05 juin 2013

La théorie du genre pour les nuls

Le débat a fait rage chez Didier Goux et chez moi à propos de la théorie du genre. Résumons : les réacs parlent de théorie du genre pour désigner les études mises en avant par les progressistes pour démontrer que certaines différences entre les hommes et les femmes sont issues de données sociologiques ou éducatives et pas naturelles. 

C'est amusant : il suffit de leur dire que la théorie du genre n'existe pas pour qu'ils se focalisent sur cette existence sans s'occuper des études. 

Certains appelleraient ça du négationnisme mais ça serait méchant. Intituler des études des théories pour faire croire qu'elles ne sont pas sérieuses... Ça leur évite de parler du fond. 

Qui est : est-il normal d'habiller les petits garçons en bleu et les petites filles en rose ? Pour eux : oui. C'est une tradition, il faut la respecter. 

Je suis évidemment dans la caricature et je compte bien continuer, c'est pour vous expliquer ce que devrait être la théorie du genre. 

Par exemple, un homme peut-il mettre un tee-shirt rose sans passer pour homosexuel ?

Pour ma part, je trouve qu'associer une couleur à "un" genre est con. Je suppose que des études ont été menées pour savoir si les bébés filles et les bébés garçons se tournent spontanément vers le rose ou vers le bleu. 

Je suppose que ces études ont démontré que non. C'est facile : vous prenez 100 bébés, vous essayez de leur donner une éducation neutre et vous regardez quelle couleur ils préfèrent. Vous les laissez cuire une quinzaine d'années pour vérifier s'ils ne seraient pas de la jaquette, par hasard, histoire de récupérer des données scientifiques à peu de prix. 

Dès les premiers résultats, vous les publiez. Vous appelez ça une étude. Les reacs appelleront ça une théorie. 

Voila ! Vous avez compris ce qu'est la théorie du genre. 

Continuons. Je pense maintenant que, si l'étude est probante, l'école ne doit pas conforter les enfants dans cette idée que les roses est pour les filles et le bleu pour les garçons. Si les parents veulent éduquer leurs enfants ainsi : très bien. En trois génération, c'est réglé. 

De telles croyances pourraient entraîner des dérives discriminatoires voire homophobes. Vous avez un collègue qui met des chemises roses. Vous pensez instinctivement que c'est un homo sexuel ! Et hop ! Dans le service, il est surnommé "la fiote" au bout de trois semaines. 

Le gouvernement a lancé un groupe de travail pour éviter que l'école serve de relai à ces "croyance". Vous en pensez ce que vous voulez, je m'en fous.

Les reacs ont peur. Ils sont persuadés que les progressistes veulent nier voire gommer toutes les différences entre les filles et les garçons. Alors ils brandissent la théorie du genre parce qu'ils sont incapables d'argumenter à ce sujet : les garçons préfèrent ils le vert ou le rose. Je suis toujours dans la caricature. Je suis moi aussi incapable d'argumenter sur le sujet et le sujet est bien évidemment plus vaste. Par exemple, dans les manuels scolaires, c'est maman qui achète des boîtes de sardines pour 14€ alors qu'elles valent 2 euros, combien en a-t-elle achetées ? 

Je vais tenter de le résumer mais je ne suis pas réac : l'école a-t-elle le droit d'intervenir pour supprimer ou limiter ces "clichés" issus de nos traditions ?

Moi, je m'en fous un peu : je n'aime pas le rose. J'ai bien des chaussettes et des slips roses, je vous dirais ! Mais c'est parce que j'ai un caleçon mauve qui a déteint au lavage. Ça vient de l'époque lointaine où je n'avais pas de machine à laver et allais au lavomatic rue Bobillot faire mes lessives. Je ne triais pas mes sous-vêtements en fonction des couleurs. Ceci est la stricte vérité (le problème des chaussettes roses est que vous ne les mettez pas et n'avez donc aucune chance de les user. Nous sommes néanmoins dans le cœur du sujet et ça nous fait une excellente transition. 

Est-ce qu'un type de 22 ans qui trie mal ses sous-vêtements le fait parce qu'il a été élevé comme un garçon ? J'aurais tendance à penser que c'est surtout parce que je suis un gros fainéant.

Un réac vous expliquera qu'il faut apprendre aux petits garçons à décapsuler une bière quand on n'a pas de décapsuleur et aux petites filles qu'il ne faut pas laver de caleçon mauve avec des chaussettes blanches. 

Il reconnaîtra donc implicitement que laver les caleçon et déboucher des bières n'est pas inné. Il fait donc de la théorie du genre sans le savoir. 

Mais ne lui dites pas, ça pourrait le vexer. 





Envoyé de mon iPhone

73 commentaires:

  1. J'abandonne ! J'ai de plus en plus l'impression d'être Nicholson dans Vol au-dessus d'un nid de coucou et je trouve ça limite fout-la-trouille…

    Je vais aller contempler le cul d'Halle Berry et les nichons de Penelope Cruz dans Gothika, tiens ! En espérant qu'elles ne sont pas des déménageurs de pianos arrivés par erreur dans des corps de bombasses (c'est français ! j'y ai droit !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi voudriez vous que des bombasses ne soient pas déménageurs de pianos. A part que c'est physiquement impossible : elles seraient trop musclées pour être bonnes. Sans compter qu'elle vous filerait une baffe si vous refusez de faire la vaisselle.

      C'est amusant : le dictionnaire de l'iPhone accepte bombasse au singulier mais pas au pluriel.

      Supprimer
  2. Moi je suis adepte de la théorie du con : la réacosphère en engendre de façon spontanée dès que ça touche à la touffe et au gland. C'est inné !

    RépondreSupprimer
  3. Les réacs c'est quel genre? "Normal" ou "con" (je pense à Corto ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Bon, vu comme ça part, je déclique ici aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Personne n'a répondu à la question d'Elie Arié... et pourtant c'était la plus pertinente !

    Les réacs n'aiment pas la pertinence.

    RépondreSupprimer
  6. Ce billet pose des questions pas idiotes du tout...

    Par contre, il amène certains intelligents à traiter de "cons" tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Des commentaires qui sont à l'image de ceux qu'on a un peu beaucoup en ce moment. Des insultes.

    Ca devient génial de discuter et de débattre en ce moment... Si c'est ça la société "progressiste" et si c'est ça le "changement"...

    (sur un sujet dont en plus je me fous et sur lesquels je n'ai aucun avis... mais je trouve ça terrifiant cette "tolérance" de gens qui traitent les autres de "cons"...
    Enfin bon...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! J'avais oublié mes commentateurs. Néanmoins je suis d'accord avec eux.

      Les reacs inventent l'existence d'une théorie qui n'existe pas.

      Tu dis que tu n'as aucun avis et c'est tout à ton honneur. Mais les braves gens appelés "cons" n'expriment aucun avis.

      Et comme j'ai dit chez Didier, ça me pousse à approuver les travaux du gouvernement.

      Supprimer
  7. Et le rosé frais, ça compte comme couleur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors là...les réacs devraient donc aimer, pourtant, non?

      Supprimer
    2. @Rosa Elle: vous évoquez le rosé, et la question suscite un commentaire de votre part, peut-être sous forme de boutade... cela pourrait vous faire réagir aussi:

      http://blogs.rue89.com/no-wine-is-innocent/2013/05/22/vin-de-femme-mes-couilles-oui-repond-la-caviste-230359

      Donc oui, ça compte comme couleur. Et du coup, même le rosé peut relever de la théorie/pratique/astuce/étude/machin-truc du genre.

      Supprimer
  8. mon dieu, Nicolas. Quel débat... Quel machisme... (je ne parle pas de ton billet mais des interrogations réac sur les "genres")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, tu n'as pas vu les commentaires du billet précédent et ceux chez Didier.

      Supprimer
  9. "Qui est : est-il normal d'habiller les petits garçons en bleu et les petites filles en rose ? Pour eux : oui. C'est une tradition, il faut la respecter."

    Une tradition relativement récente : pendant longtemps, et jusqu'au milieu du XIXe siècle, on a habillé les enfants de blanc, et, fille ou garçon, ils portaient des robes et les cheveux longs jusqu'à l'âge de six ans environ. Au milieu du XIXe sont apparus rose et bleu, mais aussi les autres couleurs pastels, sans distinction de genre jusqu'au début du XXe siècle où apparaît la distinction, et où le rose est la couleur des garçons, le bleu celle des filles. Il y a eu ensuite inversion, mais on est aussi passé par des périodes où on choisissait des couleurs neutres.

    Alors, franchement, cette tradition a déjà été tellement écorchée qu'elle ne se portera pas plus mal de l'irrespect qu'on pourrait lui porter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que les couleurs étaient genrées avant, mais sur d'autres bases. J'avais lu quelque chose à ce sujet il y a bien longtemps, mais je n'en ai pas de souvenir précis - c'était rapport à la couleur du roi associée à celle des habits de garçons, si ma mémoire ne me trahit pas.

      Supprimer
    2. Si tu retrouvés la source...

      Supprimer
    3. Mes gros doigts ont sévi et j'ai effacé le commentaire de DF. Le voila :

      DF a ajouté un nouveau commentaire sur votre message "La théorie du genre pour les nuls" :

      Ah voilà, et effectivement, ma mémoire m'a un peu trahi. Hop, je te le cite texto:

      "La couleur commune était le blanc car les vêtements étaient bouillis pour des raisons d'hygiène. Lorsqu'il y avait des couleurs, le blanc et le bleu - couleurs de la vierge - revenaient plutôt aux filles, et le rose ou le rouge "sanguin" aux garçons."

      Une autre manière de genrer le vêtement, sans doute pour ceux qui en avaient les moyens. Il semble que cela perdure dans certaines catégories de population, ce dont je suis le premier étonné.

      Source exacte: Sébastien Chauvin,Alexandre Jaunait,Anne Revillard, Introduction aux Gender Studies: Manuel des études sur le genre. Accessible en ligne sur http://books.google.ch/books?id=MHEdkiXTnVkC&pg=PA100&lpg=PA100&dq=habits+enfants+couleurs+%22ancien+r%C3%A9gime%22&source=bl&ots=AsP5cEORN3&sig=i2yVDt1-P9aZpGbeXMasLhTMhfo&hl=fr&sa=X&ei=v6qvUcHoL8Hk4QSNv4Bo&ved=0CHUQ6AEwBQ#v=onepage&q=habits%20enfants%20couleurs%20%22ancien%20r%C3%A9gime%22&f=false

      (désolé pour le lien un peu foutraque, mais tout ça a l'air intéressant; je tiens donc à te mettre tout le contexte).

      Supprimer
  10. Ce qui est inquiétant, c'est que, si nos amis réacs poussent ce machin à ce point, c'est que cela doit avoir un écho et qu'une frange non-négligeable de la population s'intéresse à tout ça.

    Par contre, enseignant en lycée, je ne sais pas du tout à quel endroit et dans quel discipline on enseignerait cette théorie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas d'enseignement !

      Supprimer
    2. Il n'y aura certes pas d'enseignement en tant que tel dans les écoles, en effet: les études genre sont surtout une discipline universitaire.

      Mais si j'ai bien tout compris, j'ai l'impression que certains résultats de ces études genre devraient être intégrés à la conception des programmes scolaires.

      Au niveau lycée, on pourrait imaginer par exemple qu'un professeur de littérature doive renoncer à étudier telle oeuvre en classe parce qu'elle véhicule des préjugés sexistes, même si par ailleurs, elle est absolument géniale.

      Ou alors, concevoir que cette même oeuvre devra être analysée en cours de littérature dans un souci de critique du sexisme qui la sous-tend - ce qui, à mon humble avis, n'est plus tout à fait de la littérature au sens strict.

      Supprimer
    3. Je ne sais pas. La moitié des livres finirait brûlée.

      Supprimer
    4. Ouais.

      Et on lirait Virginie Despentes à l'école, pour changer.

      Supprimer
    5. Tiens, Matthieu, puisque vous passez par ici : je comptais vous signaler – si vous ne le savez déjà – que la revue Le Débat (celle de Pierre Nora) vient de sortir un numéro entièrement consacré à l'enseignement de l'histoire ; lequel sera suivi, en septembre, d'un second sur le thème voisin et complémentaire de nos nouvelles passons d'envisager le passé (ou quelque chose d'approchant : je n'ai pas la revue sous les yeux en ce moment).

      Supprimer
  11. Deux choses : c'est marrant de caricaturer mais vous "nous" faites dire e que nous n'avons jamais dit (entre sur autre sur cette histoire de couleur, rose, bleu etc...)

    Deuxième chose, ces sont les partisans de la théorie du genre qui en ont parlé, pas les réacs...

    Et en plus, l'homosexualité n'a rien à voir avec le genre, les partisans de la "gender studies" (théorie du genre en français) qui sont souvent des militants LGBT ou féministes, se sont appropriés cette théorie pour tenter de démontrer une équivalence totale et absolue entre toutes les formes de sexualité.

    Attention, il n'est pas question de parler de supériorité d'une sexualité par rapport à une autre mais simplement de dire qu'une sexualité qui permet la procréation est différente de celle qui ne la permet pas.

    La réduction de cette théorie à la sexualité est évidement une erreur mais elle permet à ces partisans de justifier socialement la GPA ou le choix d'une genre quelconque.

    Cette théorie existe dans le cerveau de ses partisans et visiblement également dans les projets d'un nombres certain de personnes plus ou moins influente.

    Dire que cette théorie n'existe que dans les blogs réac est au pire un mensonge, au mieux une ignorance.

    Je mets moi même des chemises et polos roses je n'ai rien d'un homo... Si je jouais à la poupé ont pourrait discuter mais bon...

    RépondreSupprimer
  12. Skandal,
    Ma réponse va être "bizarre" parce que je n'ai qu'un iPhone.

    Premier paragraphe : vous n'avez jamais dit ça comme vous n'avez rien dit à part : Hou les méchants.

    Deuxième : non. On le dit depuis hier plusieurs fois. Ce ne sont que les adversaires qui utilisent ce mot théorie.

    Troisième : studies se traduit par études. Pour le reste c'est faux. L'hétérosexualité reste "la norme" et la seule reproductive. Arrêtez de prendre les gens pour des abrutis, vos théories iront mieux. Je parle de "norme" parce qu'elle est largement majoritaires, pas par opposition à "anormal" qui est connoté.

    Quatrième : arrêtez de confondre gendre et sexualité alors que vous disiez le contraire au deuxième.
    Cinquième : arrêtez avec la GPA. Il n'y a que quelques marginaux qui en parlent. A gauche on y est opposé notamment si elle est faites à des fins commerciales.

    Sixième : ce n'est pas une théorie. Je me répète mais je n'ai trouvé aucun exemple de progressiste qui en parle comme d'une théorie.
    Septième : non. Toujours le même problème mais des braves gens cherchent à démontrer le contraire depuis hier et se cassent les dents.

    Huitième : ce n'était qu'un exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais rajouter "neuvième : certes je suis un garçon, mais je joue à la poupée si je veux, cela n'aura aucune influence sur mon identité sexuelle ou mon genre, pas plus que ces éléments auront d'influence sur mon choix de jouer à la poupée." Là.

      Supprimer
  13. Comme tout est simple dans cet article !
    D'un côté les "progressistes", de l'autre les "réactionnaires". Ben voyons ! Tout semble clair, binaire. d'un côté le bien et le blanc, de l'autre le mal et le noir.

    Il faudrait d'abord que l'on m'explique en quoi cette lubie à la mode, véhiculée par les médias et les bobos-bien-pensants, est "progressiste"... Et on ne voit pas non plus en quoi affirmer que l'homme et la femme sont complémentaires serait "réactionnaires".

    Au contraire, vouloir formater dès l'enfance à cette foutaise à la mode pour faire un monde aseptisé de clones androgynes, clones dont le néolibéralisme a besoin comme main d’œuvre flexible et interchangeable, c'est réactionnaire. Et cela n'est pas sorti de mon fantasme. A chaque fois que les connards de la fausse gauche convertie au libéralisme veulent privatiser à tours de bras, réprimer socialement, décupler les frais d'inscription à la fac, ils divertissent les idiots utiles avec le mariage homosexuel et la "théorie" du genre Blair et la petite crevure de Zapatero ont appliqué cette technique de communication, Hollande et Valls aussi. Ainsi, en France, on vient de dézinguer le CDI, avec l'assentiment des veaux. Et bientôt : la contre-réforme Hollande des retraites, à côté de laquelle l'entrée en vigueur de celle de Sarkozy passerait pour la mise en application d'une utopie gauchiste.

    La lubie du "genre" est une mode véhiculée par les libéraux-libertaires qui, en vieillissant, deviennent des libéraux-répressifs. Ils nous ont fabriqué cette Europe technocratique et ultralibérale qui s'acharne aussi à vouloir enseigner le "gender" de mon cul à l'école primaire !

    Par ailleurs, le paradigme du gender, idéologie 100% environnementaliste (comme le lyssenkisme et le jdanovisme en URSS) colle bien avec un certain logiciel de la gauche française nourrie au lait de Durkheim et Lévi-Strauss, de fieffés réactionnaires pour qui l'homme est d'abord le produit de son milieu. Au contraire, les progressistes classiques se référaient à la nature et à nos qualités innées pour rejeter les conditionnements sociaux. Rousseau percevait ainsi les choses, en accusant la société de mettre des langes serrées, de couper la queue et les oreilles des chiens, de tailler les végétaux, de mutiler et de soumettre tout ce qui est libre. Le logiciel pourri de la gauche française contemporaine l'a oublié !

    La lubie du gender est donc profondément réactionnaire. Elle détourne vers des sujets futiles comme le pull rose des mecs (mais on s'en fout !!!) pour éviter de parler des vraies questions, notamment des aliénations économiques. Le "gender" intervient après les victoires juridiques des féministes et n'apportera donc aucun progrès du droit. La seule vraie réforme émancipatrice oubliée concerne désormais les moins de 18 ans mais là le système n'en parle jamais... Savez-vous, par exemple, qu'en France les parents ont le droit d'ouvrir le courrier d'un adolescent et qu'aucun gauchiste formaté ne trouve cela anormal ?

    Enfin le genre intervient dans les années 1990, époque de régression, avec le triomphe du néolibéralisme, le triomphe de la "tolérance zéro", le développement de la prohibition (alcool, tabac, cannabis, radars, normes débiles de l'Europe, judiciarisation du moindre gros mot), la régression sociale, la précarisation, la disparition des petits commerces et l'envahissement des multinationales...

    La vraie période des progrès sociétaux se situe entre 1945 et 1989 : du programme du Conseil National de la Résistance, du droit de vote des femmes à la Convention des Droits de l'Enfant et à la création du RMI. Après ces deux dernières avancées, nous entrons dans une époque de merde, celle des années 2000, dont le genre est concomitant et à laquelle il contribue à l'évidence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Voila un vrai problème : le courrier des ados.

      Supprimer
    2. Ricanez, ricanez... Quand le mari avait le droit d'ouvrir le courrier de sa femme, les bien-pensants ricanaient pareillement... Le courrier est pourtant un sujet infiniment moins grotesque que l'interdiction de faire pipi debout votée par les tenants du genre en Suède. C'est à ce genre d'inversion de la hiérarchie des valeurs que l'on reconnait la fausse gauche, qui défend tout ce qui est à la mode en se croyant progressiste mais ricane à tout sujet dont on ne parle pas. Si on n'en parle pas, c'est forcément qu'il est ridicule, bien sûr, ce n'est pas par conformisme ou manque d'esprit critique...

      Supprimer
    3. Mais tu prends tout à l'envers ! Je ne défends rien à la mode ! Je fais partie d'une famille où on s'ouvrirait volontiers le courrier parce qu'on a rien à cacher mais où on ne se l'ouvre pas parce qu'on en a rien à cirer.

      Les types qui décrètent ce que sont les vrais problèmes m'emmerdent.

      Supprimer
    4. FFFF que de bêtise sur votre blog...ça vaut le coup d'être vu, Nicolas vous êtes un champion du monde, mais certainement pas du progressisme.

      Supprimer
  14. La théorie du genre dans le camp des auto-proclamés progressistes, ah ah !

    Ces bêtises ne sont que des délires de féministes radicales, des coincées du cul hystériques qui ont tellement peur du sexe qu'elles l'ont rebaptisé genre !

    Vous vous croyez avant-gardiste à jouer le jeu de ces pauvres filles haineuses et misandres.

    Ouvrez les yeux au lieu de manger dans leur gamelle comme un petit chien soumis et lobotomisé.

    Essayez plutôt de comprendre que les théoriciens du genre vous méprisent et vous haïssent en tant qu'homme.

    RépondreSupprimer
  15. Ben moi, j'en n'ai rien à cirer des travelots et des garçons habillés en rose, de la cage aux folle présentée comme un problème de société alors qu'au mieux cela relève, au mieux, de la médecine spécialisée.

    Et en plus, si on n'en a marre d'être matraqué par cette soupe à longueur d'année sur les merdias et dans la bouche puante des journaleux du système, on est "réac".
    Bien sûr que vous êtes à la mode, complètement dans l'air du temps !

    RépondreSupprimer
  16. Si vous étiez capable de pousser un peu votre intelligence, vous comprendriez qu'il n'y a pas plus REAC que le féminisme radical qui est derrière la théorie du genre !

    Renseignez-vous un peu au lieu de bêler avec votre troupeau : vous verrez que c'est une idéologie parfaitement victorienne et PURITAINE. L'idéologie du genre nous revient directement des Etats-Unis, où ils ont un très gros problème avec le sexe.

    Vous êtes d'une naïveté... d'une bêtise affligeante...

    D'une grande inculture aussi, sous vos airs faussement doctes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, Anonyme, qu'ils sont réactionnaires ! Vous avez tout compris... Je fais partie d'une petite frange de chercheurs, associé à des lycéens, qui s'intéressent aux droits des jeunes : les premiers à nous cracher à la gueule ne sont pas les intégristes cathos mais, de manière inattendue, ces puritains dégénérés du "gender", ils viennent d'ailleurs de le refaire ici...

      Il serait super temps de reconstruire une vraie gauche anticapitaliste et progressiste, une gauche où on dit des gros mots, où on aime les belles femmes en jupe et les vrais hommes aux répliques de tribuns n'allant pas en justice pour un gros mot de travers... Une gauche qui fait place à la jeunesse, pas aux anciens jeunes de mai 68. Bref, l'inverse des fiotasses à la mode qui nous gouvernent.

      Aujourd'hui, en effet, la gôôche n'est pas belle. C'est un amoncellement de bobos-caviars convertis à l'ultralibéralisme, de faux-intellos prônant la casse de l'école et le déclassement des enseignants(dans la même ligne que Luc Châtel et Sarkozy, qui voulaient inscrire le genre au programme), des crevures à la Tony Blair, de pseudo-écolos pour qui l'horizon progressiste c'est le 30 Km/h en ville, des retraités petits fonctionnaires administratifs aigris de catégorie C, fétichistes du règlement, qui ont pourri la vie des citoyens toute leur vie avec les paperasses (attitude typique des tournures d'esprits fascistes) et, bouquet final, toute cette mascarade qui veut nous imposer la cage aux folles comme avenir radieux de l'humanité.

      Supprimer
    2. Je crois que tu es fou. Tu es le genre de type à vouloir ta gauche.

      Je voudrais, moi, une gauche avec des gens qui ne jugent pas sur un billet de blog (où je me fous de la gueule des reacs de droite, sans faire de propagande gauchiste particulière). Je voudrais une gauche qui ne soit pas composée que de type avec pour principal argument "moi je connais".

      Je ne suis pas un féministe radical et tu ne sais pas ce qu'est un réactionnaire. Je veux bien être considéré comme un réactionnaire de gauche mais pas pour les raisons que tu cites. Surtout que c'est toi qui t'oppose aux évolutions de la société : tu es réactionnaire.

      Mais s'envoyer ce mot à la gueule ne résoudra rien.

      Supprimer
    3. Bien sûr je suis fou ! Vous devriez même proposer mon internement en HP, comme le faisaient les Soviétiques pour leurs dissidents (encore que l'Union Soviétique, au moins, ça ressemblait à quelque chose, tandis que la pensée dominante et bien-pensante contemporaine, ça ne ressemble à rien !!).

      Bien sûr que je m'oppose aux évolutions de la société : non aux privatisations, non à la "môôdernisation" de la poste et de France Télécom, non à la flexibilité et à la précarité, non au bougisme post-68tard, oui aux décrets de 1950 pour le statut des profs ! Non aux modes éphémères qui ne sont que le mouvement brownien de la société : faire du sur-place en s'agitant et en croyant bouger, ce qui plaît aux idiots utiles. Non à la marchandisation de l'université. Non aux vieux cons 68tards, place aux jeunes d'aujourd'hui, génération précaire.
      Effectivement, donc, je suis un réactionnaire, c'est d'ailleurs comme cela que m'a qualifié liberaux.org, pour les mêmes raisons, avant de me bannir !
      Mais c'est vrai, aussi, je suis pour les unions matrimoniales fécondes, les enfants étant l'avenir mais ils ne se conçoivent pas par le trou du luc ! Un jour, les descendants d'hétérosexuels te remplaceront et renouvelleront le paradigme moisi que la gôche actuelle conserve, probablement ils inventeront un truc de fou sur lequel tu cracheras, cette domination hétéronormative est un pur scandale, n'est-ce pas ?

      Supprimer
    4. on n'est plus au moyen age , la terre ne tourne plus autour de ce que tu te proclames

      Supprimer
    5. Oui tu es fou. Tu ne mérites pas l'internement pour autant, seulement qu'on te laisse mariner dans ta posture et ta connerie !

      Je t'explique : il y a 5 à 8% de la population (de mémoire) qui se "constate" homosexuelle à un âge ou à un autre. Quelles que soient les évolutions de la loi et des programmes scolaires ce chiffre ne changera pas.

      Il y aura toujours autant de couples hétérosexuels et de gamins.

      Quant à la modernisation de la poste, tu n'es qu'un vieux con. Je prends ça comme exemple parce que j'en sors. Il y a de plus en plus de gens qui viennent chercher des colis à cause du commerce électronique. Par contre, les gens n'envoient plus de courrier.

      La société bouge "naturellement" et tu veux lutter contre.

      Supprimer
  17. Mais oui, bien sûr, c'est très bien de standardiser la tournée des facteurs : 30 secondes pour un recommandé, 5 secondes pour une lettre, plus le droit de rendre des services aux personnes âgées, risque de sanction en cas de non respect des ordres du caniche ; et pour appliquer le règlement, on met plein de petits chefs et de tocards formatés dans une école de commerce de mon luc ! C'est "môôdairnheuheu", c'est comme le harcèlement à France Telecom, c'est lke sommet du progressisme.

    Et je suppose aussi que tu défends toutes ces régressions de service "non rentables" à la poste : plus le droit d'envoyer un fax par exemple depuis un bureau de poste, par exemple, l'augmentation du prix des timbres tous les 2 mois, la queue pour diminuer le personnel, les tocards de chefaillons qui pourrissent la vie du personnel.

    Plus aucun doute, tu n'es qu'un libéral thatchéro-blairiste. Vu ton âge, tu vas passer du libéral-libertarisme au libéral-répressif.
    Beaucoup de gros gauchards de base sont dans cette logique mais ils se prennent pour le phare du progressisme et ne se rendent même pas compte de leur misère intellectuelle. Rien de plus con que ces tocards lecteurs de l'ImMonde et du Libé qui nous donnent des leçons de progressisme alors qu'ils glissent insensiblement vers la mentalité des bourgeois de la Restauration, moqués par Standhal !

    Aldous Huxley l'avait prévu : pour diminuer les libertés dans la société, il suffit de donner plus de libertés sur le plan sexuel pour faire illusion. Toute ressemblance avec le monde que nous préparent les charlatans du "gender" est évidemment fortuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Définitivement fou !

      D'une part, je ne défends rien. Tu me juges sans savoir. Un beau peut fasciste. Je ne fais que constater les évolutions de la société.

      Tu parles du prix du timbre : je le connais pour des raisons professionnelles. Mais pour ce qui me concerne "personnellement", ça fait plus d'un an que je n'ai pas acheté de carnet de timbres.

      D'autre part, il y a de moins en moins de queue à la poste. Plus personne n'envoie de fax. Tu fais partie des lascars qui gueulent contre la suppression des télégrammes ?

      Dépenser n'importement le pognon des contribuables est-il de gauche ?

      Reviens vivre sur terre, parmi nous ! Parce que si tu n'as que la liberté d'envoi de fax à défendre, on ne va pas aller loin !

      Supprimer
  18. Le fax est encore indispensable dans certaines procédures juridiques bien précises, étant le seul document reconnu... Mais je n'irai pas plus loin. J'ai compris à qui j'ai affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Quel raccourci ! "J'ai compris".

      A part ça, tu peux scanner et envoyer par mail, ça aura à peu près la même valeur.

      Supprimer
    2. On voit que vous n'y connaissez absolument rien !! Strictement rien. Seule la signature par fax est reconnue, c'est indispensable notamment pour des procédures à l'international que j'ai moi-même pratiquées. Justement, j'ai galéré à cause de ces chefaillons incompétents de la Poste qui m'expliquaient "ben non, on ne peut plus, c'est interdit par le règlement". Règlement, le mot que les cons réacs ont à la bouche à tous propos !

      Supprimer
    3. Outre le fait que je me foute totalement et que ça n'a rien à voir avec le sujet du billet, il est strictement impossible de vérifier l'aurhenticité d'un fax et surtout il est possible d'envoyer un fax par mail.

      Nier ce fait te fait passer pour un connard rétrograde.

      Supprimer
  19. Quant aux harcèlement des facteurs, j'avais encore hier des témoignages... Bien sûr je suis fou ! Normal, un auteur des "évolution" engoncé hypocritement dans de la bonne conscience gauchiste ne peut que nier la réalité en taxant de fou celui qui dit la vérité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle vérité ? Ai-je nié un harcèlement de facteur ?

      Cela étant, un type qui ne fait pas le boulot pour lequel il est payé ne mérite pas spécialement de considération particulière. Tu nies la valeur du contrat de travail (symbole du libéralisme) et tu en viens à nier le droit du travail.

      Des types comme toi, on appelle ça des crevures.

      Crevures probablement privilégiée par un contrat de travail en béton et probablement baissant ton pantalon devant ton employeur.

      Bon. Vas chier.

      Supprimer
  20. Mais quel grosse réponse de gauchard basique à tête de veau, bidochon et engoncé de bonne conscience, avec un rappel à l'obéissance (valeur du libéralisme de merde, en effet). Comme sous-vêtement, j'imagine ce qui va avec ta gueule: le slip kangourou avec la goutte jaune qui perle entre les poches. La mentalité socialope à la Guy Mollet est encore plus répugnante que celle des fachos. La France en crève.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu pouvais crever en silence...

      Supprimer
    2. Tu es devenu un étron néoconservateur, en prenant tes idées de vieux con aigri pour du "progressisme". Et tu es tellement crétinisé que tu crois variment que tes défécations sur ce blog sont "progressistes" ! Tu ne t'en rends même pas compte : tu es déjà gâteux et tu vas bientôt crever, la gueule trop ouverte malheureusement (je pisserais bien dedans ou à défaut sur ta tombe), en tocard de 68tard, non sans avoir pourri la vie des générations futures avec ta société de merde, verrouillée et sclérosée, qu'on démolira !

      Supprimer
    3. Tu m'expliqueras ça par fax.

      Supprimer
  21. En fait, tu es du même genre de crevure que ces salopards de "syndicalistes" qui trouvent normal de licencier un électricien qui a refusé de couper l'électricité aux démunis. Il n'a pas respecté "son contrat de travail" pour "lequel il était payé".
    La gauchiasse néolibérale et les syndicats de traîtres type CFDT, c'est vraiment à gerber.
    En plus d'être un sale gauchard inculte et réactionnaire, tu es donc une grosse merde blairiste (et pro-Valls, son clone français). Quand la gauche trahira et appliquera le Thatcherisme, tu seras le premier à kollaborer.
    J'espère finalement que tu ne crèveras pas trop tôt, de façon à ce qu'on puisse bien te tondre à la Libération avant de te juger.
    Tu es l'équivalent d'un Laval. Si tu tentais de te suicider avant ton exécution, on te réanimera pour te ré-exécuter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je résume : tu es bien un fou.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas seul et plus on est de fous plus on rit ! Si tu savais le nombre de lecteurs qui te vomissent en parlant de ton blog !

      Tu me prends pour un fou parce que tu es complètement déconnecté des réalités et que tu ne pas comprendre ceux qui la connaissent.

      Supprimer
    3. Monsieur Phoebastre défend ses arguments en jurons… tiens, c'est nouveau. Si la folie est contagieuse (réf. à un manga) elle n'est, heureusement, pas incurable.

      Supprimer
    4. Une telle agressivité, un tel mépris, une telle certitude d'avoir raison et que tous ceux qui pensent différemment sont des cons méprisables... Phoebastre, vous ne réalisez même pas que vous nagez en plein cliché...
      "je suis pour les unions matrimoniales fécondes": quid des couples qui ne souhaitent pas d'enfant? quid de ceux qui ne peuvent pas en avoir? sont-ils bons à jeter aux chiens?
      "une gauche où on dit des gros mots, où on aime les belles femmes en jupe et les vrais hommes aux répliques de tribuns" Vous rendez-vous compte que vous nagez dans le cliché? sans doute pas...
      Concevez, s'il vous plaît, qu'un couple puisse s'aimer et ait le droit d'exister sans pour autant avoir pour ultime (et divine?) mission de procréer; concevez, s'il vous plaît, que les femmes qui ne sont pas jugées belles et n'aiment pas porter de jupe ont le droit d'exister, et le droit au respect comme vous, et comme les belles femmes qui portent des jupes. Concevez, s'il vous plaît, qu'une femme puisse se lasser d'être incessamment ravalée à son apparence, et souhaite être prise en compte également pour ses compétences, son intelligence, ses qualités morales... Concevez, s'il vous plaît, qu'un homme puisse être compétent et de valeur, un "vrai" homme comme vous dites, sans pour autant être un tribun qui vocifère pour faire croire que celui qui parle le plus fort a raison.
      Vous dites pourtant des choses justes, mais leur justesse se perd dans les échos haineux des vociférations de vos préjugés archétypaux.

      Supprimer
  22. Bonjour,
    Je tombe sur ton blog en cherchant des infos pour étayer mon article qui se serait appelé... "La Théorie du Genre pour les nuls". Je trouvais ça tellement bien trouvé !
    C'est ici clair, concis et drôle, très bon résumé. Je n'ai plus qu'à changer de titre. Et peut-être même d'article. :-)

    RépondreSupprimer
  23. J'ai adoré lire ce texte et ses exemples frappants ! Je suis même triste qu'il soit si court. ;)

    RépondreSupprimer
  24. quel temps perdu avec ces commentaires ! C'est nouveau cette appellation "La théorie du genre" ?

    RépondreSupprimer
  25. Je trouve ce billet débile... Tout juste bon à exciter les sots.

    Dommage, ce sujet est un des rares sujets importants du moment, un de ceux qui posent réellement la question de l'évolution de notre société et de la place que nous devons y occuper.

    Tant pis j'ai perdu mon temps.

    RépondreSupprimer
  26. Le dernier commentaire est parti dans les spams. Mon blog n'a pas vocation à être une tribune pour les fachos.

    RépondreSupprimer
  27. Vous avez le mot "réac" et "facho" bien facile. Que vous soyez seul ds votre solitude et sans enfant cela doit être bien réel mais votre texte est d'une simplicité qu'un enfant de 8 ans pourrait démonter en 5 mns. J'ai bcp aimé l'histoire des couleurs, c'est passionnant et ça a l'avantage de faire rire un pauvre "réac facho" qui refuse "d'évoluer" ds votre société totalitaire. Au fait puisqu'il ne faut pas l'appeler théorie du genre, il faut l"appeler comment cher ami ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as donc pas le niveau d'un enfant de huit ans.

      Comment tu appelles un cochon vert ? Tu ne l'appelles pas. Ça n'existe pas. La théorie du genre non plus.

      Abruti.

      Supprimer
    2. Ce que j'adore chez ceux qui prêchent la tolérance (et souvent la non-violence en package), c'est leur mythomanie.

      Il y a souvent pas plus stupide que cette race là.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.