14 mars 2013

Où va Google avec les blogs ?

Quel choc, ce matin, pour les blogueurs et les lecteurs assidus de blogs. Google a annoncé la disparition de leur outil phare : Google Reader. Le grand public ne connaît pas nécessairement mais les utilisateurs pouvaient entrer leurs blogs préférés dans ce machin et lire les derniers billets parus plus beaucoup plus facilement qu’en sautant de blog en blog !

C’est un véritable drame pour des gens comme moi, mais aussi pour beaucoup de blogueurs qui se demandent comment tout ça va évoluer, si les blogs ne vont pas encore mourir, écraser sous les réseaux sociaux… ! Comme ils meurent tous les trois mois, je ne suis pas inquiet… Les blogs restent le meilleur moyen pour gérer du « contenu ».

Il n’empêche que la décision de Google est mystérieuse. Et elle fait parler.

Les avis des blogueurs

Fredzone : le taulier pense que Google tourne le dos à RSS (je ne crois pas, je pense qu’il tourne le dos aux abonnements, mais peu importe), ce qui explique la disparition de Feedburner (ce qui vaut aussi pour mon explication). « Il faudra sans doute attendre encore quelques semaines, ou même quelques mois, avant d’en avoir une idée précise, mais je pense pour ma part que Google+ a de fortes chances de s’imposer comme le digne successeur de Reader. » Je crois aussi mais probablement sous une forme que nous n’avons pas encore imaginée. La possibilité de mettre un blog dans un cercle ? Il pense qu’on « On pourrait ainsi voir arriver un beau jour une nouvelle vue, une nouvelle méthode d’affichage, permettant de visualiser plus facilement toutes les contributions publiées par les pages que nous suivons, le tout avec un annuaire à côté afin d’aider les internautes à trouver des sources d’informations fiables en fonction de leurs thèmes de prédilection. » Peut-être a-t-il raison mais ce qui m’intéresse est avant tout de suivre mes copains blogueurs.

Roget.biz : Thierry regrette la disparition de GR car « l’ergonomie de google reader est assez unique, il faudra donc s’adapter à de nouveaux types de lecture. » mais il est optimiste quant à la prochaine apparition de remplaçants… Je suis de son avis, un tas de startup va se plonger dans le vide laissé par Google Reader.

Le boulet : l’ami Gaël pense que les raisons invoquées par Google (baisse du trafic) sont foireuses. Moi aussi.

Homer : il est furieux.

Hybridant : Il est triste et pense que Google a fait une belle connerie. Je veux bien y croire.

Maniac Geek : je le citais ce matin. Il dit « merde » à Google.

Vincent Abry : il est sur la même longueur d’ondes que Maniac Geek. « Sur ce coup là je dois avouer que Google me déçoit énormément. La compagnie n’a jamais gagné autant d’argent, elle sème la terreur avec ses filtres punitifs, et elle ferme un maximum de services qui ne rapportent rien (plutôt que de proposer une option Google Reader payante, allo la base?)… »

Presse Citron : l’auteur de l’article est nostalgique, mais « pleurer sur notre sort ne changera probablement pas grand chose à la logique du produit rentable donc autant se mettre dès maintenant à la recherche d’un outil de substitution. » Il se réjouit que Google facilite la transition en mettant en avant l’exportation de la liste des flux.

J’ai lu beaucoup plus d’avis… Je ne peux pas tout citer. J’ai trouvé un avis intéressant. Le taulier disait que la fermeture de Google Reader est une chance pour le secteur puisque des dizaines de startups vont pouvoir récupérer le marché. Je suis d’accord. D’ailleurs, je suis d’accord avec tout le monde.

Dans la presse

Le Monde : « L'outil a contribué à populariser le format standard de liste d'actualités RSS, fourni par la plupart des sites, dont le succès s'est effrité au fil des années, notamment à cause des réseaux sociaux ou d'outils comme Flipboard. Selon Google, son agrégateur de fils d'information rencontrait de moins en moins de succès. La firme en profite pour mettre en avant son réseau social Google+, complètement décorrélé, sur lequel les sites d'information et blogs sont d'ores et déjà encouragés à s'implanter, notamment pour le référencement. »

ZDNet : « Google vous a fait une belle frayeur en annonçant la fin de Google Reader le 1er juillet ? Pas de panique, que vous en vouliez au géant ou non, il y a de belles alternatives à découvrir. »

20minutes : le site de mon gratuit préféré constate le parallèle entre la baisse de Google Reader et la montée de Facebook et Twitter et rappelle que « l’adepte de Google Reader, ce n’est pas l’internaute lambda ». Comme beaucoup, il rappelle le lancement de pétitions pour tenter de convaincre Google.

Mon avis

Je suis un vieux blogueur qui a connu les blogs avant les médias sociaux que l’on connaît actuellement. Je considère les blogs comme un réseau social à part entière. Ce ne sont pas des billets de blogs que je vais voir (sauf pour la veille d’information) mais les publications de mes copains blogueurs. Google Reader va me manquer pour cela. Je lançais mon agrégateur et je voyais, dans l’ordre chronologique inverse les billets produits par mes potes.

Une majorité de blogueurs n’utilisent pas de tels outils mais passent par des liens directs, des blogrolls, des réseaux sociaux, … La fin de Google Reader sera une perte pour moi mais pas nécessairement pour le grand public.

Google se recentre sur ses propres produits, notamment son propre réseau social, Google+ mais aussi sur une galaxie d’applications dont je ne peux pas vraiment parler, n’étant pas utilisateur, sauf d’une Blogger qui est l’application qui me permet de gérer mes blogs. Google semble concentrer son système de réseau social sur Google+ et Blogger (d’autres modifications ont été faites par le passé, comme la suppression du module de réseautage social de Google Reader).

L’utilisation du web connaît un gros chamboulement depuis un an ou deux avec l’éclosion des tablettes et des smartphones. Il est probable que d’ici quelques années, les applications pour mobiles seront plus utilisées que les sites web. Google a Google Flux (anciennement Google Currents) qui permet de consulter des « magasines » en ligne : journaux d’information, blogs, … Elle entrera en concurrence directe avec les applications des sites d’information (la bataille entre Google et eux n’est pas terminée…). Elle permettra aux personnes qui lisent les gros blogs de trouver satisfaction. Je n’ai pas étudié Google Flux mais toutes les fonctions de partage vers les réseaux sociaux (Twitter, Facebook et Google+) sont disponibles.

D’autres outils Google sont disponibles comme le moteur de recherche mais aussi Google News, le site d’information. On notera d’ailleurs que le moteur de recherche évolue très souvent mais quand on y fait une recherche, on tombe maintenant sur les dernières informations. Il y a aussi un outil de recherche dans les blogs, Blogsearch (mais je ne crois pas en son avenir).

Google incitera les blogueurs à diffuser de plus en plus ses billets dans Google+ où des fonctions de recherche (comme le moteur de recherche, Blogsearch et Google News) permettent de faire une veille d’actualité mais aussi de s’abonner à des pages de sites d’information, de sites commerciaux et de blogs. J’en profite pour faire une page de publicité, pour l’excellente page « Le comptoir de Jégoun ».

L’utilisateur lamba, c'est-à-dire pas un fou des blogs et de l’actualité comme moi, y trouvera tout son bonheur et Google pourra, progressivement, les enfermer dans sa galaxie. Il leur reste des développements à faire, je suppose, comme une plus grande intégration de ce qui ressemble aux outils phares : Blogger (pour un petit cercle de producteurs de contenus), Google+, le moteur de recherche, Google Flux et Google News,…

La disparition de Google Reader laissera des orphelins, peut-être pas dans le grand public, mais « de nous ». Vous êtes abonné au compte Twitter des leftblogs ? Vous le ne saviez pas mais le flux automatique est généré par Google Reader… Google Reader avec comme ça un tas d’outils pour les blogueurs et les lecteurs de blogs.

Et Google se recentre sur lui-même.

Je ne doute pas que des remplaçants écloront. C’est bon pour l’économie.

On avance…

Les remplaçants qui tiennent la route

-         Feedly : c’est, avec Netvibes, la suggestion qui revient le plus souvent. Il parait qu’ils sont en cours de développement pour gérer les flux eux-mêmes, c'est-à-dire sans utiliser les API de Google Reader. Je ne peux pas l’utiliser car il faut une extension à Firefox. Par contre, j’ai essayé l’application iPhone, elle semble géniale. Je pense que l’essayer, c’est l’adopter.

-         Netvibes : c’est mon amour d’enfance… J’en ai fait un billet. Le gros défaut semble être l’absence d’application pour smartphone (je n’ai pas essayé sur tablette) mais l’accès par smartphone directement sur le net est assez plaisant (et correspond à mon besoin). Par contre, la présentation est par widget (un blog par widget). C’est impossible quelqu’un abonné à beaucoup de blogs, comme moi.

-         Blogger : j’en ai fait un rapide billet. C’est le seul truc qui me permette de rendre un des services dont j’ai besoin : voir rapidement parmi mes 300 abonnements les derniers billets.

Si Google arrêtait du jour au lendemain, je passerais immédiatement sur Netvibes (mais il me faudrait une bonne journée pour trier les flux par onglet, j’en ai trop). Par contre, dès lors que Feedly a terminé ses développements, j’y bascule l’intégralité des flux et je ne laisse sur Netvibes que les blogs pour lesquels je souhaite y accéder depuis un PC… (je fais ma revue de blog depuis une tablette et je suppose que l’application Feedly est très bien iPad).

D’autres applications existent mais mon rebuté d’entrée…

21 commentaires:

  1. Libé en a fait un article de fin du monde aussi.
    Pour Netvibes, j'ai essayé il y a longtemps, je n'ai jamais accroché et l'appli existe, du moins sur Android.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu l'article de Libé. Netvibes est très bien mais quand on a ses habitudes...

      Supprimer
  2. C'est vraiment un coup de pute de la part de google. Le reader c'est mon "portail internet web2 cloud++ gold bundle XML pack " a moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À tous. Mes pourquoi un coup de pute.

      Supprimer
    2. C'est pas une histoire du cout de Google Reader ...
      Dans Google Chrome la gestion des favoris est une horreur. On passe par google search du coup, et c'est volontaire.

      Maintenant ils buttent GR... Ca serait une volontée de pousser l'utilisation de G+ que ca me surprendrai pas.

      Alors en tant que liberal je pourrai dire que "bein apres tout ils font ce qu'ils veulent", et je le dis. Bein oui, ca ... ils font ce qu'ils veulent, et moi je rale parce que ca me contrarie.

      Supprimer
    3. On est d'accord. Les usages du web changent. Google nous force la main. Ça fait chier.

      Supprimer
  3. J'utilise reader depuis longtemps car netvibes ça rame sec. C'est dommage encore une fois qu'une telle application disparaisse car sa simplicité et sa rapidité était vraiment sympa.
    Autre point sympa pour les gens qui ne peuvent pas acceder aux blogs via le pc de bureau et qui sont bloqués par les pare feu, reader permet de contourner le problème.
    Bref merdum quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis dans ce cas. Je lis avec reader et je commente avec l'iPhone.

      Supprimer
  4. il manque " la disparition de" dans l'introduction de l'article, ce qui fait que j'ai eu du mal à comprendre la suite....

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas uniquement par Widget Netvibes, tu as un bouton en haut pour passer en flux déchronologique des billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer. Merci.

      Supprimer
    2. ah oui merci c'est tout con :)

      Supprimer
    3. C'est un peu longuet Gérard.
      Bon ok...

      Supprimer
  6. On va avoir le même rapport entre les blogs traditionnels et le nouveau reader que celui qu'on a eu il y a 10 ans entre le papier et le numérique. C'est l'évolution des techniques et des supports.

    RépondreSupprimer
  7. Les blogs risquent de se faire petit à petit démonter la gueule car les Plate formes sous-jacentes ne trouvent pas de Business Plan et aucun revenu publicitaire. Le temps passé des internautes bascule sur les réseaux sociaux donc pas de raison de financer gratuitement tout ce fatras. A la clef, c'est un problème économique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur ! Mais Google a besoin des producteurs de contenu.

      Supprimer
  8. Bonjour,

    La liste de lecture sur Blogger me suffit, je suis au courant des derniers articles publiés

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.