07 juin 2013

Mauroy, l'histoire et moi

Beaucoup de mes confrères, plus jeunes que moi de cinq ou dix ans (je ne connais pas leurs âges...) rendent des hommages à Pierre Mauroy. Je pense que j'ai le "mauvais âge" pour me souvenir du bonhomme. Il a quitté le gouvernement trois mois après mes dix-huit ans, en plein été.

J'ai fait mon billet du matin parce que je sais ce qu'il représente pour la gauche, mais du haut de mes 15 ans en 1981, c'est beaucoup plus à Mitterrand que j'attribue tout ce qu'elle a fait à cette époque, d'autant que jusqu'en 1988, j'étais beaucoup plus proche des communistes, à cette époque. A cette époque, j'ai assimilé le tournant de la rigueur (17 ans...) à Laurent Fabius (18 ans) et j'avais vu le départ de Mauroy comme une trahison de Mitterrand.

C'est probablement entre les deux tours, en 1988, que je suis trouvé plus proche des socialistes. Au premier tour, j'avais voté pour Pierre Juquin, déçu par les communistes qui n'avaient pas su tourner des pages. D'ailleurs, ils ont sombré, ensuite, ne trouvant qu'une manière de revivre, bien longtemps plus tard, en étant obligés de s'allier avec un pitre qui, même s'il a de bonnes idées politiques, arrive à se faire haïr par 85% de la population. Mais c'est une autre histoire.

J'ai ainsi opéré un virage politique important en 1988, soutenant le gouvernement Rocard alors qu'il était avec des centristes. Le plus surprenant est que je n'ai pas apprécié son élection à la tête du PS alors Mitterrand soutenait Fabius.

Rassurez-vous, je ne suis pas devenu un historien du PS et il ne me passionnait pas plus que maintenant.  Même beaucoup moins : en tant que blogueur politique, je suis plus proches des militants qu'à cette époque. Je me fais aider par Wikipédia pour me remettre en mémoire les événements de l'époque.

Toujours est-il que je n'avais aucune raison de m'intéresser au PS après 1988. La carrière de Pierre Mauroy ne me concernait plus. Ensuite, il y a eu le congrès de Rennes, l'épisode Cresson, la déroute de 1993... Pas de quoi vous donner envie de supporter tout ça.

Ainsi, pour moi, avant 1984, c'était Mitterrand le chef et, après 1988, Mauroy ne m'intéressait plus. Donc, ce qui m'intéresse le plus, chez Mauroy, est ce qu'il a fait à une époque où j'étais trop jeune pour faire de la politique et que j'ai appris bien plus tard par des lectures.

Je l'ai vu une fois, assez récemment, peut-être à l'Université d'été du PS de 2011. Il est passé à quelques mètres de moi, soutenu par des proches. Je me souviens du charisme qui en dégageait ou, plus précisément, du profond respect qui émanait des militants qui m'encadraient.

Pourquoi je vous raconte ça, moi, alors que je devrais rendre un profond hommage ?

Ce matin je racontais l'histoire d'une jeune collègue à moi (25 ans) qui ne le connaissait pas. Un collègue (10 à 15 ans de moins que moi) lui a expliqué en exprimant une admiration surprenante et j'avais lu le billet de Romain (probablement du même âge que mon collègue). En allant manger, j'ai lu les billets de Seb, Juan et Christophe, également plus jeunes et montrant aussi une sorte d'admiration. Ensuite, un jeune socialiste a commenté mon billet et dit qu'il était surpris que ma collègue ne connaissait pas Pierre Mauroy. Si je compte bien, elle est née à l'époque où Rocard était premier ministre.

Alors tout ça a tourné dans ma tête. Comment une personne comme Pierre Mauroy avait pu ne pas marquer l'histoire ?

Pierre Mauroy est devenu premier ministre 7 ans avant la naissance de ma collègue. 7 ans avant la mienne, c'était Michel Debré. Je ne sais pas si elle connait Michel Debré. Je connais tous les premiers ministres de la cinquième (bien que si j’avais à en établir la chronologie, j’en serais bien incapable et j’oublierais probablement deux ou trois, comme Couve de Mourville ou Mesmer, mais je les connais).

Toujours est-il que la différence de perception que l’on peut avoir de certaines personnes au moment de l’âge des faits est surprenante.

En guise d'hommage, lisez les trois billets que je cite plus haute (celui de Christophe, surtout, vu que je le cite moins souvent et que l'hommage est plus "personnel"). Lisez aussi celui de Melclalex qui reprend les principales actions des gouvernements Mauroy, celui de El Camino (et celui de Romain que je citais ce matin).

7 commentaires:

  1. Un homme de gauche, pour de vrai, qui était à la tête d'un vrai gouvernement de gauche qui faisait des réformes de gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a 30 ans, le monde a évolué, en bien ou pas.

      Supprimer
    2. Dorham, on est d'accord mais j'ai une perception différente du fait de mon âge en 1981.

      Supprimer
  2. Comme peu de gens le savent, Pierre Mauroy avait été un ardent défenseur du grand virage libéral de 1983 (la "pause", la "parenthèse", etc.), virage qu'il ne pouvait pas assumer personnellement compte tenu de la politique qu'il avait menée jusque là et avec laquelle il s'agissait (pour lui plus que pour beaucoup d'autres) de rompre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais. Peut-être. Mais son nom est accolé à ces réformes qui ont fait l'honneur de la gauche. Et puis, en 1983, de toute façon, d'accord ou pas, je pense qu'on n'avait pas vraiment le choix. Un peu comme aujourd'hui, je suppose... Enfin, je dis ça...

      Supprimer
    2. Mais non, pas "peut-être"! Voyez:

      http://tinyurl.com/lw2u5gm

      L'image que l'on laisse est rarement conforme à celle de ce qu'on a réellement été.

      Mais, avec le temps,ce qui est le plus important et qui reste, c'est l'image.

      Supprimer
  3. Mauroy c'était autre chose que les guignols de maintenant, au gouvernement , qui n'ont plus rien de socialiste !

    et je sais de quoi je parle !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.