27 février 2013

Nicolas Sarkozy et le droit d'inventaire

« Raffarin, Fillon et d’autres veulent analyser ce qui n’a pas marché chez Sarkozy. » Le droit d'inventaire était à la mode, à gauche, pour critiquer ses prédécesseurs. Je n'ai jamais aimé cette expression que je trouve extrêmement péjorative. Toujours est-il que deux anciens premiers ministres de droite semblent vouloir de farcir les années Sarkozy.

Je vais les aider, au delà du simple constat de mauvais résultats sur toute la ligne. Je vais aussi tenter de ne pas avoir une vision "droite - gauche", je n'ai pas à critiquer l'idéologie : ils ont été élu... à mon grand regret, certes....

Les réductions d'impôts aux plus riches

Je commence par ça histoire de mouiller Jean-Pierre Raffarin qui a pratiqué de grosses baisses de l'impôt sur le revenu quand il officiait...

L'objectif était de relancer la consommation et donc la production. L'argent libéré à ce niveau n'a pas été utilisé pour consommer des produits consommés en France... C'était évident et c'est un fiasco.

Toujours est-il qu’avec 2002 et 2007, la droite a fait deux fois des campagnes sur la thème des baisses d’impôts en faisant croire qu’elles vont bénéficier à tout le monde alors qu’elle ne bénéficient qu’aux plus riches et qu’elles n’atteignent pas leurs objectifs : une relance de la consommation ou de la production. Et on se retrouve avec du pognon en moins dans les caisses (et de la dette…).

La défiscalisation des heures supplémentaires

Longuement critiquée pour plein de raisons, elle a aussi généré une rupture dans la solidarité nationale en aidant des secteurs performants. Ce qui me gêne, c'est le fait d'avoir pu faire passer ça pour un droit, presque un avantage acquis alors que c'est une rupture par rapport à certains principes de notre République.

En complément, François Fillon dans son discours a encore parlé du temps de travail. Je vais lui rappeler que les 35 heures sont essentiellement la limite à partir de laquelle les heures sont majorées. Qu'il n'oublie pas de le dire aux électeurs sinon son propre inventaire va vite être réalisé. Qu'il dise aussi que les Allemands, nos modèles !, travaillent moins que nous... A ce niveau, on ne peut pas se baser sur des mensonges...

La réforme des retraites

Elle a été menée sur la base d'un tas de mensonges (je me répète...). On voit d'ailleurs maintenant qu'il faudra en faire une autre. Ce n'est pas une réforme qu'ils ont faite, c'est faire travailler plus pour travailler plus...

Le débat a été faussé pour faire passer des idées de droite.

L'absence de négociations

C'est une impression que j'ai eue tout au long du mandat : les syndicats semblaient convoqués à l'Elysée pour qu'on leur donne le résultat auquel ils devraient aboutir...

J'ai pris l'exemple des syndicats mais je pourrais mais je crois qu'on pourrait les multiplier. J'y reviendrai mais on a l'impression que beaucoup de décision ne relevant pas de l'Etat étaient prises au château.

Le Grenelle de l'environnement

Ça a été un gigantesque fiasco à mon avis mais ce que je lui reproche, c'est qu'on a beaucoup communiqué sur une méthode sans vraiment avoir de ligne directrice sur les résultats. Beaucoup de yakafocon. En fait, l’impression qui reste est qu’on a lancé un gros machin pour arriver à ce que l’on ne fasse plus rien. Comme pour le point précédent, Nicolas Sarkozy a montré qu'il ne croyait pas aux négociations...

L'environnement a été le parent pauvre du quinquennat. Pas grave : ils sont à droite. Mais quand je lis dans les commentaires de blog que l'écologie est forcément de droite, ça m'amuse.

Le libéralisme de pacotille

Je ne vais pas me mettre à défendre ce qu'on appelle le libéralisme en France mais je trouve que Nicolas Sarkozy a surtout berné les libéraux d'une part par un interventionnisme incessant et d'autre part par une politique au service des plus aisés, pas au service de la liberté d'entreprendre.

Hadopi

Cette loi est éminemment critiquable pour toutes les raisons évoquées lors de sa mise en œuvre. Ce qui me marque, c'est qu'elle a été construite totalement en dépit du bon sens. L'important aurait été de pénaliser ceux qui font du bénéfice avec les œuvres pillées, pas les braves gens. C'est un peu comme si on collait une amende à un client du bistro parce qu'il accepte la tournée du patron alors que celui-ci fait de la fraude fiscale...

Je mets Hadopi juste après le libéralisme de pacotille : les professionnel de la culture ont un problème industriel : comment gagner de l'oseille "malgré" les mutations technologiques ? Or ce n'est pas le problème de l'état.

Et c'est encore moins le problème de nos impôts. Excellente transition...

La politique fiscale

On a passé cinq ans à nous les brouter avec la dette et des taxes en plus. Pour être objectif, je dois avouer que le présent Gouvernement me fait parfois un peu peur...

La visibilité semblait proche de 0 (Falconhill en a fait son billet d'hier mais pour les socialos).

Toujours est-t-il que la dette a continué à augmenter, les banques ont été aidées,... C'est nous qui allons payer mais le pognon a bien été gardé par les plus riches.

Ce que je reproche à la droite c'est de faire croire aux électeurs que la dette est un truc de gauche. Il serait d'ailleurs bien que mes camarades qui gueulent contre la politique du Gouvernement y réfléchisse : à qui profite la dette ?

L’omniprésence

Je le disais récemment à propos du présent Gouvernement : on voit un peu trop les ministres sur tous les sujets. Avec « les précédents », c’était pire : on voyait le président de la République sur tous les dossiers, intervenant dans les usines…

« L’Etat ne peut pas tout ». L’expression a beaucoup été reprochée à Lionel Jospin mais Nicolas Sarkozy n’a eu cesse de communiquer en faisant croire que l’Etat pouvait tout. C’est amusant de constater qu’il était soutenu par les libéraux.

Ensuite ?

J’avais 40 minutes de métro pour faire ce billet. J’ai probablement oublié des éléments, notamment sur la personne du Président, sa vie privée (c’est souvent hallucinant : les blogueurs de droite critiquent la compagne de François Hollande et ont complètement oublié le début du quinquennat, l’annonce du mariage chez Mickey, …), les niches fiscales, la personnalité des ministres, le comportement du Président à l’international et la politique extérieure de la France qui m’ont donné une mauvaise impression…

J’espère que François Fillon et Jean-Pierre Raffarin n’oublieront pas…

Edit : un aimable commentateur me signale que j'ai oublié le plus important : le débat sur l'identité nationale et le discours de Grenoble. Pourtant, je n'avais que ça en tête quand j'ai eu l'idée de ce billet.

17 commentaires:

  1. Moi, ce qui m'avait le plus choqué, mais vraiment, c'est l'identité nationale et le discours de Grenoble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups. Je modifie le billet. Dernier paragraphe.

      Supprimer
  2. Sur les heures sup, j'ose rajouter que, en plus, cela a empêché des embauches en augmentant le boulot des autres. Tu as tout à fait raison.
    Sur Hadopi, je n'aurais pas dit mieux : on demande aux consommateurs de payer la sécurité d'un produit, et en plus, on paye pour que les produits soient chers! on marche sur la tête!
    bobiyé, comme dirait bembelly.
    Et en plus, il est assez objectif . j'M bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rosa,

      A propos des heures supplémentaires défiscalisées, je ne voulais pas rentrer dans le débat politique : la droite pensait relancer l'économie avec ça et nous pensions que ça allait détruire des emplois. Chacun son truc. Ils sont à droite, on est à gauche.

      Ce qui me gène, ici, c'est bien ce que j'ai présenté dans le billet, en quelque sorte, que le fait de ne pas payer d'impôt au delà d'un certain nombre d'heures pouvait être normal alors que l'impôt doit être lié au revenu. Ce qui me gène aussi, et que je n'ai pas dit, c'est de ne pas dire haut et fort gens qu'ils ne cotiseraient pour leur retraite pendant ces heures supplémentaires.

      Supprimer
  3. Un point positif pour le gouvernement Sarkozy, néanmoins : il a réussi pendant cinq ans à maintenir en vie la momie antisémite, Stéphane S., alors que les socialistes s'en sont montrés incapables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Les cons ! Tiens, c'est dommage que vous ne soyez pas "dans" Twitter vous seriez impressionné par le nombre de lascars :
      1. Qui chiaient dessus et versent maintenant des larmes de crocodile,
      2. Au contraire qui le vénéraient mais se permettent maintenant de se foutre de la gueule d'un mort au nom de la liberté d'expression et de l'humour de gauche.

      A un moment, j'ai songé à vous envoyer un mail pour vous suggérer de lui rendre hommage tout en assassinant tous ces guignols (j'aurais bien aimé le faire moi même mais je n'ai pas trouvé les mots).

      Que ce commentaire confidentiel reste entre nous.

      Supprimer
    2. J'y avais bien pensé, évidemment (même sans cette marmite à conneries qu'est Twitter), mais finalement, non : je laisse les pleureuses sangloter, elles n'ont pas besoin de moi pour être drôles.

      Supprimer
    3. Il y a des pleureuses normales, tout de même !

      Supprimer
  4. Momie antisémite...pffffffffff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vieille rumeur sans fondement... Certains prétendent qu'il a soutenu le Hamas sans la moindre preuve.

      Supprimer
    2. Et, bien entendu, prétendre que l'occupation nazie était plus douce que la pseudo-occupation israélienne en Proche-Orient, cela n'a rien à voir avec de l'antisémitisme…

      Supprimer
    3. Bon, dans un souci d'apaisement, je veux bien retirer “momie”.

      Supprimer
    4. Ouf.

      Pour l'entretien, sans chercher à le défendre, seul un vague extrait d'un vieil entretien a circulé, sorti du contexte. Des militants en ont fait un scandale des années après quand ça a été repris. L'entretien était à un journal Allemand.

      Supprimer
  5. Si retenir de Stephan Hessel qu'il s'agissait d'une momie antisémite, alors que conservera-t-on de gens comme Dits d'Égouts ?

    RépondreSupprimer
  6. Ça fera 57 ans le 19 mars que Didier supporte ce genre de jeu de mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je retire le jeu de mots dans un souci d'apaisement...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.