07 mars 2013

La pari du Grand Paris

Jean-Marc Ayrault a rendu ses arbitrages au sujet du « nouveau Grand Paris », à défaut de son petit déjeuner, et j'en suis heureux. Pas des arbitrages dont je n'ai que faire (vu où j'habite, je ne suis pas très concerné... et je ne peux prévoir l'avenir), mais du fait que le projet puisse enfin rentrer dans une nouvelle phase.

J'ai vu dans la presse, ce matin, que le STIF devient "autorité organisatrice unique". Même si je ne connais pas encore les détails, ça ressemble à une bonne nouvelle : la région reprendrait le dessus sur l'Etat.

L'autre bonne nouvelle est le principe de numérotation des lignes qui s'inscrit dans le prolongement de celui du métro actuel, ne créant pas une nouvelle coupure entre Paris et sa banlieue. Le fait peut passer pour anodin mais ne l'est pas. Moi qui habite en proche banlieue, prendre le RER ou le train de banlieue est exceptionnel et s'apparente à une sacrée aventure.

Je n'ai entendue qu'une seule voie discordante, celle de Valérie Pecresse, qui dénonce "un nouveau Grand Paris au rabais et à Crédit". C'est à mourir de rire quand on se rappelle qu'elle était ministre du budget du Gouvernement qui a tracé les grands axes du projet et qu'il manquait 10 milliards pour le financer !

Je parlais avec mon ami Falconhill, hier, et je lui décrivais la nullité de la droite Francilienne et Parisienne. En voilà une nouvelle démonstration et je ne souhaite sincèrement pas que ces gens reviennent à la manœuvre, indépendamment des aspects idéologiques. D'un autre côté, avec ce type de comportement, on ne risque pas de les revoir.

Le nouveau Grand Paris

Le « NGP » n’est pas qu’un projet de construction de lignes de métro même si c’est la seule chose dont parle la presse. Sur le site web du Gouvernement, un communiqué apporte des précisions : « Pour faire de l'Ile-de-France une région compétitive et solidaire, le Premier ministre a choisi de remettre totalement à plat le projet "Grand Paris". La nouvelle feuille de route ne se contente plus de tracer un plan de développement sans précédent du réseau de transports. Elle vise à garantir un meilleur cadre de vie et un haut niveau d’emploi pour toute la Région-capitale notamment grâce à une politique de logement ambitieuse et un nouveau mode de gouvernance intercommunal. »

Un nouveau Grand Paris solidaire :
-         passer de 40 000 à 70 000 le nombre de logements construits chaque année,
-         améliorer la répartition des moyens entre les territoires avec la création d’un fond de solidarité des départements d’Île-de France,
-         favoriser la mixité sociale.

Un nouveau Grand Paris compétitif :
-         le déploiement des outils du pacte de compétitivité (emplois d’avenir, contrats de génération, …),
-         la lutte contre l’étalement urbain et la valorisation de l’atout majeur de la région : la Seine,
-         la création de 250 000 emplois d’ici 2030, dont 50 000 pour les transports en commun.

Une nouvelle gouvernance sera mise en place (c’était l’objet de mon billet d’avant-hier), avec :
-         une meilleure structuration en intercommunalités, pour les renforcer et éviter l’émiettement du territoire,
-         la création de « Métropole de Paris » pour une meilleure coopération entre les collectivités pour favoriser « l’efficacité des programmes d’aménagement et de logement », et permettre la création des 70 000 logements.

Un blogueur ronchon

Après avoir joué au parfait blogueur de Gouvernement, je vais mettre un bémol dans la bonne humeur matinale, dans la lignée de mes billets d'hier. Je regrette que les arbitrages aient été annoncés par Jean-Marc Ayrault, montrant ainsi en une de la presse que c'est bien l'état qui décide. Qu’importe que la loi soit ainsi orientée, les annonces auraient pu être faites par Jean-Paul Huchon, puis soutenues par Jean-Marc Ayrault.

1. En tant que Francilien, je ne vois pas pourquoi ça serait l'Etat qui prendrait des décisions qui, dans les autres régions, sont prises en local.

2. Si j'étais habitant d'une autre métropole, j'éprouverais un certain ressentiment en voyant l'Etat choyer la plus grande des métropoles.

3. Si j'habitais dans une autre région, loin des grandes métropoles, je ferais franchement la gueule en voyant l'état s'occuper plus particulièrement de la région économiquement la plus forte alors que je n'ai comme seul espoir de pouvoir garder un tabouret de comptoir pour assister aux fermetures d'usines autour de moi. Et je voterais Front National (je dis "je", mais c'est une façon de parler, hein !).

La décentralisation doit se poursuivre. C'est dans le sens de toutes les évolutions depuis 10 ans (sauf le projet du Grand Paris par Nicolas Sarkozy), y compris de "l'acte III" en cours de préparation.

Je ne suis pas sur que le bon signal ait été donné par le Premier Ministre.

Deux anecdotes

Mon blog ne serait pas mon blog sans conneries personnelles…

La première : quand j’ai vu que c’est Jean-Marc Ayrault qui faisait des nouvelles, j’ai eu une pensée étrange, comme si c’était le Maire de Nantes qui venait nous dire, à nous, gros Parisiens, ce que nous devions faire. Ceci n’est pas du chauvinisme de mauvais aloi, je me sens autant provincial que Parisien (voir la deuxième anecdote), juste une impression bizarre. La communication politique n’est pas toujours facile…

La deuxième : samedi dernier, j’étais au bistro à Loudéac, en Centre Bretagne. Mon pote Gilles arrive avec un autre lascar. Il me le présente puis me présente à lui : « Nicolas, un copain de Paris ». Je lui ai alors répondu : « Hé ho connard ! Je suis né à Loudéac, c’est toi qui est né en Région Parisienne » (ses parents sont venus à Loudéac quand nous avions 9 ou 10 ans, nous nous sommes connus en 1978, environ deux ans après).

Les Français ont un rapport étrange avec leur capitale…

Un élu blogueur ronchon ?

Jean-Marc Nicolle est le premier adjoint au Maire de ma commune, le Kremlin-Bicêtre, et membre du MRC (le parti de Jean-Luc Chevènement, dont le Maire de Bicêtre, Jean-Luc Laurent, est président). M. Nicolle est Conseiller régional, Délégué spécial au Grand Paris (ce que j’ignorais, sinon j’aurais demandé à le rencontrer).

Il a fait deux billets sur son blog, hier. Le dernier était pour « se féliciter » des annonces de Jean-Marc Ayrault. « Ce 6 mars 2013 restera dans l’histoire! La déclaration du Premier ministre, cet après-midi, à Champs-sur-Marne, permet la mise en œuvre d’ « un nouveau Grand Paris » des transports au service des franciliens. » « C’est la victoire de la vision régionale, au service des franciliens dans leur vie de tous les jours ». « Je me félicite du travail accomplie par Jean-Paul Huchon, en concertation avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et les ministres Cécile Duflot et Frédéric Cuvillier ». « Les 26,5 milliards que coûteront le Grand Paris Express et les 7 milliards du plan de mobilisation sont un véritable plan de relance pour l’économie francilienne. » 

Le premier, par contre, est plus critique : « L’Ile-de-France vaut mieux qu’un empilement de structures institutionnelles. » Il rejoint un peu ce que je disais hier et surtout avant-hier, mais vu de l’intérieur alors que je ne vois ça que d’un comptoir de bistro.

« L’acte III de la décentralisation devait donner plus de lisibilité au millefeuille institutionnel : on en est loin ! » D'où mon long billet d'hier (je suis sûr que vous avez eu la flemme de le lire).

Je vous invite à le lire : je partage son avis (même si j’aurais envie de mitiger la conclusion : compte tenu du déroulement des élections régionales et départementales – abstention, thèmes de campagne, … – je  me demande si elles sont vraiment des exemples de démocratie).

2 commentaires:

  1. les élus de tout niveau ont du mal à quitter le paquet de casquettes qu'ils ont sur la tête
    et je parle d'expérience puisque j'ai été dans le cas pendant près de 20 ans (j'ai raccrché toutes mes casquettes au porte manteaux deuis 10 ans)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.