03 juin 2013

Comparer le PS et l'UMP ?

On a beaucoup parlé de la démocratie interne à l'UMP, ce week-end, à l'occasion de la primaire pour la municipale à Paris. Mes commentateurs de droite ne peuvent s’empêcher de comparer l’UMP avec le Parti Socialiste sur le thème : « nananère, ce n’est pas mieux chez vous. Il y a eu le bordel en 2008 et Harlem Désir n’a pas été élu par les militants. »

Tout d’abord, je dois préciser que je ne suis pas membre du Parti Socialiste et que je n’ai jamais rien compris à une partie des différences entre les différentes chapelles de ce machin. Ensuite, l’élection de Harlem Désir est parfaitement légitime : il a été élu par 72,46% des adhérents, parce que le Premier Ministre fraichement en poste et l’ancienne Première Secrétaire ont choisi de le proposer.

Je vous préviens : je vais dire du bien de Jean-François Copé. Je me suis moqué de lui, hier, quand il a dit qu'ils avaient beaucoup à apprendre en matière de démocratie. Je ne vais pas aller jusqu'à regretter mais force est de constater qu'il a fait preuve d'honnêteté. Toujours est-il que personne ne conteste sa nomination à la tête de l’UMP en 2010, même s’il n’a pas été élu par les militants. En outre, c’est lui qui a mis en place de « mouvements » au sein du parti afin que ce dernier ne soit plus seulement au service du courant de son chef…

Rappelons que c’est Nicolas Sarkozy, alors président de la République, qui a fait modifier les statuts de l’UMP pour créer ce poste de Secrétaire Général… A ma connaissance, François Hollande n’a pas fait modifier les statuts du PS… Même s’il a peut-être poussé la candidature d’Harlem Désir…

Peut-on comparer le congrès de Reims du PS et la dernière élection pour la tête de l’UMP. Assurément oui. Il y a suspicion de fraude et les résultats sont très serrés.

Il n’empêche que le PS a réussi à se mettre en ordre de bataille et a fini par organiser de belles primaires qui lui ont permis d’accéder à la Présidence.

Le Parti Socialiste et l’UMP se sont retrouvés à des phases de leurs vies en situation de KO. Pour le PS, ce n’est pas la première fois (mais l’UMP est beaucoup plus jeune). Les raisons sont assez faciles à trouver. A l’UMP, il y a deux lignes politiques qui s’affrontent. Le PS avait encore plus de divisions en 2008 (une autour des personnes et notamment Ségolène Royal et une autre autour des lignes politiques : le referendum européen n’a pas été digéré).

Le Parti Socialiste s’est remis plus ou moins de ce bordel même si les élections européennes, qui ont suivi l’ont montré affaibli.

L’UMP semble ne pas en sortir. Par cet aveu, Jean-François Copé reconnaît que l’UMP n’a pas été construit pour avoir un fonctionnement démocratique mais pour défendre un chef. Le président de l’UMP, par sa déclaration qui nous a fait rire, ne fait que reconnaître que tout est à refaire, au sein du parti. Au fond, c’est aussi une belle critique des créateurs de ce machin et de ses prédécesseurs.

On connaîtra ce soir le résultat de la primaire. NKM aurait du sortir grande gagnante. La primaire aurait du être une espèce de formalité pour lui donner légitimité. Non seulement, toute la communication a foiré mais l’élection risque d’avoir un second tour qui pourrait mettre en avant toutes les divisions, sans donner un élan supplémentaire, contrairement au second tour de la primaire socialiste qui avait propulsé François Hollande.

Je ne crois pas que mes copains de droite ont raison de comparer le PS et l’UMP.



11 commentaires:

  1. Perso, je n'aurais jamais pensé que le PS puisse gagner toutes les élections après Reims. Et pourtant... Rien ne dit aujourd'hui que l'UMP ne fera pas pareil.

    Comparer ? La gauche au pouvoir aujourd'hui n'arrête pas de parler de Sarkozy et de se comparer aux 10 ans de droite. Et lors des prochaines élections, les électeurs compareront les bilans, les projets, les partis...

    Je ne sais pas s'il y a raison ou pas de comparer. Mais rien n'est choquant de le faire.

    En tous cas pour dire que le PS n'a strictement aucune leçon de bonne tenue politique à donner. A personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pas le PS. Ni au PS.

      Par ailleurs, on parle de fonctionnement interne de deux structures différentes.

      Enfin, j'espère que tu auras noté que mon billet est bien plus positif que celui d'hier.

      Supprimer
  2. L'UMP n'a pas de chef avec des dents longues. Une fois qu'ils auront trouvé ce chef, ils iront beaucoup mieux.

    Avec les idées libérales pour certains conservatrices pour d'autres, je ne vois pas trop l'UMP des Pelletiers, Guaino, et compagnies ne pas critiquer un candidat.

    Ils restent dans leurs idées du grand chef qui mène tout et qui est incriticable.
    On le ressent fortement quand on voit les critiques envers François Hollande qu'ils jugeaient incompétents et sans poigne.

    Si l'UMP veut gagner il faut retrouver à la tête un monsieur magouille et flingueur.

    Après la comparaison est l'outil du pauvre qui cherche à faire de deux partis politiques le même fonctionnement.

    Au PS, la primaire est possible car il y a une grosse pluralité d'idées et aussi de projets.

    On le voit actuellement au gouvernement où des courants n'hésitent pas à critiquer ouvertement le président.

    C'est plus démocratique mais l'image est plus difficile à maitriser et créent des difficultés des compréhensions de la ligne politique dans la frange vieillissante de notre pays du "c'était mieux avant" .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi l'outil du pauvre ? Ne basculé pas dans l'oukase.

      Supprimer
  3. L'outil du pauvre car la comparaison n'apporte rien dans deux partis au fonctionnement différent.

    A droite, on ressent une forte adhésion au discours du chef. Les courants sont très limités.
    Le fonctionnement est très vertical.
    C'est un peu comme si on compare le fonctionnement d'une entreprise avec un chef qui dirige à sa sauce sans avis de ses employés (UMP) et une SCOP (PS).

    Après rien ne vous empèche de comparer mais je ne crois que votre parti ira mieux en taclant sans cesse le PS et la réussite des primaires.

    Il manque un chef et l'UMP n'a besoin que de ca.

    On le voit dans les élements de langage qui ne sont pas différents chez COPÉ que chez les autres.
    " Ca fait un an que nous avons perdu c'est normal qu'il faut se rassembler après une défaite et surtout lutter contre la politique du gouvernement socialiste qui met le pays en grand difficulté" lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi "votre parti" ? Arrête de réduire l'adversaire, ça n'avance à rien.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas réduire l'UMP que de dire qu'il faut absolument un chef avec 1 à 2 courants politiques.

      La primaire ca engendre souvent quelques divisions et c'est dur lors du rassemblement de se mettre tous d'accord.

      Donc comparer le PS à l'UMP c'est deux façons différentes de penser la démocratie.

      Ca ne réduit pas un soit disant adversaire, c'est juste pour clarifier les positions.

      Supprimer
    3. "Donc comparer le PS à l'UMP c'est deux façons différentes de penser la démocratie." Ça ne veut rien dire.

      Supprimer
    4. Merci de ton approbation quand on lache des " ca ne veut rien dire " c'est souvent qu'on ne sait pas quoi dire.

      Puis chacun son avis, si tu prends du plaisir à comparer je t'obligerai jamais à changer d'avis. Eclate toi à perdre du temps.

      Supprimer
    5. Vas chier. Les connards qui me font perdre mon temps ne m'intéressent pas.

      Supprimer
  4. J'ai perdu un commentaire de Elede. Le voila et je suis d'accord.

    ElZede a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "La droite, la gauche et les riches" :

    @Nicolas
    Deux remarques que tu pourras évacuer d'un bah !!

    1) Je ne pense pas qu'un couple puisse vivre avec 1.000 euros par mois. Survivre peut-être mais vivre, j'ai un sérieux doute. D'un côté on a des nantis qui feront face à n'importe quel imprévu sans souci (Ah zut je me suis cassé un ongle) et de l'autre côté des gens qui devront choisir entre réparer la voiture pour aller travailler et se faire soigner une dent. Donc on des existences difficilement comparables.

    2) Les pleureurs à 5.000 euros à Paris ont fait le choix de vivre à Paris. Ils assument et ils sont priés de s'écraser. Si vivre à Paris ne leur convient pas, ils peuvent aller en province, et y découvrir que le rapport qualité de vie / fric est surement à revisiter.

    Le problème des nantis est que leur niveau de vie engendre une myopie généralisée de ce qu'est la vie quotidienne. Giscard s'était fait torché sur le prix du ticket de métro, quand tu étais un jeunot. Rien n'a globalement changé. Les riches ne savent pas qu'ils le sont. D'autant qu'ils sont confortés par de distingués zéconomistes qui les poussent à se plaindre un peu plus chaque jour.

    On a encore du plaisir en perspective.

    Publier
    Supprimer
    Marquer comme spam

    Modérer les commentaires relatifs à ce blog.

    Envoyé par ElZede à Partageons mon avis le 05 juin, 2013 13:08

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.