29 mars 2013

Encore des normes !

Mon copain Politeeks n'est pas content de l'intervention de François Hollande et en fait un long billet. Il revient sur le sujet que j'évoquais hier, les normes, et ce qu'a annoncé le président de la République : des travaux pour les simplifier. Politeeks ne dit pas que c'est libéral, mais presque : « Encore une fois le diable se cache dans les détails. Dites vous bien que simplifier, c’est de-réguler d’une façon ou d’une autre. » Et alors ?

Les fabuleuses machines sur lesquelles je travaille et qui vous permettent de retirer du pognon pour aller au bistro doivent avoir un clavier à moins de 1m30 pour permettre aux types en fauteuil roulant de tirer de l'argent. Une norme le dit. Une autre dit que le clavier doit être à plus de je ne sais plus quelle hauteur pour vous permettre de mieux vous protéger quand vous saisissez le code confidentiel.

La dérégulation est parfois nécessaire : quand il n'y a pas des contradictions, ça entraîne des coûts pharaoniques. Par exemple, il nous a fallu respecter cette norme  « PMR » (personnes à mobilité réduite) : je vous laisse imaginer le coût quand les bâtiments sont anciens ! Tiens ! Une autre norme : comment voulez vous faire une rampe d'accès devant un machin considéré comme un monument historique ?

Politeeks dit : « Par ce que bien sûr on va nous citer des cas extrêmes et tragi-comique... » Tout le monde confronté à « des normes » pourra sortir des exemples et détailler le coût.

Des cas extrêmes ? Ma mère habite au milieu d'une impasse de 50 mètres. Des types ont décidé que les camions poubelles n'ont plus le droit, par sécurité, de rouler en marche arrière. Du coup, les camions poubelles ne peuvent plus rentrer dans l'impasse. Tu parles qu'ils risquent d'écraser du monde dans une impasse avec 5 maisons à 5 heures du matin...

La dérégulation un truc libéral ? Tu parles ! Les collectivités locales sont obligées de passer par des boites privées tellement certains domaines sont complexe... Tiens ! Dans mon domaine, la plupart des normes sont faites par les industriels ou les banques : le législateur n'intervient pas sauf pour obliger le respect des normes dans des domaines qu'ils ne connaissent pas. Nous, on s'en fout, la loi française n'est pas très contraignante puisque ce sont toutes directives européennes liées à l'euro qui s'appliquent. Vous savez ce que dit l'Europe aux banquiers : démerdez-vous, faites des normes, assurez-vous qu'elles correspondent à l'esprit de l'euro (c'est une monnaie commune, le droit s'applique de la même façon à tous les utilisateurs, en gros) et prouvez nous le ! Les banques et industriels fournisseurs pondent des normes, mettent en place des calendriers et disent à Bruxelles : vous voyez, on a bien travaillé... Aucun élu ni aucun fonctionnaire européen a regardé le détail.

N.B. : Ceci ne me choque pas spécialement, les fonctionnaires européens n'ont pas à être spécialistes de la carte à puce.

Avec l'Euro, ce n'est pas de la dérégulation mais de la régulation assurée par le privé. C'est purement libéral et ça ne me choque pas plus que ça. Mon côté soc-lib... Ce qui me choque le plus c'est que si ma mère est malade, elle pourrait être amenée faire appel à des boites privées pour sortir ses poubelles.

Dans mon billet d'hier, je citais l'exemple des cantines scolaires sujettes de plein de normes qu'il faudrait dépoussiérer. Je disais qu'il suffisait d'écrire dans la loi que : « la collectivité responsable du restaurant met en œuvre des menus équilibrés, diversifiés, adaptés à l’âge des consommateurs et faisant une place autant que faire se peut aux produits locaux rendus disponibles par les circuits courts. »

Les cantines scolaires étant sous la responsabilité des collectivités locales, leur supprimer des normes débiles sur le nombre d’œufs que doivent manger les mômes ne paraît pas idiot. On peut qualifier ça de tragi-comique si on veut.

Mais n'oublions pas qu'avec toutes les normes que nous avons, on s'est quand même retrouvés avec de la viande de cheval dans nos lasagnes...

N.B. (ou message de service) :
  • Politeeks a raison, par contre, quand il dit qu'il faut renforcer les moyens de contrôle par l'état,
  • Je ne fais pas de billet suite à l'intervention de François Hollande. Je suis assez d'accord avec Rosa.
  • Les commentaires de ce blog de personnes hostiles à François Hollande (sauf des copains, évidemment) et qui n'ont aucun fond seront dorénavant supprimés sans publication. Mon blog n'est pas un organe de communication de François Hollande et encore moins de ses opposants...
Et je m'en explique. Hier, Jacques Etienne a comment ceci : « Plus compétent que M. Hollande, y'a pas. C'est tout simplement inimaginable. Quelle chance nous avons ! » Je le considère comme un copain, je laisse le commentaire. Il n'empêche qu'il a soutenu un type qui n'a même pas été fichu de se faire réélire et qui a creusé la dette de 600 milliards, laisse le chômage croitre de un million. Le cynisme a bon dos mais il faudra peut-être, un jour, que les Sarkozystes assument.

10 commentaires:

  1. tu viens d'inventer une nouvelle norme en fin de billets. Le Sarkozyste doit assumer les choix et le bilan du précédent quinquennat.
    Sinon pleinement d'accord avec toi, il faut encadrer les normes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une norme. C'est de la lutte antitrolls.

      Sinon faudrait faire des normes de normes.

      Supprimer
  2. Sur ta conclusion, juste un modeste commentaire... Ton élément de langage de "il faut que la droite assume", c'est bien. Mais durant 5 ans, ça risque de faire long.
    En tous cas, il est évident que les électeurs jugeront aussi sévèrement cet argument que les "c'est la faute aux 35 heures" ou "c'est la faute à Mitterand et à Mai 68'" qu'on ressorti la droite durant leur 10 ans de mandat.

    Après sur l'interview d'Hollande, ben je trouve que c'est génial de prendre des vacances à l'étranger pendant une interview présidentielle... (j'ai rien écouté, et je suis bien content ^__^)

    Bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma formulation est mauvaise. Je ne parlais pas de la droite réellement mais de ceux qui défendent Nicolas Sarkozy. Je vais te rajouter dans la liste des gens qui reçoivent des mails quand des commentaires sont postés : tu verras tous les trolls que je dois me fader.
      En outre, je ne supporte pas ces attaques sans fond de personnes qui n'ont rien à dire.

      Pour l'interview il ne m'a pas manqué.

      Supprimer
    2. Je veux bien que tu m'envoies tes trolls, en effet :) (mais je te fais confiance : j'imagine que tu dois en récupérer un paquet de crétin donneur de leçon !)

      Supprimer
  3. Une seule erreur majeure, je crois, dans l'interview de Hollande: il aurait dû commencer par un petit exposé pédagogique : "Pourquoi cette crise? Pourquoi dure-t-elle plus longtemps que nous le pensions? Pour quelles raisons peut-on espérer la voir se terminer, et peut-on prévoir quand?" au lieu de démarrer tout de suite par "les outils": d'abord le cadre général, ensuite les moyens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! On connait les causes. Les gens auraient eu l'impression qu'il se justifie...

      Supprimer
  4. Merci, tout ça.
    Franchement, je comprends le ton de ton billet.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.