21 septembre 2009

Donnons une affaire Clearstream au Parti Socialiste

Je voulais faire un nouveau billet sur l’affaire Clearstream ce matin (et je vais le faire) mais, comme je le disais à Mme Nectar, hier, je suis passé à la Comète ce matin pour lire le café en buvant Le Parisien. Pas moins de trois pages étaient consacrées à cette histoire : ce n’était donc pas la peine que j’explique quoi que ce soit à mes lecteurs… D’ailleurs, dans le journal Métro, le « micro-trottoir » montre bien ce que les gens en pensent : rien.

Comme je le disais hier, cette histoire ne m’a jamais intéressée jusqu’à hier où j’ai vaguement compris quelques trucs, notamment deux des issues possibles : la confirmation de l’implication de Dominique de Villepin et la confirmation des vagues soupçons portant sur Nicolas Sarkozy. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, un des protagonistes de l’affaire pense que c’est finalement Nicolas Sarkozy qui est à l’origine de l’histoire pour mettre DDV dans la mouise et écarter un concurrent.

Nicolas Sarkozy est maintenant Président de la République et pourra difficilement pâtir d’une mise en cause.

Il est Président, mais, il y a quelques années, ils étaient trois compères à pouvoir prétendre à la succession de Jacques Chirac. Alain Juppé a été condamné par la justice : tous ses espoirs ont fondu. Dominique de Villepin, s’il n’avait pas été plombé par ses erreurs lors de l’affaire du CPE, aurait été plombé par Clearstream. Un boulevard était ouvert pour Nicolas Sarkozy.

Je le disais aussi hier, Nicolas Sarkozy n’a pas franchement intérêt à ce que Dominique de Villepin sorte blanchi de cette histoire puisqu’il pourrait rallier du monde derrière lui et si Dominique de Villepin veut garder l’espoir d’être Président, un jour, il ne peut qu’espérer que Nicolas Sarkozy soit dézingué dans cette affaire.

La prochaine génération (Xavier Bertrand, Jean-François Copé, …) doit se demander comment elle doit regarder ce pataquès !

Elle sait, par contre, comment regarder de l’autre côté, vers le Parti Socialiste : l’œil amusé. Les bisounours socialos continuent. Ségolène Royal a fait sa fête et estime ne pas être seule. Martine Aubry commence son tour de France des projets pendant qu’elle se fait engueuler par Daniel Cohn-Bendit.

Tout va bien. Ils sont heureux.

Des copains blogueurs, Marc et Donatien, quittent le PS. Pour Don, je ne suis pas surpris. Depuis trois ans qu’on est potes, il a déjà quitté une fois un parti ! Don, reviens ! Tu vas aller où, maintenant ?

Marc dit : « Ma première carte du Parti Socialiste date de 1993… Après 16 ans… cette année, à l’occasion du vote plébiscitaire du 1er octobre, je ne la renouvellerai pas. » (ça ne fait pas 16 ans, en fait, puisqu’il est déjà parti une fois fâché, il est revenu il y a trois ou quatre ans).

Depuis que je le connais, Marc cherche à faire bouger le Parti Socialiste. Martine Aubry a mis le temps à bouger mais la direction du PS va faire voter les adhérents sur des évolutions fondamentales, notamment le contrôle des fichiers des adhérents, le contrôle des votes et le non cumul des mandats, très important car il permettra de casser certaines baronnies.

Oui. Ca va être un vote plébiscitaire. Heureusement. Les adhérents vont dire, en masse : « on arrête les conneries ». On peut ne pas aimer Martine Aubry et lui reprocher des bricoles mais c’est bien elle qui a lancé la « rénovation » du PS.

Marc, reviens ! Le PS a besoin de tout le monde. En face, ils se battent à coup d’affaires d’état. Au PS, à coup de boules puantes. On ne peut pas lutter.

« Alors, tout est perdu ?

Bien sûr que non.

Il est temps de sortir la hache et le complot. Faucille et marteau sont à remiser au placard. La hache est une arme qui ne pardonne pas. Avec une hache, il faut mobiliser tous ses muscles pour trancher net. »

Juan, on est là !

24 commentaires:

  1. La théorie selon laquelle Nicolas Sarkozy aurait monté une manipulation contre lui-même pour faire porter le chapeau à De Villepin est assez séduisante et peut assez facilement s'imaginer quand on appréhende le personnage. Ce serait assez pervers et assez tordu pour coller au petit obsédé de la carrière présidentiel.
    Evidemment jusqu'à preuve du contraire, ce n'est qu'une théorie !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Poireau,

    Oui, ça n'est qu'une théorie. Ca fait quand même un peu gros...

    RépondreSupprimer
  3. Tu te rappelles d'un certains François Mitterrand faisant mitrailler sa propre voiture pour se dire victime d'un "attentat" ? En politique, à ce niveau, tous les coups sont permis !
    :-))

    RépondreSupprimer
  4. Tout est possible avec Clearstream, y compris l'explication la plus banale: DdV se laissant tenter par le coup tordu contre Sarkozy, et ce dernier (tout de même bien placé pour en être averti) retournant contre l'ennemi sa propre arme. Si l'affaire est devenue ce qu'elle est, au lieu de retomber, c'est tout de même parce que N. Sarkozy a su l'orchestrer à merveille.

    RépondreSupprimer
  5. Le Coucou,

    Tu as probablement raison...

    RépondreSupprimer
  6. non je n'ai pas quitté le PS, on m'a viré en 2002 car mon patron à l'époque député européen PS s'est présenté aux leg contre le député sortant socialiste).
    Pourtant, je n'ai pas fait la campagne... ce qui m'a valu d'être licencié dans le mois suivant...

    RépondreSupprimer
  7. Je suis là...

    Dans mon cas c'est tout de même un peu plus complexe que l'unique envie de changer. Le militantisme de l'étranger, sans structure, sans relais d'infos... c'est épuisant et démotivant !

    Si on y ajoute les fraudes et autres... désolé mais difficile d'en être !

    RépondreSupprimer
  8. Marc,

    Ce n'est pas très important (je te titillais) mais as-tu été "officiellement exclu" ?

    Donatien,

    Je comprends (mais c'est une des raisons qui ne me font pas adhérer : je n'ai pas envie de faire du "militantisme classique").

    RépondreSupprimer
  9. en 2002 oui j'ai reçs une lettre du 1er Fédéral de l'époque hors statut bien sur... normalement commission des conflits... ça a pris 3 ans avant de pouvoir reprendre ma carte.

    Sinon la rénovation avec Aubry, il y a ceux qui y croient, il y en a d'autres qui n'y croient pas.

    Au fait... le fichier national existe déjà. Pour le reste, j'ai déjà dit ce que j'en pensais. cassé les baronnies hahahahah quand on s'appuie sur le Pas de Calais et le Nord c'est à mourrir de rire

    RépondreSupprimer
  10. Quand elle fait rien, tu gueules. Quand elle fait quelque chose, aussi.

    RépondreSupprimer
  11. Sûr que si le PS pouvait s'offrir une affaire d'Etat comme celle qui occupe la droite, ça provoquerait quelques secousses autrement plus intéressantes que la guerre des boutons (de roses, à peine écloses) qui se joue actuellement et les vagues remous que cela engendre dans les permanences locales du parti socialiste (jamais arrivé et qui désespère d'y parvenir un jour).
    En attendant, Royal soutenant Aubry dans une éventuelle action en justice dans l'affaire des fraudes électorales du Ps et contre les auteurs d'un livre les dénonçant... ça a comme l'odeur d'un piège...

    RépondreSupprimer
  12. elle n'a rien fait le fichier national existe déjà... donc moi je veux bien mais bon.
    Sur le cumul... premier début d'application 2012... si pas de changement d'ici là (ce qui ne serait pas la première fois)
    et sur la parite comment dire...
    voilà
    plus ces déclarations ... enfin ...

    RépondreSupprimer
  13. Bart,

    Oui, c'est un peu louche...

    Marc,

    Je ne parle pas du fichier national dans le billet, juste du contrôle des fichiers.

    Pour le cumul, oui on passe les Régionales mais au rythme où vont les élections, le ménage sera rapidement fait. Je suppose qu'il faut une modification des statuts du PS pour que les changements soient effectifs. Ces statuts ne peuvent pas être modifiés en même temps que la campagne pour les régionales, on n'est pas à quelques mois près, tout de même !

    Ces déclarations... Toi et Dagrouik avez fait un billet pour rebondir sur une phrase que visiblement vous avez pris de travers. Je suppose (je n'ai pas lu le reste, j'ai mieux à faire) qu'elle a voulu dire qu'il fallait que le PS offre un monde où on n'aurait pas, en permanence, à courir derrière un contrat de travail, un monde plus sécurisé, plus juste !

    (Désolé, techniquement, je ne peux pas commenter chez toi).

    RépondreSupprimer
  14. Par rapport à Clearstream, je me demande comment on a pu faire pour déclarer ce procès légal ? N’y a-t-il pas une histoire de réciprocité à respecter ? Car s’il s’agit d’une magouille orchestrée (ou utilisée) par Sarko le pas gentil, comment la justice pourra t’elle condamner ledit pas gentil alors qu’il est immunisé contre les piqures de juges ?

    RépondreSupprimer
  15. Il ne sera pas condamné : il n'est pas jugé. Ca réputation pourrait, par contre, en prendre une belle claque.

    RépondreSupprimer
  16. A choisir, des trois compères, je préfèrerais être Villepin...

    RépondreSupprimer
  17. Oh oui, tu me fais plaisir là Nicolas! La clairvoyance d'un numéro 1 du Wikio!

    RépondreSupprimer
  18. Arrête, je vais encore me faire engueuler...

    RépondreSupprimer
  19. C'est en effet tout l'avenir et la crédibilité politique et morale de Villepin qui se jouent là.
    S'il s'en tire, ça rajoute un candidat apprécié d'une belle frange de la population, sans compter les dames qui le trouvent beau et bien mis, même de l'autre bord (Mrs Clooney a succombé à ses charmes bien malgré elle).
    En même temps ça fera moins de voix pour Sarko.
    Faudrait aussi qu'un unique candidat enfin potable du PS soit désigné. Que Ségo se résigne à rester Présidente de sa région, c'est déjà très bien, j'ai pas été voir le site là-bas d'ailleurs..
    Voilou, heureuse de me voir faire partie intégrante du bistro et du Parisien, côtes à côtes dans une même phrase..

    RépondreSupprimer
  20. ah lala, jamais contents ces militants socialistes... heureusement qu'il y a Bayrou ! ;:)

    RépondreSupprimer
  21. Donnons une affaire Clearstream au Parti socialiste.
    En fait l'affaire Clearstream a des similitudes avec les fraudes au PS, le point commun étant les guerres des courants politiques.

    RépondreSupprimer
  22. Stef a raison. En fait, la désignation au sein de l'UMP ne pouvant se faire dans des urnes, on n'y risque pas d'y découvrir un bourrage quelconque.
    En revanche, à l'UMP on retombe assez vite dans les réseaux, les barbouzes et autres magouilles pour tenter de mettre en selle un chef. Il y a là quelque chose de génétique depuis Alger 58, Pasqua et les SAC, les CAR, et autres actions glorieuses!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.