10 février 2013

Affaire Cahuzac : on a trouvé le coupable

« Les autorités fiscales suisses ont exclu que Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, ait eu, depuis 2006, un compte bancaire à l'UBS à son nom ou à celui d'une société. » nous dit l'AFP. Ca sent la fin de partie dans cette affaire ! Les preuves de Médiapart s'étaient déjà effondrée une à une : il ne restait plus qu'une bande magnétique foireuse.

Je suis joueur. Je suis allé voir comment Médiapart traitait cette information. Médiapart est moins joueur. Il ne la traite pas. Ils arrivent à avoir 5 dépêches en une pour critiquer le gouvernement ou le Parti Socialiste (voir les flèches rouges de l'illustration) dont trois encore contre ce pauvre Cahuzac. Ca frise l'acharnement et c'est à plier de rire tant ça se voit.

Médiapart n'est pas crédible. C'est dommage. Il est présenté comme la réussite de la nouvelle presse en ligne mais il finira lu uniquement par des partisans du Front de Gauche désireux de fourbir leurs armes contre François Hollande. Une pitié.

On va rappeler le fond de l'affaire. Médiapart accuse Jérôme Cahuzac de ne pas avoir déclaré l'existence d'un compte en Suisse, compte qui n'existe pas, et qui aurait permis au Ministre de blanchir du pognon gagné d'une manière louche avant 1994, quand il a acheté son appartement. Médiapart dispose d'un vague rapport d'un type en marge de l'administration fiscale et d'un enregistrement d'une conversation téléphonique obtenue dans des conditions rocambolesques.

En fait, c'est Médiapart qui est coupable. Coupable d'entretenir une mauvaise ambiance. Coupable de propager l'idée de l'UMPS, tous pareils. Coupable de faire perdre de la crédibilité au Gouvernement. Coupable d'acharnement sur une personne.

C'est dommage que je ne sois pas abonné, je ne vais pas pouvoir résilier.

32 commentaires:

  1. il faut faire manger ses moustaches à Plenel

    RépondreSupprimer
  2. L'arrivée des socialistes au pouvoir aura donc eu au moins un effet positif (je cherche les autres : je vous tiendrai au courant…) : faire que nos amis progressistes, dont vous, s'aperçoivent enfin que Médiapart n'est qu'une vulgaire officine de propagande. Ce que l'on vous clame dans les oreilles depuis près de six ans…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais quand ils tapaient sur Sarko c'était rigolo.

      Supprimer
    2. J'avais bien compris d'où venait cette étrange cécité…

      Supprimer
    3. La sagesse de Didier mériterait d'être davantage écoutée :)

      (quand Médiapart tapait aussi aveuglement contre Laurent Blanc, avec l'accusation gratuite et fatale de "raciste", c'etait également abject... Et pas rigolo)

      Par contre des nouvelles d'Eric Woerth et de sa femme sinon ? (toujours pas condamnés ni même inquiétés ?). Remarque je n'ai pas à te dire ça à toi : tu avais très digne et mesuré pendant l'affaire... (à la différence de bien d'autres)

      Supprimer
    4. Les deux affaires ne sont pas comparables.

      Supprimer
    5. Par contre des nouvelles d'Eric Woerth et de sa femme sinon ? (toujours pas condamnés ni même inquiétés ?). Remarque je n'ai pas à te dire ça à toi : tu avais très digne et mesuré pendant l'affaire... (à la différence de bien d'autres)

      y en a pas des qui sont mis en examen ? contrairement à cahuzac

      Supprimer
    6. J'ai demandé à ce qu'on ne compare pas.

      Supprimer
  3. Ce qui me fait marrer, C'est notre Arfi (Médiapart) qui cite, (accrochez-vous) Le Figaro! pour dire que le rapport Suisse est mal interprété!

    C'est pathétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur qu'avec un rapport Suisse, on risque pas une chaude piste ;).

      Supprimer
  4. Quelle idée aussi de s’appeler Edwy !

    RépondreSupprimer
  5. de 2 choses l'une : si Médiapart n'est pas crédible, alors ses scoops des années passées (Karachi, woerth etc.) ne sont pas recevables…
    ou alors, F. Arfi a effectivement levé un lièvre, comme pour Karachi ou Woerth, et l'opération de communication orchestrée par sa conseillère venue d’EuroRSCG Marion Bougeard (celle-là même qui conseillait Liliane Bettencourt dans le scandale des comptes suisses de la milliardaire, un petit monde) fonctionne bien au niveau brouillard de fumée.

    Effectivement, quand on est pas abonné à Médiapart, on ne peut pas bien s'informer sur cette affaire, ni juger du sérieux des journalistes. L'investigation journalistique menée par des professionnels a des intérêts qu'ignorent certains blogueurs qui préfèrent parfois les enfumages, la partialité et l'absence de nuance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrête de te prendre pour plus intelligent que tu ne l'es et de chier sur les blogueurs, surtout ceux qui bossent. Regarde les billets de la semaine.

      L'affaire Woerth n'est pas comparable à celle là. Elle est basée sur des enregistrements officiels dans le cadre d'une autre affaire.

      Tu deviens corporatiste.

      Supprimer
    2. C'est ton point de vue… Moi à mon avis tu passes pour un con aux yeux de beaucoup de gens avec ton billet… Mais c'est ton droit. De toute façon, nos points de désaccord sont nombreux, ça ne fera qu'un de plus, c'est pas grave ;-)

      Supprimer
    3. Mais non. Je vois qui critique ce genre de billet. Les militants du FdG. Ça me fait marrer et ça prouve que j'ai raison dans le fond.

      Cela étant tu devrais lire plus souvent mon blog. Depuis un mois ou deux je critique beaucoup la presse. Les sujets se croisent mais un seul journal a publié un article sur les circuits d'approvisionnements en viande.

      Supprimer
  6. Manque de bol, Médiapart traite bien de l'info, avec un post de blog de François Bonnet paru ce matin, post de blog accessible à tous sans paiement (pour que tous puissent avoir accès à la défense du journal sans payer).

    Ouais, tant qu'à faire, autant être rigoureux, hein... Sinon, ça fait plutôt pas sérieux et très partial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ils font de l'acharnement. Tout repose sur un appartement acheté en 1994...

      Supprimer
  7. Si Cahuzac est lavé de tout soupçon, l'acte 2 sera la condamnation quasi assurée de Mediapart pour diffamation sauf si l'avocat de Plenel parvient à convaincre la 17ème chambre correctionnelle de la sincérité de l'enquête... Bonne chance au baveux ! Il va avoir du boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plenel vient d'affirmer sur Europe1 qu'il maintenait toutes ses accusations "en bloc et en détail", et a défié Cahuzac de lui faire un procès en diffamation, qu'il perdrait, selon lui.

      Supprimer
  8. L'EX-COMMUNICANTE DE LILIANE BETTENCOURT CONSEILLE LE MINISTRE DU... BUDGET !

    Son nom ne vous dit peut-être rien, mais tous les familiers de «l'affaire Bettencourt», eux, connaissent bien Marion Bougeard. Cette brune de presque 40 ans, ancienne directrice associée d'Euro RSCG, a en effet conseillé Liliane Bettencourt pendant la fameuse affaire mêlant fisc, financement politique et conflits d'intérêts – scandale à tiroirs qui coûta sa place au ministre du Budget sarkozyste Eric Woerth.

    O surprise, ô ironie : voilà que la même est désormais conseillère en communication de Jérôme Cahuzac, l'actuel ministre du Budget – autant dire : de «M. Impôts». «On dirait une mauvaise blague», grince un ministre...

    L'affaire n'a en tout cas pas fait rire Jean-Marc Ayrault, qui aurait demandé à Jérôme Cahuzac de se passer des services de ladite Marion Bougeard, lors de la constitution des cabinets – ce que Matignon ne veut pas commenter. Mais ce dernier, pour qui la communicante travaillait bénévolement depuis deux ans déjà, a décidé de passer outre...

    Lu sur Marianne (Article paru dans le n°806 de Marianne daté du 29 septembre 2012).
    Et tu affirmes que l'affaire Woerth/Bettencourt n'a rien à voir avec l'affaire Cahuzac ?
    Je maintiens, Nicolas, que tu te laisse enfumer par une opération de communication.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te laisses enfumer tout seul, par ta propre volonté de nuire.

      Supprimer
  9. Tu en veux encore ?

    Le même avocat que Liliane Bettencourt

    Qui est Edmond Tavernier ? Celui que Jérôme Cahuzac a choisi pour obtenir de l'UBS la preuve que cette histoire est une invention pure et simple. Edmond Tavernier est "plus connu à Genève pour ses compétences très pointues d'avocat d'affaires que par ses talents d'orateurs dans les prétoires" confie un avocat fiscaliste de la ville.

    C'est un spécialiste des placements off-shore, un avocat qui n'est autre que celui de Liliane Bettencourt. Edmond Tavernier a été entendu à deux reprises par des magistrats français pour le montage financier de l'île d'Arros, une ex-propriété de la famille Bettencourt non déclarée au fisc.
    http://www.franceculture.fr/2012-12-27-cahuzac-mediapart-la-confrontation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quoi ? Tu vas passer la journée à ça. Mon pauvre vieux...

      Supprimer
  10. Petit rappel :
    1— La justice française n'a rien à reprocher à M. Cahuzac ! Il n'y a jamais eu d'affaire Cahuzac, il y a une affaire Médiapart !
    2 — Pourquoi ???

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.