14 juin 2013

Des blogs 6.0

Des blogueurs proches du Front de Gauche ont créé une charte des blogs 6.0 regroupant des blogueurs pour revendiquer une sixième République. Mon confrère Dedalus, plutôt « blogueur de gouvernement pire que moi », les a rejoints. La charte est à lire chez lui. Je suis favorable à une grosse évolution de la Constitution mais pas d’accord avec eux.

Des extraits : « Notre point commun est de réfuter la 5ème République. »  Je ne réfute pas la cinquième République. Je regrette sa dérive présidentielle et le fait que les personnes soient au centre des débats politiques plutôt que des projets.

« Celle-ci  est en effet victime d’ “erreurs  système” à répétition, malgré tous les rafistolages institutionnels, prévisibles dès la mise en fonction de la 5ème République par le Général de Gaulle, en 1958. » Quelles erreurs ? Elle a été mise en place par de Gaulle pour que la France devienne un système Présidentiel. C’est regrettable mais c’est ainsi. « Il convient donc changer de logiciel pour l’adapter à notre époque. » Cela ne veut rien dire. Une Constitution n’a pas à être liée à une époque et j’aimerais bien qu’on arrête de parler de logiciel à propos de tout et de rien.

« Nous écrivons tous pour la concrétisation  d’une République écologique, sociale, solidaire et démocratique qui impliquera toutes et tous les citoyen-ne-s. » Une Constitution n’a pas à avoir de contenu politique. Elle doit préciser comment fonctionnent les institutions au sommet (le président, le Gouvernement et le Parlement, sans oublier l’imbrication avec les traités internationaux et les modalités de leur prise en compte dans la loi). Il faut donc supprimer ces mots « écologique, sociale, solidaire ». Je rappelle que c’est au nom du contenu politique du traité européen de 2005 qu’il a été refusé parce que libéralisme y était inscrit dans le marbre.

« La 6ème République que nous appelons de nos vœux sera démocratique ou ne sera pas. » Très bien ! Mais ça ne veut rien dire. A partir du moment où on élit un président et une assemblée, elle est démocratique. « Elle fera de l’implication citoyenne le moyen de toutes les avancées politiques et la condition de toutes les évolutions institutionnelles. L’implication citoyenne sera la  garantie de décisions plus soucieuses des préoccupations des Français. » Je veux bien mais que veut dire l’implication citoyenne ? Que des citoyens préparent des textes qui seront refusés par referendum ?

« Nous considérons donc que la construction d’une 6ème République doit être l’œuvre des citoyens eux-mêmes et non d’une élite éclairée qui serait seule détentrice de la vérité exclusive, unique et universelle. » Vous pensez réellement que tous les citoyens vont œuvrer à la République ? Non. Vous serez 3 ou 4% et vous vous prendrez pour une élite éclairée.

La conclusion :

« Dans l’approfondissement de cette démarche, nous voulons donc utiliser la même méthode de la co-production politique pour construire, avec les citoyen-ne-s, une 6ème République, c’est-à-dire une république et des institutions à ‘l’image de qui nous sommes, collectivement, et non une production au seul service de ceux qui l’animent. »

Voilà ! Et vous allez aboutir au fait que seule la démocratie représentative peut marcher. Vous mettrez donc en place une assemblée parce que les citoyens n’ont pas les compétences pour décider de tout et vous mettrez en place une « contre assemblée » (un Sénat, quoi !) pour ne donner trop de pouvoir à une seule assemblée. Et vous trouverez les moyens de désigner un chef de l’Etat qui sera charger d’animer tout ça, autour d’un Gouvernement…

Ou alors, vous trouverez un machin qui sera ingouvernable car les choix iront aux citoyens qui s’écharperont car seront incapables de trancher.

Prenons le sujet du jour : les retraites. Vous allez proposer au peuple l’alignement du privé sur le public parce que le peuple l’aura proposé et le peuple le validera parce que le peuple n’est pas composé exclusivement de fonctionnaires mais essentiellement de gens inquiets pour leur avenir. Vous allez proposez la retraite à 60 ans avec 40 années de cotisation et le peuple va dire oui parce que tout le monde veut partir à la retraite relativement tôt. Le peuple va accepter. Mais le peuple va refuser l’augmentation des cotisations ou décider de la faire porter exclusivement sur l’entreprise sans imaginer les conséquences.

Vive la démocratie représentative ! Vive l'élite éclairée élue !

38 commentaires:

  1. Ce qui est effrayant chez eux, c'est que l'on est démocratique si "on pense comme eux" et si "eux sont élus".
    Sinon c'est pas démocratique. C'est fou.

    Enfin, ça les fait exister cinq minutes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas effrayant... Ils sont le peuple, bordel. Nous on est rien.

      Supprimer
    2. Et dans les petits bleds de province.. encore moins que ça..

      Supprimer
  2. Quelles que soient les institutions.. les peuples Européens sont floués, ignorés, manipulés.. par les "élites" financières et politiques.

    La Communauté Européenne c'est 27 pays avec 27 institutions différentes et on est tous dans la même mouise. Les Français peuvent voir les limites de la 5ème République, mais ils voient avant tout les limites de leur économie locale, de leur système de santé etc..

    RépondreSupprimer
  3. Je remarque que les propositions concrètes sont absentes... C'est du blabla politicard avec de jolis mots comme "solidaire" et "sociale", des mots tellement dévoyés que plus personne ne sait ce qu'ils veulent réellement dire.

    Du concret !!! Du pragmatique !!! Sinon c'est exactement le même discours qu'actuellement, une suites de mots pour faire intelligent.

    RépondreSupprimer
  4. La Constitution de la Vème dit déjà : "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale."

    Ajouter la dimension "solidaire" n'est pas un problème. Dès lors qu'il y a de l'impôt, donc de la redistribution, nous sommes dans une démarche de solidarité.

    Ajouter la dimension "écologique" n'est pas un problème non plus. L'écologie c'est la prise en compte des externalités, c'est avoir une vision globale.

    D'ailleurs la Constitution dit déjà également : "Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004."

    Elle est très bien cette charte. La Vème étant à bout de souffle, les travaux de la C6R (un beau bébé socialiste) fournissant une bonne base de travail, elle a le mérite d'ouvrir des perspectives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Constitution de la 5ème dit déjà beaucoup de "conneries" avec des propos de principe. Elle évolue tout le temps pour ces "conneries".

      Les travaux de la C6R ont aussi abouti à un texte compliqué.

      La déclaration de 1789 et le machin de 1946 sont utiles. Pas la charte de l'environnement.

      Supprimer
  5. Bof, y'a des zozos au FdG dont le score est triste et qui cherchent à tout prix un scoop pour exister !
    Le scoop du jour c'est de vouloir ajouter le mot "écologique" à l'article 1er de la Constitution ! Outre que ça sonne à mes oreilles comme "papier hygiénique" et que j'ai toujours trouvé ça moche, c'est tordant quand même de les voir oublier que c'est déjà "marqué", mais au-dessus, par l'intégration de la Charte de l'Environnement dans le préambule de la Constitution auquel Conseil Constitutionnel et Conseil d'Etat ont donné la valeur que l'on sait !
    Quant au principe de "solidarité" je le trouve plus fortement dans la devise de la République qui parle de "Fraternité" depuis des lustres !
    J'aime pas les tripatouillages institutionnels, ni la posture toute puissante de gens qui se croient, comme tu le dis avec justesse, "éclairés", alors qu'ils sont aveugles sur les conséquences de la négation maladive du caractère démocratique de notre système institutionnel et social et leur contribution au glissement dans le giron de Marine Le Pen et pire encore, d'une partie de population, jeune et moins jeune.
    Bz

    RépondreSupprimer
  6. J'ajoute pour Dedalus,que le principe de l'impôt tel qu'il est mis en oeuvre dans notre pays, repose sur l'article 14 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen : donc, c'est déjà écrit, merci !
    :DDD
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien ce que j'avais à l'esprit. Dans l'idée, la solidarité est déjà présente dans la Constitution, mais je crois en la force des mots, en particulier dans un texte aussi porteur de symbole qu'une constitution.

      Supprimer
  7. La Charte de l'Environnement est trés utile, car faisant partie de notre Bloc de Constitutionnalité, ses principes s'imposent dans l'activité législative et règlementaire ainsi que dans l'action publique au sens large, qu'elle soit nationale ou locale.
    C'est ainsi que le plus petit marché public de travaux doit contenir des obligations relatives à l'environnement, au nettoyage des chantiers,au respect de normes de construction françaises et européennes "durables".
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais les marchés publics locaux sont du ressort de la loi et il y a les textes européens... Ca n'a rien à faire dans la constitution.

      Supprimer
    2. Les règles des MP ont été harmonisées afin de faciliter l'accès des sociétés européennes à l'ensemble de la commande publique dans les Etats membres. Notre Code des Marchés publics de 2006 est la transposition point par point,des Directives européennes de 2004, sauf pour nos "marchés à bons de commande" qui sont une petite originalité, mais conforme au droit de l'UE.
      Bonne route et bon ouiquende ! Tiens moi aussi, je décide que Ayé, je bosse plus jusqu'à dimanche soir.
      Bz

      Supprimer
  8. Désolé si je ne réponds pas à tout le monde : pas le temps (je vais en Bretagne).

    RépondreSupprimer
  9. De toute façon, on ne peut pas “réfuter” la Ve République (pas plus que la IVe ou la IIIe, du reste) : on peut réfuter un raisonnement, une théorie, mais pas une chose existant bel et bien.

    Quand on se mêle de rédiger une charte, on essaie au moins d'employer les bons mots, de façon à éviter le maximum de confusions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà qu'ils n'ont pas commencé par "Nous, blogueurs politiques", vous n'allez pas ronchonner !

      Supprimer
  10. C'est très amusant, l'initiative de ces "blogueurs politiques".

    Au départ,me semble-t-il, la motivation et la raison d'être du blogueur politique est de pouvoir exprimer un discours personnel, libéré de la langue de bois des partis, des médias, etc., et de tous ceux que leur appartenance oblige à se rallier à un discours collectif, sous peine d'exclusion.

    Et voilà que des blogueurs se regroupent, pour tenir, eux aussi, un discours collectif!

    Il ne leur reste plus qu'à se constituer en parti politique, à publier leur propre journal, et à virer tous ceux qui ne sont pas dans la ligne (qui n'auront plus, alors, qu'à ouvrir leur propre blog pour exprimer leurs idées personnelles, et ça repart pour un tour).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez d'accord avec votre commentaire.
      Ce sont les Français les ingrédients de cette République, et tant que nous serons divisés en différents partis, PS, Fdg, UMP, FN ... qu'on se tapera sur la gueule, il sera difficile d'avoir une République unie, solidaire et dans laquelle tout le monde aura envie de participer.

      La République est belle dans le principe, mais ne pacifie pas les rapports entre citoyens.
      Une VIè ne changera rien selon moi. Tant qu'on restera dans une logique gauche/ droite, on pourra en faire 43 des républiques, ce sera toujours le même grand bazar.

      Supprimer
    2. Elie Arié ne dit pas toujours des conneries, mais là on va dire qu'il s'est un peu loupé (mais ça lui arrive plus qu'à son tour). Parce que faire de la politique tout seul dans son coin avec son petit discours à soi tout seul, ça ne s'appelle pas faire de la politique, ça s'appelle soliloquer, voire brasser le vent important de ses propres paroles.

      L'action politique est par essence même indissociable de l'action collective, donc d'un discours élaboré et porté collectivement. Ce qui n'interdit jamais à personne d'avoir et de conserver son avis personnel, sa nuance, sa ligne.

      Elie, personne n'est jamais obligé de virer ceux qui sortent de la ligne. Il y a d'autres formes partisanes que le stalinisme, sais-tu ?

      Supprimer
    3. Dedalus, je crois que tu divagues...

      Supprimer
    4. Dédalus, le blogueur ne politique ne fait pas de la politique, il tient un discours politique, ça n'a rien à voir; il est dans la pensée, pas dans l'action. (il peut être aussi et en même temps dans l'action politique, mais ailleurs que sur son blog).

      Supprimer
    5. Je suis assez d'accord avec vous aussi Dedalus, sauf qu'il sera toujours difficile de réunir tant qu'on définira des centres de gravité qui partent de droite ou de gauche. Néanmoins, on ne peut pas dire que le centre soit très fédérateur non plus.
      Le coup de poker à jouer pour ce beau projet, serait de créer un nouveau parti, avec les meilleures volontés du PS et de l'UMP. Voire avec quelques extrêmes.

      Supprimer
    6. Surtout, ils sont 10 blogs avec 200 lecteurs (ou 1000 on s'en fout), bloguent depuis longtemps mais n'ont toujours pas compris qu'on visse surtout dans des violons.

      Supprimer
  11. Nicolas : vagues ?

    Elie : Le blogueur politique fait bien ce qu'il veut et l'action politique commence dans la pensée et dans le discours. Le blogueur ne fait rien d'autre que de distribuer des tracts 2.0. Et l'idée de rédiger un tract à plusieurs n'est pas non plus tout à fait nouvelle.

    JP Madère ; il n'y a pas de bonnes volontés à l'UMP.

    Nicolas : les petits ruisseaux donnent parfois de grandes rivières. surtout, je ne vois pas en quoi pisser tout seul dans un violon est moins contestable que d'y pisser à plusieurs - ce qui est nettement plus marrant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Il n'y a pas de bonnes volontés à l'UMP". Déjà avec des considérations comme ça, on peut difficilement fédérer.

      Supprimer
  12. @ JP Madère

    Vous vous dites d'accord avec Dédalus...pour aboutir à la même conclusion que moi (la logique de ce processus, c'est de "créer un nouveau parti politique").
    Et vous êtes déjà dans la langue de bois: pourquoi "avec les meilleures volontés"? Dans les partis politiques, comme il faut commencer par faire nombre, on ne peut pas refuser les mauvaises volontés.

    @ Nicolas

    visser dans un piolon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une mauvaise volonté ne passera pas au-dessus des clivages gauche/ droite. C'était dans ce sens que je parlais de bonnes volontés. Un mec qui reste persuadé que la gauche a plus raison que la droite, et inversement, ne fera pas naître un nouveau parti qui soit fort.
      Si un nouveau parti se crée et qu'on ressent fortement que ça penche plus pour la gauche ou pour la droite, ça ne marchera pas.

      Supprimer
  13. Pioler dans un vissons, et tout est dit ou presque.

    Je ne me suis pas proposé pour faire partie de cette R_6-turbo. La pesanteur de la société française est phénoménale. Quand Caleb Irri avait essayé de mettre sur pied une Constituante, je lui avais immédiatement apporté mon aide. Combien ont répondu ? Une dizaine de personnes. C'est un peu court. A désespérer.

    Restent les initiatives individuelles, histoire de se dire que si le malheur est arrivé, on a au moins essayé de faire quelque chose. C'est très insuffisant bien entendu. Ainsi de ce traité transatlantique qui sera un Lisbonne puissance dix. Que faire pour le contrer ? Quand on ne veut pas, déjà, des traités européens, pareil élargissement ne peut être que catastrophique. Voilà pour le moment la cause à mettre en avant : faire tout pour bloquer le processus. C'est urgent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! Bab ! J'avais oublié de té répondre.

      Supprimer
  14. Tu es un génie : "Je ne réfute pas la cinquième République. Je regrette sa dérive présidentielle et le fait que les personnes soient au centre des débats politiques plutôt que des projets." #facepalm

    Je suppose donc que tu ne réfutes pas le libéralisme mais sa dérive spéculative et le fait que les plus forts niquent les plus faibles... Hashtag #GENIUS !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne réfute pas le libéralisme et sa dérive qui fait que les homos peuvent se marier entre eux.

      J'évite d'être trop binaire, d'insulter les gens, de déposer des commentaire péremptoire en restant anonyme comme si je n'avais pas de couilles et tout ça... Je n'arrive pas toujours à ne pas insulter les gens, mais surtout quand ils le méritent.

      Par contre, je conchie profondément (c'est sportif) les abrutis qui méprisent les électeurs et les imbéciles qui essaient de faire le bonheur des gens malgré eux.

      Supprimer
  15. Ils sont amusant le front de gauche. Ils oublient toujours de considérer le réel : les "peuple", les "citoyens", c'est 50% de droite et 50% de gauche, y'a même une bonne frange à l'extrême droite qui croit à la nécessité d'un chef autoritaire.
    Tous ces gens seront donc amenés, dans une visée démocratique, à mettre en place un système politique pour tous.
    Le front de gauche, grand rêveur, petit faiseur !
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est incroyable.

      Mais j'aime bien les idiots qui mettent des hashtag dans les commentaires. Je les imagine en mettre aussi dans la vraie vie.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.