20 mars 2012

Franchir les limites de l'horreur

Dans le métro, ce matin, il y avait deux mômes avec leur père. Ils étaient sans doute plus âgés que les deux plus jeunes tués, hier. Scène de la vie, j’ai cru comprendre que leur père les avait récupérés en urgence chez leur mère qui partait en déplacement pour le boulot et que le père voyage aussi beaucoup. C’est étrange, comment on peut se glisser dans l’intimité de quelques familles, parfois. Comme si se promener avec ses enfants avait un côté impudique.

Jonathan Sandler ne se promènera plus avec Gabriel et Arieh. M. et Madame Monsonego ne se promèneront plus avec Myriam. 7 morts en une semaine de la main d’un seul cinglé.

J’imaginais les deux mômes de ma rame de métro, ce matin, à l’école, participer à une minute de silence. J’imagine la difficulté des parents, des instits, … pour expliquer pourquoi.

La campagne pour la présidentielle s’est arrêté, hier. Toutes les personnalités politiques sont allés de leurs petits mots pour qualifié la tragédie, apporter leurs condoléances, leur soutien, leur affection, leur condamnation,  …

Pourtant, elle doit repartir au plus vite. J’imagine qu’il y aura d’autres meurtres. Je ne sais pas à quel genre de psychopathe, de tueur en série, on a à faire. Mais il recommencera. Il fera des erreurs et sera arrêté par les forces de l'ordre ou sera abattu sur place.

La campagne doit repartir parce qu’on ne peut pas laisser un tueur fou tuer, en plus, la démocratie.

Ce qui ne doit pas nous empêcher de nous recueillir, de penser aux familles et aux communautés gravement atteintes, de tenter de leur apporter une marque d’amitié, tout ce qu’on peut faire de bien léger lors que de tels drames surviennent.

16 commentaires:

  1. Je ne savais pas quoi écrire sur ce sujet mais c'était genre ça, tu l'as fait. C'est bien.

    RépondreSupprimer
  2. Des Français ont été tués. Des Institutions ont été atteintes.
    La Campagne peut ronronner quelques jours.
    elmone
    ps. Et je te cache pas que cet arrêt de campagne tombe bien.

    RépondreSupprimer
  3. Pareil que Yann,je suis sec et je préfère ne rien écrire.

    RépondreSupprimer
  4. Yann,

    Merci.

    El Camino,

    Ce billet n'a pas été simple à faire.

    Elmone,

    Sauf qu'un climat d'insécurité va la tuer. Surtout si le rythme continue.

    RépondreSupprimer
  5. Climat d'insécurité ?
    Ce type est un serial killer !
    Ca peut maintenant malheureusement arriver n'importe où
    en banlieue ou dans le XVIe.
    Je ne vois pas comment NS rouvrirait le débat sur l'insécurité.

    Mais je suppose que je m'éloigne du sujet.

    ps comme les collègues, je ne sais pas faire une billet sur ça.

    RépondreSupprimer
  6. Commenter l'horreur, c'est pas mon truc, alors j'ai juste mis cette phrase de Brecht en exergue sur mon blog :« Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. »

    RépondreSupprimer
  7. Commenter l'horreur, c'est pas mon truc, alors j'ai juste mis cette phrase de Brecht en exergue sur mon blog :« Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. »

    RépondreSupprimer
  8. Philippe,

    Pas facile. Je n'ai pas pondu ça en cinq minutes...

    Elmone,

    On ne va parler que de ça ...

    RépondreSupprimer
  9. Assassiner des enfants dans une école,il n' y pas de mots simplement le silence s'impose.

    Très beau billet plein de retenue,bravo M Jegou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Comme quoi, je sais faire preuve de retenue !

      Supprimer
  10. Bon billet M. Jégou, c'est un des dangers en effet que de tuer aussi la démocratie. Non la campagne présidentielle ne peut pas s'arrêter longtemps car effectivement ce serait un déni de démocratie et c'est là que nous mène ce genre de sauvagerie.
    Ca n'empêche en rien le recueillement et nos pensées envers les familles si durement touchées.

    RépondreSupprimer
  11. Pas facile mais sobrement exprimé, ton billet.
    Merci de l'avoir écrit.
    On ne peut rester dans le silence et pourtant l'empressement des médias à en faire des "spéciales" est indécent aussi.
    Chacun ayant peur d'en faire moins que l'autre, un engrenage sinistre.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.