23 février 2013

Politique économique : si la droite redevenait humble ?

Pierre Moscovici a prononcé un important discours, hier, suite à l’annonce de la révision des objectifs en matière de déficit public. Comme il a beaucoup tapé sur la gestion de ses prédécesseurs, j’ai trouvé amusant de diffuser une partie de ses propos, dans mon blog. Evidemment, quelques commentateurs de droite sont intervenus, sur le thème : ah oui, c’est facile, nananère, mais on peut aussi revenir sur les machins des gouvernements précédents, comme les 35 heures.

Soit ! Mais la droite est au Gouvernement depuis 10 ans et l’économie du pays part en couille depuis 40 ans, dont 15 ans de gestion par la gauche et 25 par la droite. Les 35 heures faisant en sorte que la France a la productivité horaire la plus forte, le fait que le déficit commercial de notre pays, contrairement à celui des Allemands soit plongé dans le rouge depuis 10 ans et s’y enfonce progressivement aurait tendance à me faire penser que la droite devrait être plus prudente dans ses analyses…

François Fillon, par exemple, publie un billet incendiaire sur son blog. L'homme de la France en faillite déclare : « Depuis mai 2012, je n'ai eu de cesse de mettre en garde le gouvernement contre les déséquilibres de sa politique économique et le risque de déclin. En septembre, lors de la présentation du Projet de loi de finances pour l’année 2013, je dénonçais déjà un budget de récession n’assurant ni la rigueur, ni la croissance. » Il peut dénoncer mais pendant les cinq ans qu'il a passés à Matignon, la dette est montée de 600 milliards. Il évoque un risque de déclin mais d’où vient le déclin ? Qui n’est plus un risque, d’ailleurs, depuis son passage à Matignon.

En arrivant au pouvoir, en 2007, avec Nicolas Sarkozy, ils ont commencé par s'asseoir outrageusement sur les règles européennes en matière de déficit, avec la loi TEPA qui était pourtant annoncée comme étant une catastrophe, et pas seulement par des blogs de gauche. Tiens ! « Selon EcoWeek, hebdomadaire d'analyse de BNP Paribas, le paquet fiscal est un « pari risqué » et « Malgré la cohérence apparente de la stratégie d'ensemble, le budget 2008 représente un pari sur la croissance, assez risqué dans une économie ouverte à la compétitivité détériorée, notamment vis-à-vis de l'Allemagne - qui récolte aujourd'hui les fruits de son avance dans les réformes. [...] sans effet positif sur la croissance, le train fiscal (entre 12 et 15 milliards d'euros en année pleine) conduirait le gouvernement soit à une dégradation des ratios de déficit et dette publics - contrairement aux engagements européens de la France - soit à préserver les finances publiques au prix d'une politique plus restrictive par ailleurs, ce qui réduirait sa marge de manœuvre pour mener à bien les réformes structurelles. » »

De fait, quand la crise est arrivée, la France n'avait plus de marge de manœuvre. La dette est passée de 60 à 90% du PIB. C’est bien son Gouvernement sous l’ordre de Nicolas Sarkozy qui a volontairement explosé le seuil de 3%.

Cette loi aurait du permettre l'augmentation du pouvoir d'achat et donc de la consommation sans garantie d'une augmentation de la consommation de produits Français, donc sans impact positif pour l'économie. Quand la droite s'adonne à la politique de la demande... Je critiquais cette loi pour des raisons politiques (la défiscalisation des heures supplémentaires serait une catastrophe pour l'emploi et je suis un farouche défenseur des droits de succession) mais la plupart des économistes étaient contre. Même Gilles Carrez, député UMP, craignait les impacts sur le déficit extérieur.

Ainsi, de 2007 à 2012, on a eu la pure politique budgétaire de l'histoire de la Cinquième à cause d'une loi emblématique mais débile juste avant une sérieuse crise économique. On a même eu droit à une des plus stupides réforme de l'histoire, celle des retraites, qui aurait du nous permettre de sauver le système. On s'aperçoit maintenant que tout est à refaire...

Le Quinquennat précédent n'avait pas été piqué des vers, non plus. Jacques Chirac avait commencé par appliquer son programme, avec une baisse des impôts sur le revenu pour les plus aisés. Toujours la politique de la demande vue par la droite... Notons qu'on avait eu aussi, à cette époque, une réforme des retraites, emmenée par François Fillon... A ce niveau d'incompétence, on devrait faire preuve d'un peu plus de discrétion.

Ainsi, nous avons le deuxième Gouvernement de suite qui s’assoit sur les règles déficitaires fixées par l’Europe, je peux estimer qu’une certaine prudence dans leurs propos s’impose. Un peu de respect se mériterait quand un Gouvernement de gauche, fidèle à ses engagements électoraux mais contrairement à l’avis de son propre camp, s’efforce de faire cette action qui est de remettre de l’ordre dans nos comptes.

Pendant toute cette période, on a vu le commerce extérieur passer dans le rouge, notre industrie laminée, les entreprises fermer et les plans de licenciements n'en finissent plus.  Parallèlement à ça, la politique Européenne a été une catastrophe, nous arrimant à Angela Merkel, soutenu par des anglais dont les agences de notation viennent de sanctionner la mauvaise gestion...

Au fait ! Dernière connerie en date de l'Europe, pas plus tard qu'hier, ils ont menacé la France de l'envoyer en justice pour une sombre histoire de TVA sur le disque numérique. Comme si elle n'avait que ça à foutre ! Tiens ! Si elle pouvait s'occuper de la fiscalisation des entreprises extra européennes qui font chez nous du commerce par internet. Un de ces jours, mes livres numériques, je les achèterai chez Google ! Adieu la TVA ?

Il me paraît donc parfaitement légitime de taper sur la gueule de cette droite française qui nous a foutu dans une merde noire.

En, revanche, qu'est-ce trouve la droite à mettre sur le dos de la gauche ? Les 35 heures... Pour le reste, elle ne trouve rien. Elle peut chercher, les comptes publics et sociaux étaient à peut près à l'équilibre en 2002. Le chômage avait baissé. Certes ! Nous n’étions pas encore sortis de cette crise qui date du début des années 70 et, surtout, on ne peut pas se réjouir uniquement parce que le chômage était passé quelques temps au dessous des 8%... Une nouvelle crise commençait : l’éclatement de la bulle Internet. Encore, comme celle de 2008 qui continue à nous les briser, un pur produit du libéralisme ! L’indice boursier significatif correspondant, le Nasdaq, avait été multiplié par trois entre fin 98 et début 2000 pour revenir à son niveau normal un an plus tard. Un immense bordel. On avait cru que « rien » valait « beaucoup ». Que « le numérique », le « virtuel », donc, allait remplacer l’économie réelle.

Les 35 heures ! Elles sont restées pendant des années la seule arme de la droite contre la gauche. Pourtant, quel est le meilleur atout de la France, aujourd’hui ? Son taux de productivité horaire… Une heure de main d’œuvre en France rapporte 45,4€, contre 41,5 aux USA et 37 dans l’Union Européenne.

Et qu’est-ce qu’on nous dit ? Que notre industrie n’est pas assez compétitive. Répétez après moi : notre industrie n’est pas assez compétitive… La droite française a réussi le tour de force à imposer ce paradoxe : les entreprises françaises ne sont pas assez compétitives mais les employés français sont les plus productifs ! Très fort !

Tiens ! Vous connaissez l’AFII ? L’Agence Française pour les Investissements Internationaux, un machin créé… sous Jospin. Bref… Son site web est ici. Vous pourrez y télécharger ce tableau de bord de l’attractivité de la France. Vous pouvez le lire (en diagonale), on y trouve plein d’informations intéressantes. Je vous les livre en annexe, suite à ce billet.

La France est la première destination des investissements étrangers dans l’industrie (sur le site du Ministère du Commerce Extérieur). La France est deuxième, toutes branches confondues, pour les projets d’investissements étrangers, première pour les indications fiscales, pour le nombre de marques déposées, pour le prix de l’électricité. La France est troisième pour le transport ferroviaire des marchandises, le personnel de Recherche et Développement, quatrième pour la création de nouvelles entreprises (loin des idées reçues, hein !),

La France est un des pays les plus attractifs au Monde pour les entreprises étrangères et a une des meilleures productivités horaires mais on nous présente en permanence comme avec un déficit de compétitivité.

Mon ami Seb Musset dénonce dans un billet comment les « médias autorisés » ne parlent que de dette, de déficit, de relance de la croissance, de retour dans les clous de Bruxelles, d’un état qui dépense trop, …  Et de retour de compétitivité.

On cherche 10 milliards par ci, 20 par là, … Aucun de ces spécialistes audiovisuels ne parle de taper dans les niches fiscales (120 milliards), l’évasion fiscale (50 milliards), …  « Vu le niveau élevé de la productivité française (45,4 euros / heure travaillée) et la baisse continue de la part des salaires dans le PIB depuis 30 ans au profit du capital (- 9.3 % en 20 ans, soit 100 milliards passés de la main du travailleur à celle de l'actionnaire), si l'on voulait inverser la dynamique, remplir les caisses de l'état tout en redistribuant du pouvoir d'achat pour faire repartir la consommation, il s'agirait prioritairement de taxer plus fortement le capital, d'augmenter les salaires et de partager le temps de travail (les 35 heures sont un mythe, la moyenne d'un temps plein en France est à 41.2 heures). Bref, les trois pistes que l'on s'interdit "moralement", en persistant à prolonger la stratégie de l'échec. » Seb évoque plein de choses, notamment la baisse de la part du travail dans le PBI qui n’en finit pas de baisser, le chômage qui permet d’exercer une pression salariale,… « Le salariat implose, la flexibilité s’impose, le travail gratuit s’invite progressivement dans les consciences. » Je ne vais pas trop le citer, je pourrais perdre mon statut de blogueur de Gouvernement.

Je vais tenté de conclure.

J’ai parlé d’un rapport de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux. Les données sont bonnes. Les chiffres datent de 2011 et sont donc pour partie à mettre au crédit des Gouvernements de droite.

Parallèlement, ces derniers ont réussi à foutre une merde notoire dans notre comptabilité publique, détruisant progressivement les services publics et notre système de protection sociale, soit dit en passant ce qui fait une part importante de notre attractivité. Ils ont réussi aussi à faire en sorte que notre commerce extérieur tombe dans la déchéance… La France a peut-être le plus fort taux de cotisations sur le travail mais le reste de la fiscalité est totalement à l’avantage des entreprises, des investisseurs et des plus riches.

Le Gouvernement français a la lourde responsabilité de devoir mettre de l’ordre dans tout ce bordel mais il n’est pas erroné de dire que c’est la gauche qui a fait les efforts budgétaires pour rentrer dans l’Europe (à la faveur d’une conjoncture favorable alors que la droite s’est pris deux crises dans la gueule) et, surtout, fait en sorte de développer l’attractivité de la France par la création de l’AFII et en rendant la productivité horaire bien meilleure… (c’est mon côté pas du tout objectif). Il n’est pas erroné, non plus, de dire que c’est la droite qui a torpillé non seulement les comptes de la nation mais aussi le commerce extérieur. Ce sont des faits…

La droite doit assumer. Elle ne le fait pas.

Alors, je vais maintenant donner des nouvelles de l’UMP : « Le président de l'UMP Jean-François Copé a invité par courriel les cadres de son parti à une "audio-conférence" mardi soir prochain. Soit au moment même où doit avoir lieu le grand meeting de rentrée de son adversaire François Fillon... » Je n’invente rien. Voilà l’opposition en France…

Jean-François Copé a diffusé un communiqué de presse. « Les premiers résultats de l’action économique de François Hollande, évalués aujourd’hui par la Commission européenne, sont mauvais et inquiétants. Qu’attend-t-il pour changer de politique ? » Ce ne sont pas les premiers résultats de l’action économique de François Hollande. Ce sont les résultats de l’action économique de l’UMP pendant 10 ans qui a réussi le tour de force a décaler une partie des plans sociaux après l’élection. Qu’attend-il pour changer de politique ? Mais il le fait progressivement. Il réoriente 10 ans de mauvaise politique qui ont laissé une marge de manœuvre extrêmement faible.

« Ce que l’UMP reproche à François Hollande, ce n’est pas seulement d’avoir menti aux Français pour conquérir le pouvoir, c’est d’échouer. C’est ce que montre clairement la Commission européenne. » Ce n’est pas François Hollande qui a échoué. C’est la droite française. Ce n’est pas François Hollande qui a menti pour conquérir le pouvoir mais la droite française, en 2002 et en 2007, promettant et pratiquant des baisses d’impôts qui n’ont absolument pas relancé la consommation mais sont parties dans les poches des plus aisés et des importations d’iPhone et d’autres cochonneries qu’on ne sait plus produire.

« Contrairement à l’objectif qu’il s’était fixé, la France ne respectera pas son engagement de réduction du déficit en 2013, tout comme l’Espagne, la Grèce et le Portugal. » Ben non ! Les dégâts provoqués par la droite étaient trop lourds.

« Au lieu de nous faire perdre du temps avec le droit de vote des étrangers et les manipulations électorales pour garder le pouvoir à tous prix, le gouvernement socialiste ferait mieux de s’occuper de la formation, de la production et de la défense des intérêts commerciaux de la France, avec l’emploi des Français comme première préoccupation. » Qui nous a fait perdre du temps, 10 ans ? Qui nous a plongés dans un immonde débat sur l’identité nationale pour cacher la misère d’une politique dévastatrice ?

Que l’UMP reste plongée dans sa propre misère interne et assume ses actes ! Et face preuve d’un peu d’humilité quand elle s’adresse au Gouvernement et au peuple français.


Annexe – extraits du rapport de l’AFII

« Avec 40,9 Md$ d’IDE [investissements directs étrangers] entrants, la France est en 2011 la neuvième destination mondiale, et troisième destination européenne, derrière la Belgique (89 Md$), le Royaume-Uni (53,9 Md$), devant l’Allemagne (42,4 Md$) et l’Espagne (29,4 Md$) notamment. »

« Près d’un salarié sur sept travaille dans une filiale de groupe étranger, et un salarié sur quatre dans l’industrie manufacturière. Cette ouverture est proche de celle observée au Royaume-Uni, mais supérieure à celle estimée en Allemagne ou en Espagne. »

« En France, la contribution des filiales étrangères à l’emploi (13 % en 2009) et à la valeur ajoutée (20 % en 2009) souligne l’internationalisation de l’ensemble de l’économie. Cette contribution est plus marquée dans l’industrie manufacturière : les filiales étrangères y assurent 25 % de l’emploi marchand, et 31 % de la valeur ajoutée (2009). »

« En 2011, elle a été le 2e pays d’accueil des activités de R&D après le Royaume-Uni. Accueillant 16,1 % de l’ensemble des projets étrangers de R&D recensés en Europe, la France devance l’Irlande (14,4 %) l’Allemagne (13,8 %) et l’Espagne (10,9 %). »

« En 2011, avec un PIB de 2 776 milliards de dollars à prix courants, la France est le 5e marché mondial après les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne. »

« La position géographique de la France et la taille de son marché en font une plateforme de rebond vers les marchés européens. » « En 2011, avec 3,3 % des exportations mondiales de marchandises, la France se place au 6e rang mondial et au 3e rang européen. »

« L’un des atouts de la France tient aux coûts d’implantation et d’exploitation avantageux qu’elle offre aux entreprises étrangères. »

« Depuis la réforme du crédit d’impôt recherche (CIR) en 2008, la France est devenue le pays offrant le traitement fiscal de la R&D le plus avantageux pour les entreprises. »

« Le classement international de la qualité de la vie proposé par « International Living » positionne la France au 2e rang mondial. » « La France est, en 2010, le deuxième producteur européen d’énergie primaire tirée des énergies renouvelables. »

23 commentaires:

  1. les entreprises françaises ne sont pas assez compétitives mais les employés français sont les plus productifs !

    oui, mais y'a 4 millions de chomeurs à temps plein ou partiel .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca, il y a un tas de problème ! Le gain de productivité n'a pas que du bon, il doit s'accompagner de partage du travail.

      Supprimer
  2. La droite devrait certes se montrer plus humble mais surtout elle aurait mieux fait de ne jamais exister laissant le soin à la gauche qui ne commet JAMAIS la moindre erreur de faire de notre pays un paradis.

    Notons au passage le tour de force que réalise la France : "Avec 40,9 Md$ d’IDE [investissements directs étrangers] entrants, la France est en 2011 la neuvième destination mondiale, et troisième destination européenne, derrière la Belgique (89 Md$), le Royaume-Uni (53,9 Md$), devant l’Allemagne (42,4 Md$"

    Non seulement elle parvient à attirer moins de la moitié des IDE de la puissante Belgique mais avec 40,9 Md$ elle dépasse l'Allemeagne qui n'en compte que 42,4 ! Chapeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! Oui, il y a une erreur dans le rapport du machin ! (entre nous, il y a une autre couille, quand le Ministère du Commerce International dit que la France est la première destination pour les investissements dans l'industrie, ce n'est pas précisé dans le rapport qui est cité).

      Pour le reste, il ne s'agit pas de ne jamais faire d'erreur. Je suis exaspéré par les propos de Fillon. Quand Jospin s'est barré, faisant perdre son camp, il a fermé sa gueule pendant quelques années. Il aurait d'ailleurs tout à y gagner.

      Quant au communiqué de presse de Jean-François Copé, je le trouve profondément stupide.

      Et vous n'avez pas à prendre pour vous les erreurs du principal parti de votre camp. Il a voulu faire deux fois une politique de la demande (ce qui est un truc de gauche) en baissant les impôts des plus riches (ce qui est un truc de droite). C'est de la politique de gribouille et ça fout la merde. Quand il fait deux réformes des retraites et que les deux ne suffisent pas malgré les promesses, c'est de la politique de gribouille, aussi. Vous avez le droit d'inventaire !

      Moi-même, il arrive de critiquer les actions des gouvernements précédents de gauche, notamment celui de Jospin, mais aussi du précédent Président de gauche, notamment quand ils sont allés vers une Europe libérale qui nous impose un tas de conneries.

      J'ai même critiqué le mariage pour tous, tiens ! J'ai dit à plusieurs reprises que la gauche faisait fausse route : la gauche n'a pas à défendre le mariage.

      Je suis un des premiers à critiquer le droit de vote des étrangers aux élections locales. J'ai critiqué les hausses de la TVA, l'accord pour l'emploi, le CICE (le truc pour la compétitivité), ... J'en passe.

      Supprimer
  3. Si vous passez les 5 ans à demander à la droite de faire ce que ne fait pas la gauche (parce que coté humilité, franchement, le PS n'a aucune leçon à donner...), ça vous fera des jolis billets de blogs, mais ça fera pas avancer la situation du pays...

    Mais je me console en me disant que durant la mandature de la droite, tout était de la faute de Mitterrand et des 35 heures.
    Et que quand la droite républicaine reviendra au pouvoir (je l'espère assez vite), on ne comptera pas les éléments de la gauche style "c'est de la faute d'Hollande si on merde comme des cochons"...
    Ca ne fera pas plus avancer le schmilblick qu'aujourd'hui, mais peut être est ce ça, la politique...

    (mais coté humilité, la gauche serait quand même gonflée de donner des leçons... Mais vous faites ce que vous voulez après tout)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un billet de blog n'a jamais fait avancé le pays. Je vais répondre à ton billet dans le désordre.

      1. Si Hollande n'est pas réélu, il ne pourra s'en prendre qu'à lui même et on lui reprochera ce qu'on doit lui reprocher, comme ne pas s'être attaqué franchement aux niches fiscales ou ne pas avoir appliqué l'agenda qu'il avait promis.

      2. Tu veux que la droite revienne au plus vite, c'est logique. Mais tu ne dois pas nier, pour autant, que c'est bien elle qui a foutu la merde. Je n'ai pas dit "les Français de droite" mais "le Gouvernement de droite". Vois ce que j'ai répondu à Jacques Etienne.

      3. Côté humilité, la dernière fois qu'on a été virés du pouvoir, l'ancien Premier Ministre a fermé sa gueule pendant des années.

      4. "Mais je me console en me disant que durant la mandature de la droite, tout était de la faute de Mitterrand et des 35 heures." Ce n'étaient que des propos. Là, je te cite des faits avérés.

      Supprimer
  4. Comme toujours vos analyses sont pertinentes.
    La fabrique de l'opinion marche à fond,son industrie n'est pas à l'arrêt... Je continue à vous lire, mais je suis assez dégoutée... Une invisible, JBL196000

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Faut pas être dégoutée, c'est la vie...

      Supprimer
  5. Merci pour ce billet, le vrai bilan complet de 5 années de Sarkozy c'est ici et complet : http://www.perdre-la-raison.com/2012/09/lheritage-le-vrai-bilan-complet-de.html.

    RépondreSupprimer
  6. sont quand même gonflé à droite, ils se plaignent que la gauche invoque toujours les erreurs des années bling bling, alors que eux depuis 15ans invoquent toujours et encore les 35 heures.

    La gauche ne devait pas faire profil bas pour invoquer les années sarko, à leur place je ne manquerais pas de le souligner autant qu'il le faut.

    David75

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que j'ai diffusé mon billet d'hier soir.

      Supprimer
  7. Trop long. J'ai arrêté au machin de Jospin qui fait état de l'attractivité de la France.
    D'ailleurs, les entreprises auto fançiaises se plaignent de ce que c'est trop dur de produire en France.Leurs dirigeants devraient faire un stage chez Toyota (qui d'ailleurs s'apprête à exporter de France)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'arrêtes où tu veux. Je n'ai jamais obligé personne à me lire.

      Supprimer
    2. Je sais. D'ailleurs ce n'était pas un reproche.

      Supprimer
    3. petite remarque, Toyota est le leader du lean manufacturing: augmenter la productivité des employés dans des proportions importantes, donc limiter le nombre d'employés.
      Les machines de production coûtent le même prix quelque soit leur lieu de production. Pour augmenter la rentabilité, il faut un rapport coût de main d'oeuvre et valeur de production le meilleur possible.
      Rentre en ligne de compte aussi des considérations comme la fiabilité de la chaîne logistique, les voies de communications pour le réseau de distribution et la proximité avec le marché cible, et le réseau de fournisseurs.

      Toyota est surement capable de faire ce que d'autres entreprise en sont pas capables de faire, ca arrive. Le problème est que ces entreprises préfèrent alors partir.

      Supprimer
    4. Je me fous de Toyota. Va chier ailleurs.

      Supprimer
  8. Suis bien d'accord. Ca fait 9 mois à peine que Hollande est au pouvoir et il faudrait qu'il ait réparé toutes les immenses conneries de la droite. Perso, le reproche que je lui ferais serait plutôt de ne pas faire une rupture suffisante avec l'ultra libéralisme. Il y a des pays qui ne sont peut-être pas en tête des stats et qui ne s'en portent pas plus mal. Les seuls indicateurs vraiment pertinents et qui sont attractifs sont : liberté d'aller-venir en relative sécurité, de s'exprimer sans risquer sa peau; avoir un toit et une écuelle garnie; pouvoir envoyer ses mômes à l'école sans se ruiner, se soigner itou etc... Et de ce point de vue la France est bien placée. Il y a du chômage, c'est vrai, mais ce sont des industries de m... qu'il faudrait remplacer par des industries plus intéressantes et au lieu de sauver Arcelor ou Goodyear, l'état ferait mieux d'accompagner les gens dans la création d'activités un peu plus utiles où les gens ne seraient pas traités comme des chiens.Quant aux 35 heures, c'était une réforme hyper intelligente qui a trouvé l'adhésion de toutes les bêtes à chagrin qui pouvaient ainsi souffler un peu et ça a permis de créer des milliers d'emplois, qui auraient être encore plus nombreux si tout le monde avait joué le jeu.
    Enfin, bref!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bref ! Mais espace tes paragraphes !

      Supprimer
  9. Salut,
    c'est moi qui ai parlé des 35h hier. :) J'ai bien aimé ton article de réponse, car il est bien construit et documenté et je suis sûr que tu suis bien mieux l'actualité politique que moi.
    Seulement voilà, je ne suis pas de droite, ni de gauche d'ailleur, et encore moins fan des extremes.
    J'ai grandi dans une famille de gauche et j'aurais volontier voté pour DSK aux dernieres élections car je pensais que ce gars avait les capacités nécessaires pour la France.
    J'ai pas du tout cru en Hollande et j'ai trouvé son programme illusoire. J'ai donc voté sarko.
    Mais je veux rester libre de penser qu'une bonne idée ou mesure est bonne non pas en raison de sa couleur politique.

    Je suis d'accord avec toi que de nombreuses mesures de droite n'ont pas été bonnes.
    1/ Cependant je suis impressionné de voir les critiques sur le bilan économique de la droite en passant sous silence la violence de la crise économique passée, ca devait être du sport d'éviter au pays de se casser la gueule avec une telle crise.

    2/ la reforme des retraites que la droite a mené n'est que partielle et il aurait mieux fallut faire une reforme plus en profondeur. je suis entièrement d'accord mais il y a quand même 3 millions de personnes de gauche qui ont manifesté pendant des mois contre cette réforme. Toutes les autres tentatives avaient plus ou moins échouées à cause de se genre de pression sociale.
    et maintenant que va faire le gouvernement? poursuivre cette réforme avec l'accord des syndicats? bah oui puisqu'il n'y a pas le choix.

    3/ pour ce qui est des 35h, comme tu le fais remarquer, ca fait longtemps qu'on en parle et la droite n'a rien fait.
    j'essaye juste d'imaginer comment aurait réussie la droite a faire passer l'abolition des 35 h face à l'opposition de gauche et aux syndicats? entreprise très difficile je pense!

    4/ Pour ce qui est de la productivité, je suis étonné des chiffres que tu avances. Oui en France on produit plus, mais de là à dire qu'avec les charges et les cotisations un ouvrier francais est plus rentable, je ne comprend pas pourquoi l'industrie automobile délocalise en masse et l'industrie aéronautique commence a faire de même sous la pression d'airbus pour justement baisser ses coûts (j'ai travaillé comme ingé méthodes dans cette industrie).
    Il faudrait regarder comment ce chiffre de rentabilité des ouvriers francais est calculé car il m'interpelle fortement.

    5/ pour finir, penser que quelqu'un est de droite parce qu'il parle des 35h, c'est se contenter de rester au niveau de la gueguerre gauche/droite.
    Peut être que c'était une bonne réforme en son temps, mais que son temps est révolu, le monde et l'économie évoluent, il faut que les lois fassent de meme.

    L'ironie de tout cela, je pense que toute les mesures libérales seront prises par notre cher gouvernement de gauche:
    - augmenter la durée des cotisations retraites
    - assouplir les 35h voir les envoyer aux oubliettes
    - limiter les rembousements de la sécu...
    et ce, malgré leurs promesses.

    Toutes ces mesures que la gauche ne pouvait envisager de prendre par le passé en prévision du futur, mais que l'on va devoir prendre car on aura pas le choix.

    Le libéralisme comme tu le dis, fout peut être le bordel, mais il n'empêche que les USA repartent en croissance, et que nous on se bat pour ne pas être en récession.

    La gestion du libéralisme en France se rapproche de celle des OGM.
    Le peuple ( ou bien une minorité éclairée) ne voulant pas de ces OGM, il a saboté des champs de recherche, surement avec raison.
    Donc maintenant, plutôt que de manger des OGM Francais, on mange les OGM des autres pays. Efficace la lutte.
    Avec le libéralisme, c'est pareil, ou bien on décide de son propre libéralisme ou bien ce sont les chinois qui le feront.
    Je ne pense pas être de droite parce que je fais ce constat, seulement je suis attristé de voir les réactions des affiliés à l'un ou l'autre des partis majeurs.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personne n'est ni de droite ni de gauche, tu es seulement "ni de gauche" et tu fais des longs commentaires, tu devrais ouvrir un blog.

      1/ Je n'ai pas passé sous silence la crise économique, au contraire, j'ai parlé des deux crises, celle de la bulle internet et celle de 2008.

      2/ Ce n'est pas une réforme mais deux. La solution de travailler plus n'est pas la seule. Pr c'est tout ce qui a été proposé par le gouvernement.

      3/ Pourquoi l'imaginer ?

      4/ Les faits sont là.

      5/ Le temps du partage du travail n'est pas révolu. On a une meilleure productivité horaire et la seule compensation possible, la SEULE, est de travailler moins si non on fonce dans le mur. Tout le reste n'est qu'une funeste connerie.

      Le problème est qu'on ne peut pas imposer nos solutions au niveau Français.

      Supprimer
    2. La droite a toujours échoué économiquement, parce qu'elle est prisonnière de sa clientèle et de ses vieilles lunes libérales. En conséquence de quoi, elle fait toujours les mêmes politiques : baisse des impôts, baisse des dépenses et de l'investissement, redistribution à l'envers (des pauvres vers les riches), déréglementation.

      Ces politiques ne sont pas seulement injustes, elles sont économiquement mauvaises, car le marché ne sait pas optimiser les moyens de production. La France est suffisamment productive, le problème est que cette productivité profite surtout au capital et bien peu au travail.
      En France, les dix ans de pouvoir UMP ont été catastrophiques : désindustrialisation, explosion de la pauvreté, recul du niveau d'éducation, régression de la santé. En même temps, les 5% les plus riches s'en sont mis plein les poches : Echec ou succès inavouable, je vous laisse juge.

      Et n'oubliez pas que la crise de 2008 n'est pas une météorite tombée du ciel, elle est la conséquence directe des politiques économiques de droite aux US et en Europe, et avait été prévue par nombre d'économistes.

      Supprimer
    3. Tu devrais ouvrir un blog !

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.