07 novembre 2012

7 questions du 7 novembre à propos de l'actualité politique

J’ai des copains qui ne sont pas (ou plus !) blogueurs politiques mais sont à gauche, comme José, Homer ou Yann qui semblent mal à l’aise (c’est un euphémisme) suite aux annonces du Gouvernement, hier, suite au séminaire et au rapport Gallois, au point que je me réjouis de l’élection de Barak Obama qui fait en sorte qu’on parle plus d’elle que de la TVA dans la presse ce matin. Voir mon billet de ce matin.

Du coup, je me pose quelques questions…

La première : qu’est-ce qu’on en a à foutre de l’élection d’Obama ? Je m’en réjouis, comme tous mes copains gauchistes, mais uniquement parce que je ne peux pas blairer les réactionnaires à la Romney sauf à table, au comptoir et des les commentaires de blogs, mais, au fond, je n’en ai pas grande chose à cirer. Ce matin, je suis arrivé en retard au boulot parce que je suis resté devant Twitter, fasciné par les scènes de liesse (ou presque…) qu’on pouvait y voir.

La deuxième : honnêtement, est-ce qu’il est possible que le Gouvernement ait annoncé par hasard ce bazar le jour de l’élection aux US, alors qu’on savait que les informations tourneraient en boucle autour de ce sujet ? C’est la question que je me posais hier dans un autre blog. Tout cela est surnaturel ! Louis Gallois fait son rapport, le lendemain, un séminaire est organisé avec un beau document remis à la presse pour présenter les décisions du Gouvernement. Ca parait matériellement impossible.

La troisième : comme le note mon confrère Pierre, le CICE ressemble à une bonne idée dénaturée. Lui, qui n’est pas de gauche, se réjouit de voir une politique de l’offre (à laquelle je ne crois pas du tout) mais n’aurait-on pas du avoir plus de conditions pour bénéficier du crédit d’impôt, comme un degré d’investissement, la concurrence internationale du domaine, le volume des ventes à l’export, … ?

La quatrième : le Gouvernement a annoncé plusieurs mesures dont deux principales, le CICE et l’évolution des taux de TVA. Je suppose que ça devra être traduit en textes de loi qui seront étudiés par le Parlement. Dans quelle mesure ces machins pourront encore être modifiés ? On pourrait rêver à une annulation de l’augmentation de la TVA mais on ne le fera pas. Le CICE pourra-t-il être modifié pour que le Crédit d’Impôt puisse être conditionné par « quelque chose » ? Peut-on rêver que dans ces conditions il ne se réduise pas à une vulgaire niche fiscale supplémentaire ?

La cinquième : quand ?

La sixième : tout ce pataquès semble avoir été fait dans la précipitation (même si on peut avoir des doutes, voir la deuxième question). A-t-on le feu aux fesses à ce point alors que les mesures prendront effet dans plus d’un an ? On voit par exemple l’Union Européenne qui réduit aujourd’hui ses prévisions de croissance dans plusieurs pays d’Europe, dont la France. Doit-on s’attendre à une série de mauvaises nouvelles ?

La septième, comme question subsidiaire pour énerver mes camarades : pourquoi trouve-t-on les mêmes braves gens à se réjouir de l’élection de Barack Obama et à se lamenter d’une vague augmentation de la TVA ?

12 commentaires:

  1. la dzernière: parce que la cohérence est une denrée bien rare

    RépondreSupprimer
  2. La réponse à ta 6e question est simple : le gouvernement voulait désamorcer la polémique qui enflait à propos du rapport Gallois et de son enterrement annoncé.

    RépondreSupprimer
  3. Tu exprimes encore mieux ma pensée

    RépondreSupprimer
  4. S'il n'y avait que moi à être mal à l'aise ce ne serait vraiment pas grave, mais alors pas grave du tout. Cependant, j'ai rencontré depuis hier un grand nombre d'élus socialistes et de militants PS qui ne comprennent toujours pas ce choix.

    RépondreSupprimer
  5. Pour l'instant, la seule chose qui me paraît évidente c'est qu'il faut s'attendre à de bien mauvaises nouvelles.
    Pour le reste, tu poses d'excellentes questions.
    Enfin, la TVA me paraît la moins mauvaise soluce, elle dilue quand même l'effort (sauf pour les très petits revenus évidemment et c'est là où le bât blesse...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les très petits revenus sont surtout impactés par le taux réduit, qui baisse de 0.5 points.

      Supprimer
    2. Ils n'ont pas droit d'acheter des chaussures et de bouffer aux resto du cœur ou avec des tickets restaurants ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.