12 mars 2013

La popularité de pépère

Bruno Roger-Petit, copain de Twitter et chroniqueur au Plus, est très remonté contre la « communication » de François Hollande. Il l’avait dit dans sa chronique du 5 mars, celle d’hier et celle d’aujourd’hui, les deux dernières portant sur le déplacement à Dijon et la première, plus générale : « Une impopularité imputable à la persistance de la crise, mais aussi à la manière dont le président de la République a banalisé la fonction, avec mauvaise communication à la clé ? » Etant d’un naturel optimiste et étant grassement payé (même pas, rien du tout...) pour défendre le président de la République, je vais tenter d’expliquer pourquoi François Hollande a bien raison et tout ça.

Première raison : il donne l’occasion aux blogueurs de Gouvernement de tenter de se surpasser. L’exercice est très formateur. Demain, je ferai un billet pour raconter les réactions dans Twitter.

Tiens ! Mon confrère et ami Politeeks est en colère, aussi, comme BRP, semble de mauvais poil. Il dit, à un moment de son billet : « Qui me fera croire que l’équipe de Hollande ne savait pas que le risque de récession était prévisible ? » Un risque est toujours prévisible et il est probable que celui là l’était. François Hollande est un économiste et il savait probablement que 2013 ne serait pas rose, pour toutes les raisons que Politeeks cite dans son billet. On va dire qu’il savait probablement aussi que le traité Européen ne pourrait pas être renégocié puisqu’il avait déjà été signé par les Etats… Mais il a été élu. L’aurait-il été s’il avait dit « ben on est dans la merde, on ne peut rien faire ? »

La réponse est « non ». Il a été à deux doigts de perdre.

L'ancien président de la République a appliqué une grande partie de son projet dès le début du mandat, à savoir la loi TEPA qui symbolisait le "travailler plus pour gagner plus", avec notamment la mesure emblématique de défiscalisation des heures supplémentaires mais aussi d’autres trucs, de plus longs termes, comme la réforme des universités, des lois sécuritaires, le service minimum, … Après, il a été sec pendant quasiment quatre ans, en se prenant une grosse crise en travers de la tronche.

François Hollande, après son élection, a appliqué quelques mesures importantes mais relevant, au fond, du symbole. Les observateurs tels que moi sont néanmoins déçus du peu de lois qui passent en juillet et, à la rentrée, on a l’impression que rien ne bouge. S’en suivent quelques cafouillages (qui n’ont pas cessé, semble-t-il).

Pourtant, certains engagements ont été tenus : création des emplois d’avenir, retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à bosser jeune, augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, gratuité de la contraception pour les mineurs, plan de lutte contre la pauvreté, limitation des écarts de rémunération dans les grandes entreprises, arrêt du non remplacement de un fonctionnaire sur deux, Mise en place d'une tranche supplémentaire de 45% sur les revenus supérieurs à 150 000 euros par part, baisse du plafond du quotient familial , durcissement des droits de succession et de donation, abrogation de la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers, loi sur le harcèlement sexuel, établissement de critères objectifs pour les régularisations, renforcement de la loi SRU, gratuité des terrains publics pour construire des logements sociaux, création de la Banque Publique d’Investissement, mariage pour tous, … Et j’en passe.

Certaines mesures ont déplu « aux observateurs de gauche » : la hausse de la TVA (moindre que celle de Nicolas Sarkozy mais quand même, …), la BPI qui semble ne pas disposer d’assez d’oseille, le CICE avec ses 20 milliards qui me paraissent suspects… Beaucoup de trucs ressemblaient à de l’improvisation. J’avais été assez critique sur le CICE, par exemple, mais un truc m’avait frappé. Louis Gallois dépose son rapport. Le lendemain, le Gouvernement fait des annonces. C’est trop rapide pour être de l’improvisation. Je crois donc que tout s’articule.

François Hollande en déplacement à Dijon a fait des annonces : la lutte contre la lenteur, contre l’excès de normes… En fait, il y a un tas de gens qui travaillent dans ce Gouvernement mais ça n’intéresse pas les foules. Par exemple, mon billet d’hier soir à propos du Grand Paris a été lu par 200 personnes alors que quand j’insulte un twittos sur mon blog annexe, on dépasse allègrement les 600… Ainsi, l’acte III de décentralisation est en train de se lancer (François Hollande a fait des annonces aujourd’hui), avec un aboutissement en 2015 ou 2016, je crois, avec des éléments très importants, comme la régionalisation des actions en matière économique. Toutes les réformes ne peuvent pas être faites instantanément.

Je suis un éternel optimiste et j’espère que tout ça pourra nous permettre de faire redémarrer la machine. J’avais commencé à numéro les réponses que je faisais à BRP à propos de la communication Gouvernementale.

Deuxième raison : peu importe la popularité de François Hollande aujourd’hui, ce qui importe, c’est sa popularité en 2016 et 2017. Nicolas Sarkozy nous avait habitués à des lois mal faites, des annonces en permanence, … et à aucun résultat. La cote de confiance de François Hollande est de 30%. Celle de Nicolas Sarkozy était de 38% en 2008. Celle de Jacques Chirac à 40 en mars 1996. Mitterrand était à 58 en mars 82…

Le problème de la mauvaise popularité du président de la République est qu’elle pourrait avoir des conséquences sur les élections intermédiaires. La gauche déjà a pris une veste aux municipales en 83… Je suis d’un naturel optimiste. La gauche ne prendra pas une trop forte branlée, cette fois, grâce à des triangulaires avec le FN qui fera des bons résultats grâce au mécontentement des gens.

Troisième raison : si on peut comparer les différentes présidences depuis de Gaulle, il faut être prudent

D’une part, pour les précédentes présidentielles, on n’avait pas des cochonneries comme Twitter pour faire buzzer des machins sans intérêt et des journalistes totalement à la ramasse. Les TV en continu n’étaient pas là pour les casser et c’est depuis peu que les gens s’informent plus par Internet que par la radio ou les journaux.

D’autre part, Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir dans des conditions économiques relativement satisfaisantes, avec un chômage en baisse aux alentours de 7%. Jacques Chirac était arrivé avec un chômage élevé et il s’est vautré au bout de deux ans.

Quatrième raison : le travail d’information est difficile à faire pour le Gouvernement. C'était probablement le ça avant mais ça m'amusait plus quand la droite était au pouvoir. Ce soir, les journaux seront consacrés à la neige puis au conclave. Les annonces de François Hollande seront peut-être citées, mais il risque d’être bloqué par la neige et ça fera un autre sujet, ... François Hollande doit continuer à décrire son action.

Il y a eu quelques bourdes à Dijon, ça devrait s’améliorer…

La banalisation de la fonction Présidentielle

C’est un des reproches faits par Bruno Roger-Petit à François Hollande. Il y a qu’un point avec lequel je suis d’accord avec lui : François Hollande n’aurait pas du dire qu’il ne convoquerait pas la presse à l’Elysée. Ca l’oblige maintenant à faire le guignol sur des plateaux télés qui ne sont pas vraiment des lieux propice à incarner la fonction Présidentielle. Il faudrait trouver un endroit plus neutre, comme pour le 14 juillet (l’hôtel Crillon, si ma mémoire est bonne).

Pour le reste, François Hollande a choisi un style de présidence qui lui va très bien et qui va très bien à la « présidence normale ».

BRP cite un vieil article de Libération où Laurent Wauquiez dit : « On a le sentiment d’un président pépère. » Du coup, certains journaux commencent à appeler « pépère » le président. Wauquiez a fait une bourde. « Pépère » est affectif…

Laissons donc le temps faire ses effets…

Mais si les résultats ne sont pas là, Pépère aura un gros coup de pied au cul. Je suis plus patient que mon confrère Politeeks. Mais pas beaucoup plus.

35 commentaires:

  1. Tu aurais pu écrire "Pépère aura un gros coup de pied au derrière.'

    OK, je sors.

    RépondreSupprimer
  2. Ouf on n'en est pas encore à titrer Pervers pépère

    RépondreSupprimer
  3. PS : pépère ne vient pas de Wauquiez mais c'est le surnom que donne le personnel de l'Elysée au président (comme tonton pour Mitterrand) selon Le canard mais je cite closer

    http://www.closermag.fr/content/77555/francois-hollande-et-valerie-trierweiler-surnommes-pepere-et-memere

    RépondreSupprimer
  4. Mais comme tu cites un vieil article l'expression vient peut être de Wauquiez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour tout te dire je croyais que c'était le Canard.

      Supprimer
  5. moi j'ai horreur de certains emplois du mot PROMESSE

    par exemple la presse dit : "FH renonce à sa promesse de ramener le déficit à 3% en 2013"

    pour moi ce n'est pas une promesse (au sens que tu a mis dans ton texte sous le vocable ENGAGEMENTS) mais un objectif , et tous les objectifs ne sont pas forcément atteignables dans le délai prévu car ils ne sont pas que le fruit d'une simple volonté

    RépondreSupprimer
  6. Certains n'ont pas encore compris ce que veut dire:
    "Faire de la politique" ou,
    Comment gagner une élection...

    Y a du boulot.

    RépondreSupprimer
  7. Quelques précisions utiles : "plan de lutte contre la pauvreté" => inventaire à la Prévert, dont à peine 10 à 20% est réalisable (entre l'austérité et la lutte contre la pauvreté, il faut faire un choix) ; "limitation des écarts de revenus dans les grandes entreprises" PUBLIQUES ; arrêt du non-remplacement de un fonctionnaire sur deux => la MAP remplace la RGPP, l'arrêt du 1/2 c'est seulement police/gendarmerie, école, justice : pour les autres ministères ça peut aller jusqu'à non remplacement de 2 fonctionnaires sur 3 ; abrogation de la TVA sociale Sarkozy => pour la remplacer par une TVA Hollande.
    Et, je ne cesserai de le répéter : bourde monumentale du CICE, à 20 milliards, qui obère toute marge de manoeuvre. Tout ça pour continuer une politique libérale de l'offre qui n'a jamais été autre chose qu'un effet d'aubaine pour les grandes entreprises (là dessus, le camarade politeeks a parfaitement raison).
    Dernier sondage en date, IFOP/Match => pendant que Hollande dégringole et parvient à faire regretter Sarko, ce sont Montebourg, Aubry et Mélenchon qui grimpent. L'aile gauche quoi, ce pour quoi le peuple français a cru voter en 2012 (ah, le beau discours du Bourget).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Je parle uniquement de la popularité. J'ai été assez critique avec le CICE. Mais ton analyse finale ne veut pas dire grand chose. Et tu te trompes à propos de ce qu'a cru le peuple Français. Il a voté pour virer Sarko.

      Supprimer
    2. Oui, tu as raison sur ce point. Mais n'oublions pas qu'il y a une partie du peuple qui vote à gauche, et pas seulement pour virer Sarko : aussi pour qu'une politique socialiste s'applique. Et c'est cette partie là de l'électorat qui est en colère (j'en fais partie). Donc tu as raison, mais pas complètement.
      Quant à mon analyse, elle veut dire : plus le PS mène une politique libérale, plus son électorat se tourne vers l'aile gauche. Après, à toi de m'écouter ou non. Mais on en reparlera régulièrement je pense.

      Supprimer
    3. Non. Ce n'est pas à moi de t'ecouter ! C'est à ceux qui mènent la politique. Et quand il n'y a pas d'élection les électeurs peuvent aller où ils veulent.

      Je te réponds pas plus parce que c'est le thème de mon prochain billet.

      Supprimer
  8. J'aimerais lire plus de billets comme celui là. Oui il y a des choses qui devraient être différentes, oui on peut considérer des couacs de communication mais oui certaines choses avancent que les médias se gardent bien d'élaborer. La neige et le conclave ou encore la blague de Hollande au salon de l'Agriculture, ça fait tellement plus vendre. On peut pas tout avoir et soyons optimistes et patients.

    RépondreSupprimer
  9. C'est bon Harlem Désir est sorti par la cheminée ! ;)

    JJ

    RépondreSupprimer
  10. Peu de chance de trouver un blog de droite parlant de l'Ex ainsi avant le 6 mai 2012 ...
    C'est aussi pour cela que je vous lis.
    Cdt
    Thomas

    RépondreSupprimer
  11. la BPI ou est elle ? Sur le terrain il ny a rien. Sans credit ni treso vous vous attendez a quoi .
    Vous etes dans vot'bulle les gars les entrepreneurs jettent leponge cest pas un jeu croyez moi
    Vous voulez tous brillez par vos analyses cest rate
    La politique on sen fout
    Vos nombrils vous mangent la tete

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te prends pour qui, connard ? Elle vient à peine d'être créée !

      Supprimer
  12. Ah, la bonne vieille méthode Coué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De quoi tu me parles, connard qui n'ose même pas signer son commentaire ?

      Supprimer
  13. Bien dit.
    Par contre, un truc, contrairement au "Tonton", de Mitterrand, qui était falmilier, affectif et chaleureux, mais qui préconisait que la personne pouvait encore ête active, le Pépère, permets moi de te le dire, que si le familier est encore là, le reste a complètement disparu, on en est au sanatorimu, à la casse, voir pas loin du cimetiere.
    Comme tu dis, dans les mois, voir les deux ans, allez, en gros, qui viennent il va falloir impérativement que les choses prennent un tournant positif, sinon ça va clasher sec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas entièrement d'accord avec toi sur le Pépère mais ce n'est pas grave, c'est aussi affectif et chaleureux.

      Supprimer
  14. je crois que Pépère, c'était le Canard enchainé qui l'avait sorti (c'était des "conseillers de l'Elysée" qui l'aurait appelé comme ça).

    Par contre je trouve ça peut être affectif, mais pas que...

    RépondreSupprimer
  15. Seul point négatif de cet article à mes yeux, un titre pas assez vendeur pour la qualité de l'article.

    RépondreSupprimer
  16. En revanche on est moins surs que Valérie se fasse appeler mémère.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.