05 mars 2012

Recherche « recherche » désespérément

François Hollande était à Nancy, aujourd’hui, pour évoquer la recherche et l’enseignement supérieur. On connaît l’attachement de François Hollande pour la jeunesse. D’ailleurs, c’est le candidat le mieux noté par YoungPoor !

« J'ai choisi de faire de la jeunesse la priorité de mon projet pour la France. Je veux mobiliser toute la nation autour de cette volonté. Je sais qu'elle y est prête, toutes générations confondues, toutes professions aussi, et j'ai la conviction que cette volonté peut unir même au-delà des clivages politiques. »

Avec les blogueurs, on avait rencontré le candidat à la primaire, début octobre. Il nous avait expliqué combien la jeunesse était importante, de nos jours. D’une part, en période de crise économique, pour en sortir, il faut investir sur l’éducation, c’est une priorité. D’autre part, tous les électeurs sont concernés par les problèmes de la jeunesse, parce qu’ils ont tous des enfants, des neveux, des petits-enfants qui entrent dans la vie active, qui ont des difficultés, …

Pourtant, il faut ouvrir les yeux. L’action de Nicolas Sarkozy pour la jeunesse et la recherche a été mauvaise.

En dix ans, la France a perdu 11 places, au sein des pays de l’OCDE, pour l’intensité de la recherche. « La recherche publique civile, contrairement à ce qui peut se dire, est en forte baisse : les organismes de recherche, l'Agence nationale de la recherche elle-même voient leurs crédits baisser dans des proportions importantes. Pour cette année, 12% de baisse pour le CNRS et 15% de baisse pour l'ANR. La recherche privée, malgré l'explosion du Crédit impôt recherche, multiplié par cinq en cinq ans, stagne en euros constants. »

« La situation des jeunes chercheurs est un révélateur puissant de la gravité de cette crise. Leur situation ne cesse de se dégrader : débouchés privés insuffisants, création d'emplois scientifiques publics en baisse, disparité, faiblesse et insuffisance des financements de thèse.
Si notre nombre de thèses ne baisse pas, c'est en raison de l'apport des étudiants étrangers. Ils représentent 40% des doctorants. »

Les universités sont ruinées. Nicolas Sarkozy avait mis en place leur autonomie ce sur quoi, finalement, on est souvent partagés, mais le bilan des courses est, aujourd’hui, qu’elles sont asphyxiées financièrement… et mises sous tutelle ! Tu parles d’une autonomie… Pourquoi ? Parce que les budgets prévus à l’origine n’ont pas été débloqués.

« Les conditions de vie des étudiants ne cessent de se dégrader : alors que près de 20% n'ont pas de complémentaire santé et que plus d’un tiers renonce à se soigner, le gouvernement décide le doublement de la taxe sur les complémentaires, y compris étudiantes. Les étudiants sont de plus en plus, contraints de travailler parallèlement à leurs études, leur précarité augmente, les inégalités entre eux s'accroissent. »

François Hollande a fixé un certains nombre de priorités :
-         la réforme des premiers cycles avec un service public permettant d’améliorer l’orientation des étudiants, en partenariat avec les régions,
-         le renforcement de l’encadrement avec l’affectation de 5000 des fameux « 60000 » postes,
-         des spécialisations plus progressives,
-         la revalorisation des tâches pédagogiques des enseignants-chercheurs,
-         des bonifications des dotations de l'Etat aux universités qui feront preuve d'initiatives innovantes et efficaces pour assurer la réussite des étudiants,
-         l’amélioration de la condition de vie des étudiants (notamment au niveau du logement, de la santé),…

Loin de vouloir revenir sur l’autonomie des universités, François Hollande veut revoir la façon dont elle a été mise en place et revenir sur le système de gouvernance.

« Il va nous falloir aussi simplifier le paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche devenu illisible par l'accumulation de nouvelles structures. Les chercheurs doivent se consacrer à leurs recherches plutôt qu'à rechercher des financements. »

Le Crédit Impôt Recherche qui permet d’aider les entreprises privées qui font de la recherche sera réorganiser puisqu’à l’occasion, il sert surtout par « effet d’aubaine » sans du tout encourager les entreprises.

Enfin, François Hollande portera une attention spéciale aux doctorants, qui doit rester le principal diplôme tout en garantissant les débouchés pour les titulaires de doctorats.

«  Je crois au progrès scientifique.

Nous devons bâtir une société où démocratie et connaissance s'enrichissent mutuellement. Une société où le savoir, l’intelligence, la culture jouent, dans la Cité, tout leur rôle.

C'est cette idée de la France et de la République que je porte dans cette élection. »

Le changement, c’est maintenant !

4 commentaires:

  1. Après 5 ans de Sarkozysme, plus les gouvernements de droite précédents, le niveau universitaire est une catastrophe... J'ai soutenu mon doctorat en juillet dernier, je n'ai clairement pas de job universitaire pourvoyable à cause de la politique sarkocomique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il a tout cassé ! (tiens ! je te voyais bien plus vieux)

      Supprimer
  2. Tiens , je n'avais pas vu ton billet qui parle de Young & Poor.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.