09 mars 2012

Debout, la blogosphère politique !

Périodiquement, des lascars annoncent la mort des blogs. Hier, c’était Rue89 qui annonçait la fin des blogs politiques. Ce pauvre « pure player » qui s'imagine exister sous la plume de quelques pigistes, sans doute recrutés parmi des blogueurs désireux de s’élargir l’horizon, coincé entre des dizaines de concurrents plus ou moins talentueux, à l’image de Médiapart, Owni, Slate, Bakchish, Atlantico… et maintenant France Soir. Ils sont tous en concurrence avec les sites de la presse traditionnelle sans même se demander s’ils apportent quelque chose à part un vague vent frais…

« Les blogs étaient à la mode en 2007. »

Les blogs politiques sont bien plus nombreux maintenant, bien plus visités, à l’image d’ailleurs d’à peu près tous les sites Internet. Les blogs connus à l’époque n’étaient pas militants ; ils traitaient de l’information de manière insipide. « Oh ! Mon dieu, mais la dette est très importante, elle sera forcément le principal enjeu de la Présidentielle de 2007. » ou « Ah ! Ségolène Royal a changé de coiffure pour relancer sa campagne. » Un contenu vide d'intérêt pour des zozos qui tournaient entre eux, comme nous maintenant, d'ailleurs.

« En 2005, quand la quasi-totalité des médias faisaient campagne pour le « oui » au référendum sur le traité européen, ils sont devenus le média incontournable d'une majorité hostile et favorable au « non ». »

Etienne Chouard n’avait pas un blog mais un site traditionnel. Il existait des forums et un tas de lieu où l’on pouvait échanger mais les blogs politiques n’existaient presque pas. Ils sont justement nés après, quand on a découvert que le web pouvait être un espace de discussion. La plupart des blogs politiques actuels sont d’ailleurs nés après l’élection de 2007…

« Aujourd'hui, le Web ne serait plus un espace alternatif : les commentateurs ne jurent plus que par les « timelines » (le nouveau format des profils Facebook) et le nombre d'abonnés sur Twitter. »

Timelines et Twitter ? Les principaux canaux utilisés pour diffuser « l’information » produite par les blogueurs…

« En 2012, les réseaux sociaux ont pris la place des blogs, qui ne sont plus des outils adéquats pour une campagne. »

Ils ne l’ont pas été en 2007 et commencent à l’être maintenant. Surtout, les blogs ne sont qu’un élément des réseaux sociaux, avec des abonnés, des gens qui se parlent, … Twitter est un site de « microblogage », rien de plus !

Arnault Coulet, cofondateur de Netpolitique, explique : « En 2007, il y avait un espace médiatique vacant sur le Web, on y a donc vu l'émergence de quelques blogs dits influents, mais aujourd'hui, le format du blog est obsolescent. »

Les blogs n’ont jamais été aussi lus !

Stanislas Magniant, cofondateur de Netpolitique : « En 2007, les médias s'appuyaient sur les blogs pour comprendre ce qui se passait sur le Web politique. Mais il y a eu un gros travail de remédiation dans les rédactions, qui sont désormais informées et compétentes. Du coup, il est difficile pour les blogs de prendre une information ou un angle qui n'a pas été fait dans les médias. »

Mouarf ! C’est pour ça que les sites font appel à des blogueurs pour leur filer du contenu, comme Europe 1 (Le Lab) qui rémunère (grassement…) Romain, Vogelsong et moi, ou l’Express qui fait trimer d’autres copains, comme M. Poireau ?

Mouarf ! C’est parce qu’il y a assez de contenu dans la presse en ligne que News Republic (bonjour chers lecteurs…), qui reprend, sur tablettes et smartphone, des dépêches diverses, a eu l’intelligente clairvoyance de reprendre des blogueurs comme Yann, Melclalex, Polluxe, Romain, Louis… et moi pour satisfaire ses utilisateurs ?

« A la lumière du Web politique, c'est une image sombre d'Internet en général qui se dessine : les intermédiaires classiques ont repris leur place et le véritable message politique alternatif a du mal à se faire entendre. »

Mouarf encore, mais je vais me répéter !

Nicolas Vanbremeersch estime que pour capter l'attention des internautes, les militants et les partis politiques ne sont pas forcément les mieux armés : « Le Web n'est plus un espace alternatif quand des marques mettent deux millions d'euros sur Internet. Cela laisse moins de place à des initiatives amateurs. » Non, Versac ! Les blogs continuent d’exister, même sans toi…

« La sphère s'est reconstruite, les journalistes se parlent entre eux sur Twitter et on assiste à une réautonomisation partielle des médias. L'alternatif sur Internet existe toujours, mais il est relégué de manière plus profonde. » Non, Versac ! Ils ont toujours été relégués et jamais sur le devant de la scène, même si « certains » ont voulu faire croire qu’ils ont été influents.

« Auparavant, il y avait une confrontation plus forte entre un blogueur d'extrême gauche et un autre d'extrême droite ; maintenant, il y a une fluidité moins forte du débat. » Non, Versac, « de ton temps », les blogs politiques n’étaient pas engagés et essayaient de faire croire qu'ils étaient neutres et objectifs.

Je vais rester aimable. Je n’aime pas incendier les gens que je connais. Je « connais » le journaliste qui a fait ce papier. Il m’a appelé pour me demander des renseignements.

Mais, bizarrement, il n’a repris les propos que de gens qui sont partis de la blogosphère pour une raison ou une autre. On va dire par lassitude ou chercher la gloire ailleurs, voyant que les blogs ne le permettaient pas. Le blog est un espace personnel, un espace de loisir, où le blogueur diffuse ce qu’il a envie, selon ses humeurs. Il discute avec ses potes et découvre leurs textes, toujours avec la même passion, regrettant de n’avoir pas assez de temps pour commenter partout, pour saluer tous les copains...

C’est sans doute trop compliqué, pour un journaliste, d’écouter ceux qui connaissent le sujet avant d’en faire un article ? Les « nouveaux médias » ont du mouron à se faire pour gagner en crédibilité.

Alors que nous, dans nos petits blogs politiques, on ne craint personne ! Ca fait cinq ou dix ans qu’on prédit notre mort mais ça fait cinq ou dix ans qu’on s’appuie sur nous pour saluer les citoyens qui s’expriment dans une liberté que ne peut pas avoir un média traditionnel pour essayer de développer des entreprises commerciales pour couillonner des investisseurs en leur faisant croire à la poule aux oeufs d'or.

Quand Rue89 aura disparu, ce que je ne souhaite pas, il restera des espaces, sur le web, pour que les citoyens puissent donner leur avis, diffuser des musiques, des vidéos, des photos, des jolis textes, des pensées, …

On appellera ça les blogs.

Ils sont immortels ou disparaitront avec la démocratie.

Et il y a aura toujours quelques gaziers qui essaieront d’en tirer quelque chose, de rebondir sur nous, de vouloir utiliser notre prose libre pour gagner de l’oseille, vantant notre liberté, nos qualités, nos talent, pour mieux nous exploiter.

Je m’en fous. Ce qui m’intéresse est de produire les textes qui m’intéressent, de lire les billets des copains, de rigoler avec eux, d’apporter une pierre au brouhaha général qui contribuera peut-être à l’élection du candidat que je soutiens à l’élection présidentielle,… J’espère qu’il gagnera, que les blogs l’aident ou pas à le faire. On aura vécu une période passionnante et on en vivra d’autres.

Je n’ai pas besoin de mes blogs pour vivre. La presse en ligne a besoin du contenu. Qu’elle se débrouille…

N.B. : A lire également la chronique de Seb Musset dans le HuffPouf.

65 commentaires:

  1. Ce matin, je me suis debout et je lance un appel au peuple.

    RépondreSupprimer
  2. Les critiques de ces journalistes vous aident surtout à continuer de vous croire important.

    Cependant ne négligez pas de vous relire, pas pour un surcroît d'autosatisfaction mais pour corriger les fautes d'orthographe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi tu te prends pour qui ? Tu sais peut être repérer les fautes d'orthographe mais pas comprendre un texte.

      Supprimer
    2. Je suis sensé répondre 'et toi tu ne sais pas comprendre un commentaire' ?
      Je ne me prends pour rien, je parcours certains blogs en me demandant quelle frustration pouvait pousser à se répandre en textes parfois vides, souvent provocants et surabondants d'ego.
      Ton agressivité m'apporte un élément de réponse.

      Supprimer
    3. Écrire des conneries est une chose, venir les lire une autre : tu dois vraiment etre très frustré.

      Supprimer
    4. troller pour troller Axolott, c'est tenter de remplir un monde de vacuité.

      Supprimer
    5. Nous y voilà ! Figure toi que c'est en cherchant une explication à ce phénomène de trollisation que je suis arrivé sur cette page.
      Quelqu'un apporte des commentaires qui ne vous plaisent pas, c'est un troll, bien sûr ! Bon, c'est plutôt par par paresse intellectuelle visiblement.
      Cela étant, je dois vous faire grâce de ne pas censurer mes réponses.
      Maintenant basta, je suis arrivé sur page, il y avait un lien "commentaires", j'ai apporté mon commentaire, si tu estimes que cela fait de moi un troll, libre à toi.
      Et frustré, évidemment, sinon je ne serais pas là.

      Supprimer
    6. Ben oui. Je fais un billet pour expliquer que le blog est loisir où on discute entre copains et tu viens me casser les couilles en me traitant de prétentieux et en soulignant l'orthographe. Ça fait de toi un troll et probablement un trou du cul.

      Supprimer
    7. Alors retire ton lien commentaires, si tu n'as pas d'autres réponses à apporter à la critique que les insultes.

      Sérieusement tu trouves qu'en disant "ce qui m'intéresse c'est d'écrire des textes qui m'intéressent" tu n'est pas prétentieux ?
      Du troll, j'ai la volonté de garder l'anonymat, point.
      Mettre le foutoir ne m'intéresse pas, peut-être que ma critique est infondée, il faudra que je lise davantage de tes pages pour en juger. Et pour éventuellement accepter tes excuses.

      Supprimer
    8. Relis ton premier paragraphe, tu verras qui doit présenter des excuses.

      Par ailleurs, si c'est prétentieux de faire ce qui nous intéresse pendant nos loisirs, tu devrais penser au suicide.

      Supprimer
    9. Rien du tout, je ne t'ai pas insulté, j'ai donné mon opinion et je n'en change pas, la lecture de ton blog et d'autres précédemment me laisse penser que vous accordez beaucoup d'importance à ce que vous produisez pendant vos loisirs.
      Pas assez courageux pour le suicide, hélas.
      Ciao.

      Supprimer
    10. @axolot,
      eu égard à Ortho Gras, dont tu prétends que nous le massacrons, tu aurais pu mettre "importants" au pluriel dès ta première attaque, cela n'aurait pas coûté plus cher, et aurait évité un ulcère à la CPAM du 94.

      Supprimer
    11. C'est étonnant de voir quelqu'un qui provoque et qui ensuite fait sa vierge effarouchée.

      Supprimer
    12. je parlais d'axolotl bien sûr!

      Supprimer
  3. Eux disparaitront un jour pour diverses raisons, économique ou par manque d’affluence mais les blogs seront toujours là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant c'est à peu près ce que j'écrivais hier à propos de la blogo, de manière plus générale ...

      Supprimer
  4. Hé bhé axolotl si tu est tellement intelligent et pointilleux sur la forme, n'hésite pas a en faire autant (gratuitement bien sur et sans secrétaire de rédaction) et à nous partager ta prose...?

    je te promet je passerais déposer un commentaire moi aussi..

    Amicalement,

    Folamour,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à partager, c'est sans doute la malchance qui m'a fait tomber sur des pages dont les auteurs cherchent à justifier l'existence et le titre de cette page qui m'a particulièrement horripilé.

      De toute façon je suis mauvais, je ne sais même pas écrire "censé", alors...

      Bonne journée, j'ai un boulot sérieux, moi^^

      Supprimer
  5. Pas beaucoup de mémoire le journaliste de Rue89 d'annoncer la mort des blogs, alors que c'est son canard, qui a failli trépasser (ce que j'aurais regretté).

    RépondreSupprimer
  6. surtout que Arnaud Coulet n'a jamais rien fait de réel pour la blogo, lançant des applis par ci par la juste pour faire la promo de sa boite.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai une petite théorie.. mais je ne sais pas si j'ose.

    Allez hop j'y vais.. Tant pis, je vais sqatter l'espace de Nico avec un long commentaire.

    Je me dis que cette condescendence des journalistes envers les blogs vient peut être du complexe de la "By line" comme disent les anglos. Les journalistes non éditorialistes crévent de savoir qu'ils sont lus parce qu'ils appartiennent à une maison mais pas à cause de la signature au bas (ou en haut) du papier. Les Français lisent Le Monde ou Le Figaro, ils ne lisent pas journaliste X ou Y. La grande majorité des journalistes rèvent de leur propre espace édito où les gens viendront lire LEUR prose. Certains d'entre eux y auront droit, après une longue carrière. Mais avant il faut prouver leur valeur, il faut faire une école, il faut faire les "chats écrasés" (je sais j'exagère) pendant des années. Il faut faire les dépêches de l'AFP et de Reuters etc..

    Qui sont ses AMATEURS, qui n'ont pas fait d'école, qui n'ont pas fait les chats écrasés, et qui font leurs propres éditos, quand ils veulent, comme ils veulent??

    Le pire (pour eux) c'est qu'ici, chez Nico, le lecteur vient pour la "by line". By sûr il y a des tas de visiteurs qui se perdent sur la toile et arrivent par accident sur nos blogs. Mais la grande majorité des visiteurs viennent ici pour lire l'édito de Nico. Et ça, pour un journaliste non éditorialiste... ça fait mal.

    Longue vie aux Blogs..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les chiens écrasés, pas les chats…
      Je les ai faits mes premières années, comme on faisait autrefois pour bien démarrer une carrière en comprenant bien le coin dans lequel on se lançait. Ecole très formatrice, très complémentaire de l'école de journalisme, à laquelle on ne te prépare pas —par exemple— à boire la bière avec les CRS ou le punch avec les pompiers.

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. A tort cette fois-ci car c'est joliment dit.

      Supprimer
    2. Mais je ne dis pas le contraire ! Il y a un certain nombre de phrases qui se retrouvent là parce que leur incongruité me séduit vraiment.

      Supprimer
    3. Oui mais généralement vous soulignez les "erreurs" alors que là, j'ai déformé volontairement une expression.

      Supprimer
    4. Et comment pouvais-je savoir si c'était volontaire ou non ?

      Supprimer
    5. C'est vous qu'êtes payé pour ça...

      Supprimer
  10. Vivent les blogs, libres et gratuits.

    RépondreSupprimer
  11. Et obligatoires jusqu'à 16 ans.

    RépondreSupprimer
  12. A vos blogs citoyens !
    Réunissons-nous en cliquant sur une petite souris, seule capable de venir à bout d’une politique qui ne tient plus debout.
    Et exprimons-nous de concert, sur les sujets les plus divers à travers nos créations imaginaires… pour que le passé soit dépassé et l’avenir ré-ouvert.
    Il vous suffit d’associer votre site, votre blog ou votre réseau à cette nouvelle vague qui voudrait ré-enchanter le monde au lieu de le désenchanter.
    Un coup de main, rien de plus, rien de moins, pour que l’élection de 2012 ne voit pas l’ombre d’une abstention.
    Et si on utilisait une vieille recette de grand-mère en criant tous : Au viol ! Au viol ! Au lieu de marchons ! Marchons ! Parce que ça ne marche plus…

    RépondreSupprimer
  13. Oui, je partage mon avis et le vôtre : ceux qui sont allergiques à la blogosphère - en tant que sphère d'influence citoyenne - ont du mouron à se faire. C'est sans doute un effet de résonance avec la passion de ceux qui les produisent. Il faut propager cette bonne nouvelle ! Pourquoi ne pas arroser ça avec une bouteille bien chambrée, une bouteille BottlenecK ?
    http://www.bibliotheksauvage.com/taz/

    RépondreSupprimer
  14. Je n'y connais pas grand chose, mon blog est en phase terminale mais comme d'autres, je n'ai pas perdu tout espoir. Et je trouve qu'un certain nombre de réflexions dans ce billet sont justes.

    @ Axolotl : Nicolas ne se croît pas important, il EST important.

    Personnellement, j'ai souvent la flemme de me relire... Il y a le mépris pour l'orthographe qu'il ne faut pas confondre avec l'enthousiasme. Il y a la haine de la grammaire, laquelle est tout à fait opposée à la générosité du lecteur. Et Nicolas est un grand lecteur de blogs. Il lit même les commentaires de ses billets.

    RépondreSupprimer
  15. Axolotl,

    Je vous aurais bien fait la même remarque que Mtislav, mon blog est d'ailleurs dans le même état de délabrement que le sien. Cela dit, si les blogs sont devenus ringards (je défendais il y a peu qu'ils n'étaient plus tenus que par des vieux (ouh, c'est moche)), il y a encore plus ringard à mon sens, c'est le type qui vient sur un blog pour dire que les blogs sont à chier et qu'ils ne brassent que du vent. Savez-vous qu'il y a même des mecs qui ont fait des blogs essentiellement consacrés à ça ?, comme ce gentil blaireau de tronçonneur des blogs, que je regrette pourtant, parce qu'il me faisait rire et m'attendrissait : sa naïveté surtout, c'est ce que j'aimais beaucoup chez lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! Il y a des cons partout.

      Supprimer
    2. Décidément...

      La solidarité entre blogueurs fonctionne, je vois. Faut retirer vos œillères les gars, je n'ai rien contre les blogs, ni contre les blogueurs.
      Certains y attachent trop d'importance, preuve en est la façon dont ils réagissent quand on a l'audace de les critiquer et de ne pas appartenir à leur cercle.
      Vous vous revendiquez comme un espace de liberté, mais il faut entendre liberté façon République Populaire et Démocratique, quoi.

      Le hasard m'a amené sur cette page, l'expérience m'en écartera. (Putain c'est beau j'aurais dû faire blogueur)

      Supprimer
    3. Mais non ! C'est toi qui nous accorde de l'importance, tu n'as rien compris.

      Supprimer
    4. Bien sûr !
      Merci pour l'accueil en tout cas...

      Supprimer
  16. Ce billet est génial et dit tout.
    De ce que sont les blogs, de ce qu'ils seront toujours, à leur mesure, fouchtraque et comme ils veulent, et en ne supportant que très moyennement les grands chambellans payés pour ça qui veulent d'une, les ranger dans des étagères, deux, tenter de gonfler le bourrichon des blogueurs en les définissant comme plus importants qu'ils ne le sont, et trois, les reléguer le plus loin possible dans l'ombre afin de poser leur gros cul de décrypteur en chef de l'actualité dans la place laissé libre.
    L'avantage de blogs c'est souvent qu'ils sont le reflet d'un univers "personnel", et qu'en tant que tel, parfois, même très souvent, il possède une grande richesse, du talent, un véritable point de vue, une façon autre de voir les choses, et en cela, déjà, seront toujours supérieurs au type qui reproduit le machin AFP.
    L'avantage des blogs, c'est enfin que tu as le luxe de ne rien écrire pendant des mois si t'en as envie, et tout ce que tu veux quand ça te passe par la tête.
    Très beau billet, avec lequel je suis totalement d'accord.

    RépondreSupprimer
  17. Hé ho, les "délabrés" du blog (Dorham et Mtislav, on se relève, c'est le printemps, on se démerde pour émerger de l'hiver, de pousser de branches et tous !!!sa! (où alors prenez des vacances bordel et tant qu'à faire n'écrivez plus rien jusqu'à ce que ça aille mieux)
    Quant à cet @axolotl je lui propose de s'occuper intelligemment si il s'emmerde. Par exemple de lire des blogs. Mais d'éviter de les commenter.

    RépondreSupprimer
  18. Plutôt que de titrer que les blogs politiques étaient mort, j'aurais du titrer "le rôle politique des blogs est mort".

    C'aurait été plus clair et aurait fait davantage justice au contenu du papier.

    Parce qu'il ne dit rien d'autre que l'affaiblissement du blog dans un contexte médiatique d'aujourd'hui qui n'a plus rien à voir avec celui d'il y a à peine cinq ans... Je peux me tromper, et je serais ravi d'en discuter en long en large (et en travers), c'est un sujet qui me passionne.

    En revanche, je ne me souviens pas, contrairement à ce que sous-entendent quelques uns des commentateurs ici présents, avoir attaqué la pertinence, la justesse, la légitimité, le talent et/ou l'intelligence des blogueurs. Ils ont simplement perdu l'importance -- réelle ou supposée -- qu'ils avaient pris au milieu des années 2000. Si j'ai blessé l'ego ou toute autre partie du ou des blogueurs ici présent, je tiens à m'excuser :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rôle des blogs en 2005 ou 7 n'était que supposé par des gens qui ont voulu se faire un nom. Il n'a donc pas pu baisser.

      Le blog est vaguement renforcé, par contre, du fait qu'il y a plus de blogs et surtout que les médias ne savent pas nous cerner et ont peur de se faire dépasser. De fait, ils nous associent à leur production.

      Les blogueurs sont maintenant visibles sur d'autres plateformes comme Marianne 2, le plus du Nouvel Obs, le Lab. D'Europe 1. Les Échos (et d'autres mais ma mémoire me fait défaut, je crois qu'il y a public sénat) ont un espace réservé où ils reprennent tous les flux d'une sélection de blogs. Une appli iPhone News Republic traite les blogs à égalité avec les journaux.

      Par contre, je n'ai pas dit que nous avions la moindre influence (mais surtout pas moins qu'avant) ni, surtout, que "nous" (les 10 ou 50 ou 100 blogs ayant "la chance" d'être un peu connus) étions représentatif de la masse des blogs.

      La blogosphère est bien l'ensemble des braves gens qui s'expriment sur la toile et pas quelques pignoufs qui se voient au centre du monde et représentatifs de quelque chose.

      Et c'est au nom de ces "anonymes" (des dizaines de milliers) que j'essaie de m'exprimer : nous tenons des blogs, pas des organes de presse.

      Supprimer
    2. Pour résumer la réponse de Nicolas:
      Il n'y a pas que le titre sur Rue89 qui a visé à côté.
      Mais c'est l'heure de la bière du taûlier (ou peut-être même plus), alors on ne va pas non plus en tartiner quarante lignes…
      Et mon avis étant celui d'un mec formaté à l'ancienne mode de la presse écrite d'autrefois, il n'est pas nécessairement calé sur celui des autres. Ce qui ne le rend pas mauvais du reste pour autant.

      Supprimer
  19. Bon billet. Bon rythme. Bons arguments. Très bonnes lignes.
    "les journalistes se parlent entre eux sur Twitter"
    "Je m’en fous. Ce qui m’intéresse est de produire les textes qui m’intéressent, de lire les billets des copains, de rigoler avec eux."
    "Je n’ai pas besoin de mes blogs pour vivre. La presse en ligne a besoin du contenu. Qu’elle se débrouille…"

    Je pense partager cet avis.

    RépondreSupprimer
  20. Un blog d'actualité, de politique, d'économie, de sciences humaines...

    http://www.blogactualite.org/

    RépondreSupprimer
  21. http://guybirenbaum.com/20120310/les-blogueurs-politiques-ne-sont-toujours-pas-morts/

    RépondreSupprimer
  22. tous les matins, je passe 2 à 3 heures à lire ces blogs politiques "en voie de disparition" et je m'en régale !!!Ils sont ma source principale d'information et... de réflexion.
    merci Nicolas J, Seb Musset, Juan,C C, Guy B, Olympe et tous les autres et bravo pour votre belle vitalité

    RépondreSupprimer
  23. hé ben dis donc, la mort des blogs (vivent les blogs) ça fait causer ! ça donnerait presque soif tous ces commentaires :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.