15 novembre 2012

Pan dans les banques !

« Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a levé le voile jeudi sur les contours de sa future réforme bancaire et annoncé notamment l'interdiction du trading à haute fréquence, avec ses millions d'ordres passés par ordinateur, et dont l'utilité est très contestée. » Je lis ça sur Boursorama.

Ce matin, dans la blogosphère, on papote de coup de barre à droite de François Hollande. De pire en pire, il voudrait maintenant interdire des instruments boursiers abominables…

La réforme « imposera à chaque banque la création d'une filiale dédiée aux activités de marché qui ne sont pas directement consacrées au financement de l'économie. » Mon dieu ! Voila François Hollande qui poursuit l’application de son projet.

« Pour ses détracteurs, le trading haute fréquence (ou HFT) permet aux grands opérateurs de ce marché de confisquer les meilleurs tarifs, au détriment des investisseurs ordinaires, qui ne sont toujours servis que dans un second temps. »

Horreur ! Voila maintenant la gauche qui voudrait privilégier les investisseurs par rapport aux gentils spéculateurs.

Ou alors Pierre Moscovici vire communiste ?


21 commentaires:

  1. Ah, le gouvernement semble enfin se souvenir qu'il s'est positionné (au moins dans les mots, un jour) contre la finance. Ça va dans le bon sens et, comme dirait l'autre : ça s'arrose. Maintenant, si je ne suis pas le plus grand spécialiste de la question, il me semble que si cette mesure ne vise qu'un niveau national, autant attraper un violon, descendre sa braguette, déclarer "je vais vous jouer l'air de la reine de la nuit" et pisser dedans... Après, c'est bien dans cette direction qu'il faut aller, au niveau européen d'abord, puis carrément à Wall Street (mais bon, là c'est de la politique fiction, ça demande a minima une Europe politique).

    RépondreSupprimer
  2. Nous mettons cette reforme sous surveillance positive depuis belle lurette mon comité "Moody" et moi même. Il est donc hors de question de changer d'avis.

    Et comme je l'ai dit je jugerai sur pièces: loi et decrets : surtout sur la déconnexion entre banque spéculative et banque classique (depot, finance PME/TEP etc..)? En particulier si la notion de activités utiles à l'économie réelle n'est pas clairement définie et surtout les sanctions en cas de violation de la séparation : prison, shutdown de la banque spéculative.

    Et faudra que cette séparation soit imposée à toute banque voulant gérer les dépots des épargnants résidents en France. Dans le cas contraire : pas de licence.

    De même il faudra interdire aux opérateur de proposer de la spéculation sur produits alimentaires dit "commodities" pour les wanabee traders en ligne. Qu'on régule ça

    Ne pas oublier non plus de savoir ce que va devenir le gros pactole de l'assurance vie ( 1200 milliards?) , donc placement des citoyens. Il ne doit pas alimenter la spéculation donc devra rester dans les banques de dépots, et donc servir à financer l'économie réelle ! Voilà de quoi remettre quelques dizaines de milliards dans le soutien des TPE/PME avec de vrais ciblages régionaux au plus près, plutot que des mesures aveugles comme les 20 milliards de crédits d'impôts.

    Hop encore un billet si je copie/colle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il faudra vérifier le contenu.

      A propos des banques étrangère, il faudrait aussi vérifier les conditions pour que les banques françaises puissent s'installer dans les pays concernés.

      Supprimer
  3. Faudrait pas que les banquiers nous fassent le coup des "pigeons" !
    Donc j'attends le texte du projet de loi.
    Si la banque n'est plus responsable financièrement de sa filiale de marché en cas de problèmes, ça sera un très bon point pour l'équipe Hollande.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent billet.
    Bz et belle soirée Beaujolais à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Cet imbécile d'iPhone a transformé merci en merde suite à une faute de frappe de ma part. Je suis confus.

      Supprimer
    2. Je me permets de copier-coller cet échange pour ma rubrique "avatars de la communication moderne" pour l'utiliser à l'occasion, avec votre permission.

      Supprimer
  5. Pas grave ! Plein de bises à tous !

    RépondreSupprimer
  6. Bon, mine de rien, il va falloir attendre avant de se réjouir. Article à lire : http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/reforme-bancaire-moscovici-est-loin-d-avoir-tout-dit_360658.html
    Et, je sais que ça ne va pas te faire plaisir mais, pour l'instant ce gouvernement n'a pas montré une réelle force de persuasion face aux lobbies alors celui bancaire... Wait and see.

    RépondreSupprimer
  7. je regarde pour ma banque le crédit agricole , et bien ils sont déja fillialisé et c'est le groupe qui est coté en bourse et donc qui doit être sauvé si'il merde avec une banque grecque par exemple... alors que la banque de détail est en forme et dispose d'un gros stock d'assurance vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Crédit Agricole est à part du fait de sa stucture mutualiste. C'est la filiale des Caisses Régionales qui est en bourse.

      Supprimer
    2. et la SA elle est pas cotée ? et ses 100 filliales dans les paradis fiscaux ou autres ( qui ont donc résisté à l'ordre de Sarkozy), et crédit agricole "investement" ? C'est bien ce truc coté en bourse qui prendra cher si une merdre arrive sur les 100 filliales.

      Supprimer
    3. Elle est cotée mais appartient à 56% à SAS Rue de La Boëtie qui appartient aux Caisses Régionales. Comme d'autres filiales ont 30%, c'est comme si seulement 10% d'une filiale DES banques que sont les Caisses Régionales étaient cotées en bourse.

      Supprimer
  8. Il ne manque plus que le couteau entre les dents. ça fait peur.
    Et à ce propos une autre marxiste qui défend cette politique en fin de l'article suivant :
    http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/the-economist-charlie-hebdo-de-la-city-pour-arnaud-montebourg-788482

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.