20 novembre 2012

L'UMP peut-elle crever ?

Jean-François a gagné la partie. Il va consacrer les prochains moi à rebâtir un parti politique profondément divisé. Ça ne devrait pas être très compliqué. Il mettra quelques centristes à des postes importants, chouchoutera quelques partisans de François Fillon et donnera de l'espace à ce dernier. Tout le monde rentrera dans les rangs, "parce qu'il le faut", la vie doit continuer, des échéances électorales sont à préparer.

L'UMP gagnera vaguement les municipales. Elle reprendra quelques villes à la gauche. L'UMP prendra une veste aux Européennes. Pour les mêmes raisons qu'elle en a pris une en 2004 et que le PS a pris la sienne en 2009. Ce n'est qu'un pari. Nul ne peut prévoir.

Il n'empêche qu'elle peut crever. Elle a été montée par des potes à Chirac pour lui assurer une majorité puis a été brillamment utilisée par Nicolas Sarkozy. Ils ont su y donner une place aux différentes composantes de la droite : réactionnaires, libéraux et Gaullistes.  Jean-François Copé arrivera-t-il à maintenir cette espèce de cohésion malgré la fracture constatée ces deux derniers jours ?

Ce n’est pas qu’aujourd’hui que l’UMP est partie en vrille. J’aurais tendance à situer ça en 2008, quand la cote de popularité de Nicolas Sarkozy a commencé à baisser sérieusement puis quand nous avons été touchés violemment par la crise. L’UMP a perdu sa crédibilité auprès des libéraux et des centristes. Elle a « droitisé » son discours poussant à fond les thèses d’extrême droite avec le débat sur l’identité nationale.

Pourtant, Nicolas Sarkozy a perdu, au profit de Marine Le Pen, une partie des électeurs qui avait voté pour lui en 2007. Il avait fait 31%. Il en fait 5 de moins en 2012. Marine Le Pen fait à peu près 7 points de plus que son père. Au deuxième tour, il perd 5 points, également.

Jean-François Copé a voulu jouer la carte de la droite décomplexée. N’ayons plus honte d’être à droite et tout ça. Forcément, ça a plu aux militants, toujours vaguement sur la défensive. Ils ont pu s’affirmer à droite.

Il est trop tôt pour juger mais j’aurais tendance à penser qu’ils ont commis une triple erreur. La première est d’avoir oublié que François Fillon est bien plus populaire dans l’électorat et qu’il a, en théorie, une capacité à ratisser plus large. La deuxième est d’oublier que Jean-François Copé ne peut pas être blairé par une partie des électeurs. On peut difficilement l’expliquer mais il y a un phénomène de rejet physique de la personne. La troisième est que si l’UMP se maintient sur les positions de Jean-François Copé, l’UDI n’hésitera pas à soutenir un autre candidat, en 2017, ce qui pourrait être mortel pour un premier tour…

L’UMP telle qu’elle a été conçue, pour soutenir successivement deux hommes, Jacques Chirac puis Alain Juppé, et qui a permis à un troisième de gagner, Nicolas Sarkozy, est belle et bien morte. S'y est substituée une espèce de parti clairement divisé en deux. La situation est presque inverse à celle du PS, à Reims, en 2008 : la triche (potentielle, hein !) n'a pas favorisé celui qui pouvait recoller les morceaux.

Je ne sais pas quelle sera la position de François Fillon. Aura-t-il suffisamment d’ambition pour quitter l’UMP et créer un autre parti ou se contentera-t-il de participer à la primaire, sagement ?

Il a un boulevard pour créer une formation politique, positionnée entre l’UMP et l’UDI. Il sera suivi par nombre de cadres de l’UMP qui lui sont plus favorables et pourraient ne pas se retrouver dans la nouvelle UMP. Ou s'il choisit la discipline et la primaire, pourquoi n'y serait-il pas soutenu par l'UDI que ne manqueront pas de rejoindre certains dirigeants de l'UMP ?

Et les autres ?

Tiens ! Xavier Bertrand ! N’est-il pas en train de se frotter les mains ?

L’UMP agonise. Elle peut donc crever. 

51 commentaires:

  1. J'adore le matin, quand ton expérience et le marc de café ... Chouette billet !
    Bz

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que vous vous trompez sur toute la ligne, mais évidemment je ne lis pas plus l'avenir que vous. L'UMP se remettra de cette crise pour la même raison que le PS s'est remis des siennes : parce qu'il y a trop d'intérêts en jeu. La fameuse fracture d'en ce moment va faire comme toutes les fractures : se ressouder.

    Quant à voir l'UDI entrer en révolte voire en sécession, je n'y crois pas une seconde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dis pas qu'elle va crever mais qu'elle peut le faire.

      Supprimer
  3. Très belle analyse. Copé a réutilisé ce que Sarkozy avait déjà activé, la droite décomplexée, qui a la couleur,l'odeur et quasiment le programme de l'extrême-droite (en tout cas sa rhétorique bouchère, où d'abattoir). Quand tu écoutes les Geoffroy Didier et les Peltier, grands vainqueurs de la motion "petits bourges plein de morgue à la rhétorique bouchère", on voit ce qui pointe, à l'UMP : le groin FN.
    Sans doute pour siphonner les voix FN, comme à la grande époque, sauf qu'à force de faire joujou, c'est l'inverse qui va se produire, car j'ai la nette impression que la Droite Forte est déjà un sous-marin de l'extrême droite, et que les électeurs qui votent pour ce groupe, sont justement pas si décomplexés car sinon ils iraient directement au Front National/un peu honte quand même).
    Pour ça que Fillon a parlé de fracture morale.
    (Non mais t'imagines, même Wauquiez a l'air d'un hippie à côté des Peltier et consorts)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux fois rhétorique bouchère, allez zou, je retourne à l'abattoir.

      Supprimer
  4. "Crever" je ne sais pas. Mourir je ne pense pas non plus.

    Le PS devait mourir après 2008. Il a tout gagné après... L'UMP continuera d'exister tant que des gens élus qui ont des places à conserver resteront là.
    Est ce que ça fera que la droite reprendra le pouvoir au niveau national, là par contre je serai plus mesuré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même réponse qu'à Didier : je n'ai pas dit qu'elle allait crever.

      Supprimer
    2. IL n'y a jamais eu de schisme idéologique au PS. Ça n’était qu'un combat d’égaux sur des idées semblables et totalement compatibles.
      Le cas de l'UMP est beaucoup plus grave car en plus des égaux il y a une profonde division idéologique. On le voit bien, les sympathisants sont très majoritairement derrière François Fillon et la ligne droite "douce" tandis que les adhérents sont coupés en deux. Il y a donc un boulevard électoral à saisir.
      Et combien de temps cette droite complexée (comme dirait Copé) et le centre droit vont-ils accepter d'avaler des couleuvres pendant que la droite dure quasi frontiste est à la tête du parti ?
      En tout cas ça doit bouillonner dans la tête des fillonistes.

      Supprimer
    3. Oui. C'est ce que je disais hier : la situation n'est pas la même qu'au PS.

      Supprimer
    4. Les militants UMP n'ont que ça à la bouche : au P.S. au P.S .. la gauche la gauche ..
      Il faudrait peut-être un peu redresser la tête, parce que non, ce n'est pas pareil. L'UMP est lamentable, et c'est une bonne occasion de voir et de souligner l'abîme entre les postures et la mesquinerie des appétits.
      Je suis navrée pour les militants de droite sincères est estimables, mais pas jusqu'à leur dire : "après vous".

      Supprimer
    5. Je suis navré aussi pour eux.

      Supprimer
  5. Bref ! Souhaitons que l'UMP crève... L'espoir fait vivre.

    RépondreSupprimer
  6. Sauf à vouloir se suicider, l'UDI et les fillonistes ne feront pas séssession. La droitisation ne mène pas forcément à l'échec car l'opinion évolue. Libre à certains de refuser de le voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... L'UDI a déjà fait sessession. Libre à certains de nier les faits.

      Supprimer
    2. C'est du pipeau. L'UDI, sans alliance avec l'UMP a autant de chances de pouvoir constituer un groupe parlementaire que moi d'être nommé cardinal avant ce soir. En cas d'appel du Vatican, je vous tiendrai cependant au courant.

      Supprimer
    3. L'UDI a déjà 30 députés et 32 sénateurs constitués en groupes. Il y aura évidemment des accords électoraux comme il y en a partout.

      Aux prochaines municipales, tout ce beau monde sera rassemblé dans les communes gagnables mais le véritable test aura lieu aux Europeenes où l'UDI voudra se compter. Cette élection est toujours favorable aux petits partis. L'UDI pourrait très bien arriver devant l'UMP ou dans un mouchoir de poche, tout comme ce qui était arrivé au PS en 1994 (de mémoire, arrivée au coude à coude avec Tapie) et en 2009 (égalité avec les verts) ou ce qui était arrivé à l'UMP en 1999.

      Supprimer
    4. Ces groupes sont constitués de parlementaires élus dans le cadre d'accords NC-UMP. Un divorce risquerait de voir leur nombre fondre comme groupie face à l'idole.

      Pour les européennes, vous avez raison mais ces élections et les jolis résultats qu'on y obtient ne mènent généralement à rien.

      Supprimer
    5. Oui mais ils n'ont aucun risque avant 2017... Il sera bien temps d'aller à la soupe.

      Supprimer
  7. Pas sûr qu'il y ait beaucoup de place entre l'UDI et l'UMP. Valls en 2008, soutien de Royal s'est cassé le nez avec son idée de changer le nom du PS pour reconstruire. Je suis d'accord avec Serge qui dit qu'il y a trop d'intérêts en jeu. La "droite décomplexée" de Copé a trop besoin de la "droite modérée" si elle veut conserver le "P" d'UMP. Ce qui me paraît plus probable, c'est que l'UDI gagne de nouveaux adhérents. Quant à l'étanchéité avec le FN, elle a pris un sérieux coup. Les propositions de la droite forte font froid dans le dos (vouvoiement obligatoire entre profs et élèves, interdiction du droit de grève des profs, concept de république laïque de tradition chrétienne...)

    RépondreSupprimer
  8. Un président de parti, favori de justesse des militants et impopulaire chez les sympathisants, qui prend pour modèle un perdant : la dynamique semble bien foireuse.

    Mais bon, il s'en passera des choses en 4 ans. Et dans 3 semaines, tout ce beau monde sera de nouveau ami.

    RépondreSupprimer
  9. UMPFN pratiqueront le désistement réciproque et cela favorisera l'UDI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que Bob c'est lui ne fréquente un peu trop le Père Noël et la petite Fée Bleue.

      Supprimer
  10. Moi ça me va Copé à la tête de l'UMP, il a du potentiel pour crasher son parti en beauté.

    RépondreSupprimer
  11. l'ump va devenir le parti du likoud.

    Pauvre France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a peut-être un indice sur l'aversion à l'égard de Copé : un vieil antisémitisme primaire.

      Supprimer
    2. Non. Pas d'accord avec Dorham. Trop facile. je pense plutôt qu'il endosse à son tour ce postulat de radicalisme que Sarkozy utilisait, et cette agressivité (ce "matin, midi et soir" martelé, par exemple) rebute un paquet de gens (Genre je vais tout bouffer / genre façon dont il l'a ramené avec son air triomphant 24 h avant le dépouillement final aux élections de la présidence UMP).

      Supprimer
    3. Ah merde. J'avais pas compris l'ironie.

      Supprimer
    4. Oui, je plaisantais ; enfin, je me foutais de la gueule de l'anonyme...

      Supprimer
    5. Oh vache, j'avais rien compris. C'est ça d'arriver au milieu du truc, pas vu l'abruti à la base des commentaires. Désolé si j'ai pu laisser croire...

      Supprimer
  12. Si j'étais proche de ce rassemblement, je serais effectivementbien inquiet pour son avenir.
    L'élection du chef se faisait uniquement avec les encartés à jour de leur cotisation soit 300.000 environ. IL serait logique de supposer que les encartés sont intéressés par l'avnir de leur formation.
    Ben, non et de loin puisqu'il a été annoncé seulement 178 000 votes exprimés soit pas beaucoup plus de la moitié et pour un résultat à moins de 100 voix près. Nous supposerons bien entendu qu'il n'y a pas eu de triche.

    Perso, je vois l'ump en grande difficulté surtout par manque d'effectif militant ou au moins encarté.

    RépondreSupprimer
  13. La situation n'est pas comparable à celle du PS, lorsque Martine Aubry est devenue secrétaire mais plutôt à celle qui a vu le parti se scinder en deux à l'occasion du référendum sur la Constitution Européenne en 2005. le PS a mis 7 ans à s'en remettre vraiment.

    C'est parce que la gauche avait subi trois roustes de suite qu'elle s'est enfin mobilisée.

    Là, la droite n'a perdu qu'une fois - de peu qui plus est - et les principaux camps ne vont pas se calmer dès demain matin. On le voit bien du reste aux dernières déclarations de Fillon et de ses amis... Copé tend la main et pour l'instant, ils la refusent.

    Autre différence notable, Ségolène Royal n'avait pas de véritable courant à opposer à Aubry. Elle était seule avec sa petite armée de militants vaguement amoureux. Fillon a beaucoup plus de monde derrière lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'autre différence que la différence de ligne politique n'était pas perceptible en dehors du PS.

      Supprimer
  14. Sarko aussi j'étais convaincu qu'une bonne partie des français ne pouvait pas le supporter.
    Et pourtant...

    RépondreSupprimer
  15. Bon sang, c'est dingue, ça me donne des envies de billet politique (enfin politique...), ça ne m'était pas arrivé depuis une éternité (d'environ huit mois) !!!

    RépondreSupprimer
  16. Ça finit par devenir touchant, de vous voir vous pencher avec tant de sollicitude inquiète sur le sort et l'avenir de l'UMP… On y croirait presque…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais on y croit ! Quand je vois l'oeil perdu du gauchiste Wauquiez, avouez qu'il y a de quoi, non ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.