24 juin 2013

Score du FN : à qui la faute ?

A un cheval près, le candidat du Front National gagnait à Villeneuve-sur-Lot. On est loin du Front Républicain de 2002 où Jacques Chirac gagnait avec plus de 80% des voix. La semaine dernière, on constatait la défaite de la gauche. Cette fois, il faut bien reconnaître le plantage de l'UMP soutenue par le PS. Les gens n'ont plus envie de ce parti, sans ligne, sans programme,...

Est-ce la fin du Front Républicain ? Les avis sont partagés et je n’ai pas envie d’être péremptoire : le Front Républicain a eu son utilité, celle de tenir le Front National à l’écart du pouvoir, même si le risque n’a jamais été bien important. Toujours est-il qu’il va falloir trouver autre chose, maintenant.

La lecture des blogs et de la presse qui reprend les propos des politiciens est évocatrice.

Prenons Arnaud Montebourg qui a dit : « M. Barroso est le carburant du Front national. Voilà la vérité. ». Il a parfaitement raison mais comme le note mon pote FalconHill, « cela ne doit pas édulcorer la responsabilité des partis politiques au pouvoir en France […] qui ont construit et gèrent cette Europe. » Il dit aussi : « La vérité, c’est aussi malheureusement parce que la droite républicaine n’est pas aujourd’hui en mesure d’incarner une alternative permettant de juguler le vote Front National. Elle peut fanfaronner d'avoir gagné une nouvelle législative partielle, le résultat appelle à l'humilité... »

Je lisais un blog de droite, ce matin, qui mettait les bons scores du Front National sur le seul compte du Parti Socialiste, oubliant que Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé avaient largement contribué à « rompre la digue ». Le Parti Socialiste a été balayé au premier tour, d’une part à cause de Jérôme Cahuzac et d’autre part à cause de résultats « qui tardent à venir ».

Le père du jeune candidat FN mais soutien de l’UMP est interviewé par le Nouvel Obs. Il fait des constats très justes. Contrairement à moi, il pense que Cahuzac n’est pour rien dans le mauvais score. Les gens du coin lui ont pardonné. Peut-être…

La polémique entre Barroso et Montebourg fait la une de l’actualité, aujourd’hui. Elle continue. Michel Barnier s’en est mêlé. Nos camarades bruxellois ont tendance à s’exonérer un peu rapidement de toutes responsabilités. Ils feraient mieux de calmer le jeu… Et Jean-François Copé n’a pas nécessairement raison de s’introduire dans cette brèche.

A lire dans le Monde, cette interview de Florence Haegel à propos de la stratégie que devrait avoir l’UMP. « Un autre chercheur s'est demandé si la progression de l'extrême droite tenait au fait que les autres partis n'abordaient pas ses thèmes de prédilection, comme celui de l'immigration, ou si elle prospérait parce que la droite modérée légitimait ses idées en les reprenant. Dans son étude, il valide la seconde hypothèse. » « Au contraire, en reprenant les thèmes de l'extrême droite, les autres partis tendent à les banaliser. Et cela a pour effet de maintenir l'audience de l'extrême droite et non de l'affaiblir. »

« Une des options pour l'UMP reste de souligner ses différences avec le FN pour mettre au centre du débat d'autres thématiques. Mais on peut se demander s'il n'est pas trop tard pour l'UMP, car les thèmes de prédilection du FN se sont diffusés et ont structuré la manière de penser d'une grande partie du "peuple de droite". »

Dans les blogs, on lira toutes sortes d’analyses. J’ai même vu un blogueur de droite expliquer qu’il faut que la gauche tienne un discours proche de celui du FN pour tenter de séduire les électeurs… Alors qu’un blogueur de gauche dira que le discours n’est pas assez à gauche. Le père du candidat, interviewé par le Nouvel Obs, pense même que Jérôme Cahuzac aurait été réélu s’il s’était présenté.

Ne sommes-nous pas tous à côté de la plaque ?

Le Front Républicain. Belle idée. Le Parti Socialiste pourrait pourtant constater que les électeurs n’écoutent pas ses consignes de vote. Remercions néanmoins ceux qui ont voté pour faire barrage au FN.

Est-ce important de trouver un responsable, parmi les partis politiques, pour expliquer la montée du Front National ? Ce bon score du Front National n’est-il pas le signal qu’attendait Nicolas Sarkozy pour pointer le bout de son nez ?

Il est temps de se mettre au travail, maintenant, pour préparer les législatives. Le Front National pourrait très bien remporter quelques victoires. On pourra toujours, ensuite, se lancer des phrases assassines pour trouver des responsables. Ils seront pourtant évidents à trouver : les responsables seront ceux qui n’ont pas gagné les élections…

La gauche, notamment le Parti Socialiste et le gouvernement, sont totalement responsables de la déroute au premier tour. Mais quand des maires Front National seront élus, ça nous fera une belle jambe, s’ils ont fait leurs bons scores sous l’œil goguenard de l’UMP…

13 commentaires:

  1. Le seul moyen de faire monter la front national, c'est d'en parler.

    Les médias ne montrent rien d'innovant et laissent voir tout ce qui ne va pas.

    Le bilan de Sarkozy n'est plus d'actualité, on passe ses nerfs sur Hollande et on écoute M. Le Pen.

    Je trouve dommage qu'on reste dans un vase clos sans idée, ni utopie.

    Si le Fn est élu, il fera comme Gilbert Collard, il bougera les bras et utilisera des pirouettes. On entendra parler tous les jours d'immigrations et les délinquants soit nord africain n'existeront plus rentrer dans leur "vrai pays" on leur trouvera des remplacants venu de l'europe de l'est.

    La problématique est la même, on parle d'une élection qui ne donnera aucun emploi, ni avenir aux Français mais pourtant cela occupe 2 semaines avec reportage, analyse, marché,... Eduquons les Français vite ca presse !

    RépondreSupprimer
  2. Sarkozy repointant son blair, à tous les coups Christian Vanneste s'avance pour être premier ministre (comme il est copain avec le bloc identitaire ça sera plus facile).
    Non, soyons sérieux, la montée du FN est DIRECTEMENT imputable aux pouvoirs obscurs de Didier Goux (soyons sérieux)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merde. Bon. Aller vous haïr ailleurs.

      Supprimer
    2. mais non, on s'adore ! Tiens je lui fais un kikoolol !

      Supprimer
  3. Et il est où le commentaire de MHPA ?

    RépondreSupprimer
  4. "Le père du jeune candidat FN [...] fait des constats très justes."
    Sur les "petites" gens ? Qui se torchent avec leur bulletin de vote en votant FN ? Démagogique. Il est toujours facile de justifier l'injustifiable. Et l'avis de ce monsieur pas très respectueux des lois de son pays ... Bof, bof ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant à toi ton respect de la démocratie...

      Supprimer
  5. Je la respecte pour ce qu'elle est. J'accepte son verdict, qui dit que la majorité a raison. Même si je pense qu'elle a tort. M. Sarkozy était mon président, même si j'avais du mépris pour sa façon d'être.
    Pour en revenir au vote "protestataire", je n'aime pas l'expression car protester ainsi, cela ne coûte pas cher. Il y a vraiment bien d'autres moyens de protester. Militer en est un.

    RépondreSupprimer
  6. Ne pas négliger les petites choses, les infos de petite importance, les faits divers qui provoquent une impression d'abandon de toute autorité légitime. La peur du vide. Un exemple: dans une école publique du Pas de Calais, deux frères de 10 et 11 ans sèment la terreur, frappent, blessent, mordent, injurient les adultes. Cela dure depuis deux ans. Oui, deux ans ! Les parents en sont à faire grève, à faire n'importe quoi pour que quelqu'un réagisse. Or, personne ne réagit. L'inspecteur d'académie, assure qu'il a la situation bien en main. D'aucuns disent que des gosses difficiles, il y en a toujours eu, etc. Certes, mais des adultes qui abandonnent toute notion de responsabilité et semblent patauger dans la complaisance à se laisser déborder, c'est inquiétant. Alors, les parents s'inquiètent quand ils entendent les discours menteurs en pédagol renforcé. Les parents se retrouvent mis en accusation. Ne seraient-ils pas discriminatoires, racistes, stupidement beaufs ? Oh ben si en plus on nous prend pour des cons et des méchants, disent les parents, nous on sait pour qui on va voter. Et ceux qui voient le petit reportage à la télé se demandent si, ma foi...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.