01 septembre 2009

Environnement que l'on respire

Comme périodiquement, l’écologie semble un thème porteur ces jours-ci. D’ailleurs mon quotidien gratuit du matin titrait, en une, sur les bisbilles au sein du PS et entre le PS et les verts sur la taxe carbone. Malheureusement, j’ai cherché en vain plus de détail dans l’article d’une quinzaine de pages : je n’ai rien trouvé. A ce stade, on appelle ça de la désinformation… Comme en plus, j’avais oublié mon stylo pour faire les mots croisés, ce canard ne m’a été d’aucune utilité.

Mon billet d’hier, sur le sujet, a généré une foule de commentaires intéressants qui m’ont amené quelques réflexions supplémentaires. Trois, pour être précis.

Première remarque :

Faites en ce que vous voulez mais la taxe carbone, telle que prévue par le gouvernement est profondément injuste et surtout inefficace. On nous parle d’une taxe de 7 centimes sur le litre de carburant. On va la payer mais ça ne changera pas nos habitudes de consommation (donc l’action sur l’environnement) : on n’est pas à 7 centimes près quand on est habitués à voir passer le litre de 95 de 1€10 à 1€40 périodiquement…

Elle est injuste mais il faudra bien faire quelque chose… Quand on n’aura plus de pétrole, la flambée du litre d’essence ne s’arrêtera pas à 1€50…

Néanmoins, les solutions proposées que j’ai pu lire à droite ou à gauche s’assimilent à des usines à gaz. Mais je ne vois pas une usine à gaz résoudre les problèmes d’environnement.

Deuxième remarque :

C’est évident mais le problème n’est pas Français mais mondial. On ne va donc pas en chier une pendule mais une taxe à notre niveau ne changera rien à la pollution globale.

Cela étant, si on se met à consommer du vin Californien (ça n’est qu’un exemple, bordel) et qu’il est importé en avion dont le plein est fait à Los Angelès et si une taxe est Franco-Française, on ne la paiera pas pour le transport alors qu’on en paiera pour l’acheminement de la bière entre le Nord et la Comète.

Qu’on veuille bien m’expliquer ce qu’a prévu la commission Rocard pour détourner ce léger problème qui va totalement à l’encontre de la résolution du problème en privilégiant les productions lointaines et couteuses en transport, donc en pollution…

Troisième remarque :

J’ai raté mon billet d’hier dans le sens où on n’en voit pas la conclusion. Elle est pourtant simple : à force de sortir des taxes ou des solutions diverses pour contourner les problèmes ou « inciter », on oublie de résoudre les problèmes…

Mon premier exemple était les 4x4 (et par extension tous les véhicules « disproportionnés ») : c’est bien leur existence qui pose problème. Ne nous attaquons pas la taxation mais à l’existence… Un décret de la préfecture de Paris et le tour est joué (ou presque, je sais…).

Mon deuxième exemple était l’eau potable et sa distribution. On sait qu’on ne pourra que payer de plus en plus cher. Néanmoins, avant de faire payer la dépollution, il ne faut pas oublier de continuer à mener le combat du siècle dernier : lutter contre la pollution. Ca coûtera moins cher et ça ne semble pas idiot.

Le troisième exemple que j’aurais du prendre est le coût des transports des marchandises. On peut mettre des taxes sur le gasoil pour inciter les distributeurs à faire quelque chose mais ça ne résoudra pas les problèmes : d’une part, et c’est minime, l’état du transport ferroviaire en France, et d’autre part, la délocalisation de la production qui impose des charges de transport importantes.

Le quatrième exemple, que j’ai bien pris, repose sur les algues vertes : on va s’attaquer au nettoyage des plages mais pas à la production de nitrate, ou, alors, par quelques artifices sans réfléchir au problème global : la société de production intensive.

Ce qui revient d’ailleurs au cas précédent : c’est le modèle de société qui est en cause. Ne pondons pas une usine à gaz qui ne résoudra rien…

(photo)

16 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord avec toi !

    @ +

    RépondreSupprimer
  2. C'est ce que je me tue à dire : Pour sauver la planète, sortez du capitalisme !

    RépondreSupprimer
  3. Ce type de débat aura-t-il le mérite de faire changer de fusil d'épaule, le gouvernement ? C'est assez rare pour que cela soit souligné, mais je crois que l'on peut remercier le PS de la Rochelle d'avoir rebondi sur la question... Et puis ça met bien en évidence que ce Rocard n'est plus du tout dans le coup entre parenthèse.

    RépondreSupprimer
  4. Entièrement d'accord.
    J'écarte le débat sur les projets de voiture électrique: ça serait une première solution. Mais, bridé par les lobbies pétroliers, celle-ci ne voit pas le jour. Pourtant ,elle serait une première solution essentielle si elle était distribuée massivement, à un prix raisonnable et avec des paramètres semblables aux véhicules d'aujourd'hui. Le parc automobile est un des trois plus gros pollueurs dans le monde, et il est surement le plus facile à faire évoluer.

    RépondreSupprimer
  5. Cette fausse taxe écolologique déguisée n'est n'est autre qu'un augmentation des carburants, c'est un nouvel impôt pour faire entrer des sous dans les caisses de l'état.

    Ca manque de courage tout ça, il faut appeler un chat un chat ..

    RépondreSupprimer
  6. Je rejoins l'avis de David75, non content de vivre dans le pays le plus taxé et imposé au monde, les politiques ont trouvés un nouvel arguments pour presser la vache à brouzoufs qu'est devenu le français ...

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait d'accord!
    Les riches qui auront énergie solaire et toto électrique ne paieront rien.
    Les entreprises paieront moins qu'elles payaient avec la taxe professionnelle.
    Les autres, les plus nombreux, les médiocres moyens et les pauvres paieront.
    Merci Sarko et Cohn-Bendit!

    RépondreSupprimer
  8. Au sujet de la taxe carbone,
    il faut rappeler que le produit de cette contribution progressive pour être acceptable ne doit évidemment pas servir à compenser les pertes de recettes liées à la réforme de la taxe professionnelle mais à baisser la fiscalité sur le travail et à favoriser l’essor de nouveaux secteurs économiques et de nouvelles technologies. Sa redistribution totale en fonction de critères sociaux est indispensable.

    RépondreSupprimer
  9. Jeu de mollet detected dans le titre ;)

    RépondreSupprimer
  10. Bon, ben si tout le monde est d'accord...

    b.mode,

    Tu crois que tu es le seul ?

    RépondreSupprimer
  11. ça fait toujours plaisir de voir des champions !

    RépondreSupprimer
  12. Faudra qu'on m'explique en quoi donner des aides à une industrie automobile qui continue à fabriquer des voitures polluantes et ensuite taxer les consommateurs qui polluent est logique.

    C'est comme ces agriculteurs bio et consommateurs qui s'enorgueillissent de manger et produire bio et qui font venir tout ça dans de jolis camions et parfois avions.

    Il faut arrêter les conneries c'est pas en utilisant des charrettes et en faisant payer le prix du pétrole dix fois plus cher qu'on résoudra le problème.

    Il existe la pile à combustible, les maré-oliennes, les pompes à chaleur, mais l'investissement financier n'étant pas intéressant pour les industriels et pouvant déstabiliser bien du monde qui a investi dans le pétrole et le nucléaire on oublie.

    En clair, on continue mais on fait croire que l'on change....

    RépondreSupprimer
  13. Fabien,

    On est d'accord ! Une vraie fiscalité écologique serait d'augmenter les impôts "justes" pour financer les machins alternatifs.

    RépondreSupprimer
  14. merde j'ai du vexer c'était pas le but ! Arf ! à la prochaine

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.