01 mai 2012

Mon 1er mai

Mon premier mai, c'est avant tout des brassées de muguet cueilli dans le jardin de ma mère, avec une vraie odeur. Je m'arrange généralement pour partir en début d'après midi de Loudéac pour arriver vers 18 heures au Kremlin-Bicêtre et offrir de beaux bouquets (autre chose que les machins qu'on nous vend pour deux euros) à toutes les patronnes des bistros de mon quartier et toutes les clientes que je connais.

Cette année, c'est raté. Il n'y a pas de muguet dans le jardin. Une saison bizarre : un beau mois de mars, un triste mois d'avril. Ca arrive parfois. Mon premier mai n'aura pas cette odeur sympathique qui vous prend au nez.

Mon premier mai, c'est aussi celui d'il y a quatre ou cinq ans. Il pleuvait. C'était un temps de Toussaint. Je n'avais pas pu venir en Bretagne et j'avais passer une partie de la journée à déprimer, à la porte de l'Aéro, regardant la grisaille. Je me rappelle, j'en avais fait un billet de blog. Aujourd'hui, il fait à peu près beau mais le week-end a été pourri.

Mon premier mai, c'est aussi quelques manifestations à Paris. Pas souvent, je préfère venir passer le week-end en Bretagne. Je pars de Bicêtre avec quelques copains. Je fonce à Denfert, par cette ligne 6 étrangement pleine un jour férié et je marche, doucement. Il y a un an ou deux, on avait retrouvé des  blogueurs. Une journée pour célébrer le travail, les luttes sociales, le progrès, le tout dans une ambiance bon enfant. Après la manifestation, on trouve un bistro ouvert et on continue à profiter de cette journée entre amis.

Cette année, le 1er mai a un goût bizarre. Il semble récupéré par des politiques, par le sortant lui-même, pointant du doigt les syndicats, le vrai monde du travail, des salariés, comme s'ils avaient récupéré cette date toutes les années précédentes, depuis des décennies, depuis des siècles...

Et toi, c'est quoi ton 1er mai ?

Cette année, je ne vais pas manifester. Oh ! Je ne vais pas rendre hommage à Bérégovoy, non plus. Je vais passer l'après-midi sur la route, pour retourner travailler, après un long week-end en famille.

Lors de son meeting à Avignon, hier, le sortant a dit qu'il parlerait aux Français du travail, de la famille, du patrimoine. Pour ma part, j'ai un bon travail, un travail qui me permet de poser des journées de RTT pour venir voir ma famille, mes proches, qui me permet de profiter d'un vague patrimoine, d'autant que j'ai un peu de temps pour l'entretenir même si le bricolage n'est pas vraiment ma tasse de thé (ou mon bock de bière).

Nicolas Sarkozy voudrait parler du patrimoine « qu'ils laissent » à leurs enfants. Peut-être que le seul patrimoine que veulent laisser les gens à leurs enfants est une France apaisée, une France réunie, une France sans trop d'inégalités, une France avec un avenir pour les enfants, une France dont les ressources naturelles n'auront pas été détruites à cause d'un modèle économique délirant...

Alors pour moi, la véritable fête du travail, cette année, sera un peu décalée, comme elle l'a été en 1981. La « vraie fête » du travail sera dimanche soir, probablement à la Bastille. Nous fêterons le changement, nous fêterons l'espoir.

Enfin, j'espère... Mais je n'ai pas trop de mal a espérer : même François Fillon a l'air de penser que c'est plié, …

Que le changement, c'est maintenant.

Peut-être le muguet sera-t-il sorti, ce week-end, dans le jardin de ma mère ?

(photo)

16 commentaires:

  1. En fait je crois que le muguet attend sagement le 6 mai pour sortir, car comme beaucoup il n'a pas compris la notion de "vrai travail" ....

    RépondreSupprimer
  2. Comme chez ta mère, chez moi le muguet n'a pas encore daigné fleurir. Il attend sans doute, comme nous, que des jours meilleurs arrivent. Espérons que ce soit pour bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. "chez moi le muguet n'a pas encore daigné fleurir. Il attend sans doute, comme nous, que des jours meilleurs arrivent."

    Nous irons le cueillir
    En des temps plus faciles
    La Commune est en lutte
    Et demain, nous vaincrons

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le lien verzs mon blog. C'est trop sympa ça.
    La meilleure de la journée. Il y avait sur la place un chouette camion, avec une zic à réveiller les morts [de faim].J'entends tout à coup très très fort une sono :
    (...)
    Le voilà !, Le voilà ! Regardez !
    Il flotte et fièrement il bouge,
    Ses longs plis au combat préparés,
    Osez, osez le défier !
    Notre superbe drapeau rouge !
    Rouge du sang de l’ouvrier !
    (..) Je m'approche ... Devant le cinéma K2, la camionnette de l'UD CGT 9.3. faisait un concert à la troupe de CRS cantonnée là dans le coin, entre le marchand de sushi et le resto mexicain ...
    C'était sur l'air de Mirabeau " Allez dire à celui qui vous envoie ..."
    Les CRS les yeux en l'air, faisaient semblant d'écouter les petits oiseaux ...J'ai vu que certains avaient envie de rigoler ...
    Allez, plus que 4 jours et on fraternise ! ...

    RépondreSupprimer
  5. Un premier mai semblable aux autres jours(comme le jour de l'an d'ailleurs), comme d'hab' je suis allée aux champs, nourrir les bêtes.
    Et puis, cette année pas de muguet... et comme pour d'autres l'inquiétude des élections à venir...
    Pas brillant le dixième commentaire :?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par rapport au suivant, il est parfait !

      Supprimer
  6. Une France réunie....
    Vous plaisantez j'espère !!
    Elle n'a jamais été aussi désunie et fragmentée.
    Vous avez vraiment de la merde dans les yeux.
    quand à votre petit patrimoine, votre chéri va, et c'est bien naturel, s'empresser de rétablir les droits de succession.
    Pignouffe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, c'est ce que j'espère, trou du cul.

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  8. je ne connaissais pas cette générosité florale.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.