13 juin 2013

L'homosexualité et la Russie des droits de l'homme

« Les députés russes ont adopté mardi deux lois punissant tout acte de "propagande" homosexuelle devant mineur et réprimant les "offenses aux sentiments religieux", critiquées par les militants des droits de l'homme. » La suite est à lire chez Suzanne.

Pas facile d'exprimer des sentiments, d'autant que, au fond, les Russes font évidemment ce qu'ils veulent chez eux. A partir du moment où l'État ne massacre pas son peuple, je considère que l'on n'a pas grand chose à dire, d'autant que la population soutient ce texte à 88%.

C'est ce chiffre de 88% qui me sidère. Les différentes études montrent qu'environ 6 à 8% des gens sont homosexuels (croyants ou pratiquants, je ne sais pas). J'en déduis seulement que 95% des hétéros russes (hétérusses ?) sont hostiles à l'homosexualité et donc, par définition, homophobes...

Chez nous, avec nos 30 ou 40% de lascars contre le mariage pour tous, on fait un peu petite bite.

Pire ! Nous avons 88% d'une population qui approuve une loi qui condamne la tenue de certains propos (y compris sur internet). Ils sont donc opposés à la liberté d'expression ! Ça me parait délirant.

L'article de l'Express précise :« L'ex-dissidente soviétique Lioudmila Alexeeva, interrogée par l'AFP, a estimé que "toutes ces lois draconiennes adoptées par la Douma sont adoptées pour être appliquées de façon ciblée à l'encontre de tous ceux que le pouvoir juge indésirables". »

Je ne juge pas ces histoires de Russes qui autorisent le Gouvernement à se doter d'outils pour faire taire ceux qui lui déplaisent. Nous ferions un sondage du type : « maintenant que le mariage pour tous est voté, que les premiers mariages entre homosexuels ont été célébrés, pensez vous que l'on doit interdire les propos contre ce mariage ? », il est probable que le oui dépasserait les 50%, ne serait-ce que pour avoir la paix ! Et n'oublions que nous avons aussi des lois interdisant des propos, notamment toutes nos lois mémorielles.

Certaines lois me paraissent normales, comme l'incitation à la haine raciale ou l'apologie d'actes criminels. Il n'empêche qu'on doit se poser des questions avant de critiquer les autres... C'est quoi, ce "normales" ? En fonction de quoi affectons-nous ce qualificatif ?

Toujours est-il que notre conception des droits de l'homme a encore pris une belle claque dans des contrées pas si lointaines.

Complément :  en cherchant la photo d'illustration, je suis tombé sur cet article du Midi Libre qui nous en dit beaucoup sur les motifs de cette loi. Le pouvoir s'appuie, face à l'opposition libérale pro-occidentale, sur "une génération de jeunes conservateurs qui voudraient un conflit avec la civilisation occidentale. [...] La confrontation avec les Occidentaux devient une politique nationale, et la rhétorique homophobe en est une composante".

35 commentaires:

  1. Il raison garder : c'est la propagande vers les mineurs qui est pénalisée, pas l'homosexualité en tant que telle.

    Ou alors on peut considérer que la promotion de l'homosexualité auprès des mineurs est un bien. Je ne le pense pas . Mais la , j'ai peur d'être déjà homophobe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi, au juste, la promotion de l'homosexualité ? Parce ce que je n'ai jamais vu, même si ça doit exister, de gens qui promeuvent l'homosexualité. Je n'ai jamais vu de gens qui disent "l'homosexualité c'est fun, c'est mieux, c'est plus chic que l'hétérosexualité" ou "soyez moderne, soyez homosexuel !" ou quoi que ce soit de ce genre. Ou alors, c'est simplement dire que l'homosexualité n'a rien d'anormal, que ce n'est pas contre nature, et que si on est attiré par des personnes du même sexe, alors qu'on se débrouille pour être le plus heureux possible, et qu'on vive sa vie en accord avec son homosexualité ?

      Supprimer
  2. Voleur de sujets ! copiteur ! homme sans ressources et sans imagination ! Espèce de... euh, non, espèce de RUSSE !

    RépondreSupprimer
  3. Non, il est bien votre billet, et il souligne quelque chose d'important: ce n'est pas parce que nous avons une certaine conception des droits de l'homme, héritage des lumières, blablabla, que d'autres peuples la partagent. Sans compter les aller-et-retour de l'Histoire.

    RépondreSupprimer
  4. Quand on voit ce qui a découlé des textes sacrés droits de l'hommiste, il n'est pas illégitime que certains pays s'en méfient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait j'ai l'impression que les Russes font souvent écho, dans leur actualité, à ce qu'il se passe ici. On adopte le mariage gay? Et bien Vladimiriu va durcir les lois à l'encontre des gays.

      Supprimer
  5. La Douma a adopté le projet de loi soutenu par le Kremlin à 436 voix contre 0, avec une abstention. A mon avis il doit être mort coulé dans le béton. C'est la démocratie rêvée par ces abrutis anti-mariage pour tous, j'attends l'exil de certains en Russie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suzanne veut envoyer Boutin là bas.

      Supprimer
    2. T'emballe pas ! On ne sait pas si Suzanne est baisable. Elle dit des trucs bien, mais à part ça, on ne sait pas.

      Supprimer
  6. La preuve que la vodka fait bien des trous dans le cerveau.

    RépondreSupprimer
  7. « sont hostiles à l'homosexualité et donc, par définition, homophobes... »

    Non, justement : par définition, homophobe ne signifie pas "hostile à l'homosexualité", mais : "éprouvant une peur irrationnelle envers l'homosexualité". En intimant fermement aux homosexuels l'ordre de fermer leur clapet, les Russes ont donc prouvés qu'ils n'étaient pas homophobes. (Mais hostiles, ça, oui.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ""éprouvant une peur irrationnelle envers l'homosexualité"."

      qu'on peut interpréter comme une peur de ses propres tendances homosexuelles.
      (oui, bon, c'est facile, je sais).

      Supprimer
    2. C'est pourtant la définition donner par Wikipédia.

      Supprimer
  8. Sinon, comme le dit plus ou moins Suzanne, il serait temps de comprendre, par chez nous, que 80 % au moins des pays composant cette planète se foutent totalement des droits de l'homme, voire se demandent ce qu'on peut bien vouloir dire par là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que si on leur expliquait...

      Supprimer
    2. C'est même plus complexe que ça. En réalité les droits de l'homme existent dans bien des endroits, mais sous une conception différente. Si on prend le cas de l'avortement en France, soit 200 000 par an, c'est au nom des droits de l'homme qu'un Américain va trouver ça abominable. Alors qu'un Jégoun y voit l'émancipation de la femme, unique détentrice de son corps, patati patata. Ne soyons donc pas ethnocentriste !

      Supprimer
    3. On n'est pas ethnocentristes ce qui ne veut rien dire, d'ailleurs. Je dis dans mon pays qu'ils font ce qu'ils veulent. Il n'empêche que, comme disait, Elie, je crois, on peut être fiers de nos valeurs.

      Et ils ont bien le droit d'être fiers des leurs !

      Supprimer
    4. C'est pas sympa de dire de Lévi-Strauss que les concepts qu'il a créés ne veulent rien dire !

      Être fier de nos valeurs oui, mais les prétendre universelles c'est un jugement, vous comprenez ? Ça veut dire "moi, j'ai la solution pour le monde entier parce que ma méthode est la meilleure, ma façon de vivre, de penser et d'agir - ce qui est la définition de la culture - est la meilleure". C'est en substance ce que dit Élie. Et c'est en substance ce qui a légitimé la colonisation.

      On ne peut pas dire "mon pays est une meilleure démocratie parce les homos peuvent se marier". La démocratie c'est le respect de la volonté générale. En ça, la Russie, sur le point du rapport à l'homosexualité, suit la volonté populaire.

      Supprimer
  9. Ce rejet des valeurs occidentales, et notamment de la condamnation de l'homophobie, est-il très différent de ce qu'on voit dans certains mouvements ou gouvernements islamistes?

    RépondreSupprimer
  10. Je crois qu'il faut assumer, avec fierté et arrogance, le fait que certaines de nos valeurs sont universelles, ou devraient l'être: l'égalité des droits devant la loi (quels que soient les origines et le sexe), la laïcité (qui garantit à chacun la pratique de sa religion ou pas, et le droit d'en changer cinq fois par jour si ça lui chante), la liberté de faire tout ce qui ne porte pas de préjudice à la même liberté des autres, la liberté d'exprimer ses opinions politiques, philosophiques ou autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant. Une sorte de "droit des races supérieures à civiliser les races inférieures", selon la formule de Jules Ferry ?

      Supprimer
    2. Tu racontes n'importe quoi. On n'a pas parlé d'aller civiliser les autres. Je parlais d'Elie, justement, dans ma précédente réponse, c'est à ce commentaire que je faisais allusion.

      Supprimer
  11. Désolée, Nicolas, nos bouts de chemin se séparent ici :

    http://www.freud-lacan.com/Champs_specialises/Psychanalyse_psychiatrie/Intervention_de_Laure_Murat_aux_Assises_de_la_psychiatrie

    RépondreSupprimer
  12. Je pense, et je le répète ici que les "lois mémorielles" françaises sont une faute. Elles interdisent une expression publique de certaines idées, donc la possibilité de réfuter publiquement celles-ci. En sous-main, cela peut faire bien des dégâts. Sans compter l'atteinte manifeste à la liberté d'expression que cela implique (mais cela est probablement moins important).

    Les Russes sont généralement bien plus religieux que les Français, donc cette réaction "à 88%" reflète cette tendance. Nous n'avons pas à les incriminer, notre législation plus compréhensive est bien jeune encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord ! Bienvenu chez les reacs de gauche.

      Supprimer
  13. J'en ai discuté une fois avec un collègue quand je travaillais en Russie et il m'a dit que l'homosexualité pour lui c'était comme la pédophilie. Qu'il leur taperait pas dessus parce qu'ils faisaient ce qu'ils voulaient entre pervers, mais que si il passait à côté d'un gay qui se ferait tabasser il viendrait pas l'aider.
    C'était un Russe assez standard. Je sais qu'on peut pas généraliser avec un individu, mais c'était dit avec une telle désinvolture. Si vous aviez un doute, si, les russes sont clairement homophobes. (Et à la question des droits de l'homme, il m'a répondu que c'était une question pour pays riche, quand on avait rien à faire de sa journée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ! On peut généraliser.

      Et pour les droits de l'homme, il a raison ! Pour caricaturer : un type qui n'a pas à bouffer a le droit de se foutre des homos.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.