03 février 2013

L'état de la droite

Laurent Wauquiez est interviewé par Le Parisien, aujourd'hui. La fin de ses dires me laisse sans voix, à propos de Nicolas Sarkozy : "Il reste la figure de référence de notre famille politique, il est extrêmement important".

J'ai du mal à comprendre comment un type de droite arrive à nier que c'est Nicolas Sarkozy qui a réussi à torpiller la droite Française pour mon plus grand bonheur. Je ne parle pas uniquement de ses actions au plan national, chacun pense ce qu'il veut et pourra ironiser d'une politique fiscale à géométrie variable. Ce qui m'interpelle, c'est sa vision du terrain, de la démocratie,... Sa réforme territoriale fut une erreur gigantesque, coupant l'élu de terrain de sa proximité avec l'électeur.

J'ai souvent dit que l'élection était imperdable pour Hollande (et je l'avais dit pour son ex en 2007, comme quoi...). La France est dans une telle situation économique que le repli sur soi aurait pourtant du gagner et la gauche prendre une dérouillée si Nicolas Sarkozy avait fait son job. François Hollande avait été donné gagnant jusqu'à 60% des voix par les sondages mais a gagné de peu. Tout cela est plein de paradoxes.

Entendre un cadre important de la droite qualifier Nicolas Sarkozy de référence alors qu'il les a amenés à la défaite est délirant. C'est un peu comme si nous avions encensé Jospin.

La politique est étrange.



34 commentaires:

  1. Réponses
    1. En plus il cultive la mauvaise, et il ment comme il respire, il faut dire qu'a l'ump le mensonge est une valeur sure.

      David75

      Supprimer
  2. N'essayez pas de comprendre la droite ! Est-ce que j'essaie de comprendre la gauche ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez. Je passe plus de temps sur les blogs de droite que de gauche. Aussi, il faut peu de temps pour se rendre compte que Sarkozy n'était pas aimé par une majorité de gens de droite.

      Supprimer
    2. C'est vrai, ses 48% et des poussières, il les doit à la gauche !

      Supprimer
    3. Ben oui ! Il les doit à une majorité de gens qui ne peuvent pas supporter la droite de même que Hollande doit une partie de ses voix à des gens qui ne peuvent pas supporter la droite et Sarko en particulier.

      Supprimer
  3. Il est évident que Sarkozy et référence sont des mots qui vont bien mal ensemble...

    Mais bon... "Encenser Jospin", euh bon... Aujourd'hui encore, bien des membres du gouvernement se réclament de Ségolène Royal (en faisant des lipettes de ci de là).

    L'état de la droite n'est surement pas bonne. Au moins autant que ne l'était la gauche un an après l'élection de 2007. D'ailleurs à ce moment là, Reims n'avait toujours pas eu lieu. Ce qui devrait appeler à un peu plus d'humilité... (je ne parle pas de respect, parce que quand on traite quelqu'un de "con" je pense que ce n'est plus la peine...).


    (par contre totalement oui sur la réforme territoriale, qui a fait perdre le sénat à la droite entre autre, et qui nous mis un beau bordel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Falconhill, prends un peu de recul et ne sois pas sur la défensive en permanence. Je te parle de Jospin, tu me parles de Royal... il y a quelques personnes à gauche qui se revendiquent de Royal alors que personne, à droite, n'ose dire que le principal problème de la droite est Sarkozy. A la sortie de 2002, la gauche contrôlait encore des régions et des municipalités.

      Tu me parles de Reims mais je ne te parle pas du fabuleux moment démocratique qu'a montré l'UMP fin 2012. A la sortie de 2008, la gauche était majoritaire pour la plupart des régions, des départements et des communes.

      Et traiter Wauquiez de con ne me parait pas spécialement lamentable...

      Supprimer
  4. Il rêve d'alternance ce qui n'est pas antidémocratique ... et il fait "lichette" à l'avance : j'adore ce mot de Falcon ! ... mais en soit, faire "lichette", c'est quand même très très moche !
    Bz

    RépondreSupprimer
  5. Ben oui, mais Wauquiez, aussi, et on s'étonne... #AhhhhNemecherchezpas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais à toi en écrivant ce billet !

      Supprimer
  6. Ce qui se passe à droite est un nouvel épisode de la guerre contre la démocratie en France et en Europe.

    UNE primaire est désormais inévitable à droite pour LES élections de 2017. Le trucage de l'élection du président était évidemment une préfiguration de cette primaire: tout faire pour empêcher de véritableS primaireS démocratiques en 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'elle guerre contre la démocratie ? Quand on est minoritaire il ne faut pas mettre ça sur le dos d'un manque de démocratie.

      Supprimer
    2. Monsieur Hache devrait peut-être essayer d'en fumer moins…

      Supprimer
    3. "Quand on est minoritaire il ne faut pas mettre ça sur le dos d'un manque de démocratie"

      :)

      Oui, évidemment, on aurait jamais vu une opposition expliquer que Sarkozy au pouvoir, il n'y avait plus de démocratie.

      Supprimer
    4. "Monsieur Hache devrait peut-être essayer d'en fumer moins…"

      Ah! Avec une réponse aussi enrichissante, on ne peut que s'incliner.

      Et puis, on moins, ça continue d'enterrer la question des primaires en France.

      Supprimer
    5. Non. Ton comportement est crétin. Tu veux absolument parler des Twitter alors que ce n'est pas le sujet de mon billet.

      En outre, tu sembles ne pas savoir relativiser. Ni Didier Goux ni moi ne sommes des supporters de l'UMP. Donc le fait qu'ils fassent des primaires ou pas n'est pas notre problème.

      On ne peut que papoter en observant.

      Pour continuer, à droite, ils sont censés avoir le culte du chef. Si un chef ne se dégage pas naturellement, ils sont condamnés à l'échec. La primaire n'est qu'annexe.

      Supprimer
    6. Pour ce qui concerne ton avant dernier commentaire, il y a en France des catégories politiques qui n'intéressent que peu de monde. C'est le cas des vrais libéraux et des partisans du Front de Gauche. Ces derniers s'imaginent comme être les représentants du peuple. Or ils ne représentent rien. S'ils ne font pas un bon score aux élections ce n'est pas par déficit de démocratie mais parce qu'ils ne sont pas crédibles.

      Or ça ne m'intéresse pas de discuter avec des gens qui nient des vérités.

      Supprimer
    7. Tiens, je suis d'accord avec ce commentaire (je dis ça pour mouiller le taulier, mettre en évidence ses accointances secrètes avec la Réaction ignoble) : les libéraux me semblent, de plus en plus, aussi déconnectés du réel que les boutonneux du Front de de gauche. Du reste, il y a déjà quelque temps que je médite un petit billet qui montrerait les ressemblances cocasses entre les raisonnements des libéraux et ceux des communistes “historiques”, ceux de mon adolescence.

      (Là, en principe, Nicolas devrait me répondre : « Au boulot ! »)

      Et il est vrai que je me fous de l'UMP comme de… comme de… Ben comme de vous, mon bon Arthur au pseudo-si-rigolo.)

      Supprimer
    8. Au boulot ! Mais vous risquez de fâcher cette andouille de Marchenoir.

      Au fait ! Vous ne glandez plus rien sur vote blog !

      Supprimer
    9. Putain d'Adèle ! Me fâcher avec Marchenoir est le moindre de mes soucis (et des siens, je suppose) !

      Supprimer
    10. En effet, je ne glande plus grand chose, à propos. J'en suis (pour différentes raisons) à me dire que je ferais peut-être bien de fermer toutes les boutiques que j'ai. J'hésite, évidemment…

      Supprimer
    11. N'hésitez pas ! Si vous ne racontez pas de connerie, je ne sais pas où troller, à part chez les imbéciles de gauche.

      Supprimer
  7. Laurent Wauquiez m'est de plus en plus insupportable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Laurent Wauquiez m'est de plus en plus insupportable »

      Pauv' tite biche ! Mais c'est que serait sensible, ces grands garçons-là, Madame !

      Supprimer
    2. Excusez moi, je ne sais pas ce qu'il m'a pris: Laurent Wauquiez est de plus en plus con.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.