15 février 2013

Les méchants blogueurs réacs

Il y a des débats qui m'échappent, dans les blogs. Comme je suis un peu soupe au lait, j'aime bien me fritter avec des andouilles alors qu'avec les andouillettes de la purée serait plus adaptée. Ainsi, hier, je me suis engueulé avec un royaliste et j'en ai fait un billet vers minuit. J'étais d'humeur guillerette et à jeun. Dans ce billet, j'évoquais un blogueur d'extrême gauche qui reprochait à des types de gauche de parler avec des espèces d'intellectuels fricotant avec l'extrême droite. J'étais pris à parti dans ce billet parce que je bois des bières avec des blogueurs réactionnaires. Il faut bien que je réponde. En finissant mes frites. Cette introduction est compliquée mais il fallait bien situer le contexte. Je vais donc la résumer. 

Un blogueur dit de gauche peut-il parler avec un blogueur réactionnaire ? Un militant de gauche connu peut-il parler publiquement avec des espèces d'intellectuels répandant des idées particulièrement nauséabondes, telles que l'islamophobie, la xénophobie et l'antisémitisme ? Le retour des heures les plus sombres de notre histoire et tout ça. 

Ce dernier débat qui m'avait échappé concerne Étienne Chouard, que je connais parce qu'il était à la tête des opposants de gauche au référendum de 2005. Il m'intéresse parce qu'il est un peu le père de cet internet militant qui a généré les blogs politiques engagés. 

Peut-il parler à ces intellectuels proches de l'extrême droite ? Je m'en fous. Je ne sais pas ce qu'ils disent. Je ne les lis pas. Je ne les écoute pas. Ils ne m'intéressent pas. Chouard a peut-être fait une connerie. 99% de la population française ne les connait pas. Certains sont d'ailleurs interdits d'antenne. Je suppose qu'il faut lutter contre. Des lois en France permettent de le faire. La preuve : ils sont interdits d'antenne. 

Je préfère m'intéresser aux gens qui font ces lois et donc à ceux qui les élisent. Ou qui font la révolution (derrière un clavier) pour que l'on puisse faire des mois sans s'occuper de la démocratie, concept très chiant qui fait que des incompétents notoires votent pour des voleurs, des fourbes et tout ça. 

Je suis désolé et je me confonds en excuses mais je ne peux pas être de toutes les luttes. Il faut lutter contre la faim dans le monde, contre l'extrémisme religieux, contre les patrons qui nous piquent le pognon, contre le sida et contre les bistros qui refusent de mettre du beurre dans les sandwichs au camembert. 

Parmi ces électeurs, il y en a environ 20% qui votent pour le Front National, parti qui est souvent considéré comme d'extrême droite. N'allez pas croire que je mets des pincettes. En cas de deuxième tour entre François Hollande et Marine Le Pen, il est probable que 30% de la population aurait voté pour elle. Et encore je suis gentil. A ce niveau, c'est peut-être l'extrême droite mais, littéralement, on pourrait admettre que ça devient la majorité de la droite, d'autant que les partis de droite plus traditionnels sont dans un état lamentable. S'ils ont encore des électeurs, c'est bien parce que des braves gens ne savent plus pour qui voter. 

Revenons deux minutes sur la dernière Présidentielle puisque je parlais de Jean-Louis Borloo dans mon billet de ce matin. Il aurait pu se présenter à la Présidentielle et on aurait bien rigolé avec les Guignol. S'il l'avait fait, Marine Le Pen aurait été au deuxième tour ce qui aurait scandalisé un tas de gens. Mais le résultat aurait été le même : François Hollande aurait été élu Président de la République. J'aime bien la politique fiction et je me pose donc une question : comment la droite traditionnelle aurait-elle réagi ? Nous savons comment la gauche a réagi suite à 2002, quand elle a été éliminée du second tour...  Bah ! 10 ans après, celle qui était accusée d'avoir fait perdre la gauche au premier tour est la chouchou de tous les socialistes. C'est amusant. Rien que voir Borloo en ministre de la justice ne manque pas de cachet. 

Toujours est-il que 20% des électeurs sont prêts à voter pour le Front National au premier tour, auxquels on peut en ajouter 10 ou 20 pour un second tour rien que par peur des socialistes. Ce sont des andouilles : imaginer François Hollande dans le rôle du dangereux gauchiste est con. Croire qu'il représente un pire danger pour la France et son économie que Marine Le Pen ne devrait être possible qu'en état d'ébriété. Peu importe. 

Toujours est-il qu'il me semble utile de connaître la pensée de ces gens pour tenter d'essayer de comprendre pourquoi ils votent ainsi. Je vais même aller plus loin mais il ne me parait pas inutile de rappeler que le socle électoral du Front National est proche de celui du Parti Communiste en 1981. Dans un de mes billets d'hier, je parlais des élections européennes. Le déplacement des électeurs entre les élections européennes de 1979 et 1984 est évident : c'est à ce moment que le FN a connu son essor. Et c'est jusqu'en 81 que le PCF luttait contre l'immigration. 

Ainsi, sur le web, je discute avec tout le monde. Je tombe sur des cons de tous bords et les évite. Je tombe aussi sur des réactionnaires dont les propos m'éclairent, non pas sur leur propre pensée, je ne suis pas évangéliste, mais sur leur interprétation de la pensée des gens qui votent Front National. Ça m'enrichit (pas au niveau du porte-monnaie, compte tenu de leur consommation). 

Néanmoins, ce n'est pas pour poursuivre mes études sociologiques que je suis si "souvent" fourré avec des réactionnaires mais parce que ce sont devenus des amis, comme un tas de gens parmi les blogueurs de gauche ou de droite plus modérée. 

Mais ça, le CSP coincé derrière son clavier ne pourra jamais le comprendre. 

S'il a des amis, je l'invite à compter, parmi eux, le nombre de ceux qui ne seraient pas un peu racistes ou homophobe sur les bords... Qu'il leur demande par exemple si l'homosexualité est normale... Ou s'ils se sont as frappés par le nombre de roumains dans les gares à Lyon…

S’il a des amis, seulement, mais rien n’est moins sûr.

En revanche, jamais mes potes réactionnaires n’ont tenus de propos racistes ou homophobes devant moi et n’ont jamais tenu plus de propos contre les musulmans que moi contre les catholiques…

Avant de reprendre ma dernière demi-journée de travail de la semaine, j’aimerais bien revenir sur cette notion de réactionnaire. Je viens d’un patelin du Centre Bretagne où les rapports droite-gauche étaient très marqués dans les années 70 et avant. Il y avait d’un côté les gauchistes et les gens normaux qui envoyaient leurs enfants dans les écoles publiques et, de l’autre, les réacs, qui envoyaient leurs mômes dans les écoles « libres » (et catholiques). La culture était relativement catholique. Né en 1966, je fus probablement dans les premiers (après mon frère ainé…) à ne pas être baptisé et tout ça. J’étais quasiment le seul de ma classe à ne pas aller au catéchisme, à ne pas faire sa communion… Ca ne m’a pas manqué.

Toujours est-il que la moitié de la population de cette bourgade de 10000 habitants en Centre Bretagne était qualifiée de réactionnaire par l’autre. Il y a 40 ans, j’étais copain avec des réacs et on ne me disait rien. C’était mieux avant.

Amen.

Les blogueurs de gauche sont invités à se demander comment faire revenir l’électorat populaire chez eux plutôt que de s’intéresser aux gens avec qui je bois des bières.

32 commentaires:

  1. Tu tiens la forme, toi, dis donc. Bonbiyé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Le tout en mangeant des rillettes.

      Supprimer
    2. Vous mettez aussi du beurre avec vos rillettes ?

      Supprimer
  2. Tout à fait.
    Les procès en amitié ou en copinage sont lamentables. Didier Goux avait écrit un bon billet sur "céçuikidikiyé", vous élargissez le débat avec "si tu parles à mon ennemi t'es plus ma copine".
    Je me verrais mal copiner avec quelqu'un qui voit des complots juifs partout ou qui pense que l'appartheid avait du bon, mais je ne vois pas pourquoi je refuserais de causer à ceux qui le connaissent et l'apprécient pour des raisons que je n'ai pas à juger, s'ils ne se font pas le chantre de leurs idées. Les miennes sont assez solides pour ne pas craindre la contagion, ni le qu'en dira-t-on.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, moi, je trouve que l'apartheid avait du bon. Et même du beau, et du bonnet pour coiffer le tout.

      (Alors, là, je l'attends, la Suzon…)

      Supprimer
    2. "Eh bien, moi, je trouve que l'apartheid avait du bon."
      Quelle horreur !
      Je me demande comment Nicolas peut apprécier un type pareil.

      Supprimer
    3. C'est mon côté pervers narcissique qui le fascine.

      Supprimer
    4. Pas du tout. Comme je fréquente des noirs et des arabes au bistro, vous êtes mon facho de service.

      Supprimer
    5. Je veux bien être facho mais pas de service !

      Supprimer
  3. Jean Pierre Madère15 février, 2013 15:56

    On exerce toujours plus sa liberté en discutant avec l'adversaire que quand on reste entre-soi. Même si on s'engueule. A la fin ça permet de dégonfler les clans, d'être moins dans la division. Je pense qu'une personne s'enrichit au contact de celui qui ne pense pas pareil. Te reprocher de parler avec l'Autre, il y a quelque chose d'absurde. Mais bon, il y en a, on les changera pas...
    Celui qui ne parle jamais à l'autre s'enferme dans une forme de carcan.
    Se chicoter avec les Autres, c'est un peu une aventure cérébrale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est mathématique : il faut multiplier les contacts pour éviter les divisions.

      (Et l'addition sera pour moi, tiens !)

      Supprimer
  4. "Se chicoter avec les Autres, c'est un peu une aventure cérébrale."
    hum. Cérébrale. hum.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, je suis breton aussi, et le fN est à mon sens de gauche !

    RépondreSupprimer
  6. Une journée ordinaire et mes fréquentations .
    Une partie de Lyonnaise en quadrette cet après-midi, il faisait beau en Languedoc… huit sur le terrain un spectateur rien à voir avec l’article sauf que…
    Quatre votent FN
    Un a droite
    Un ? je l’ignore
    Deux Socialistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. … De temps en temps c’est chaud, mais rien ne nous empêche de boire un coup ensemble Alléluia

      Supprimer
    2. Si. Vu tes commentaires je n'ai pas envie de boîte un coup avec toi.

      Supprimer
  7. Quoi? Mais qu'est-ce que je fous, là, moi? C'est pas un blog de réac ici?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. C'est un blog de progressistes, bordel ! Je suis un type moderne. Je porte une burqa et je lapide ma femme tous les jours.

      Supprimer
  8. C'est vrai, un gars qui n'aime pas la bière forte, j'aurais dû me méfier.
    En même temps, ça vous va bien de lapider votre femme tous les jours, parce que votre bibine, même légère, elle est quand même alcoolisée, et ça, c'est mal.

    RépondreSupprimer
  9. c'est vrai qu'on peut continuer à ronronner entre nous et à prêcher les convaincus mais ça ne fera pas avancer le bouzin !

    RépondreSupprimer
  10. En tant que nazi velu, je ne peux qu'approuver le camarade CSP. Pour rester pur il ne saurait être question de se mélanger.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.