21 octobre 2009

Algues vertes : ce rapport secret qui accable les agriculteurs


"La diminution visible et notable de ce phénomène ne pourra passer que par un changement profond des pratiques agricoles sur les secteurs concernés, ce que la profession agricole n'est pas prête à accepter pour le moment", écrit le préfet des Côtes d'Armor au Premier ministre, au ministre de l'Intérieur, et à la secrétaire d'État à l'Écologie, le 4 septembre dernier.

"Afin d'éviter que l'État ne soit de nouveau mis en cause [...] et pour obtenir des résultats en la matière, il importe néanmoins d'afficher une politique volontariste pérenne". Il a raison le préfet. Notre gouvernement est très fort pour afficher des politiques volontariste.

De là à remettre en cause les politiques productivistes... Faudra-t-il d'autres morts ?

8 commentaires:

  1. Excellent billet ! Tu le sors d'où, ce préfet ? Ils ont des écoles pour apprendre à parler pour ne rien dire ? Ou à promettre pour ne rien faire ?

    RépondreSupprimer
  2. Hé ho ! C'est pas mon préfet...

    RépondreSupprimer
  3. Oui j'ai entendu çà sur France-Inter ce matin.
    C'est ce qu'on appelle la technique du parapluie...

    RépondreSupprimer
  4. Eric,

    Oui.


    Polluxe,

    Y'a un peu de ça !

    RépondreSupprimer
  5. Bravo! Vu de loin, j'ai vraiment l'impression que la Bretagne est malade de ses agriculteurs…

    RépondreSupprimer
  6. J'espère qu'un jour on fera le bilan du capitalisme agricole et qu'on leur comptera l'addition pour la destruction d'un tas d'écosystèmes, dont la Bretagne !
    :-))

    RépondreSupprimer
  7. Le Coucou,

    Oui. Mais je ne les blâme : c'est le système qui est à revoir...

    Poireau,

    Ce n'est pas que le capitalisme agricole, c'est toute l'industrie et toute l'économie qui est ainsi.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.