06 novembre 2012

Le rapport Jégoun sur la compétitivité

On me dit que faire des rapports sur la compétitivité est à la mode. Je vais donc en faire un. Comme ça, je serai reçu à Matignon. Par contre, je ne sais pas combien de propositions je vais faire. Je n'ai que 25 minutes de métro à y consacrer.

Au boulot, donc !

Le métro est presque vide, j'ai bien fait de laisser une rame. 17 stations. Une proposition par station ?

Petit 1 - relativiser

La ville de Neuilly sur Seine est pleine de gens avec du pognon. Il n'y quasiment pas de pauvres. Pourtant il n'y a aucune usine.  

Ainsi, les Chinois peuvent construite des bagnoles pour nous s'ils en ont le courage, du moment qu'on a du pognon pour les acheter. On appelle ça de l'exploitation. Je sais, c'est mal, mais il faut relativiser cette notion de déficit du commerce extérieur, celui de Neuilly sur Seine est gigantesque.

Petit 2 - fixer des objectifs sains

On nous dit qu'il fait produire plus, qu'il faut travailler plus et tout ça. Je ne vois pas pourquoi le travail et la production seraient des fins en soi. Ce qu'il faut, c'est que chacun puisse vivre normalement, se loger, bouffer et acheter un iPhone 5.

J'arrive Place d'Italie et j'ai déjà une proposition de retard. Je ne suis pas très compétitif, ce matin.

Petit 3 - Partager le pognon

Ça n'a rien à voir avec la compétitivité, je sais, mais les deux points précédents non plus.
Toujours est-il que je ne vous pas à quoi ça sert de produire moins cher si de toute manière, on n'a pas les moyens d'acheter.

Des représentants des salariés seront donc présents aux Conseils d'Administration de toutes les entreprises de plus de 100 salariés pour vérifier que le pognon est bien réparti entre les actionnaires, les salariés et l'investissement.

Petit 4 - des salariés au CA

J'en ai déjà parlé, je sais, mais il y a un bon filon à exploiter. A partir du moment où les salariés seront au Conseil d'Administration des boîtes, l'intérêt à court terme de la rentabilité pour les actionnaires et de la valorisation des actions ne sera plus la priorité.

Ça va faire couiner les actionnaires mais ces cons sont en train de faire couler leurs boîtes (voir nos constructeurs automobiles) parce qu'ils ont été incapables d'établir une stratégie. Nous noterons d'ailleurs qu'une grande partie de nos entreprises qui sont des fleurons dans leurs secteurs sont des anciennes sociétés nationalisées.

Petit 5 - arrêtez les subventions publiques à la presse

Ne me dites pas que ça n'a aucun rapport. Ces andouilles vivent avec nos impôts mais continuent à raconter n'importe quoi, orientant ainsi les votes et donc les de osions qui sont prises.

Je ne suis pas en avance, moi.

Petit 6 - décentraliser plus

Je ne vais pas m'étendre. C'est dans le rapport de mon éminent confrère et dans le projet du PS.  Il n'empêche que tout le secteur de l'aide aux entreprises, des marchés publics et toutes les conneries auxquelles je ne pense pas maintenant parce que je suis sur un strapontin juste à la bonne hauteur pour regarder les fesses de la dame, devront être gérés au plus près du terrain.

Depuis le temps qu'on le dit...

Petit 7 - supprimer les marchés publics pluriannuels

Ça ne veut pas dire grand chose mais tant qu'on filera du pognon à des boîtes comme Dassault pour faire des Rafale, on n'a plus de pognon pour aider les entreprises qui en auraient besoin ou pour construire des infrastructures comme un pipeline vers la Belgique pour faciliter les exportations de bière.

Je suis très en retard. Il ne me reste plus qu'une station.

Petit 8 - remplacer les distributeurs de café dans les entreprises par des pompes à bière pour garantir que des productions nationales soient consommées.

J'ai fait court.

Petit 9 - diminuer le coût du travail

Je dis ça pour faire chier les gauchistes mais pas que. Il y quand même des trucs louches dans notre système de protection sociale.

Tiens ! Par exemple, plus une entreprise embauche, plus elle paye des cotisations pour les chômeurs. C’est mal. Il faudra qu’un fiscaliste nous trouve une solution pour taxer la « valeur ajoutée hors personnel » ou un truc comme ça.

Autre exemple : la politique de la famille. Alors qu’en France, on n’arrête pas de faire des mômes à force de passer les heures de travail à baiser, ce sont ces heures de travail qui servent à payer la politique familiale et tout un tas de bazars comme les allocations logements. C’est le bordel. Si on veut une politique familiale, il va falloir trouver du pognon ailleurs.

Quant à la santé, on n’a qu’à tout basculer sur la CSG (si ce n’est pas déjà le cas) et hop ! Ensuite, on fusionne la CSG progressivement avec l’impôt sur le revenu dont on renforce la progressivité. Ni vu ni connu. Les gauchistes ne pourront pas brailler et comme les autres mesures devraient leur plaire. Tiens ! Le coup des salariés dans les CA, ça équivaut à interdire les « licenciements boursiers »…

Petit 10 - interdire les financements à la con

A l’occasion de la guerre déclarée par les pigeons avec du poil dans les oreilles, je me suis penché sur le financement de l’innovation par des machins angels et autres buziness trucs. Il faudra trouver autre chose, c’est trop le bordel, trop opaque. Le financement public des boites qui démarrent, qui innovent et tout ça devra être envisagé sérieusement d’autant que si des investisseurs privés font ça pour gagner du pognon, la collectivité pourra en gagner à leur place.

Malgré mon air bourru, je suis parfaitement sérieux : un type qui monte une boite passe plus de temps à chercher du pognon qu’à développer son activité. A la limite, c’est devenu un métier à plein temps que de monter des dossiers pour obtenir des financements.

Tu parles d’une compétitivité et d’un pognon perdu, pognon qui pourrait être dépensé dans l’innovation ou dans le pot annuel pour les veuves des salariés.

Stop !

En 17 stations, je vous ai trouvé 10 propositions, vous n’allez pas réclamer, non ! A vue de nez, 6000 signes en 35 minutes. Pas mal, non ?

Au boulot, maintenant !

13 commentaires:

  1. Bon il faut déposer ça en vitesse sur le bureau de JMA.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo! 10 propositions pleines de bons sens en 35 mn c'est excellent, ça c'est de l'efficacité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu refais l'expérience en fin de soirée ?

      Supprimer
    2. N’empêche c'est balèze, je ne pourrais pas le faire dans le RER.

      Supprimer
  3. il décoiffe ce rapport comme le crâne de Gallois

    RépondreSupprimer
  4. 17 stations sans correspondance ! ça fait une bonne traversée de la moitié de Paname tout ça !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.