouvrir une seconde étape après celle ouverte par Nicolas Sarkozy en 2008: il avait permis de soumettre les nominations à l'approbation des commissions du Parlement, sauf veto des deux tiers de leurs membres. » Un véto des deux tiers ? On croit rêver. N’oublions pas, non plus, que Nicolas Sarkozy avait décidé de nommer lui-même les présidents de chaînes de télévision…

« Inversons le système: les personnalités nommées par le chef de l'État devraient être approuvées par les deux tiers des membres des commissions parlementaires. » Pourquoi pas… « C'était d'ailleurs une proposition de M. Hollande pendant la campagne. Curieusement, il ne l'a plus évoquée depuis qu'il est entré à l'Élysée. » J’aime bien qu’on rappelle les propositions de François Hollande sans plus de précision… Notre blogueur le fait mais il a eu du mal à se mettre du sérieux sous la dent.

Les parlementaires et élus UMP qui passent leur temps à sortir des critiques à propos de ces nominations sont invités à chercher « valse des préfets » dans Google.

20 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci. Bloguer nécessité du boulot, des fois...

      Supprimer
  2. Tout blogueur de gouvernement que vous vous revendiquiez (et avec un certain panache, je dois dire), il y a tout de même des pantalonnades que vous pourriez vous dispenser de justifier…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien ? 2 ou 3. Avec tous les propos dénonçant...

      Supprimer
  3. Après chaque présidentielle c'est la même chanson. Tout le monde le sait sait que c'est la valse des nommés par celui qui a précède.

    Il faudrait faire comme aux états unis, une liste existe et chaque administration change des hauts fonctionnaires car il est logique de mettre en place des gens qui feront sans rechigner ce que décide le président élu ainsi que de son gouvernement ...

    David75

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il y a une bonne solution. Taguer les fonctionnaires en fonction de leur couleur politique ne me parait pas souhaitable.

      Supprimer
  4. Irréprochable.
    Si on a viré Sarko, ce n'est pas pour garder tous ses potes!
    12 ans de nomination de droite, fallait faire un peu de ménage.

    J'approuve ces nominations (Blogueur de gouvernement heureux)
    Gloire à François de Tombouctou.

    RépondreSupprimer
  5. Je vois que ces messieurs sont contents.
    est-ce que je peux dire que, dans la liste qui commence par
    Claude Sérillon etc ..
    il y a 16 noms, DONT DEUX FEMMES !
    C'est autrement important que les (je ne sais pas comment appeler ça) éradications de mots pour de mauvaises raisons.
    Sinon il n'y a aucune raison que Hollande garde les sarkozystes, en quel honneur ? Peut-être qu'on aurait du garder Carla alors ? pour le quota .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de femmes. Pour le reste je te réponds en même temps qu'à Falconhill, ci dessous, mais pas tout de suite. J'ai un truc sur le feu.

      Supprimer
  6. Ok sauf Lauvergeon: Areva n'est pas une réussite (Ura-Min)

    RépondreSupprimer
  7. Bah, quand la droite reviendra (j'espère assez vite), ils feront la valse à l'envers.

    Mais comme j'ai dit dans mon billet, on ne peut pas le reprocher à Hollande : il avait promis qu'il placerait ses amis et qu'il virerait ceux proches de l'ancien pouvoir. Le changement...

    RépondreSupprimer
  8. FalconHill (et Geneviève, donc),

    Il n’y a pas réellement de valse, Hollande ne fait pas comme Sarkozy qui virait un préfet pour un pet de travers. Ces fonctions sont politiques, il ne s’agit pas de placer des potes (sauf à l’IMP) mais d’appliquer une politique, or un type de droite ne peut pas appliquer une politique de gauche.

    Par ailleurs, la gauche ne pouvait pas tolérer à certains postes liés à la sécurité, notamment à la direction de la DCRI et à la Préfecture de Police des proches de Nicolas Sarkozy pour des raisons évidentes.

    Par contre, tu n’as pas lu le billet, désireux comme tu es, tout comme le Parisien mais pour une autre raison, de faire un procès à charge. Les remplaçants ne sont pas nécessairement des types proches du pouvoir socialiste et tous les gugusses que dénonce Pierre Parillo ont des promotions normales et n’ont rien à voir avec la gauche, ils ont aussi eu des promotions sous la droite ou ont travaillé dans des cabinets ministériels de droite. Un « procès » est fait à des mecs qui ont passé quelques mois dans les ministères de Mitterrand II comme conseiller technique.

    RépondreSupprimer
  9. Oui que Schwartz soit de gauche serait bien nouveau. Merci pour ce travail de désintox

    RépondreSupprimer
  10. Je suis sur que François Khalfon lit ton blog régulièrement. Vous êtes souvent sur la même ligne.
    La gauche n'est pas mon bord politique, mais mon commentaire est plus un compliment qu'un sarcasme.

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai lu ce matin mais mon fucking iPhone voulait pas que je commente.
    Sacré boulot pour un sacré billet hein!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.