07 juin 2013

L'homicide antifasciste

Les skinheads ont été interpellés. L'auteur du coup de poing a reconnu mais précise qu'il n'a pas eu l'intention de tuer. L'enquête dira si la confrontation était préparée ou si elle est fortuite, s'il y avait bien un poing américain, si le tout est sous la coupe d'un groupuscule organisé,... La justice fera le reste.

Mais n'oublions pas les faits : Clément a été tué par un militant d'extrême droite parce qu'il était militant antifasciste.

Les faits étant "établis", le blogueur engagé au dessus des oreilles peut donner son avis.

La récupération politique

A partir du moment où une personnalité politique ou un blogueur même intermittent du blogage politique s'exprime, il fait forcément de la récupération. Tout cela est lamentable. Dès mercredi soir les blogs ont commencé à s'enflammer et les responsables politiques à sortir leurs inepties rituelles. C'est lamentable mais c'est ainsi. Ceux qui dénoncent la récupération en font à peu près autant que les autres.

Le fait divers

Ce n'est pas un fait divers mais un meurtre politique, même s'il n'était pas prémédité. C'est bien un meurtre. Le coup de poing est parti alors que l'auteur n'était pas en état de légitime défense, selon les versions les moins à charge de l'histoire que nous pouvons avoir. Et la cause est avant tout politique.

Dans la blogosphère de droite, on s'agite, du genre : « bah ! Ce n'est qu'une bagarre entre jeunes. » Je suis même tombé sur un commentateur qui parlait d'un jeune mort suite à un coup de poing d'un autre jeune pour une banale histoire de cigarette.

Clément a été tué parce qu’il était militant antifasciste.

L’amalgame

Il y a l'amalgame entre l'extrême droite et l'extrême gauche. Jean-François Copé, par exemple, demandait à ce qu'on s'occupe des groupuscules extrémistes des deux cotés. Je suppose que la police fait son boulot pour connaître ces groupes. S'il y en a qui sont dangereux, il faut agir.

C'est un bien un type d'extrême droite qui a commis le meurtre.

Clément faisait partie d'un groupe antifasciste. C'est facile de les appeler antifa, ça évite de rappeler qu'ils luttent contre le fascisme. Marine Le Pen a fait un gros travail pour « banaliser » son parti. Ca n’en demeure pas moins un parti d’extrême droite et si certains à gauche assimilent le Front National a des fascistes, ça ne me choque pas plus que cela.

Clément a été tué parce qu'il militait contre le fascisme. Mais j'ai vu un illustre blogueur de droite expliquer que les antifascistes avaient des idéologies de même niveau que les fascistes.

Dans les fondements idéologiques de l’extrême droite nous allons trouver un tas de trucs comme le nationalisme, le traditionalisme, le patriotisme… Mais aussi la xénophobie qui est de l’hostilité envers ceux qui sont différents. Dans les fondements idéologiques de l’extrême gauche, nous avons essentiellement la lutte le capitalisme (et donc la propriété privée), ce qui veut dire qu’on met tout en commun, pour résumer.

Comparer l’idéologie d’extrême droite et celle d’extrême gauche n’a aucun sens et ne peut être fait que par un type de droite pour justifier sa sympathie pour des mouvements d’extrême droite…

L’extrême gauche a fait moins de deux pourcents à la dernière présidentielle alors que l’extrême droite à fait un peu moins de 18%. Même si les mouvements politiques officiels n'ont rien à voir avec les groupuscules de tarés.

Le mariage et l’ambiance

Frigide Barjot a dit une belle connerie hier, en mettant la mort que le compte du gouvernement. Je suis fatigué d'entendre que le mauvais climat qui règne suite aux manifs pour tous est à cause au gouvernement. C'est une funeste connerie. Le mariage pour tous a une légitimité démocratique et une minorité n'a pas à dire que sa vision de la France est plus légitime que celle des autres, de ceux qui ont gagné les élections.

Frigide Barjot a organisé les manifestations « pour tous ». En marge de ces manifestations, il y a eu « des écarts » et le langage s’est radicalisé dans les blogs. Ils se sont monté le bourrichon entre eux, s’imaginant représenter une majorité des Français. Ils ont radicalisé leurs propos. J’ai vu une sympathique blogueuse de droite qui disait que la police faisait des rafles pour arrêter les manifestants. Il faut atterrir…
Le climat s’est dégradé avec les manifs. Si on y ajoute une radicalisation du discours d’une partie de l’UMP, dont son président, le résultat est terrible : des blogueurs de droite ont de la sympathie pour le Front National et en viennent à défendre des assassins membres de groupes politiques d’extrême droite. Crachez et faites le tri, merci.

N.B. : Frigide Barjot a dit des conneries, hier, mais il ne serait pas honnête de ma part de ne pas reconnaître les conneries aussi ou plus grosses de la part de gens de mon bord. Mélenchon a eu droit à un billet, hier. Je vais épargner Bergé à cause de son âge.

Les groupuscules

On redécouvre qu’il y a un tas de groupuscules politiques, en France, à l’extrême droite comme à l’extrême gauche. Tout le monde devient subitement spécialiste des groupuscules du camp d’en face. Pas moi. Ces groupuscules représentent environ 3000 personnes en France (selon le 20minutes du jour), très peu étant prêts à passer à l’action. Je suppose que la police fait son action, surveille les groupes, … Je lui fais confiance.

Mais peu importe le niveau de connaissance par le grand public de ces groupuscules.

Clément Méric a été tué par un militant d'extrême droite parce qu'il était militant antifasciste. Peu importent les conditions.

35 commentaires:

  1. Si les mots ont un sens, vous ne pouvez pas parler d'assassinat. Quant au reste, si vous y croyez...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis dans le billet qu'il n'y a pas préméditation. Le mot assistanat est trop fort. Pour tout vous dire, j'ai bâclé la publication du billet (j'aurais du le diffuser ce matin mais au moment de le faire, j'ai appris la mort de Mauroy).

      Quant au reste, j'y crois. Vous pouvez vous persuader du contraire parce que ça vous fait du bien. C'est bien un type d'un groupuscule d'extrême droite qui a frappé violemment : je me demande pourquoi vous le niez.

      Supprimer
    2. Assistanat à la place d'assassinat : le lapsus est savoureux !

      Supprimer
    3. Ce n'est pas le fait qui est niable : c'est votre présentation qui est tendancieuse. Ne serait-ce qu'en faisant de ce truc un événement exceptionnel. S'il l'est, c'est uniquement en raison de la mort malencontreuse de la victime. sinon, comme je dis dans votre précédent billet à Dorham, du plus loin que se souvienne la vieille bête que je suis, quand des groupuscules paramilitaires d'extrême droite rencontre des groupuscules paramilitaires d'extrême gauche, ils cherchent mutuellement à s'exploser la tronche – et en général ils y parviennent très bien. Dans les années où j'étais étudiant, c'était pratiquement toutes les semaines.

      Et quand je dis "du plus loin qu'il m'en souvienne", c'est façon de parler car, dans les années 20 et 30 du siècle passé, lorsque les ligues d'extrême droite se fritaient avec les milices du parti communiste, ce n'était pas une ronde de bisounours non plus. Et les heurts étaient d'autant plus violents que les méthodes, tactiques et entraînements étaient exactement les mêmes.

      Quant à l'Allemagne de la même époque, c'était encore plus nette, puisque, lorsqu'il s'agissait d'aller casser du social-démocrate (l'ennemi commun), les troupes du Komintern et les SA de Hitler savaient unir leurs forces sans problèmes : là aussi, l'organisation était à peu près la même, et les buts similaires.

      Vous ne parvenez pas à admettre la profonde identité entre les deux types de groupuscules parce que vous voyez le spectre politique comme une ligne droite. Mais formez un cercle avec cette ligne, et vous verrez bien que les extrêmes sont proches l'un de l'autre et se retrouvent tout à fait opposés à vous. du reste, la violence et la ressemblance de certains commentaires qui vous sont infligés, venant de-ci et de-là devraient vous mettre sur la bonne piste…

      Supprimer
    4. Je vous réponds rapidement à cause de l'iPhone.

      Je vois très bien le truc circulaire. Je dis souvent que les électeurs du DN d'aujourd'hui sont des électeurs du PC en 81. Je dis aussi que les méthodes (populisme,...) sont proches.

      Je sais aussi (je ne vous ai pas répondu à ce sujet au commentaire d'un autre billet) que le côté "skins" les rejoignent dans l'histoire de ce mouvement et celle de l'Angleterre.

      Je dis simplement que les motifs sont bien différents. Et je vous réponds que "Vous ne parvenez pas à admettre" cette différence. Qui ne vous arrange peut-être pas.

      Supprimer
    5. Certes, les motifs sont différents. Mais comme je le disais ailleurs, les finalités, les buts, les codes, les moyens, sont exactements les mêmes.

      Supprimer
  2. Merci de ce récap plutot objectif...

    Je me permets juste une légère précision suite aux derniers éléments de l'enquête : Clément Meric est mort lors d'une bagarre de rue avec un militant d'extrême droite.

    Voilà. c'est ce que vous auriez dit si celà s'était passé dans l'autre sens. Et selon moi, ça suffit.

    Je vous rappelle juste que pendant 1 semaine, il y a juste un an, c'était des "militants d'extrême droite" qui étaient les auteurs de la tuerie d'enfants juifs de Toulouse...

    Il vaut mieux s'en tenir aux faits, et ne pas supputer plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Il n'y aurait pas du bagarre de rue s'il ´'etait pas militant antifasciste.

      Supprimer
  3. La société est en train de se radicaliser.. dans les paroles et dans les actes.. à nous de faire attention à ne pas alimenter cette radicalisation..

    ça passe certainement par l'interdiction de regroupement faisant l'apologie de la violence.. mais ça passe aussi par un minimum de recul face aux évènements.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas, un assassinat c'est un meurtre avec préméditation.
    Imaginons que le contraire soit arrivé, que ce soit la tête du skin, poussé par un antifa qui ait heurté le poteau en métal. On en resterait à l'homicide involontaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Jacques me l'a fait remarqué. Je corrige.

      Supprimer
  5. Gérard Colomb, le sénateur-maire de Lyon, a été pris à parti par des militants anti-fascistes hier soir, comme le révèle Le Progrès. Invectivé et poursuivi à l'issue de la manifestation organisée après la mort de Clément Méric, Gérard Colomb s'est expliqué ce matin au journal Le Progrès.

    "J'ai entendu du bruit et je me suis retourné. J'ai vu derrière moi des personnes qui s'apprêtaient à me frapper. Mon chauffeur s'est interposé et par chance un véhicule de la police passait par là et m'a aidé à partir". Les personnes, à priori encagoulées, qui l'ont traité de "fasciste", étaient des militants antifascistes qui venaient de la manifestation organisée après la mort de Clément Méric.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement le genre de dérives dont je parlais dans mon (long) post : ces groupuscules ne sont pas des antifafs comme on nous le présente à longueur de temps, mais des groupes réellement radicaux qui n'hésitent absolument pas à catégoriser comme fasciste ceux qui ne sont plus dans la grille défini.

      Et au passage, excellent choix de photo d'illustration : This is England est certainement le meilleur film traitant de la mouvance skins des années 80

      Supprimer
    2. Sur l'affaire de Lyon avec GG Collomb, il y a un point intéressant : on parle de Vigilance 69 et l'auteur de l'article a l'air de s'étonner que des antifafs aillent attaquer le maire après une réunion dites "constructive".
      L'explication est assez simple : Vigilance 69 est un groupe antifasciste militant pacifiquement. Ceux qui ont attaqué Collomb (certainement un Vorace, groupe antifa anarcho autonome des Pentes, et proche du groupe AA de Clément Méric) sont des antifa combattants.
      L'erreur dans laquelle tout le monde est en train de tomber est bien celle la : considérer que l'antifascisme est un bloc de pensée et d'action monolithique etqu'il constitue forcément dans sa globalité le "bien" face au "mal"

      Supprimer
  6. Je voudrais revenir sur la partie "amalgame" de ton papier et apporter quelques précisions qui me semblent vraiment importantes pour bien resituer.
    On ne peut pas prendre le mouvement antifa d'un seul bloc, où tout le monde est gentil, avec une philosophie humaniste opposée à une philosophie de barbares. C'est beaucoup plus complexe que ça. Dans le monde du militantisme anti fascho, il y a des groupes pacifiques qui tractent, dialoguent, militent, manifestent on va dire d'une manière tout à fait normale, et il y a toute une mouvance anarcho libertaire/syndicaliste/autonome réellement violente, motivée par la haine (peut être justifiée) constituée sur les mêmes modèles et codes que les GUD ou JNR pour ne citer que ceux la : chasse de l'ennemi et agit-prop localisée plus ou moins violente.
    Cette mouvance la, elle commence au milieu des années 80 : redskins, red warriors, ducky boys, Ays Nays, SCALP... Ultra violente. La différence majeure avec les groupes fafs, c'est que cette mouvance antifa est constituée explicitement pour chasser tout ce qui à leurs yeux peut s'apparenter à un faf ou un nationaliste : cheveux trop courts, code vestimentaire douteux (exemple vécu, un pauvre gamin, au début des années 90 qui avait eu le malheur de suivre la mode des Dock Martins en ayant mis des lacets blancs, démonté au coin d'une rue). Les fafs eux, vont à la castagne quand éventuellement et opportunément ils croisent de l'antifaf (les ratonnades sont un cas à part).
    La mouvance antifa radicale a périclité à la fin des années 90 mais s'est "reconstituée" depuis quelques années (en fait, depuis 2007/2008 comme par hasard) sur des modèles encore plus extrêmes, mélange de black blocks anarcho syndicalistes/autonomes (notion d'anticapitalisme qui auparavant n'existait pas) et de RASH anglais et antifa [M] allemand.

    Clément Méric faisait partie des Antifa Paris Banlieue qui adoptent ce modèle. Ce n'était pas un antifasciste "pacifique", c'est à dire défiler pacifiquement avec une banderolle, distribuer des tracts etc etc. Bref, ce qu'on pu tous un jour faire en avril 2002 ou lors de l'assassinat de Malik Oussekine.
    Alors attention : je ne dédouane absolument pas les saloperies qui l'ont dessoudé. Je dis juste qu'il faut faire extrêmement attention avant d'en faire un "Horst Wessel" à l'envers (je suis désolé pour l'analogie, mais c'est celle qui me vient à l'esprit). C'est beaucoup plus compliqué que ça, et beaucoup se retrouveraient bien cons si un groupe antifa mène une action commando punitive extrême dans les prochains jours (comme certains bruits le laisse à penser). Parce que là, avec tout ce déballage laissant ouvertement penser qu'il y a d'un coté des "gentils" antifas et des "méchants" fafs, comment vont ils justifier la violence (et les idées) des uns sans déjuger celles des autres?
    Pour moi, ces deux groupes sont à mettre dos à dos, non pas évidemment au niveau de la "philosophie" qui sous tend leurs actions, mais bien sur le but et les moyens qu'ils mettent en oeuvre pour se faire entendre. Ce qui m'interpelle le plus, au dela de la mort du gamin, c'est qu'il n'y ait eu qu'un mort depuis tout ce temps. Par contre, des handicapés à vie, d'un bord comme de l'autre, il y en a un paquet et on en a jamais parlé... Il a fallut donc attendre un mort pour se demander si oui ou non il faut interdir ces groupuscules...
    Je ne suis même pas en faveur de leur interdiction. Ca serait pire : un mouvement "officiel" de 100 péquins est plus facilement contrôlable qu'un mouvement clandestin de 50... Et s'ils veulent interdire, alors qu'ils interdisent les deux, car dans le cas contraire je peux vous prédire un chaos indescriptible, et pas que du coté de la droite extrême...

    Et si vous voulez en comprendre d'avantage, voici un superbe doc : http://www.youtube.com/watch?v=boVr0SRS1Pw

    RépondreSupprimer
  7. Dans vos "faits objectifs", il vous manque ceci : http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-mort-de-clement-meric-selon-un-temoin-les-skinheads-ne-cherchaient-pas-la-bagarre-07-06-2013-1677922_23.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vrai que c'est pas trop le genre des Skinheads de chercher la bagarre, ça ma bonne dame, si on peut plus se trimbaler avec des tatouages nazis tout en songeant peace and love, maintenant..."
      Un fait,: Plus jeune j'avais déboulé à Paris par Montparnasse, étant Breton, un de nous avait une dégaine, on a croisé trois de ces foux furieux qui devaient planquer des battes de Base-ball dans leur sac à main, et ce que j'ai vu dans leur regard c'est simplement une douce envie de nous faire la peau, comme ça, pour rien, parce qu'on devait pas correspondre à leurs critères.
      Une chose : Les skinheads VÉHICULENT l'idée de violence. C'est leur FAÇON d'être et de fonctionner (rajouté aux bières qu'ils enquillent pour se chauffer un peu)

      Evidemment, comme on était des violents de naissance, on a rasé les murs et on s'est cassé. Quand tu vois ça dans l'oeil de quelqu'un c'est simplement l'image d'une recherche de règne par la terreur, et rien d'autre.
      Moi j'appelle ça des connards dangereux et je suis objectif.

      Supprimer
    2. Je pense vraiment que tu ne connais ni le mouvement skinhead, ni le mouvement antifa radical pour affirmer ce genre de chose -__-

      Supprimer
    3. Effectivement, je ne suis pas spécialiste en mouvement machin et expert en chose, et j'ai jamais foutu les pieds dans une facà part pour draguer quelques copines à une lointaine époque, mais t'inquiètes pas que je sais ce c'est qu'un skin et une batte de base-ball.

      Supprimer
    4. J'ai connu des skinheads comme j'ai connu des mecs genre CNT, en face, mais l'étude des mouvements, non, ça, je confirme, tu as certainement raison, parce que d'ailleurs je m'en fous.

      Supprimer
    5. Ouai enfin ta vie on s'en fout non ?
      Ce petit gars a cherché la bagarre, il a pris un coup, mortelle en sa condition de poids mouche, c'est infiniment triste mais interrogez plutôt la responsabilité de ceux qui poussent des jeunes pleins d'exaltation à aller "chasser du nazi".
      Au train où vont les choses, la légitime défense va être reconnue. Ce n'est pas parce que Clément est mort qu'il n'était pas l'agresseur premier, c'est-à-dire celui qui a déclenché la bagarre. Et ce n'est pas parce que le skinhead portait un tatouage de nazi qu'à l'instant où il a croisé Clément il "cherchait la bagarre" et a voulu le tuer... non ?

      Supprimer
  8. Heu ben il est ou mon très long post (le premier)? Censuré ou considéré comme spam?
    Ou pas validé?

    RépondreSupprimer
  9. Excellent billet, avec lequel je suis complètement d'accord, si je fais le gugusse dans mon blog c'est que je préfère généralement raconter des conneries plutôt que d'ébaucher des théories.
    Là ce que tu dis est très vrai.
    Y avait aussi Tarnac, sous MAM, qui les représentait comme"un danger pour la France" puisqu'ils devaient sans doute élaborer des fromages de chèvres dangereux pour la nation..
    Sinon bien sûr, il y a les Anarcho-Radicaux genre BlackBlock (et encore il ne doit plus en rester grand-chose...), mais leur idée est plutôt de foutre sur la gueule des soutiens zélés du capitalisme (dans les trucs genre G8/G10), il me semble
    Par contre, par exemple en Grèce, j'aurais du mal à coller sur le même plan les nazis de l'Aube Dorée et les Mélenchons locaux, faut pas non plus déconner.
    Mais je crois que tout mettre sur le même plan, arrange la droite (ah oui, n'oublions pas non plus "l'influence des jeux Vidéo", selon cette bible de la modernité qu'est Bernard Debré)

    RépondreSupprimer
  10. Désolé les gens je ne peux pas répondre à tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais : merci !

      (Et je lis tout !).

      Emmanuel certains de tes commentaires étaient bloqués dans les tuyaux.

      Supprimer
  11. J'avais pas lu, désolé,e je remets le lien :
    http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-mort-de-clement-meric-selon-un-temoin-les-skinheads-ne-cherchaient-pas-la-bagarre-07-06-2013-1677922_23.php
    Mais ça n'excuse rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comment ça "ça n'excuse rien" ? Le propos n'est pas d'excuser qui ou quoi que ce soit. Le propos est de dire que la journée d'hier a été effroyable d'abord de récupération gerbante et ensuite de propagande extraordinaire. Parce que Clément Méric était mort, c'était un saint et les milieux antifas étaient montrés comme de preux chevaliers adeptes de l'envolée de pâquerettes, faut arrêter. Quand une bagarre est déclarée, soit on prend des coups, soit on en donne.
      Action Direct était d'extrême-droite ? Vous dîtes que dans les milieux antifas il y l'anticapitalisme, mais il y aussi la haine du riche et du flic. Hier, vos "pacifistes" scandaient dans les rues "un flic, une balle, justice sociale". Ho les mecs, réveillez-vous !

      Supprimer
  12. J'arrive tard.

    Tu écris "les blogueurs de droite ont de la sympathie pour le Front National et en viennent à défendre des assassins membres de groupes politiques d’extrême droite".

    Tu écrivais il y a peu que j'étais un blogueur de droite. Tu penses donc que "j'ai de la sympathie pour le Front National et que j'en viennent à défendre des assassins membres de groupes politiques d’extrême droite" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non ! L'autre jour c'était une vanne. Je corrige le billet.

      Désolé pour cette erreur de ma part.

      Supprimer
    2. OK Nicolas, pas de soucis (je voulais te demander car hier cela m'avait un peu, comment dire... )

      Merci

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.