22 octobre 2009

Le grand escogriffe de la chiraquie face au locataire du Château

"Clearstream, un dérapage d'Etat


Oubliez le cirque médiatique, regardez les faits ! Alors que le procès touche à sa fin, le quotidien belge Le Soir tire les leçons d'une affaire qui, selon lui, va au-delà du simple règlement de comptes politique."
"Après avoir suivi le procès Clearstream, on serait d'abord tenté d'en rire. Des rendez-vous secrets sous les lambris de la République, des services spéciaux qui gobent les élucubrations d'un mythomane (Imad Lahoud), l'as des as du renseignement [le général Rondot] qui se cache dans un bois [celui de Meudon] pour tenter de pirater, à l'ombre des feuillus, le système informatique d'une chambre de compensation financière luxembourgeoise censée être une plaque tournante du blanchiment, un président de la République qui en perd son sang-froid. Et tout cet étalage de combines, assorti d'un concerto de mensonges, attirant au tribunal le gratin du paysage médiatique, de Jean-Pierre Elkabbach à Ivan Levaï en passant par Philippe Labro, venus voir comment le grand escogriffe de la chiraquie [Dominique de Villepin] s'en sort face à l'actuel locataire du Château [Nicolas Sarkozy] !"

Un régal à lire dans Courrier International.



13 commentaires:

  1. je suis entièrement d accord avec vous, c'est vraiment un grand escogriffe de la chiraquie, et il gagne la sympathie des français.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas moi qui le dit mais l'article du Soir. En outre, n'oublions pas qu'il est de droite...

    RépondreSupprimer
  3. Villepin de droite ?
    Mais pourquoi on ne me dit jamais rien à moi ?
    Nicolas, je crois que je vais venir vous lire plus souvent.

    RépondreSupprimer
  4. On a des bons journaux en Belgique, non ?
    C'est vrai que vu comme ça, Clearstream est une farce. D'ailleurs pour moi, tout comme on nous l'a servi avec Deviers-Joncourt, on nous tartine les infos de choses sans intérêt pendant que Clearstream, la banque, continue de prospérer dans le silence du Luxembourg !
    :-))

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai qu'on se prend à penser qu'il faut qu'il soit blanchi le Villepin, histoire qu'il prenne sa revanche sur Sarko en 2012, et ainsi laisser plus de place à la gauche...

    :)

    RépondreSupprimer
  6. Hum, j'ai hâte de ma régaler ! :-)

    RépondreSupprimer
  7. C'est de loin le meilleur résumé de l'affaire, ptete parce que c'est pas fait par des "journalistes" français?

    RépondreSupprimer
  8. Il risque quand même beaucoup d'écoper d'une peine suffisante pour ne pas pouvoir se présenter en 2012…
    On perdra une occasion de bien rigoler…

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    il faut regarder les faits ?

    Mais c'est abracadabrantesque !

    et hop affaire pliée...

    m'enfin,

    @+

    RépondreSupprimer
  10. Je fais partie de ceux qui se prennent à souhaiter que Dominique de Villepin sorte blanchi de cette affaire.

    Même si la politique menée par la droite ne me convient guère et me convainc pas vraiment, D. de Villepin a montré qu'il savait avoir du courage, de la ténacité (y compris dans l'erreur dommage !) mais surtout il semble un peu plus démocrate que le roi en place et n'agit pas dans la PRECIPITATION.

    Alors à défaut ...

    RépondreSupprimer
  11. Merci à tous pour vos com ! Avec l'incident blogger de ce matin, je n'ai pas pu répondre à tous comme d'habitude et là, j'ai bistro.

    Flèche,

    N'oublions que Villepin est de droite. D'ailleurs je devais répondre à un commentateur, hier soir...

    Chr. Borhen,

    Vous venez de chez Didier Goux. Vous êtes donc peut-être réactionnaire (je ne lis pas tout, non plus, hein ?) donc à la droite de l'UMP. Vous avez le droit de considérer Villepin comme de gauche mais gardez vos traits d'humour pour vous : je m'en fous.

    Je constate juste que, comme Flèche, mes collègues de gauche ont tendance à oublier qui est Villepin.

    RépondreSupprimer
  12. Non, non, je n'oublie pas qui est Dominique de Villepin, mais je pense qu'il est difficile d'avoir pire qu'en ce moment, et que les partis de gauche ne sont pas vraiment prêts pour reprendre la direction des affaires, trop occupés par leurs divisions et leurs différences internes et externes

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.