13 mars 2012

Les courbes se croisent et je croise les doigts

L’euphorie règne au siège de l’UMP et au QG de campagne de Nicolas Sarkozy : les courbes des sondages se sont enfin croisées. L’événement qui devait se produire juste après le lancement vient d’arriver même si l’avance de François Hollande au second tour reste très large.

C’est l’occasion de nous donner des coups de pied au cul : il faut continuer à se battre, à rappeler qu’on ne peut pas avoir confiance dans Nicolas Sarkozy ! Qui peut croire qu’il va appliquer la taxation de ses amis exilés fiscaux et mettre en application les idées de Jean-Luc Mélenchon ? Qui peut tolérer qu’il promette une réforme des accords de Schengen alors qu’elle est déjà validée par les Ministres de l’Intérieur des différents pays ? Qui peut croire qu’il fera la réforme de la dépendance promise en 2007, sans se baser sur ses amis propriétaires d’assurances privées, rendant obligatoire une « cotisation » supplémentaire pour enrichir ses potes ?

Au boulot !

Cela dit, restons zen !

François Hollande perd un point et demi au profit de Jean-Luc Mélenchon tandis que Nicolas Sarkozy siphonne Marine Le Pen qui vient d’annoncer qu’elle avait obtenu les 500 signatures. L’exposition médiatique de Nicolas Sarkozy est telle qu’il ne pouvait pas baisser…

Dans son dernier billet, Rimbus revient sur l’élection de 2007. Ségolène Royal était aussi passée devant Nicolas Sarkozy après le lancement de sa campagne – les courbes s’étaient déjà croisées – mais à peu près tous les sondages l’ont donné perdante au second, avec un écart de voix similaires à ce qui était annoncé mi mars.

N’oublions pas l’histoire.

En 1981, par exemple, le Président sortant était en tête au premier tour. On sait ce qu’il lui est arrivé… Il a perdu de peu, conformément à ce qu’annonçaient les sondages. En 1988, le Président sortant est arrivé largement en tête au premier tour, avec un score exceptionnel pour un homme de gauche… et est arrivé largement en tête au second avec une large avance, conformément à ce qu’annonçaient les sondages. En 1995, il n’y avait pas de sondage. Jacques Chirac est parti de loin… A cette époque, il était déjà en tête des sondages pour le premier tour mais Lionel Jospin a fait un bien meilleur score au premier tour que ce qu’ils annonçaient. Jacques Chirac a gagné au second tour, conformément à ce qu’annonçaient tous les sondages mais avec une avance bien moindre. Quant à 2002, heu, non, rien…

Je résume : le président sortant a toujours été en tête au premier tour et le résultat du second tour a toujours été conforme aux sondages.

Ce qui pourrait changer, restons vigilants !

Nicolas Sarkozy fait très fort ! Après être passé pour un sauveur de l’Europe, il n’hésite pas, aujourd’hui, à lui rentrer dans le lard, dans tous les sens, tapant sur les exilés fiscaux comme sur les pays qui ne protègent pas leurs frontières. Il va incarner « la France du repli sur soi ».

Au second tour, il va se positionner comme le candidat du « non à l’Europe » et les français sont majoritairement contre l’Europe.

Il nous convient de rappeler que c’est un leurre. Nicolas Sarkozy nous a imposé deux nouveaux traités Européens nous faisant perdre de la souveraineté et l’espace Schengen se transforme « tout seul », sous l’impulsion des dirigeants des différents pays pour pouvoir se doter d’une vraie politique de l’immigration. Nicolas Sarkozy n’y est pas pour grand-chose. Par contre, il est en charge des questions d’immigration depuis 10 ans.

Il va mettre ce leurre au centre de la campagne, c’est à nous de le dénoncer, de rappeler que c’est François Hollande qui propose de renégocier les traités et que la réindustrialisation de la France est portée par le Parti Socialiste, beaucoup sur l’impulsion d’Arnaud Montebourg pendant la première.

Alors que le Parti Socialiste veut poursuivre la construction Européenne pour renforcer l’Europe au bénéfice des peuples, Nicolas Sarkozy veut détruire des années d’effort et isoler le pays.

Au boulot !

N.B. : mon ami Yann Savidan poursuit sa série d’interviews d’élus pendant cette campagne. Ce matin, c’est mon « copain de Twitter », Alain Lambert, qui s’y colle.

30 commentaires:

  1. Au P.S., il serait surtout grand temps de se salir un peu les mains. Et de cogner un peu plus fort. Sinon, la tendance ne fera que s'accentuer. Il va falloir être un peu créatif. Hollande a su l'être à certains moments clés de la campagne. Il faut remettre le couvert...

    Cela dit, je dis ça sans être sûr de voter pour Hollande. Mais justement, ça pourrait aussi convaincre les indécis qui, dans mon cas, hésitent entre le candidat Hollande et le candidat Mélenchon et le candidat abstention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va l'être. Mais il faut laisser passer l'agenda médiatique à la con avec des émissions de trois heures pour le même candidat.

      Supprimer
    2. oui mettre beaucoup plus de conviction et de argne dans les debats televises il ne faut pas ce laisser endormir par cette bande de menteurs

      Supprimer
    3. j'ai la même pensée que vous
      MELENCHON EST MORDANT,a de la niaque,face à sarko,il faut l’être
      car c'est un tueur,action,réaction,sa manque chez hollande

      Supprimer
  2. Le souci c'est que comme le candidat sortant on tape fort en disant n'importe quoi et ça marche ......dans les sondages.
    A désespérer !
    Henri Eugène

    RépondreSupprimer
  3. J'ai l'impression qu'elle se sont rejointes plutôt que croisées, vos courbes, non ?

    Sinon, Dorham a raison (même si cette andouille transalpine envisage de voter pour le stalinien à dents jaunes) : il serait temps que Baby Gouda se mouille un peu et sortent des gimmicks du genre "les 75 %" ou "le mot race dans la constitution". Bref qu'il cesse, quand on lui demande ce qu'il compte faire à propos de tel problème, de répondre : je ferai le nécessaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va entrer progressivement dans le sujet maintenant qu'on connaît le programme de Sarko (le vide).

      Supprimer
  4. "Le stalinien à dents jaunes" - mort de lol. "Baby Gouda" mort de lol deuxième !

    Didier, oh, je n'envisage pas vraiment. Un peu. Par dépit. Je sais bien que Mélenchon prend les gens pour des cons. Et je n'ai pas envie d'être le con qui vote pour un type qui prend les gens pour des cons. Même en le sachant, ce qui différencie du con de base. Mais bon, ça ferait toujours de moi un con. Un con à la marge.

    Enfin, c'est juste qu'en effet, Hollande fait campagne sur un petit nuage bien propre qui sent la lavande. En fait, souvent le lundi, je me dis : bon, je vais voter Hollande mais toutes ses propositions sociétales me rebutent en tant qu'(intégriste) catholique. Comment ignorer cela ? Le mardi, je me dis, "fais chier, je vais voter Mélenchon, ça leur fera les pieds à tous ces cons, et puis il me fait marrer au moins". En fin de semaine, je me dis "à quoi bon, je ne voterai qu'au deuxième tour, c'est les vacances merde !" Ou alors, je vais filer une procuration à ma femme qui n'a pas de vacances et je lui dirai avant de partir : "fais-toi plaisir poupée !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est amusant, c'est que je me tiens exactement les mêmes raisonnements et à la même fréquence. Mais en changeant les noms…

      Supprimer
  5. Pourquoi ne pas reconnaitre qu'il a été bon ces derniers jours le candidat Sarko? Il ne faut pas stresser, il a mis le turbo et il a été bon. Etre candidat c'est son truc, il aime ça et il est bon. C'est un très mauvais président et un très bon candidat.

    Mais en Mai ça ne suffira pas. Ce n'est pas le message ou le programme ou le manque de programme qui va convaincre les Français. Le peuple Français, beaucoup à droite aussi, a développé une allergie contre le personnage Sarko. Le rejet du personnage est si profond dans l'inconscient collectif, qu'il ne peut pas revenir. Je pense que ce coup ci on aurait mis une brouette en face de Sarko et la brouette aurait été élue.

    Je sais, je sais, il ne faut pas vendre les roues de la brouette avant qu'elle ne soit élue.

    RépondreSupprimer
  6. Elles pourraient se recroiser les courbes maintenant que Le Pen a ses signatures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle en tiendra pas la distance entre Méluche et Sarko.

      Supprimer
    2. Il semblerait, d'après ce que j'ai pu lire, qu'il y ait très peu de porosité entre les électorats potentiels de Mélenchon et de Le Pen.

      Supprimer
  7. @stef très juste

    @nicolas n'oublions pas que dans la fameuse présidentielle surprise de Chirac en 1995, le candidat en tête était un certain Lionel Jospin.

    RépondreSupprimer
  8. Romain,

    J'ai vérifié sur Wikipédia : tous les sondages donnent Chirac gagnant en 1995.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les sondages à partir de quelle date ? Car je me souviens, moi, que Balladur était le candidat "chouchou" des médias. Exactement comme l'est Hollande cette année.

      Supprimer
    2. Et que Chirac est resté très longtemps au fond du sac, dans les sondages.

      Supprimer
    3. Je trouve que c'est moins marqué que Balladur à la même époque. Il n'était pas seulement le chouchou Balladur, on avait le droit à des concours d'à-plat-ventrisme assez remarquables.

      Pour les sondages, début mars, Chirac était donné en tête au premier tour devant Jospin et Balladur. Et donné vainqueur au second face à Jospin 57 % - 43 %. Bien sûr, ensuite, ça s'est resserré au deuxième tour. Normal, parce que bien souvent le candidat quand il prend la tête assez nettement dans les enquêtes d'opinion a tendance à ne plus rien faire et l'autre à bastonner sévère. Qui peut croire que Hollande va friter Sarkozy avec autant d'écart. Sauf accident, cela va se jouer à pas grand chose.

      Supprimer
    4. Tous les sondages depuis janvier.

      Supprimer
  9. Lire simplement le JDD sur internet. En haut de page un instantané des intentions de vote et juste dessous l'article "Sarkozy dence Hollande".
    Pas le même. Je ne trouve pas cela catastrophique et quand en fin de semaine le soufflet UMP sera retombé il faudra enfoncer le clou.
    A titre d'information, la campagne d'affichage sur La Motte Servolex en Savoie est assez agressive de la part de l'UMP. Pas de brutalité au sens propre du terme mais les affiches du PS sont très vite recouvertes par des affichettes dont les slogans sont dignes des diatribes de Jean François Copé.

    RépondreSupprimer
  10. C'est le bordel dans les commentaires, ici. Je perds la main.

    RépondreSupprimer
  11. il manque des propositions plus pertinentes comme la retraite à 60 ans
    ce n'est pas très comprehensible l'école les postes ce n'est très clair
    n'oublions pas que nous avons devant nous un candidat capable de dire tout et son contraire dans la même heure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, autant ne pas faire pareil.

      Supprimer
    2. Le seul pour le moment dont on détaille le programme c'est françois hollande. Alors ça va!!! et Sarko c quoi son programme? une provocation tous les jours, des mensonges à n'en plus pouvoir !!!! bon candidat celui la ça va!!! moi même en 2007 il ne m'a pas fait illusion c'est un tocard un naze qui n'a aucune perspective pour gouverner pour moi 5 ans ça suffit!!!!!

      Supprimer
  12. gardons notre sang froid camarades; Sarko se raccroche à la moindre bonne nouvelle, ne serait ce que pour quelques heures...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.