11 février 2013

L'heure de gloire

Allez ! On recommence. Hier après-midi, j’étais de mauvais poil. Ca faisait 2h30 que je roulais sous la pluie pour regagner Paris. Je m’arrête à une station service. Je consulte mes mails. Un twittos m’avait fait suivre l’article de Rue 89 où mes tweets avec les jeux de mot à propos de Findus étaient cités. Le matin, une collègue m’avait envoyé un SMS en m’apprenant que j’avais également eu droit aux honneurs de iTélé or elle ne connaissait pas mon compte Twitter.

Je reprends la voiture et je n’arrivais pas à me concentrer sur la conduite. Il me fallait faire un billet. C’est idiot mais c’est comme ça. Ce n’est que le soir que j’ai compris que l’article était ironique. D’ailleurs, il a légèrement été corrigé.

J’ai reçu toutes sortes de réflexions suite à ce billet, dans Twitter et en commentaires. Certains me conseillent de passer mon compte en privé, d’autres me disent que quand je m’exprime dans les réseaux sociaux, je n’ai qu’à assumer. Je ne veux pas avoir un compte privé et j’assume parfaitement mes conneries.

J’assume et je m’explique. Mon compte Twitter a 4000 followers. Mes tweets ont peut-être été vus par quelques milliers de personnes qui auraient recherché #Findus mais le chiffre de quelques dizaines serait plus crédible. Je fais tous les jours ou presque deux ou trois billets sur mon blog politique. Ils sont lus par entre 300 et 1000 personnes, parfois moins, parfois plus. Je ne sais pas combien de lascars ont regardé iTélé ou lu Rue89 depuis hier (je crois que mes tweets sont passés au journal de Canal+ vers midi, également). Ca fait des dizaines de milliers de personnes, c’est tout autre chose.

Dans la semaine, j’ai fait plusieurs billets à propos des médias qui reprennent Twitter, notamment à l’occasion des débats à l’Assemblée sur le mariage pour tous. J’ai aussi fait un billet sur le thème « faut-il quitter Twitter ? » Quand j’ai ouvert mon compte dans ce truc, il y aura bientôt six ans, j’ai tout de suite été « accroc ». J’y déconnais avec les copains, je leur diffusais des informations qui me semblaient intéressantes, je récupérais les leurs. Depuis Twitter a grandi et la presse y attache une importance démesurée. Samedi soir, je déconnais au bistro en attendant mes potes, mes conneries se retrouvent en « une » des médias. C’est totalement délirant.

Les personnalités politiques utilisent ce machin pour faire de la communication. Les « gens des médias » jouent le jeu. Il faudrait aussi penser aux gens comme moi, c'est-à-dire aux millions d’ahuris qui n’ont rien à cirer de toutes ces conneries et qui ne sont là qu’à papoter avec d’autres andouilles. Que des twittos aiment se faire mousser, je le comprends. Ils ont leur heure de gloire. Pour ma part, je m’en fous. Je veux continuer à faire ce que je veux sans craindre de faire la une du 20 heures de TF1 pour un tweet fait au bistro ou un billet de blog mal blanchi. Je veux pouvoir faire un tweet sans avoir à craindre les conséquences (à part les aspects légaux, bien sûr).

Mes collègues de travail ne savent pas que je blogue. Ils savent que je tweete. Grâce à iTélé et à Rue89, ils connaissent maintenant mon pseudo Twitter. Ils peuvent donc faire une recherche de « Jegoun » sur Google.

Voila donc le résultat.Ce n'est pas le problème de iTélé et de Rue89 mais le mien seul. Il n'empêche que je n'ai jamais demandé à ce que l'on parle de moi.

8 commentaires:

  1. comment pourraient ils savoir que tu es @jegoun ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont deviné. J'ai interrogé ma collègue, ce matin, elle ne s'est pas posé la question. Pour elle s'était évident.

      Supprimer
  2. 5 minutes of fame....ça s'oublie vite, heureusement

    RépondreSupprimer
  3. c'est un vrai problème, le droit à l'image existe et on ne peut pas (en principe) publier nos photos sans notre accord, mais nos conneries ne sont pas protégées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non... Ce n'est pas grave mais les journalistes sont inconscients.

      Supprimer
  4. Salut,

    c'est la même histoire qu'avec tes blogs. Toi tu voudrais bien pouvoir utiliser ces plateformes tranquille comme des parties de réseaux sociaux ou tu n'aurais des échanges qu'avec des gens qui t’intéressent (plus ou moins j'imagine). Mais comme tu le disais dans un de tes billets il y a plusieurs types d'utilisation possibles de ces espaces de communication.

    Tes billets ou tweets sont publiques et s'ils peuvent être re-tweeté, pourquoi ne seraient-ils pas repris par des articles de journaux ou sur itélé? Tu le fait bien toi même sur tes blogs même si ton audience est moindre que celle de rue89.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Je n'ai pas fait un procès â ces machins.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.