29 mars 2012

La gauche est forte

Décidément, Jean-Luc Mélenchon est au centre de l’actualité politique ! Ca nous change… Le Figaro ne se prive pas de relayer le message de la droite pour faire peur aux braves gens. Toute la campagne de Nicolas Sarkozy repose sur la peur…

« Chacun son épouvantail. François Mitterrand avait les chars de l'Armée rouge, François Hollande a Jean-Luc Mélenchon. Mais alors qu'en 1981 la crainte de voir débarquer les Russes sur les Champs-Élysées avait vite été apaisée après la victoire du PS, celle de voir le leader du Front de gauche imposer ses conditions à François Hollande commence à prendre corps. À droite, on joue sur la peur. «M. Mélenchon est celui qui écrira le programme de Hollande entre les deux tours. Parce que la force qu'il représente est une force qui va compter, peser», s'est ému mercredi le ministre du Travail, Xavier Bertrand. »

Nous y voila ! Mélenchon va écrire le programme d’Hollande ! Rassurez-vous néanmoins, je bloquerai les chars Russes au Kremlin (Bicêtre).

Pourtant, cet honorable journal a des absences. Il nous explique que Méluche récupère surtout des voix des abstentionnistes. « Jean-Luc Mélenchon a fait une percée chez ceux qui s'intéressent un peu moins à la politique. Il séduit un nouveau public. C'est la vigueur de sa campagne qui lui a permis de récupérer ces électeurs souvent abstentionnistes. Cela dit, ce succès est peut-être provisoire, parce que sa progression se fait dans ces électorats qui sont friables, fragiles. »

Jean-Luc Mélenchon joue le rôle du tribun, dans cette campagne. François Hollande joue celui du Président.

C’est très bien ainsi.

Jean-Luc Mélenchon a la même place que Georges Marchais, en 1981. François Mitterrand avait été élu avec 25 ou 26% des voix sur son nom et avec 15% sur un celui d’un seul homme à sa gauche qui n’arrêtait pas de lui taper dessus pendant la campagne, l’accusant d’alliance avec la droite. « Il » accusait « ainsi les socialistes d'être opposés à une politique de relance par la consommation, d'être complice d'un plan européen de démantèlement de l'industrie, et de vouloir exercer une répression contre les travailleurs. »

Giscard pouvait bien avoir trois points d'avance sur Mitterrand, au premier tour (et en plus, ils n'avaient pas 182 sondages par semaine...).

La gauche est forte, aujourd’hui. Que cela soit grâce à François Hollande, à Jean-Luc Mélenchon ou à tout autre acteur de cette campagne… voire par simple rejet de celui qui incarne une droite dont on ne veut plus, ce n’est pas la question.

L’ennemi est bien Nicolas Sarkozy note Seb Musset dans un excellent billet : « Sur le packaging média et sa surexploitation, la montée Mélenchon arrange les bidons d'une droite qui peut ainsi, en une passe, détourner la question de son manque de programme et de ses maigres réserves de voix au second tour tout en tapant sur François Hollande, suspecté de ne pas être assez à gauche aujourd'hui, accusé de faire alliance avec les communistes dans un mois. »

Le changement, c’est maintenant.

Bordel !

25 commentaires:

  1. La meilleure façon de faire taire les peurs serait de se ranger, une fois pour toutes et clairement, dans la perspective d'une alliance à gauche, porteuse de changement réel et d'espoir. Car Mélenchon, ne t'en déplaise, n'a pas la force de repoussoir d'une Marine Le Pen. par contre, le repli que l'on voit, pour lequel tu plaides, le "surtout ne rien bouger, ne tenir compte de rien", est non seulement stupide, non-démocratique, mais va vite commencer à virer au ridicule. C'est cette attitude idiote qui permet à la droite de pérorer et de se donner fière allure, alors qu'elle est la plus menacée par la montée de Méluche.

    RépondreSupprimer
  2. Non démocratique ? Il faudrait que le candidat change de position sur la bonne fois de sondage faisant passer un autre à 13% ? Tu rigoles, j'espere ! À 2, ils représentent 40% de l'électorat. Si Hollanhe bouge dans ton sens, ils vont descendre à 35... Hollande perdra sa crédibilité.

    N'oublie pas 81, le plus fervent opposant de Mitterrand était Marchais. C'est votre attitude qui tourne au ridicule. Le petit qui trépigne et voudrait que le grand prenne la balle parce qu'il ne sait pas quoi en faire.

    "surtout ne tenir compte de rien" ! Non. Surtout pas de l'électorat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La raison pour laquelle Sarkozy va probablement être réélu, c'est qu'il y a des connard du genre GdC, ou Oh91, qui, quel que soit leur âge, ne comprennent rien à la politique.

      Qui sont ces crétins ? Des faux jeunes gens qui ne comprennent rien à la politique et qui, lorsqu'ils se sont amourachés pour un candidat (en l'occurrence pour le stalinien à dents jaunes) décident qu'ils ne doivent céder sur rien.

      Or, la politique, c'est justement céder sur quelque chose, c'est comprendre qu'on n'a pas gagné cette fois-ci, mais qu'il faut capitaliser pour la fois prochaine.

      Mais, évidemment, un GdC ou un Oh91 sont des imbéciles, et ils sont là pour faire perdre Hollande et réélire Sarkozy. Il est possible qu'ils y arrivent, ces abrutis. Vraiment, je vous plains d'avoir des alliés aussi cons. Mais enfin, c'est le jeu…

      Supprimer
    2. Je ne dirais pas imbéciles mais aveugles. C'est comme pour les primaires, ils pensent avoir la meilleure solution pour sauver la France alors qu'il faut surtout avoir la meilleure solution pour être élu.

      Ils n'ont jamais compris que 50% (au pif) de la population ne cherche pas une solution pour sauver le monde mais un type qui les rassure, qui inspire confiance et tout ça.

      Supprimer
  3. Il faut arrêter avec ce chantage aux sondages. Qui pouvait vraiment croire que Hollande l'emporterait 58 % - 42 %. Il ne l'emportera même pas avec 53 - 47. Et peut-être pas du tout, mais en tout cas, s'il l'emporte, ce sera serré, comme en 81. Dans une France qui est, en réalité, majoritairement de droite. Le rééquilibrage est absolument normal et je pense que les journalistes et observateurs ont la mémoire courte, en particulier à l'égard desdits sondages.

    La vérité, c'est que Mélenchon a tout intérêt à ce que la situation reste en l'état, c'est sur cette vague qu'il surfe. L'autre vérité, c'est que certaines positions sont inconciliables. le Front de Gauche, ce n'est pas que Mélenchon, c'est aussi tous les brontosaures du PCF. L'autre jour, j'ai entendu Pierre Laurent à la radio, c'était tout de même assez édifiant. L'affaire Merah, Pierre Laurent, il ne sait même pas comment en parler. Il marche sur des oeufs... Comment concilier ces positions ? Par exemple, sur la politique internationale, entre une gauche de la gauche frôlant l'antisémitisme parfois et le PS qui a une position saine et raisonnable sur le sujet. Voilà. Personnellement, je n'ai rien contre Mélenchon. Mais un certain nombre de gens qui le suivent, je ne veux même pas en entendre parler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dorham, toi qui es un garçon intelligent, ne perçois-tu pas que ce qui se passe autour de Jean-Luc Mélenchon dépasse de beaucoup et le bonhomme et les forces politiques qui constituent le Front de gauche ? Ne vois-tu pas ce qu'il y a d'impatience et de radicalité ? D'urgence sociale ? De perception lucide que l'Europe s'enfoncera irrémédiablement dans l'impasse si elle ne fait pas le choix de ruptures nettes ? Es-tu sourd à ça au point de ne voir dans le résultat de Mélenchon que des voix insignifiantes qui viendront juste assurer la victoire de Hollande à la fin ?
      Moi je te le dis : tu n'avais pas prévu cet effet Mélenchon, personne ne l'avait prévu, et personne ne sait jusqu'où il ira, et personne ne connaît le vote du second tour de ces jeunes arrachés à l'abstention. Alors le mieux, pour toi, pour moi, pour la gauche, pour ceux qui ont un besoin vital d'en finir avec Sarkozy : n'insultez pas l'avenir. Stp !

      Supprimer
    2. Je vois tout cela, Oh, mais je ne crois pas du tout - très simplement - que Mélenchon soit de nature à y répondre, encore moins les cacochymes du PCF.

      Par ailleurs... Comment te dire ? Si Mélenchon était vraiment ce qu'il prétend, ce dont je doute très fortement... L'Histoire de la gauche - à l'échelle mondiale - est jalonnée de ces grands moments d'espoir qui s'effritent à une vitesse hallucinante. Le communisme à visage humain, né en Italie, détruit par les manipulations américaines, Allende au Chili... J'en passe. On ne peut jamais changer les choses tout seul. On ne le pouvait avant. On ne le pourra pas dans un monde dix fois plus ouvert, dix fois plus globalisé. C'est défaitiste, hein ? Oui. Mais encore une fois, ce sont les petits dans mon genre qui subiront le retour de bâton...

      Supprimer
    3. Melenchon non plus ne l'avait pas prévu.

      Dorham,

      Oui ça sera serré. Mais pas si toute la gauche est unie pour montrer que d'autres sociétés sont possibles. Et si on ne perd pas de temps à de médiocres négociations maintenant.

      Supprimer
    4. Déjà, il y a des gens qui pensent et disent que Dorham est est un garçon intelligent : on rigole bien.

      Sinon, vous ne comprenez pas ce qui est en train de vous arriver ? Mélenchon monte, bon, d'accord. Il n'arrivera nulle part, évidemment, il est juste là pour faire bandocher les GdC et les Oh!Trucmuche. durant ce temps, le seul candidat qui peut éventuellement battre Sarkozy (et c'est de moins en moins sûr) se fait siphonner sur sa gauche, cette gauche qui, de toute façon, a d'ores et déjà perdu, parce qu'elle perd toujours quoi qu'il arrive.

      Donc, voilà la question que vous pose un homme censé être de droite : est-ce que, mes drôles, vous préférez faire gagner un candidat pas assez de gauche pour vos vos petites hormones, où est-ce que vous préférez vous reprendre cinq ans de droite ?

      Il va bien falloir, à un moment, répondre à cette question, c'est-à-dire devenir politique et cessez de vous prendre pour des sortes d'anges tellement purs qu'ils font réélire Sarkozy tellement ils sont purs.

      Supprimer
    5. Didier,

      On est d'accord pour votre conclusion.

      Pour le reste Hollande va gagner. Mitterrand a gané "parce que" Marchais lui tapait dessus.

      Supprimer
    6. Didier,

      Je n'ai pas dit les choses différemment. En commentaire d'un billet précédent. La "gauche de la gauche" est immature. Pas de complexe en ce qui me concerne. J'en ai marre de la droite et je vois bien que toutes ces conneries vont nous offrir la joie de voir le mandat de Sarkozy renouvelé.

      Supprimer
  4. Et pareil que Dorham..."je n'ai rien contre Mélenchon..." et certaines personnes qui le suivent ! (cf : euh non rien)
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gildan,

      Personne n'a rien contre Melenchon mais certains s'imaginent des choses.

      Supprimer
  5. Attention, en 1981 on obéissait aux consignes de vote de son parti. Surtout les communistes, très disciplinés. Aujourd'hui, JLM aurait beau donner des consignes de vote unitaire à ses électeurs, chacun d'entre eux va se déterminer par rapport aux éventuelles évolutions du programme du candidat de second tour.

    Si Hollande et le PS restent fixés sur "on ne change rien", il est fort possible qu'une part non négligeable des électeurs répondent "Et nous, on reste chez nous". Autre possibilité: JLM semble "monter" si vite (et pas seulement dans les sondages auxquels je fais une confiance très limitée) que l'hypothèse d'un second tour JLM/Sarko n'est pas à exclure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dit ça à chaque fois et Hollande donnera des gages après le second tour, comme il l'a fait en se faisant rejoindre par Montebourg aux primaires, puis récemment Chevennement. Et comme il a nommé des gens très à gauche près de lui. Chaque chose en son temps.

      Supprimer
  6. Par ailleurs, Méluche a faire déplacer l'équivalent de 1% de la région Parisienne (avec des fans venus de toute la France) un dimanche de grand soleil en mars.

    C'est bien. Mais c'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, ça aurait pu sortir de la bouche de Fillon un soir de manif sur les retraites. Pas glorieux, quoi !...

      Supprimer
    2. et puis je précise. Pas grand soleil, ça s'est passé entre deux averses. C'était limite. Mais vu le prisme de ta loupe, tout se vaut...

      Supprimer
    3. Arrête de jouer à la vierge effarouchée ! Tu me parles d'engouement et tout ça. Les militants Segolistes étaient comme ça. Il faut parfois raisonner froidement. Par exemple, si Hollande est premier dans Twitter, c'est tout simplement parce ce qu'il a des activistes, dont moi avec cinq compte (aucun caché).

      En plus, il me semble que mon billet est favorable à Melenchon. Le ton de ton commentaire est comme si tu répondais à un de mes précédents billets (celui que tu as commenté, hier).

      Mais tu préfères insulter qu'analyste. Si la gauche perd, tu feras comme tous les autres en 2007 (dont moi) : tu diras que c'est de la faute des autres.

      Alors je le dis maintenant : en jouant cette posture de fanatique et en tapant sur les autres, tu contribues à une possible défaite de la gauche en créant le même sentiment de répulsion que Ségo en 2007, à cause de ses fans.

      Supprimer
    4. Et je me fous de la météo : si en plus tu niés le réchauffement climatique. La météo est exceptionnelle. (smiley)

      Ce sont toujours les autres qui ont des prismes. Pas nécessairement ceux qui soutiennent la stratégie du seul qui se soit mis en position de gagner d'abord aux aux primaires puis à la Présidentielle.

      Supprimer
    5. Aucun fanatisme dans mes propos - relis-moi ! J'ai juste plus d'ambition que remplacer une austérité de droite par une austérité de gauche. Dommage que vous ne pratiquez que le mépris. C'est quand on est devant qu'on a des devoirs d'unité !

      Supprimer
    6. Quel mépris, bordel ? C'est vous qui nous méprisez en refusant d'attendre le second tour pour négocier. Et tu nous traitais d'antidemocrates....

      Ton ambition fera qu'on va perdre l'élection. C'est tellement plus facile d'être dans l'opposition...

      Supprimer
  7. Pendant ce temps-là, les espagnols sont descendus dans la rue ... Une marée humaine pour refuser les mesures d'austérité imposées par l'Europe ... Attention à nous ! Attention à toi Front de Gauche, tu te vois au 2ème tour ? ... là, tu dérailles, tu pètes les plombs, tu es le jouet de Lagardère qui commence à tirer tes ficelles ! ...
    Mais nous, on ne quittera pas la route ! ... On va imposer le Changement, maintenant ! ...

    RépondreSupprimer
  8. Apo,

    Je ne retrouve pas ton commentaire, mais on est d'accord.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.