15 février 2013

Un revenu universel aux journalistes ?

Mon ami Guy Birenbaum publie une tribune de notre ami commun Jacques Rosselin (on est tous des frères…). Dans la première partie, il aborde un sujet dont j’ai parlé plusieurs fois depuis le début de l’année : les évolutions de la presse avec internet. Dans la deuxième partie, il propose de verser les aides reçues par la presse directement aux journalistes.

Z’avez qu’à la lire. Je vais changer l’eau des patates pendant ce temps. Ensuite, je vais vous faire un résumé sinon vous ne liriez pas car vous vous en foutez.

Jacques est patron de presse, c’est le créateur de Courrier International et d’un tas de machin. Il a le CV long comme le machin de Tonnégrande mais, pourtant, je ne l’ai jamais vu bosser. Toujours est-il qu’il est autrement plus compétent que moi pour évoquer le sujet.

Première partie

« Premier constat, l’information écrite de qualité, qu’elle soit politique, économique ou « générale » comme on dit, n’a plus de modèle économique dans ce qu’on appelle la sphère marchande. » Les revenus des journaux baissent et ils sont obligés de licencier des journalistes.

Deuxième constat, les journaux n’ont plus de « rédaction » mais un tas de journalistes qui finissent par ouvrir des blogs et arrivent à gérer assez bien leur truc.

Troisième constat, avec le web, les méthodes de travail ont changé et les journalistes communiquent beaucoup plus, y compris avec leurs lecteurs. Par exemple, je suis copain avec deux lascars qui bossent dans les médias : Guy Birenbaum et Jacques Rosselin. Et Pierre Louis Constant. Et Myriam Laouffir. Et Erwan Gaucher. Et d’autres…

Du coup, les journalistes passent leurs journées à faire les cons sur Internet plutôt que de travailler efficacement avec leurs collègues de travail. Autre évolution, comme ils bossent par internet, ils n’ont même plus besoin d’aller au boulot sauf pour faire la bise au rédacteur en chef pour qu’il ne les licencie pas.

Deuxième partie

« Mais alors, si les journalistes peuvent travailler n’importe où, deviennent des médias avec leur propre marque, s’ils peuvent se réunir en groupes de travail, en rédactions éphémères au gré de l’actualité, à quoi servent leurs médias traditionnels sinon à les héberger et les rémunérer ? »

Bon question… Z’allez voir, la question suivante n’est pas mal, non plus.

« A cette question succède une seconde, plus angoissante encore : si les journalistes deviennent médias, n’est-ce pas à eux qu’il faudrait verser les milliards de l’aide à la presse ? »

Elle est surtout la base de la chronique de Jacques. Il aurait pu la publier sur mon blog et demander à Guy d’en faire la promotion, j’aurais eu des milliards de lecteurs. Auparavant, nous aurions pu négocier les conditions de publication et de promotion autour d'un bon repas mais je ne sais pas si Guy a la même descente que Jacques et moi.

Je résume : l’État verse 1,2 milliards par an à la presse. Si au lieu de les verser aux journaux, ils les verseraient directement aux 20000 journalistes, ceux-ci toucheraient un 3300 euros brut par mois. Pendant ce temps, les journalistes pourraient produire eux-mêmes l’information qu’ils pensent utile ou intéressante et pourraient la diffuser dans leurs propres médias – leurs blogs – ou la vendre à des rédactions.

Il faut évidemment réfléchir aux détails, aux modalités, aux contrôles, …

On en pense ce qu’on veut, Jacques détaille bien tout ça.

Toujours est-il qu’on paye 1,2 milliards pour aider des journaux mourants et ne produisant plus d’information de qualité.

La solution de Jacques pourrait permettre de retrouver un peu de qualité…

30 commentaires:

  1. « Par exemple, je suis copain avec deux lascars qui bossent dans les médias : Guy Birenbaum et Jacques Rosselin. Et Pierre Louis Constant. Et Myriam Laouffir. Et Erwan Gaucher. »

    Merci pour moi ! Je pousse des wagonnets au fond de la mine, mézigue pâteux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, grosse andouille jalouse... Je vous ai connu sur mon blog ! Je ne vous connais pas pas comme type des médias. Guy non plus d'ailleurs, je le connais comme blogueur mais comme il fait le guignoĺ à la radio, il a une meute de followers dans Twitter.

      Supprimer
    2. Ben non, hein ! je ne suis pas un “type des médias”, ça fait juste 35 ans que je travaille dans la presse ! Mais, en effet, je n'ai pas de compte "twitters".

      Il n'empêche : je connais mieux la presse que tous vos petits copains ; et personne n'en dira plus de mal que moi.

      Supprimer
    3. Et alors putain de bordel ? Je vous aime pour ce que vous êtes, tous ! Pas pour vos comptes machins...

      Et vous ne connaissez pas forcément mieux la presse que Rosselin et les autres se foutent de la presse.

      Je me fous totalement de votre boulot (à tous) comme vous vous foutez du mien.

      Puis-je avoir le droit de ne pas mette de hiérarchie dans mes amitiés ? Cela étant espèce d'andouille si toutes ces andouilles aussi m'invitent une semaine en vacances, c'est avec vous que je partirai mais Catherine fera la gueule.

      Supprimer
  2. Et, sinon, qu'est-ce que vous voulez que je foute, avec 3300 € brut par mois ?

    Plus sérieusement, la proposition est stupide pour plusieurs raisons. Mais, là, j'ai apéro…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec 3300 bruts par mois pour faire des billets sur votre blog, vous auriez le temps d'écrire des BM ou de faire du boulot à la commande.

      Ce n'est pas si stupide que ça. Pas plus que de subventionner des journaux qui produisent de la merde parce que des clients refusent de payer.

      Supprimer
    2. Si, c'est stupide, mais vous n'en savez rien. Comme moi de votre boulot. On en parlera en vrai, espèce de pervers narcissique !

      Supprimer
    3. Répondez donc sur la totalité de mes propos. Est ce normal de subventionner la presse ?

      Supprimer
    4. Voila. Bon, vous êtes de meilleure humeur qu'hier ?

      Supprimer
    5. Oui : les deux petits cons qui tournaient dans le village sur leurs bécanes bruyantes à dix heures du soir ont cessé…

      Supprimer
  3. J'ai un peu de mal avec cette proposition (qui rendrait les journalistes vraiment dépendant du pouvoir à mon goût), mais par contre elle mérite l'ouverture d'une discussion.

    Non, j'aime pas l'idée, mais je trouve que le débat mérite d'être ouvert
    (mais Didier a raison, pas maintenant pendant qu'on est train de casser la gueule à un Cairanne...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord sur la dépendance au pouvoir. Actuellement, ils dépendent de patrons qui dépendent des médias...

      Supprimer
    2. Sans doute. Je n'ai pas une position affirmée.

      (Le plus important de mon commentaire était sans doute te dire que je trouvais la question posée intéressante...)

      Supprimer
  4. On postule comment ? (J'ai pas de blog, mais un compte touitter, ça peut compter un peu, non ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour avoir la carte de presse, faut justifier que les revenus viennent princnipalement de l'activité de journaliste. Avec les 3000 euros, ça ira (le serpent qui se mord la queue, en fait, non ?).

      Supprimer
  5. C'est pour quand " un revenu pour les blogueurs?" Vous savez, ces porteurs d'eau dans le marathon de l'info?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la difficulté que pointe Jacques.

      Supprimer
  6. Bon, je "désabonne” : pas envie de retrouver dix mille commentaires imbéciles dans ma boite mail demain matin.

    RépondreSupprimer
  7. Ça devient un chouia lourd, dans l'éducation nationale, j'envisage très sérieusement de devenir journaliste.
    Les 3300 € par mois, ça commence quand?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! Tu vois le pb à l'envers. L'état subventionne la presse. Autant qu'elle subventionne ceux qui bossent.

      Supprimer
  8. Il y a beaucoup plus de fonctionnaires que ce que l'on croit, en fait.
    Mais comme d'autres administrations, c'est le serpent qui se mord la queue, payer des impôts pour alimenter les caisses de l'état SUR ce que vous verse l'état, c'est le meilleur plan.
    Par exemple, pourquoi ne pas verser aux chômeurs ce que l'état dépense pour Pôle-emploi ? et donner un statut d'intermittent à tout le monde, vu que à part ceux qui ont un emploi garanti à vie, quasiment tous les autres ont un emploi par essence précaire ?
    Intermittente de la psychologie ça m'irait assez, comme statut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le revenu universel est une vieille invention qui tient la route !

      Supprimer
    2. Oui, l'idée est très bonne. Mais elle ne sera jamais appliquée parce que la France ne peut pas accueillir .....
      Donc on crée des "niches", bonne idée au départ pour corriger les injustices, mais pervertie, parce que ceci parce que cela, au choix.

      Supprimer
  9. Oups ! J'ai supprimé par mégarde un commentaire de Didier Goux qui disait "Justifier, non : il suffit de le déclarer, nul ne vérifie jamais rien. "

    Je suppose que c'était en réponse au commentaire de GM à 22h51.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.