27 mars 2012

Le juge Gentil et le Président de La République

La presse parle beaucoup de DSK. Elle ferait mieux de s’intéresser aux autres affaires judiciaires en cours, comme vient de le faire Le Monde. « A quelques semaines seulement du terme de son mandat, Nicolas Sarkozy est, pour la première fois, directement visé par un juge d'instruction. Le juge Jean-Michel Gentil, qui instruit au tribunal de grande instance de Bordeaux les principaux volets de l'affaire Bettencourt, semble bien déterminé à enquêter sur le président de la République - protégé par l'immunité pénale que lui confère la Constitution durant son mandat. »

Pour résumer, le juge penserait que le financement de la campagne de 2007 était illégal. Le Monde a eu connaissance de pièces du dossier le « prouvant ».

François-Marie Banier « très proche de Liliane Bettencourt, avait notamment inscrit des propos de la vieille dame, héritière de L'Oréal, sur ses carnets, à la mi-avril 2007: "De Maistre m'a dit que Sarkozy avait encore demandé de l'argent. J'ai dit oui." »

« Par ailleurs, ces derniers mois, le juge a recueilli plusieurs témoignages de personnes situées dans l'entourage proche de Liliane et André Bettencourt - mort en novembre 2007 - qui ont certifié que M. Sarkozy se serait rendu au domicile du couple, à Neuilly-sur-Seine, lors de la campagne présidentielle de 2007. »

L’ancien chauffeur des Bettencourt a déclaré que la gouvernante de la famille, maintenant morte, lui avait dit que Nicolas Sarkozy était venu demander des sous.

« Le magistrat, en s'intéressant à un compte suisse de Mme Bettencourt, a mis au jour un système de sortie de fonds en espèces organisé par Patrice de Maistre, l'ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, dont une partie pourrait avoir alimenté les caisses du candidat Sarkozy il y a cinq ans.

Via un mécanisme de compensation passant par des établissements financiers français et suisses, M. de Maistre - mis en examen pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux et placé en détention provisoire le 23 mars - aurait récupéré en toute discrétion un total de 4 millions d'euros entre 2007 et 2009. »

Le juge Gentil « souligne le caractère éminemment suspect des deux retraits d'espèces de 400000 euros chacun effectués par l'intermédiaire du gestionnaire de fortune en 2007. Le premier est intervenu le 5 février 2007, soit "deux jours avant" un rendez-vous entre M. de Maistre et Eric Woerth, alors trésorier de la campagne de M. Sarkozy, souligne le juge. »

Il note : « des témoins attestent d'une visite du ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, au domicile des Bettencourt pendant la campagne électorale de 2007, que des investigations sont donc nécessaires s'agissant de ces premières remises de 2007. »

L’ancienne comptable des Bettencourt avait affirmé en juillet 2010 que « M. de Maistre lui avait réclamé au début de l'année 2007 de sortir 150000 euros en liquide, somme qu'il devait remettre à M. Woerth afin de contribuer illégalement au financement de la campagne de M. Sarkozy. »

Ces rebondissements dans une affaire qui n’a que trop duré tombent à un très mauvais moment pour Nicolas Sarkozy d’autant qu’il pourrait perdre, bientôt, son immunité pénale lié à son mandat.

14 commentaires:

  1. Immunité pénale, Nicolas, pas "pétale", on va pas lui faire des fleurs,non?? Et puis moi, pétale ça me fait penser à rose (oui je sais ça rime avec ça s'arrose!)
    Humafred

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour à toi !
    Nous pourrions lancer un hashtag sur cette info énorme comme dirait l'autre... J'ai tenté,en vain, de le faire comme tu as pu le voir. Nevermind !
    C'est joli :) "son immunité pétale" (Cf. la dernière phrase de ton billet)
    Bon après midi !
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas très fort dans les hashtags, n'étant presque pas dans Twitter la journée.

      Supprimer
  3. "il pourrait perdre, bientôt, son immunité pétale lié à son mandat"

    Tant qu'il garde la sépale, rien n'est perdu...

    RépondreSupprimer
  4. Il parait que la presse est majoritairement de gauche et anti-sarkozyste. Si tel est le cas, pourquoi une telle discrétion sur toutes ses affaires (absolument puantes au demeurant) ?

    RépondreSupprimer
  5. J'ai hélas bien peur qu'il s'en sorte, au moins jusqu'à l'élection, par des pirouettes.
    Les éléments rendus publics par le juge ne font état que de témoignages indirects, et d'une personne déclarée sénile. Cette mise en examen et la mise en détention de Patrice de Maistre ressemblent plus à une mise en pression pour le faire craquer. Et il attendra le 7 mai pour décider de le faire ou non.
    Mais çà va faire du buzz, et il faut en profiter.

    RépondreSupprimer
  6. Il reste un mois, il faut charger à fond sur ce thème pour le dézinguer.

    RépondreSupprimer
  7. Il y a une question juridique à résoudre : le Conseil Constitutionnel ayant validé les comptes de campagne, peut-il se dédire s'il s'avère que l'argent était sale (bien que Suisse) ?
    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.