29 novembre 2012

Calme plat à l'UMP

C'est un peu triste : je n'ai aucune nouvelle de l'UMP à donner ce matin. Il ne s'est rien passé depuis hier, à part quelques bricoles. Je vous avais laissé avec Jean-François Copé qui était revenu sur sa décision de faire un vote parce que François Fillon refusait d'annuler la création de son groupe parlementaire.

On peut admirer la performance de Jean-François Copé qui, depuis la Présidentielle, soit à peu près six mois, a réussi à torpiller l'UMP, à faire perdre toute stature Présidentielle à toutes les figures de l'UMP, lui le premier. Il a même réussi à démontrer que Nicolas Sarkozy ne maîtrisait plus rien.

Un partisan de Monsieur Copé pourra me dire que je suis vache avec lui et que c'est François Fillon qui porte la responsabilité de ce bordel. Je m'en fous. Je ne cherche pas un responsable ou alors pour le féliciter d’avoir torpillé l’opposition. Pour le faire rager, je vais même dire que l’ancien Premier Ministre est le seul gagnant de cette opération (à part le Front National, voire le Gouvernement) : il a réussi à monter un groupe parlementaire en reléguant celui de l’UDI au rang de groupuscule.

Ce dont tout le monde se fout.


11 commentaires:

  1. C'est vrai qu'il a fait fort Copé, ça va le suivre jusqu'à la fin de sa carrière politique.

    RépondreSupprimer
  2. il semblerait que le FN (marine sur inter ce matin) arrive a retirer des marrons du feu

    RépondreSupprimer
  3. Calme plat avant la (nouvelle) tempête ?

    RépondreSupprimer
  4. c'est l'UMP dont on se fout completement, en fait, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'UDI aussi. Tu ne devais pas arrêter de venir sur ce blog, toi ?

      Supprimer
  5. Dangereux et inquiétante, cette soudaine apathie de l'UMP : les regards risquent de se tourner de nouveau vers les “actions” du gouvernement…

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.