28 mai 2012

Adieu, François Bayrou !

François Bayrou ne devrait pas être réélu député et AlainLambert s’en émeut. Pas moi. Je le dis aussi facilement : j’avais été parmi ceux qui pensaient que le Parti Socialiste aurait du lui renvoyer l’ascenseur après sa déclaration en faveur de François Hollande. Le « centre » n’existe pas, en politique. Le centre est à droite. C’est ballot. Quand les gens de droite, de cette droite modérée, qu’on pourrait presque apprécier, oseront dire qu’ils sont à droite, la France se portera mieux.

François Bayrou est au "centre" de la vie politique Français depuis plus de 25 ans (il a été élu député en 1986).  

C’était à lui, au cours de la campagne, d’affirmer son positionnement politique. Avec un Nicolas Sarkozy à la dérive vers l’extrême droite, il avait un boulevard devant lui avec un positionnement au centre droit.

Ca fait quelques jours que je ne cesse de donner des conseils à « cette droite ». Je vais recommencer : tant que vous n’assumerez pas, vous êtes condamnés à laisser l’autre droite, la dure, occuper tout l’espace. Et tant que vous ne défendrez pas votre politique, nous autres, andouilles gauchistes, n’auront pas mieux à faire que lutter contre l’espèce d’extrémisme qui pousse vos collègues de l’UMP.

François Bayrou s’est exprimé à propos de cette guerre des chefs à l’UMP. « Il y a une partie de la droite française, républicaine, dont les idées et les valeurs sont absolument ouvertes, à mes yeux profondément justes et avec qui, naturellement, des gens comme moi peuvent travailler. C'est François Fillon, pour qui j'ai de l'estime, et ce n'est pas un secret de le dire » « Et puis, il y a, depuis des années, une autre sensibilité qui est profondément différente. Cette sensibilité accepte qu'entrent dans le débat public des sujets de profondes divisions, de profonds antagonismes entre Français, des sujets qui mettent le feu, parce que [ces représentants] estiment qu'électoralement c'est plus payant. Et ils voient dans la montée du FN la preuve de ce qu'il faut faire » « Cette ligne-là s'accompagne en même temps d'une vision de rapports de force de la société, sur l'argent, la condamnation des partenaires sociaux et des corps intermédiaires... Tout cela fait une vision du pays qui est, me semble-t-il, en contradiction avec ce que la droite française a donné de meilleur depuis des décennies. » « C'est une vision profondément antagoniste qui ressemble à ce qu'une partie de la droite américaine, ce qu'on appelle les Tea Party, veut faire entendre. C'est sur ce point qu'il y a une ligne de clivage » « Et, donc, je ne crois pas que ce qui se passe au sein de l'U MP soit uniquement un choc d'ambitions [...], mais c'est sur du fond que ce débat va avoir lieu, et il est pour moi très intéressant. »

Nous n’aurons pas le débat de fond. François Fillon a été le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq ans. François Bayrou qui nous dit vouloir rompre avec les vieux clivages doit aussi rompre avec l’UMP et ne pas acclamer ceux qui représentent le pire, sans distinction.

Sans compter que François Fillon a des chaussettes rouges.

François Bayrou aurait du être le chef de ce centre droit. Il a décidé de passer les clés à un autre..

Tant pis ! Une page va se tourner. Il n'avait qu'à prendre ses responsabilités.

21 commentaires:

  1. Ah, la République des Girouettes ... capable du meilleur et du pire !

    RépondreSupprimer
  2. t'es un peu dur avec lui mais sur le fond, c'est vrai qu'il est plus centre droit qu'à gauche, par contre, tu vas me conspuer mais je l'aime bien, malgré ses erreurs. C'est une personne honorable.

    RépondreSupprimer
  3. La seule chose qui manque à Bayrou, ce n'est ni la grandeur, ni la bêtise, ni le courage, ni l'opiniâtreté, ni d'être Béarnais. Ce qui lui manque : la proportionnelle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Ce qui lui manque : la proportionnelle ! »

      Ce qui lui fait au moins un point commun avec Marine Le Pen.

      Supprimer
    2. Ça s'arrose.

      Mtislav, pourquoi tu as reveillé le vieux ?

      Supprimer
  4. La démocratie, c'est çà: un homme se présente devant le peuple, explique ses idées, le peuple vote. S'il a convaincu, il est élu, s'il n'a pas convaincu,il est battu.
    Bayrou a toujours été de droite, il a participé à des gouvernements de droite. Il a toujours combattu la gauche.
    Il a certes appelé à voter Hollande au deuxième tour, mais en même temps il n'a pas voulu participer à une union, alors qu'il la réclame depuis 25 ans. Il a encore raté l'objectif qu'il poursuit par manque de courage et de détermination.
    Avant le premier tour, j'avais écrit quelques lignes pour expliquer pourquoi je ne voterai pas Bayrou. Rien n'a changé pour moi.
    http://lysigee.wordpress.com/2012/04/15/pourquoi-je-ne-voterai-pas-francois-bayrou/

    RépondreSupprimer
  5. J'y pensais hier en redigeant un billet à venir: dans nombre de pays la droite qui est au pouvoir est plus soft que l'UMP (ex en Suède ou en Autriche).

    RépondreSupprimer
  6. Qu'on ne dise pas de mal de Bayrou même si je n'ai jamis voté pour lui. Pour moi c'est un homme honnête et un honnête homme. Dommage qu'il ne glisse pas un peu à gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Honnête. Ça ne fait pas une carrière politique. Il me fait penser à un de ces vieux politiciens de la quatrième.

      Supprimer
  7. Vieux refrain le centre est à droite, il n'y a que la droite et la gauche. Bref un monde simpliste (ou simplet ?)
    FC

    RépondreSupprimer
  8. Ah bon d'accord, le centre est de droite. C'est ballot : j'ai voté Royal au 2ème tour en 2007, Hollande en 2012… vous me direz, normal, ils sont de droite. J'ai bien voté Chirac aussi au 2ème tour en 2002, et Jospin au 2ème tour en 1997, normal : ils sont de droite. Il faudrait que je m'assume de droite au lieu de me croire du centre, sottement.

    Au passage, il n'y a pas besoin d'être député pour faire de la politique. François Bayrou s'est engagé en 72 dans un parti qui s'appelait le Centre démocrate, qui était dans l'opposition au gouvernement de droite Pompidou/Messmer, et qui refusait de s'allier avec le PCF (contrairement à Mitterrand), parce que pour lui, démocratie s'opposait à totalitarisme.

    Donc, il devait être de droite. Qu'est-ce qu'on peut être bête, quand même, de ne pas savoir qui on est.

    Obama aussi, tiens : démocrate, pas de gauche… donc de droite.

    Le Parti du Congrès indien aussi, tiens donc : fâché avec les communistes, membre de l'internationale démocrate… donc de droite.

    Le Parti démocrate du Japon, ben alors ! il arrête les centrales nucléaires après le tsunami… et on sait bien comme le PCF défend le nucléaire… donc il est de droite.

    En fait, toute l'internationale démocrate est à droite, SANS LE SAVOIR. Au secours, Nicolas ! Préviens le monde entier !

    RépondreSupprimer
  9. Ne balaie pas aussi facilement des vérités historiques... Le centre a toujours été avec la droite en France. Bayrou n'a participé qu'à des gouvernements de droite. Il a été la patron d'un des grands partis de droite.

    Qu'il ne veuille plus participer à des "actions" avec l'UMP telle qu'elle est devenue est tout à son honneur mais ça n'en fait pas un gauchiste...

    RépondreSupprimer
  10. Des "vérités historiques" qui ne sont ni très anciennes, ni vérifiées depuis 10 ans, ni vraies partout ; bref, des clichés.

    Ceci dit, je fais une grande différence entre être démocrate, ou au centre (ce que je pense être), et être gauchiste (ce que je n'ai pas été et ne souhaite pas devenir) ou, d'ailleurs, droitiste (même topo) ;-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.