25 mai 2012

Deux capitaines dans le Titanic de l'UMP ?

C’est le bordel à l’UMP, j’adore ! François Fillon a déclaré récemment qu’il n’y avait pas de leader naturel dans le parti et il n’est pas loin d’avoir raison. Jean-François Copé ne fait qu’assurer un intérim parce qu’il n’y a pas le choix avant les législatives.

En allant manger, un collègue, de gauche, me demandait pourquoi François Fillon avait tapé maintenant et n’avait pas attendu les législatives. Je lui ai sorti une théorie qui ne doit pas être trop loin de la vérité. Si l’UMP fait un beau score aux législatives, même sans les gagner, mais en conservant plus de 250 députés (ce qu’ils avaient en 1997), Jean-François Copé sera « légitimé » dans la place. Si l’UMP fait un mauvais score, voire si JFC n’est pas réélu, le patron deviendra alors François Fillon. Tout le monde à droite n’a pas intérêt à ce que l’UMP gagne…

Ils semblent que les députés UMP aiment mieux Jean-François Copé que François Fillon mais la base n’est, à mon seul avis, pas du tout sur cette position.

Que faut-il penser de tout ça ?

Strictement rien. Mais il se trouve que je dois raconter des conneries sur mon blog. Une espèce de vocation. Je vais donc donner mon avis, voire des conseils.

Petit 1 : 2014 ou 2017 ?

On a l’impression que nos deux compères se positionnent pour l’Election présidentielle de 2017. C’est ce qui ressort des articles de presse. Or, on nous disait il y a quelques semaines que François Fillon visait la Mairie de Paris en 2014.

Les élections municipales de 2014 pourraient bien être reportées à 2015. En 2014, il y aura des élections européennes ainsi que des élections territoriales ou, plus vraisemblablement, des élections régionales et des élections cantonales. D’ailleurs, le mode de scrutin pour les cantonales pourrait bien être changé. Je ne sais pas ce que Marylise Lebranchu a dans ses cartons. Autant je suis favorable au retrait de la réforme territoriale et au retour d’élections bien séparées entre les régionales et les « départementales », autant la notion de « cantons » me parait dépassée.

Le résultat des législatives nous permettra d’éclaircir l’horizon politique. Bertrand Delanoë pourrait très bien devenir Ministre auquel cas Anne Hidalgo deviendrait Maire de Paris, pendant trois ans et occupant confortablement le fauteuil. La tâche de François Fillon deviendrait alors presque impossible.

Il ne sait donc pas lui-même quelle élection il doit viser.

Petit 2 : la ville ou la campagne ?

S’il ne vise pas la Mairie de Paris, François Fillon a fait une connerie de se présenter aux législatives dans la capitale. Tous les Présidents ont eu une longue période dans leur fief électoral (Jacques Chirac, par exemple, est resté près de 20 ans, dont les 7 dernières années sans activité nationale, dans son fief : la Mairie de Paris). En fait, seul Nicolas Sarkozy échappe à la règle, a priori. Même Giscard est resté Conseillé Général jusqu’en 1974.

Un des problèmes de l’UMP vient de la base pas assez considérée par « Paris » au cours des dernières années, perdant les élections locales, … La réforme territoriale leur ferait faire perdre un tas de postes (la victoire de la gauche est salvatrice pour l’UMP…). François Fillon aurait beaucoup plus de poids auprès les militants en tant qu’élu de la Sarthe qu’en tant que parachuté Parisien dans une circonscription facile.

Donc François Fillon vise donc bien la Mairie de Paris. Je l’ai dis : la tâche sera très difficile et, s’il perd, il perdra de la légitimité pour la Présidentielle.

Il vient de faire une grosse boulette…

Petit 1 : François Fillon a fait une connerie de se présenter à Paris. Il aurait du rentrer dans la Sarthe. Il est à peu près sûr d’être élu, mais n’en tirera aucun bénéfice : trop facile. La « base » de l’UMP est sonnée, les élus locaux n’ont pas été écoutés, la réforme territoriale (qui ne devrait pas être appliquée) leur porte de graves préjudice. Ca n’est que dans la Sarthe que François Fillon peut se refaire une santé. François Hollande est retourné pendant trois ans en Corrèze avant de revenir au premier plan au niveau national. François Mitterrand avait passé 20 dans la Nièvre. Jacques Chirac était planqué à la Mairie de Paris qui était devenue son fief électoral alors que François Fillon n’a pas d’implantation à Paris. Et Jacques Chirac était resté très Corrézien.

Il fait ce qu’il veut. Mais ce n’est que dans la Sarthe où François Fillon aurait pu retrouver le contact avec les élus locaux.

Par ailleurs, s’il mène la bataille de Paris, peut-être deux ans avant la prochaine Présidentielle, il va se retrouver au centre de l’actualité alors que tous les autres présidents provoquant une alternance se sont fait oublier avant l’élection. Avant 81, on pensait que Rocard serait candidat. Avant 95, on pensait que Balladur gagnerait largement. Et qui pensait à Hollande il y a 18 mois ?

Il ferait mieux d’aller se planquer dans la Sarthe. Juppé vieillissant, il apparaitrait comme le « sage », le « sauveur », … à l’occasion d’une éventuelle primaire en 2016.

Petit 3 : fromage ou dessert ?

On n’a absolument aucune idée de ce que sera la conjoncture en 2017. La France sera-t-elle sortie de la merde grâce à l’effet des mesures prises par François Hollande et ses gouvernements ou grâce à une reprise de l’économie ? Ou les deux…

Tout le monde l’espère mais personne ne sait rien… et ne sait rien non plus des conséquences. Le bilan du Gouvernement Jospin fut très bon : compte à l’équilibre, baisse du chômage,… Ca n’a pas empêché les électeurs de foutre Yoyo à la porte d’une manière qu’on aimerait oublier.

Mon conseil gratuit du jour

Tous les deux devraient se faire oublier dès le lendemain des législatives. Tant qu’ils resteront au premier plan, ils resteront les symboles de la défaite de Nicolas Sarkozy, l’un en tant que chef de parti, l’autre en tant que chef de Gouvernement.

Ils devraient se réunir et décider en commun de donner le parti à Alain Juppé qui aura 72 ans en 2017.

Mais je m’en fous.

Conclusion

C’est bien rigolo que la une de la presse porte sur les engueulades à l’UMP, ça renforce les chances de la gauche. Par contre, ceux qui écrivent les articles de presse et les billets de blogs devraient fermer un peu leurs gueules puisqu’on ne sait absolument pas ce qui pourrait arriver.

Ils gagneraient à présenter les projets des partis politiques, non mais sans blague.

Il est temps que nos deux compères entament les meetings pour commencer à dérouler le programme.

Et encore, j’espère qu’ils ont le même…

18 commentaires:

  1. si l'ump avait un programme, ça se saurait

    RépondreSupprimer
  2. Il est très bien ce billet, mais petit 1 petit 2 petit 1 petit 2... Faudrait voir à apprendre à compter, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas ça : ce billet est raté. J'y ai laissé toute une partie que je voulais supprimer (le 2ème petit 1).

      Supprimer
  3. Oui au fait, on n'a toujours pas trouvé le programme de l'UMP.

    RépondreSupprimer
  4. Titanic ? C'est vite dit ! Pour parodier le bon roi François 1er : "Souvent Français varie, bien fol qui s'y fie" Voir ceci : http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Popularit%C3%A9/Nicolas%20Sarkozy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les Français sont un peu tarés (j'ai lu votre billet de ce matin).

      Supprimer
  5. Mais pourquoi leur donner des conseils, et en plus gratuits ?
    On ne sait jamais, s'ils les suivaient ..
    Laissons Fillon viser Paris, et tant pis pour lui.
    Ils ne font pas d'analyse politique, ils appliquent des méthodes de guerre dépourvues de sens (mais attention, ça peut faire gagner, et c'est pourquoi il y avait un risque qu'ils gagnent la présidentielle).
    Fillon voudrait Paris parce que sa suffisance lui souffle qu'un PPPPremier Ministre ne peut viser que Trrrès Haut. Qu'il reste dans sa bulle.

    RépondreSupprimer
  6. Le conseil gratuit est de taille !

    beau billet.

    RépondreSupprimer
  7. Je l'aimais bien Jospin, un ancien trotsko qui dit que son programme n'est pas socialiste, c'est pas mal, mais faut croire que ça n'a pas plu à nos gauchistes de service. Bon, le coup d'abandonner un navire qui coule, c'est pas bon, mais il l'a fait par fidélité à sa parole, ce qui en politique est bien souvent une erreur.
    J'aime bien aussi les socialistes qui critiquent l'absence de programme de l'UMP, quand on voit la campagne qu'on a eue, quand on voit le programme du PS pour la présidentielle, quand on voit l'absence de projet, de dynamique, des équipes actuellement en place au gouvernement, on se demande sur quoi est ce qu'on va bien pouvoir débattre.

    RépondreSupprimer
  8. L'UMP n'est plus un parti qui parle de fond Nicolas mais un parti qui pratique la distraction des vrais sujets.

    RépondreSupprimer
  9. pour choisir un leader, il faut choisir un leader qui maitrise les relations economiques internationales. chaque visite dans l'avion doit rapporter de l'argent à la quelle la france a besoin.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.