28 février 2013

Orange mécanique ta mère

« Invitée sur le plateau de « Des paroles et des actes » sur France 2 le 21 février, Marine Le Pen a de nouveau brandi le livre La France Orange mécanique, de Laurent Obertone, dont elle avait déjà assuré la promotion sur le site du Front national. La formule de Xavier Raufer qui y dénonce "l’ensauvagement d’une nation" semble avoir fait mouche auprès de la présidente du FN, qui répète l’expression à chacune de ses apparitions médiatiques. » Ainsi commence cet article de Médiapart. Z'avez qu'à prendre un abonnement pour lire la suite. Je ne peux pas tout pour vous.

J'avais entendu parler de ce livre chez Didier Goux qui m'avait entraîné vers un résumé. Je résume le résumé : s'il y a tant de délinquance en France, c'est de la faute des immigrés. C'est un résumé. Je ne vais pas donner mon avis sur un bouquin que je n'ai pas lu écrit par un type que je ne connais pas et qui est vraisemblablement proche de l'extrême droite.

Si j'ai bien compris, l'auteur est un blogueur, donc connu de mes potes réactionnaires, Didier Goux et l'Amiral Woland, qui y sont cités, de même que ma copine Rosa, pour son "blog annexe" où elle traque les nauséabonds de la toile. Parfois, j'ai l'impression de servir de pivot. Un peu gras du bide mais parfaitement coiffé, pour un pivot.

Les journalistes auteurs de l'article ont enquêté dans les blogs pour faire leurs études. Mediapart gagnerait parfois à enquêter dans les blogs de gauche plutôt que dans les blogs réactionnaires et leurs commentaires. D’ailleurs, les blogs de gauche devraient lire plus souvent les blogs réactionnaires pour voir comment les intellos en face pensent de l'état de notre société et d'imaginer pourquoi Marine Le Pen fait des scores incroyables et risque bien de monter encore.

Je vais donner deux exemples pris dans l'actualité récente vue d'un blog de gauche et d'un blog dont le taulier est à droite mais pas extrême.

Le premier : le blog de gauche. C'est le mien. Mon billet du matin. J'y parle de cumul des mandats et d'une nouvelle pétition. Lire les blogs réactionnaires me permet d'anticiper une réaction des électeurs qui sont prodigieusement exaspérés de voir les militants de gauche mettre ce genre de sujet en priorité maximale.

Ce qui ne m'empêche pas d'être opposé au cumul des mandats et de penser qu'il doit y être mis fin avant la fin de la législature, d'autant que c'est une promesse électorale.

Le deuxième : c'est le blog de mon ami Falconhill.

Je vais commencer par un aparté. Un blogueur réactionnaire me reprochait dans les commentaires du blog d'une consœur de parler souvent de mes amis de droite et surtout de mes amis réactionnaires. Je cite : « Vous jouez sans cesse à ce petit jeu stupide qui consiste à provoquer vos amis de gauche en faisant état de vos liens avec Didier, ce réactionnaire patenté. Cela vous permet de chercher querelle à gauche en expliquant à quel point vous êtes différent du gauchiste moyen et supérieur à lui » Je suis désolé Bob, tout ça n'est qu'une vaste connerie. Vous me dénoncez comme si vous étiez un petit facho ou un petit stalinien. C'est mal. Je suis à prendre comme je suis à savoir un blogueur de gauche mais pas un militant de gauche. Je n'ai pas à convaincre des électeurs contrairement à mes amis militants. Je peux donc raconter toutes les âneries qui me passent par la tête.

C'était réellement un aparté. Revenons au billet de mon copain Falconhill. Il gueule contre "l'amnistie des syndicalistes" votée par le Sénat, hier. La lecture de son billet par le militant de gauche pourra être : « ouh la la, il est réactionnaire et contre les syndicats ». Ma lecture sera : « ah mais putain ! Les gens font la gueule. »  On pensera ce qu'on veut de l'amnistie. Il n'empêche qu'on devra réfléchir à ce qu'elle représente auprès de l'électorat.

Et on s'étonne de la montée du Font National.

Les journalistes de Médiapart ont ainsi fait une enquête très complète pour voir comment la pensée nauséabonde se reprend dans la toile. Très bien. Ils pourraient aussi faire une enquête pour savoir pourquoi elle se répand aussi dans urnes.

Certes, cela fera moins plaisir à leurs lecteurs gauchistes.

Le livre tente de prouver que l'immigration provoque une augmentation de la délinquance. Il est cité en exemple par Marine Le Pen. Elle progresse dans les urnes. Les journalistes de Médiapart auraient pu faire un billet pour expliquer que la délinquance n’est pas le fruit de l’immigration.

Ses lecteurs le savent déjà.

Le plus grave est-il que des blogueurs réactionnaires connaissent un type qui écrit un livre qui dit que l’immigration provoque la délinquance ou que le Front National progresse dans les urnes.

Et si on pouvait s’attaquer aux raisons ?

41 commentaires:

  1. Vous allez un peu vite en besogne. Je ne sais pas qui est ce Laurent Obertone. Tout ce que je sais, c'est que son livre m'a énormément appris sur la situation actuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Appris" ? Vous êtes sûr de tout ce qui y est dit ?

      Supprimer
  2. Le problème de Médiapart et consorts, c'est que la délinquance EST (en grande partie) le fruit de l'immigration de masse, et qu'ils le savent parfaitement. Il suffit pour cela de traîner un peu ses guêtres dans les tribunaux des villes moyennes et grandes, ou d'interroger une poignée de gardiens de prison. Ce qui me semble tout de même à la portée des petits roquets médiapartistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peu être le fruit d'habitants qui vivent dans certains quartiers où l'on a entassé les immigrés...

      Supprimer
    2. On a entassé sans désigner de véritable tronc commun, on n'a jamais réussi à fédérer la diversité autour d'une certaine idée de la France. C'est dommage. Si on avait valorisé ma France, les zimmis auraient eu envie de s'approprier le pays.
      Sans colonne vertébrale, un corps ne tient pas debout.
      C'est l'effet d'élites de rouge.

      Supprimer
    3. « on n'a jamais réussi à fédérer la diversité autour d'une certaine idée de la France »

      Je vous demande pardon : de la fin du XIXe siècle aux trois-quarts du XXe, lorsque votre si comique “diversité” s'appelaient Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, on y arrivait très bien. Peut-être parce que la France possédait alors cette “colonne vertébrale” dont vous parlez et n'était pas encore devenu ce gros mollusque repentant en quoi vos amis progressistes se sont acharnés, et s'acharnent encore, à la transformer.

      Supprimer
    4. Ne répondez pas à mes trolls bordel !

      Supprimer
    5. Alors Didier, peut-on en conclure qu'il y a bel et bien des méthodes qui marchent, et on les aurait arrêté de les employer?

      Supprimer
  3. J'ajoute que j'ignore tout de M. Obertone, sinon qu'il est (ou était) un lecteur de mon blog, puisqu'il a pris la peine de m'envoyer son livre avec une dédicace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le confonds tout. Ce n'est pas le Pelicastre ?

      Supprimer
    2. Ça, c'est ce qu'affirme Médiapart, mais à ma connaissance les deux n'ont rien à voir l'un avec l'autre.

      Supprimer
  4. Et encore, comparé aux crimes d'élites, ce livre contient des propos relevant du gentillet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'es-ce que c'est encore que cette invention, les “crimes d'élites” ?

      Supprimer
    2. Il faut faire attention à l'abus d'élite (ça peut faire mal au derrière)

      Supprimer
    3. La barre! D'élites de rouge!
      Sinon d'élites de lait d'jument.

      Supprimer
  5. La stigmatisation de l'étranger a toujours été un réflexe basique en temps de crise. C'est juste animal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va de soi que les crises économiques favorisent ce phénomène de rejet. Le problème est que notre crise actuelle ne remonte qu'à 2008, alors que les problèmes posés par l'immigration de masse (voir les déclarations du PCF dès la fin des années 70) remontent à plus de trente ans maintenant.

      Supprimer
    2. Non, Didier. Notre crise actuelle ne remonte pas à 2008. Ça fait peut être 25 ans qu'on n'est pas descendus au dessous de 8 millions de chômeurs.

      Tous les problèmes sont à mettre en parallèle. Les 30 glorieuses qui ont favorisé une immigration de masse et qui a terminé par une crise en 73 ou 74...

      Supprimer
    3. L'immigration, jusqu'à Giscard (et le regroupement familial), est restée assez modérée et était essentiellement “de travail”. Ce n'est qu'ensuite qu'elle est devenu hors de contrôle et essentiellement “de confort”.

      Mais bon, on ne va pas recommencer là-dessus : j'en suis fatigué d'avance.

      Supprimer
    4. Non. Ne recommençons pas. Sinon je vous reparle de Giscard, avant d'être Président, qui a fait voter une loi pour empêcher l'Etat d'emprunter à la banque centrale.

      Ce que je veux dire (ou pas...), c'est qu'il ne faut pas traiter les sujets différemment.

      Si Giscard n'avait pas fait le con, la droite serait restée au pouvoir éternellement... et vous n'auriez pas eu ce problème. Cela étant, je n'ai pas voté pour Mitterrand en 81, je n'avais pas l'âge de faire des conneries.

      Supprimer
    5. Un petit truc drôle. Jusqu'en 1980, les voyous c'était surtout les skin heads. En 10 ans de temps, les skin heads ont fini par plus ou moins se cacher, tandis qu'un nouveau genre de voyous commençait à voir le jour: les racailles. D'ailleurs, ce sont ces mêmes racailles qui ont fait exploser tous les codes déontologiques qu'avait la criminalité de l'époque.
      Car on a beau dire, mais les gros bonnets de l'époque ne vous tuait pas ou ne vous agressait pas sans raison.

      Supprimer
  6. Que Marine le Pen utilise le bouquin d'Obertone pour alimenter son fonds de commerce, c' est de bonne guerre. Le probleme, c'est que nulle part Obertone n'ecrit que "l'immigration alimente la delinquance". C'est un peu plus complique que ca. Et autrement plus convaincant. Lisez le donc, cher Nicolas, vous constaterez que celui qui vous en a fait le resume, n'y a pas compris grand chose. Ah, si. Il a compris que les faits etaient tetus, et qu'il urgeait de desinformer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Francis, je n'ai fait que résumer en prenant le soin de dire que je n'avais pas lu. Le sujet de mon billet est plus l'article de Mediapart que le bouquin dont je n'ai que faire.

      Supprimer
  7. La "France orange mécanique" et son utilisation sur les réseaux sociaux ne fait que reprendre la stratégie de 2002 : relever tous les faits divers pour créer un sentiment d'insécurité et de peur. Le fameux "La France a peur".
    La stratégie consiste à collecter tous les actes d'incivités, de vols, d'agressions à la personne et à les répéter en boucle jusqu'à que l'humble citoyen ait l'impression que sa sécurité et celle de sa famille soit réellement compromise.
    Cette manipulation mentale fausse la perception de la réalité et sans faire de la psychologie à 2 euros, on sait très bien qu'une personne en état de peur, d'angoisse est manipulable et perd son libre arbitre.
    Ces pratiques sont issues de pouvoirs totalitaires, elles sont utilisées par les sectes et depuis quelques mois, en vue de 2017, elles sont reprises par l'extrême droite française avec le leitmotiv du méchant immigré.
    Bref on va encore assister au spectacle déplorable de la propagande de droite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si on va assister à ça. fdesouche fait les mêmes trucs depuis des années...

      Supprimer
    2. Vous ne voulez pas lire ce bouquin ? Vous avez tort. Il faut toujours s'informer des theses de l'adversaire et de son argumentation.Pour eventuellement mieux les combattre. Ou les ridiculiser. Et meme, parfois, s'apercevoir qu'on n'a pas toujours raison.

      Supprimer
    3. « Ces pratiques sont issues de pouvoirs totalitaires »

      Donc, si je vous suis bien, une pratique “démocratique” consisterait plutôt à étouffer tous ces faits, à les taire absolument, de manière à ce que les citoyens restent dans une saine ignorance de ces “incivilités” (comme vous dites si joliment pour qualifier ce qui relève souvent de la pure barbarie) ?

      Et où avez-vous vu que les pouvoirs totalitaires encourageaient la diffusion d'informations qu'eux-mêmes s'acharnent à nier, comme le font tous les jours les porte-parole de nos différents gouvernements ?

      Enfin, qui êtes-vous pour affirmer que les gens ont peur à tort ? Que leur “sentiment d'insécurité” (toujours pour emprunter votre vocabulaire humoristique) procède d'une manipulation ? Pourquoi ne serait-ce pas vous qui êtes manipulé ? Vous êtes trop intelligent pour ça ?

      Supprimer
    4. De toute façon, 99% des "incivilités" sont le fruit de gens qui sont bien français, ne vous en déplaise, malgré la consonnance de leur nom ou la couleur de leur peau. L'immigration n'y est pour rien, ou alors il aurait fallu empêcher leurs grands parents de venir. Dans une société inégalitaire, vous aurez toujours des gens en bas de l'échelle qui sont tentés par la délinquance. L'immigration était faible dans la France du 19è siècle, et pourtant l'insécurité était plus grande qu'aujourd'hui.

      Supprimer
    5. Autant de contre-vérités en si peu de mots, cela tient du prodige !

      « De toute façon, 99% des "incivilités" sont le fruit de gens qui sont bien français, »

      Je dirais plutôt qu'ils sont “mal” français, puisqu'eux-mêmes ne se reconnaissent pas comme tels et ne se privent pas de dire ce qu'ils pensent de “vous autres, les Français”.

      « Dans une société inégalitaire, vous aurez toujours des gens en bas de l'échelle qui sont tentés par la délinquance »

      Cette phrase est une assez crapuleuse insulte à l'endroit des très nombreux Français pauvres qui n'ont jamais été par le vol, le racket, le viol en réunion, etc.

      « L'immigration était faible dans la France du 19è siècle, et pourtant l'insécurité était plus grande qu'aujourd'hui. »

      Vrai pour la première partie de la phrase, totalement erroné pour la seconde.

      « ou alors il aurait fallu empêcher leurs grands parents de venir. »

      Là, nous sommes entièrement d'accord ! Mais si on nje peut pas remonter dans le temps, on peut au moins arrêter de reproduire et d'amplifier les erreurs du passé.

      Supprimer
  8. Si ce n'est pas la pauvreté qui est la cause première de la délinquance, qu'est-ce que c'est ? Ah oui j'oubliais, pour vous les fachos, la délinquance est inscrite dans l'ADN... Est-ce que c'est dominant ou récessif ? J'espère ne pas être porteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste calme et arrête de raconter des conneries. Tiens ! Tu as écrit ça et Didier n'a pas relevé : "De toute façon, 99% des "incivilités" sont le fruit de gens qui sont bien français, ne vous en déplaise, malgré la consonnance de leur nom ou la couleur de leur peau. "

      Tu confirmes donc que ce sont des enfants (ou descendants) d'immigrés et tu rentres toi-même dans le plus profond racisme. Tu vas nier, probablement, mais les autres peuvent nier aussi.

      Tout ton commentaire est là pour dire que c'est l'immigration d'avant qui crée la délinquance d'aujourd'hui : tu rentres parfaitement dans le jeu des fachos que tu cherches à dénoncer.

      Avec des clowns comme toi, on finira par juger les gens coupables en fonction de la couleur de leur peau.

      Alors ne viens pas traiter les gens de facho chez moi et essaie d'analyser la situation calmement...

      Supprimer
    2. Je vous le répète, espèce d'andouille mal-comprenante : prétendre que la pauvreté engendre la délinquance est une insulte à tous les habitants de ce pays qui, en effet, sont pauvres et se comportent en honnêtes gens, éduquent leurs enfants dans le sens d'une certaine morale, etc. Je vous ferais également observer (là, je rejoins Nicolas) que lier de façon organique la délinquance à la pauvreté est aussi con de la lier à l'immigration – ce que je ne fais pas.

      D'autre part, je vous rappelle qu'en tant que perroquet de gauche, vous êtes censé, dès qu'on parle de délinquance, nous rappeler doctement qu'il existe aussi une “délinquance en col blanc”, comme vous dites dans votre langue pâteuse, et que celle-ci est évidemment dix fois pire que ces petits faits divers sans intérêt que les nauséabonds dans mon genre montent en épingle (c'est vrai : une vieille à cabas qui se fait tirer son porte-monnaie, une petite pute aguicheuse violée, etc., il n'y a pas de quoi s'émouvoir). Mais alors, si la délinquance en col blanc est si importante et grave, comment la reliez-vous à la pauvreté ?

      Pour conclure, dominante ou récessive, il y a une chose dont je vous sens éminemment porteur. Mais nous en resterons là, je vous ai déjà consacré beaucoup trop de lignes et de temps.

      Supprimer

  9. Jegou : Je m'aperçois en relisant que ma phrase était mal écrite, mais dans les 99% de français, il va de soi que je ne fais pas de différence entre les bretons depuis 20 générations et les descendants de maliens, chinois ou luxembourgeois. Je n'ai aucune statistique sur la part d'alsaciens ou de basques dans les 99% et je m'en moque.
    L'accusation de racisme envers moi fera rire tous ceux qui savent qui est derrière mon pseudo, mais vous ne pouvez pas savoir donc je ne tiens pas compte. On a bien accusé Caroline Fourest de racisme, alors... On est tous le raciste de quelqu'un.

    Goux : Pour moi l'incivilité a une cause sociale, et pas culturelle ou ethnique. Le chômage des parents, la ségrégation, entrainent l'échec scolaire, le sentiment de ne pas faire partie de la société.
    Bref, il y a des centaines d'études sociologiques autrement plus sérieuses que le bouquin d'un jeune facho.

    C'est vous le mal comprenant en l'occurrence. Dire que pauvreté et délinquance sont liées ne veut pas dire que tous les pauvres volent les vieilles dames évidemment, ça veut dire que quand on est né pauvre on a plus de chances statistiquement de finir par voler un sac que quand on est né riche. C'est un peu comme en physique : le mouvement d'une particule isolée est totalement aléatoire, mais obéit à des lois statistiques qui font qu'on peut prévoir le mouvement du système formé par un milliard de particules.



    Mais la droite a toujours essayé de remplacer la lutte des classes par des conflits communautaires. Par exemple exploitation de l'antisémitisme latent pour se débarrasser du socialisme en France à la fin des années 30.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde a ses accusations de racisme !

      Supprimer
    2. Vous racontez absolument n'importe quoi : restons-en là voulez-vous ?

      Supprimer
  10. Hop ! En spam le commentaire du taré anonyme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oh ! Je l'ai pas eu (bouh)

      (Bah oui je suis les commentaires de ce billet... J'adore le "c'est la pauvreté" qui excuse des choses inexcusables, et vient après nous traiter de "fasciste"...
      Enfin j'adore, non... C'est terrifiant)

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.