27 mars 2013

Problème d'image

« Le gouvernement doit avant tout soigner son problème d'image » Tel est ce que me dit Pierre en commentaire du précédent billet. Je ne sais pas quelle est l’image du Gouvernement. Je sais uniquement que sa popularité est basse, ce qu’il faut relativiser : je n'ai pas voté pour ces braves gens pour qu'ils aient une bonne popularité mais pour qu'ils fassent les réformes nécessaires au pays. 

Ça ne veut pas dire que je minore la difficulté : sans une confiance dans le gouvernement de la part des ménages et des entreprises, on aura du mal à faire redémarrer la croissance et à gagner les prochaines élections. Sans compter qu’on aimerait bien ne plus avoir le moral en berne.

Passant beaucoup de temps dans les blogs les réseaux sociaux, j’ai beaucoup de mal à savoir quelle est l’image du Gouvernement dans la population. J’ai toujours l’impression que les gens dont je ne partage pas les convictions ont tort mais j’ai l’objectivité de penser que je peux me planter aussi.

Je fréquente les blogs de droite. Ils sont peu nombreux à faire réellement de la politique au-delà de ce qui peut dépasser les billets d’humeur. Les commentateurs sont encore pire que les blogueurs, me semble-t-il. Je vais donner un exemple. Un blogueur de droite a fait un billet sur la législative partielle où l’on a vu les candidats de l’UMP et du FN au coude à coude. Je lis en commentaire : « Encore une constatation de la mauvaise foi des socialistes et des journalistes : Mancel victoire de justesse avec 51% des voix. 6 mai 2013 large victoire de Hollande avec 51% des voix. Cherchez l'erreur ou la mauvaise foi ! » Or, d’une part, personne n’a dit que la victoire d’Hollande était large et, d’autre part, la victoire de Mancel était effectivement de justesse : on aurait pu s’attendre à ce qu’il fasse plus de 60%. Ce type n’a strictement aucune objectivité et fait un raisonnement purement à charge (comme j’ai pu faire) dont se fout à peu près tout le monde.

Ainsi, les réseaux sociaux et les blogs ne permettent pas de juger l’image du gouvernement.

Pour juger de l’image, nous avons bien les sondages : ils nous disent, en gros, que la cote de confiance est très basse, à 30%, mais ils nous disent aussi qu’une majorité de Français ne pensent pas qu’une autre équipe ferait mieux.

Les Français désespèrent de la politique.

Sur le site de TNS-Sofres ont trouve l’historique de la popularité des présidents (pour la question : « Faites-vous tout à fait confiance, plutôt confiance, plutôt pas confiance ou pas du tout confiance [au président] pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement ? »).


Juin
Mars
Diff.
François Hollande
55
30
-25
Nicolas Sarkozy
63
37
-26
Jacques Chirac
50
55
+5
Jacques Chirac
64
40
-24
François Mitterrand
57
58
+1
François Mitterrand
74
58
-16

Tous les présidents ont perdu environ 25 entre le mois de juin qui suit leur première élection et le mois de mars de l’année suivante. Je dis ça parce qu’il n’y a pas de mal à se faire du bien : la chute de François Hollande est normale, c’est un président normal.

Ce qui est intéressant, c’est la baisse de l’indice de confiance en début de mandat. En 1981, 74% des gens avaient confiance en François Mitterrand, contre 55% pour François Hollande. Le constat est à peu près le même pour les premiers ministres de début de premier mandat :


Juin
Mars
Diff.
Jean-Marc Ayrault
50
28
-22
François Fillon
55
45
-10
Jean-Pierre Raffarin
60
53
-7
Alain Jupé
65
33
-32
Michel Rocard
66
55
-11
Pierre Mauroy
71
57
-14

Les Français désespèrent de la politique.

Nous sommes dans une crise qui dure depuis 40 ans et les Français savent que la sortie de crise ne viendra pas des actions des gouvernements. Je crois donc, malheureusement, que la cote de popularité est destinée à rester basse (je viens de faire un tour sur le site de la Sofres que je citais : quasiment tous les Premiers Ministres ont vu leur popularité baisser).

Je parle de popularité parce que c’est le seul indicateur que nous avons. Mais la vraie question posée par mon commentateur est l’image du Gouvernement. Je suis persuadé que celle-ci est déformée par les habitudes que nous a données Nicolas Sarkozy, qualifié « d’omniprésident ». On a l’impression que les premières mesures économiques et sociales ont été faites par lui dès le début de mandat.

Je suis par ailleurs persuadé que le gouvernement qui était en place en mars 2008 avait une plus mauvaise image que le gouvernement en place actuellement. Peut-être qu’à l’époque il y avait encore un vague espoir alors qu’aujourd’hui, la place est à la résignation.

On va faire un sondage. La question : « dans leurs postes ministériels réciproques, qui semble le plus à sa place ? »

Affaires étrangères : Kouchner ou Fabius ?
Agriculture : Barnier ou Le Foll ?
Culture : Albanel ou Filippetti ?
Economie : Lagarde ou Moscovici ?
Education Nationale : Darcos ou Peillon ?
Environnement : Borloo ou Batho ?
Industrie : Idrac ou Montebourg ?
Intérieur : Alliot-Marie ou Valls ?
Justice : Dati ou Taubira ?
Logement : Amara ou Duflot ?
Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement : Hortefeux ou heu… ?
Santé et affaires sociales : Bachelot ou Touraine ?
Travail : Bertrand ou Sapin ?

Je ne cite pas les ministres du budget (Woerth ou Cazeneuve…). J’ai l’exercice de comparaison avec le gouvernement de mars 2003…

Surtout je ne cite pas les Premiers Ministres. François Fillon avait très probablement une meilleure image que Jean-Marc Ayrault alors que personne ne peut dire à quoi il servait à l’époque… Au moins, il me semble que Jean-Marc Ayrault à l’image de faire l’interface entre le président et les ministres et de rendre des arbitrages, parfois douloureux, voire notamment lors de l’histoire de Mittal. D’ailleurs, cette histoire ressort aujourd’hui avec la sortie d’un livre décrivant les engueulades entre Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg.

L’image du gouvernement ?

Mon billet d’hier portait sur l’intervention de François Hollande, demain. Pierre me disait « Il est nécessaire de reprendre en mains ce gouvernement et son image. »

Je crois que François Hollande doit rappeler que s’il fixe les grandes lignes en fonction du calendrier, c’est bien le gouvernement et le Parlement qui mettent tout ça en musique. Les arbitrages sont faits par Matignon et pas par lui. Il faut qu’il nous montre ce qu’est un président normal. François Hollande a fait une grosse erreur en ayant promis de ne pas recevoir les médias à l’Elysée. Il est obligé de trainer, maintenant, sur les plateaux télé à faire le service après-vente d’un gouvernement. Il doit se mettre au dessus du gouvernement.

C’est ainsi que le gouvernement récupérera une bonne image, image qui n’est pas plus mauvaise que celle du précédent gouvernement.

François Hollande ne peut pas faire plus, à part prendre quelques mesures disciplinaires quand il y a des couacs.

25 commentaires:

  1. Le critère pour définir une "bonne" image reste quand même assez flou.
    Celui que tu envisages, la popularité -telle que mesurée par des sondages d'opinion- semble effectivement la plus judicieuse.
    Sauf qu'elle n'est qu'une représentation agrégée d'une évaluation subjective de cette bonne image: à quoi pense donc M.Satine et Mme Lourdon quand ils répondent à la question du sondeur?

    Est-ce que le/la ministre est joli(e), souriant(e) à la télé, drôle, attendrissant(e), rassurant(e)?
    Est-ce qu'il/elle fait preuve de dynamisme/de retenue/d'efficacité dans sa fonction?
    ...

    Ces questions sont-elles pertinentes pour juger de la qualité de l'image d'un/une ministre?
    Et si oui (j'en doute), le sont-elles pour juger de la qualité de l'image d'un groupe de ministres?
    Et si oui(c'est probable), cette qualité globale ne dépend-elle pas de l'image du président?
    La qualité d'image du président: ces critères d'évaluation de la qualité de l'image sont, de par sa définition institutionnelle, forcément (au moins un peu) différents de ceux des ministres("il est au dessus de la mêlée").

    Est-ce qu'un gouvernement menant une politique impopulaire pour le bien du pays aurait une bonne image? Le critère serait, là, "l'efficacité" de son action. Mériterait-il de l'avoir, cette image?

    RépondreSupprimer
  2. "Cher ami, cher confrère,

    Tel que le disait notre compagnon, DG, je le cite, "Fucking image positionning lay down", oui, il y a un problème de communication notable. Vous le savez, mes compétences sont énormes en le domaine comme les vôtres d'ailleurs. Et le message est terriblement brouillé comme des oeufs.

    Où va la France ? Quid de cette Europe ? Continuons nous nos guerres ?

    Salutations distinguées,

    Disp"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Mais pourrait on faire beaucoup mieux ?

      Supprimer
    2. Oui, c'est simple, il faut desserer les contraintes et quitter le chemin de l'austérité en pratiquant d'autre part le néo protectionnisme. Tous les autres pays en dehors de la zone Euro, le font, cela fonctionne.

      Supprimer
    3. Sauf qu'on ne peut pas le faire. On a des engagements et ça ne marcherait pas. Industrie pas assez forte.

      Supprimer
    4. On s'en fout de ces engagements, on est la France !

      Supprimer
    5. Ne vire pas nationaliste !

      Supprimer
    6. je ne suis pas nationaliste, je suis juste napoléonien

      Supprimer
  3. Analyse que je partage (sur le coté "desespoir" des français). Par contre, quand est-ce qu'un(e) politique arrivera à nous faire croire qu'il est encore possible de faire bouger les lignes dans le bon sens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah merde alors ! Pas plus "d'espoirs" que cela dans la gente politique alors ? Ou bien, à l'inverse, c'est le peuple qui attends trop au lieu de s'y mettre ?

      Supprimer
  4. Amusant ton jeu des comparaisons de ministres...
    Dans ta liste, j'en ai 7 que je préfère (plus ou moins largement) du précédent. Quand je rentrerai, je m'amuserai à le faire aussi.

    Barnier a été par bien meilleurs que lui (Le Maire était un excellent ministre de l'agriculture, mais le Foll aussi, en plus ils sont en "le" quelque chose ce qui est bien pour la fonction). Kouchner aussi : Fabius me semble être meilleur (et mieux que Alliot Marie, mais infiniment moins bon qu'un Juppé.

    Après, entre Taubira et Dati... Y a match, que gagne la première. Et Valls qui explose tous les derniers ministres de l'intérieur...

    Non, il est bien ton jeu. Il me plait (même si mes réponses sont différentes des tiennes sans doute)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis ma liste objectivement. Je ne peux pas juger de l'image de Barnier à l'époque par exemple.

      Supprimer
  5. Dans une période où l'avenir est flou et imprévisible, je ne sais pas comment un gouvernement peut bénéficier d' "une bonne image":

    -Sarkozy, avec sa technique d'occupation de l'espace médiatique par "une nouvelle idée chaque jour" (pas toujours suivie de sa réalisation) avait un comportement anxiogène sur des Français déjà assez anxieux comme ça ("qu'est-ce qu'il va encore nous sortir aujourd'hui?"),

    -Hollande, avec sa campagne insuffisamment préparée (nombreuses mesures irréalisables ou impossibles à faire voter: droit de vote des étrangers extracommunautaires, tranche d'impôt à 75 %, etc.; calendrier impossible à tenir sur le déficit inférieur à 3%, sur l'inversion de la courbe du chômage, etc.)donne l'impression d'avoir perdu la main.

    Sans doute la seule façon de gagner en popularité consiste-t-elle, pour lui, à tenir un discours churchillo-gaullien: la situation est grave, voilà les grands axes de la politique à laquelle nous nous tiendrons, et qui est la seule qui puisse nous sortir de la mouise tôt ou tard (sans calendrier impossible à tenir, trop de paramètres ne dépendant pas de la France ou étant imprévisibles).

    Quant au gouvernement, il est là pour servir de fusible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est tout ce qu'il peut faire.

      Supprimer
  6. Non, Fadela Mara n'était pas au Logement. C'est Christine "Mater Lacrymosa" Boutin qui y était.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens ça de Wikipedia, pour le reste, je m'en fous.

      Supprimer
  7. Mon commentaire plus tôt dans la soirée est à ignorer.

    RépondreSupprimer
  8. Tristes analyses, on mange du mou.
    Si l'objectif n'est que de se faire reelire pour ne pas en faire davantage, ou va t on ?
    Dans mon pronostic jouez au Tierce est plus profitable que se prendre au sérieux
    Sur que le déficit n'est que d'image et que le gouffre sous notre economie qu'une illusion dopticien
    Les français des grincheux des imbéciles mais qui voteront qd même, ss doute même ...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.