04 juin 2013

Difficile d'être riche...

Ce matin, à la radio, une petite dame gueulait : avec son mari, ils touchent 7000 euros par mois. Avec la réduction du plafond du quotient familial, ils vont payer plus d'impôt. Dans Twitter, on nous expliquait hier soir qu'avec 5000 euros à deux avec trois enfants, on n'est pas riches.

Je comprends bien ! On a 35 à 45 ans. On a des enfants à élever, deux voitures à payer, une maison à rembourser,... Les fins de mois ne sont pas toujours faciles et on est obligés d'abandonner le séjour d'hiver à la montagne... Il n'empêche que la moitié des ménages touche moins de 2000 euros par mois et que seuls 12% atteignent 5850, seuil à partir duquel le quotient sera plafonné pour les couples avec deux enfants.

Depuis une quinzaine d'années, l'impôt sur le revenu a été détricoté, perdant de sa progressivité. François Hollande a gagné les primaires en partie avec la réforme fiscale. Des efforts ont été faits mais on attend toujours une clarification. Toujours est-il que le sujet du quotient familial me semble être abordé pas le mauvais côté. Il ne s'agit pas de savoir pourquoi les impôts de certains (qui ne sont plus dans les classes moyennes) vont augmenter mais pourquoi ils bénéficient d'un avantage par rapport aux autres. On appelle ça une niche fiscale.

En quoi cette aide peut-elle être justifiée ? Certes, les yaourts sont plus chers chez Fauchon que chez Lidl...

On va le reformuler en français : les ménages bénéficient d’une réduction d’impôts en fonction du nombre d’enfants. Cette réduction d’impôt était limitée à 2000 euros. Elle sera désormais limitée à 1500… En gros.

La baisse du plafond était parmi les engagements de François Hollande. On ne va gueuler quand il les respecte, ce qui a été fait à l’occasion du précédent budget. Maintenant, il les dépasse... On ne va pas gueuler non plus…

Un chiffre pour terminer : 5174 euros par mois. C’est le revenu « officiel » à partir duquel on n’est plus dans les classes moyennes quand on a deux mômes. Il y a probablement un paquet de gens, dans Twitter et les blogs qui dépassent ce seuil. C’est assez « facile » : Monsieur est ingénieur ou journaliste et touche 3200 euros. Madame est serveuse dans un bistro et arrive à 2000. Le seuil est enfoncé.

La vie n’est pas facile pour autant. Madame bosse de midi à 23 heures quatre jours par semaine et parfois le week-end. Monsieur courre dans tous les sens pour s’occuper des mômes après le boulot. Ils ont mérité leur pognon. Monsieur a fait des études et Madame bosse comme une forcenée. Ils n’ont pas l’impression d’être riches.

Pourtant, ils font partie des 10% des ménages les plus aisés. Ils ne devraient pas l’oublier. Et d'autres mériteraient de toucher plus de pognon, aussi...

J'ai gueulé pour toute augmentation d'impôt depuis que je blogue, y compris contre la TVA... Mais je ne gueule pas lors des réductions des niches fiscales, même si certains trouvent cette appellation abusive. Je souhaite que le gouvernement fasse d'autres réformes dans ce sens et que la progressivité de l'impôt en fonction des revenus... progresse.

Tiens ! Une grosse partie des ressources de la branche "famille" de la sécurité sociale vient des cotisations sur le travail (et une autre de la CSG qui est un impôt sur le revenu). On pourrait faire passer ces cotisations vers l'impôt sur le revenu ce qui permettrait d'augmenter la part des cotisations sur le travail pour les retraites, plutôt que de nous faire bosser plus...

Enfin, la politique familiale ne se limite pas à ces deux volets : les allocs et le quotient familial. Ce sont les enfants qui travaillent pour payer les retraites des parents...

N.B. : On lit beaucoup de chose depuis hier sur la politique familiale voire l’encouragement à la natalité, dans les blogs, depuis hier… Je me limite ici au volet « fiscal » de la chose. Le quotient familial sert à d’autres choses. Des gens ont parlé de la nécessité de conserver l’universalité des allocations et tout ça. C’est un autre débat, je crois.

33 commentaires:

  1. Exact!
    Billet presque impeccable sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  2. Le fond de la question c'est que l'on est encore a seulement 56% de prélèvements obligatoires et qu'il reste encore 44% qui échappent encore a l'état. Qui sait lui comment le redistribuer équitablement.

    C'est pourtant simple : l'égalité c'est maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. On est à 45% de prélèvements obligatoires dont la plus grande partie est dépensée en retraites.

      Un pays sans retraite publique aura un taux plus bas mais ça fera moins parler les connards de libéraux.

      Supprimer
  3. Je suggère que madame devienne journaliste un ingénieure (sans accepter un salaire inférieur à celui qu'elle aurait en troquant ses nichons contre des couilles) et que monsieur devienne serveur dans un bistro (il a le droit lui aussi de se faire pincer les fesses par les clients).

    RépondreSupprimer
  4. le fond du pb c'est qu'en réalité quand certains on plus d'argent que les autres ils ont du mal a accepter la solidarité et à jouer collectif, le chacun pour soit libéral est de mise.... hélas.

    Et quand je vois que certain parle de paupérisation des personnes concernées, cela me consterne et est tellement loin de la vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème a plein de fonds. Les plus riches n'arrivent pas à reconnaître qu'ils le sont...

      Supprimer
  5. C'est peut-être ça le fond du problème en France... faire partie des 20% des plus fortunés, presque des "nantis" quand on gagne 2 SMIC. Et ne pas s'en étonner ni trouver ça un peu plombant...
    A 900€ par mois on est très pauvre, à 1100€ on est pauvre, à 2000€ on est riche et à 3000€ on en parle même plus.
    Je suis plutôt pour une forme de nivellement des revenus, je n'avais pas compris qu'à terme cela voudrait dire qu'on serait tous pauvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas deux fois le SMIC 4,5. Et on n'est pas riche à 3000 euros.

      Supprimer
    2. 4,5 pour 2 personnes, ça fait 2,25 fois chacun...

      De facto, on est "riche" à 3k€ net par mois puisqu'on se situe quasiment dans le dernier décile.
      Mais le fait que 3k€ net par mois ne représente même pas 3x le salaire minimum, ça me fait un peu peur, pas pour moi, mais pour la situation du pays en général. (ça vient peut-être du fait que, physicien, je raisonne beaucoup en ordre de grandeur et en échelle logarithmique)

      Supprimer
    3. Reviens à un système de calcul normal. Ou alors fais une courbe de gauss.

      Supprimer
  6. Sans compter, qu'en conservant l'universalité des prestations familiales, on évite les discriminations entre enfants qui pourraient se montrer du doigt dans les cours de récréation, et établir une hiérarchie, (des parents bien intentionnés seraient bien capables de les y inciter) entre enfants avec prestations familiales et d'autres sans!

    RépondreSupprimer
  7. bien vu mixlamalice.

    D'ailleurs, le couple ingénieur-serveur, qui se trouve donc dans les 10% des ménages les plus aisés, il est incapable de se payer un f3 dans Paris !

    En fait, on a deux solutions : faire en sorte que les pauvres deviennent riches, ou alors prendre aux "riches" (qui commencent donc au couple ingénieur-serveur !) pour qu'ils deviennent moins riches (et les taxer d'égoisme quand ils se plaignent) , sans que les pauvres ne deviennent riches. En France, on a choisi la 2e solution...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu fais comment pour enrichir les pauvres ?

      Supprimer
    2. En créant de la richesse !
      Ce qui est bcp plus compliqué que d'opposer tout le monde en assénant qu'un couple incapable de se payer un F3 (voir un F2) dans Paris est riche !

      Supprimer
    3. Ah Ben si c'est facile de créer de la richesse.

      A part par la spéculation immobilière.

      Supprimer
    4. Pour créer de la richesse, je propose de créer de l'activité. Ca semble plus productif que décréter unilatéralement et subjectivement qui est riche et qui est pauvre comme tu le fais. Mais il est vrai que ton option est plus facile.

      ps 1 : Au fait, ton couple ingénieur-serveur, il vit où ? A Paris ou en Creuse ? En Creuse, je te l'accorde, il est le roi du pétrole.

      ps 2: Le rapport entre spéculation immobilière et richesse stp ?

      Supprimer
    5. Je ne décrète rien, ce sont des données officielles. Pour le reste je ne discute pas avec un connard anonyme qui ne voit pas le rapport entre speculation et richesse.

      Supprimer
    6. "Pour créer de la richesse, je propose de créer de l'activité."

      Tiens, ça faisait longtemps que j'avais pas croisé Captain Obvious... Je devrais venir plus souvent sur ton blog ;-)

      Supprimer
  8. 3200 euros net pour un journaliste ? hum, contrairement à la légende, c'est moins.

    Salaire médian : 3400 bruts, soit 2800 net grosso modo. Et ça cache de grosses disparités

    http://www.erwanngaucher.com/article/29/08/2012/portrait-robot-dun-journaliste-francais/940

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais très bien que le salaire moyen est biaisé et n'est pas forcément représentatif d'un panel ! Il suffit que quelqu'un gagne 50.000 euros dans un panel où la majorité gagne 2.500 pour faire bondir ta moyenne !

      Supprimer
    2. Oui. Mais on s'en fout. J'ai pris un exemple ai hasard.

      Supprimer
    3. "Oui. Mais on s'en fout". Vu comme ça, en effet, tu es sûr d'avoir raison...

      Supprimer
    4. Je ne discute pas avec les connards anonymes qui se pignolent sur des détails, en affirmant, par exemple, qu'un journaliste ne peut pas gagner 3500 euros.

      Supprimer
  9. Une solution "de gauche" consisterait, me semble t-il, à financer la politique familiale par les revenus du capital et non plus exclusivement par ceux du travail.

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que toute cette communication sur "les pauvres ménages qui n'y arrivent pas avec 7 000 euros / mois" va se retourner contre ceux qui l'utilise comme arme politique contre le gouvernement, comme une grande claque dans la gueule.

    C'était flagrant dans le journal de JP Pernaut hier midi. Les témoignages des belles dames devant leur 4x4 flambant neuf qui disent "c'est toujours les mêmes qui payent" ne sont plus tolérables. Avec 3 millions de chômeurs (qui aimeraient bien être en mesure de recevoir des feuilles d'impôts bien salées) et tous les emplois précaires.. et les millions de travailleurs pauvres... et les petites retraites qui voient leur maigre pouvoir d'achat fondre au soleil.

    La petite dame BCBG qui se plaint d'avoir du mal à gérer son budget familial à 7 000€ par mois.. ça ne passe plus dutout.

    Pourtant!! pourtant en écrivant ça je me rends bien compte qu'on passe à coté de quelque chose d'important.. Car la classe dirigeante/élite .. la classe vraiment aisée est encore une fois épargnée.. On montre du doigt le haut de la classe moyenne.. mais on se fait toujours enfler par les Top 5%!

    C'est les Français contre les Français, "ceux qui soufrent contre ceux qui payent". D'une manière ou d'une autre les 95% perdent et les 5% se marrent..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Ils vont de le prendre dans la gueule.

      Supprimer
  11. " les yaourts sont plus chers chez Fauchon que chez Lidl..."

    Vrai. #LidlPourtous

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.