30 mars 2013

Les normes, simplification

L'ami Nicolas_Ldt revient sur le sujet que j'évoquais hier et avant-hier : la simplification des normes, voulu par François Hollande. Comme d'habitude, le billet est drôle mais quelque peu caricatural. En introduction : « En 1977, le Parti socialiste voulait “changer la vie”. En 2013, François Hollande, issu de ce même parti mais en ayant récusé l’étiquette (“je ne suis plus président socialiste”) propose de simplifier la vie de ses concitoyens. C’est le fameux « choc de simplification » dont le président de l’époque précise les contours sur son profil Facebook où il invoque une « diminution des normes ». » (voir l'illustration que je lui ai piquée).

Dans son billet, il évoque le futur, après la disparition des normes. On voit par exemple ceci : « Tous les domaines de la création contemporaine française furent traversés par la nouvelle vague simplificatrice jusqu’à l’architecture avec la construction sous la direction de Jean Nouvel, lauréat du Pritzker Prize, du premier bâtiment labellisé ZERO NORME. Cet édifice singulier dont la construction ne respecta aucune des normes en vigueur fit l’objet d’une inauguration par le président de la République en 2016 mais il s’écroula juste après la cérémonie. »

La caricature est forte (personne n'envisage de supprimer toutes les normes) mais c'est la conclusion qui me gène : « Certaines critiques reprochèrent alors au « choc de simplification » de cacher un « choc de démarcation » de la droite et de la gauche, notions complexes dont les définitions traditionnelles devaient absolument être simplifiées voire abandonnées. »

Dans un de mes billets, je citais un exemple : les vestiaires des arbitres de foot doit obligatoirement être aux normes pour les Personnes à Mobilité Réduite. C'est effectivement une idée très de gauche, de vouloir ça mais, au fond, je ne vois pas l'intérêt que toutes les communes de France disposent de tels vestiaires : on voit rarement un type en chaise roulante arbitrer un match de foot dans le fin fond de la campagne.

Où je bosse, ils ont supprimé une partie de notre local « cafet » et le local où le personnel de la société assurant l'entretien rangeait leur matériel pour mettre des toilettes aux normes PMR (il paraît que c'est obligatoire). Je ne me plains pas, c'est logique, il faut que des handicapés puissent travailler chez nous. Par contre, on m'expliquera où est le progrès social d'obliger le personnel assurant l'entretien de stocker leur matériel à un autre étage et de nous empêcher d'être à plusieurs dans le local avec la machine à café. C'est l'enfer. Vous venez chercher de l'eau, il faut faire la queue derrière les gens qui viennent faire un café. Je vais arrêter l'eau.

Mitterrand a changé ma vie : on est obligés de prendre le café dans le couloir si on veut discuter avec collègues. Un de ces jours, je vais amener des chaises et une table dans les toilettes pour handicapés. Ah ! Je ne peux pas ! Le personnel en charge de l'entretien y stocke son matériel.

Je disais que la conclusion de mon homonyme me gène... Quand on commence à voir une fracture entre la droite et la gauche dans les toilettes pour arbitres de foot dans les terrains des petites communes, ça me gène. Ca me gène parce que les communes ne peuvent plus construire d'équipements, ça leur coûte trop cher. Et, à la fin, les mômes ne peuvent plus avoir de terrains pour jouer au foot.

Dans les années 90, je faisais partie d'une association d'éducation populaire (un truc de gauche !). Nous organisions des centres de vacances pour les enfants. En quelques années, nous avons à moitié coulé parce que nous étions obligés d'augmenter les tarifs à cause des centres en question qui devaient se mettre aux normes. Du coup, on envoyait de moins en moins de gamins en vacances et on n'avait plus comme seuls clients des familles assez aisées (sans plus, les plus riches avaient d'autres vacances...) et des salariés pauvres aidés par la CAF et le CE de leur boite.

Légiférer et normaliser un peu tout n'est pas nécessairement un truc de gauche... Ca peut nuire « au peuple ». Pas aux sociétés privées en charge de construire des cuisines aux normes dans les centres de vacances ou des vestiaires pour les arbitres de foot en chaise roulante.

14 commentaires:

  1. Une norme survient en général après un accident, pour en éviter la récidive, sans trop se préoccuper des probabilités de cette récidive par rapport au coût qu'entraînera cette norme; c'est souvent une réaction de l'administration pour "couvrir" sa responsabilité à l'avenir (ce qui n'a pas de prix, d'autant que ce n'est pas elle qui paye...)

    Ensuite, personne n'osera plus supprimer cette norme, compte tenu de l'énorme responsabilité qu'il devra personnellement assumer en cas de récidive, aussi peu probable soit-elle.

    Deux exemples:

    -la mise aux normes des ascenseurs, qui sont fixées par les fabricants d'ascenseurs eux-mêmes, qui coûtent une fortune, mais auxquels personne n'ose dire "vous ne poussez pas un peu loin, là?", car, en cas d'accident, il sera automatiquement mis en examen;

    -les normes anti-incendie des cliniques et hôpitaux, édictées à la suite d'un incendie d'une clinique il y a quelques années, d'un coût absolument délirant (ce doit être pire que dans un dépôt de dynamite), qui laissent rêveur sur tout ce qu'on pourrait faire avec tout cet argent: car, enfin, l'incendie n'est pas la cause la plus fréquente de mort à l'hôpital...Mais, là encore, qui osera assumer la responsabilité personnelle de les réduire à ce qui serait raisonnable?



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est un peu ce que je disais hier dans mon billet : dans mon job on est confrontés "aux normes" faites par des regroupements de boîtes privées qui nous coûtent la peau des fesses.

      Ce truc, c'est un peu du Sarkozysme : un fait divers, une loi. Un fait divers, une norme ! Et les andouilles de gauche qui déforme les normes au nom de la lutte contre le libéralisme me gonflent.

      Supprimer
  2. "Dans les années 90, je faisais partie d'une association d'éducation populaire (un truc de gauche !). "

    Un truc dans le genre : http://tvbruits.org/spip.php?article981

    "Où je bosse, ils ont supprimé une partie de notre local « cafet » et le local où le personnel de la société assurant l'entretien rangeait leur matériel pour mettre des toilettes aux normes PMR (il paraît que c'est obligatoire)."Oui en 2017 tous les batiments recevant du public doivent être aux NORMES PMR.C'est la LOI!

    Mais des fois quand je lis tes "excellents" billets de blog de gauche j'ai l'impression que t'es déjà aux normes PRR ( personne à réflexion réduite).

    Bonne nuit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es vraiment un con. Où ai-je dit qu'on recevait du public ?

      Supprimer
    2. répondre "c'est la loi ducon" à un article qui justement se demande si la loi ne va pas un peu loin, je trouve ca savoureux, et tellement à côté de la plaque...

      Supprimer
  3. trois autres exemples de quand j'étais élu local

    1-nous avions construit une maternelle à 3 classes (aux normes bien sur) mais pendant plusieurs années en raison des elèves seules 2 ont été ouvertes puis il y a eu davantage d'élèves et on a demandé l'ouverture de la 3ème . L'EducNat nous a répondu que la pièce initalement prévue n'était pas aux normes (z'avaient rajouté 1 ou 2 m2 à la surface nécéssaire). Résultat il a fallu construire une aile supplémentaire à l'école : cout additionnel 150000 euros

    2- les mêmes écoles devaient être vérifiées par Veritas (pub gratuite) pour leur conformité aux normes tous les 3 ans. A chaque fois il nous a fallu refaire l'installation électrique , un bout de morme avait changé qq part

    3- la communauté de communes (200 000 hbts) avait construit une station d'épuration tte nueve et aux normes Au moment de l'inauguration un fonctionnaire européen a signé une nlle norme faisant passer de 2 à 1milligramme par m3 je ne sais plus quel métal dans les effluents
    resultat : 3 millions d'euros de travaux supplémentaires.

    et j'en ai des tas d'autres comme ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et comme je le disais , hier je crois, de nouvelles normes, de nouveaux machins, il y en a cent pages tous les jours, que les fonctionnaires de tous les pays doivent scruter pour déceler quel truc concerne qui, pour diffuser de nouveaux papelards, que liront d'autres personnes, qui feront des notes de service, que bien plus encore devront lire, et parfois appliquer... et pendant ce temps-là, qui fait le boulot ?

      Supprimer
    2. Des boîtes privées payées avec nos impôts.

      Supprimer
  4. Hello,

    Je vois qu'il y a incompréhension.

    Au sujet des normes qui ne constituent pas l'essentiel de mon billet, j'ai réagi à cette évocation de la "diminution des normes" qui m'a paru étrange comme mode de communication. A fortiori après le scandale de la vache chevaline ou d'autres problèmes de santé publique.
    Invoquer une diminution des normes sans expliquer les véritables intentions, ça me parait être de la pure démagogie.
    De quoi parlons-nous? Des normes NF machin qui ne sont que des standards indispensables au commerce et qui sont élaborées par les industriels? De la réglementation (arrêtés, décrets, directives etc) qui est élaborée par le gouvernement? De la paperasserie administrative et de l'amélioration nécessaire des services publics?
    Je trouve que Hollande est bien trop flou dans ses intentions.
    Effectivement, nous avons trop de normes dont certaines sont débiles et brident les initiatives notamment celles des associations ou des artisans mais il faut être honnête: dans l'esprit de Hollande, la "diminution des normes" s'adresse aux entreprises tout comme l'ANI vient modifier le Code du travail de manière dramatique.
    C'est avant tout un signal envoyé au patronat.

    Enfin, je ne vois pas comment Hollande pourrait faire diminuer les normes. Dans le domaine de la construction que je maîtrise, par défaut les normes ne s'appliquent pas aux marchés publics. Il faut que les cahiers des charges les mentionnent de manière explicite pour qu'elles s'appliquent mais un bâtiment qui ne respecteraient pas les normes (même celles qui ne sont pas obligatoires réglementairement) pose un problème aux assureurs.

    Et je maintiens ma conclusion, le discours du choc de simplification est connu. C'est l'antienne de l'initiative privée bridée par les contraintes de tout ordre. C'est affirmer qu'il y a trop de contrôles alors que je pense qu'il n'y en a pas assez. Je le vois dans mon boulot, il faut augmenter les effectifs de l'inspection du travail, de la dgccrf, du fisc etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette longue réponse.

      Il s'agit des "normes d'état" : les lois, les décrets, les réglementations, ... Les travaux de diminution des normes sont essentiellement celles qui touchent les collectivités territoriales. C'est autre chose que la simplification.

      Mais tu fais bien de le dire (Ronald le rappelait dans son billet et moi aussi - mais seulement dans le PS) que les contrôles sont important et qu'il faut augmenter les effectifs des organes de contrôle.

      Supprimer
  5. A propos de normes, je me souviens il y a quelques années d'avoir discuté avec un ostréiculteur : Bruxelles avait enjoint à toute la profession (de peur d'accidents alimentaires ?) de normaliser leurs cabanes de préparation des huîtres. Des bacs de telle manière, de l'eau de telle autre, tant de superficie, les mollusques devaient entrer dans le bâtiment par une porte, et sortir par une autre... Beaucoup de producteurs n'ont pu suivre, et ont dû chercher un autre travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de professions sont dévastées. Les petits bistros sont obligés d'arrêter de faire à manger à cause de normes sans rapport avec la qualité de la nourriture.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.