16 mars 2012

L'outrance de Nicolas Sarkozy

Comme beaucoup de gens, j'ai été outré par deux faits politiques d'hier : les lacrymogènes lancées contre les salariés d'Arcelor devant le QG de campagne et le candidat à être lui-même qui a traité un journaliste de couillon. J'ai pesté, j'ai RT et tout ça, avant de comprendre dans je ne sais quelle lecture de ce matin que la démarche est probablement parfaitement volontaire et maîtrisée.

Il s'agit d'un signal au peuple pour confirmer qu'il ne respecte pas les corps intermédiaires (les journalistes et les syndicats ou les ouvriers protestataires) mais à tout ce peuple. Comment, par exemple, soupçonner qu'il soit bien traité par les médias alors qu'il ne respecte pas ses représentants ?

Prenons garde à ne plus tomber dans le panneau.

15 commentaires:

  1. Franchement, le truc avec le jeune journaliste, ça ne m'a pas choqué, par contre, le truc avec le syndicalistes... Même si les mecs avaient préparé le terrain, ils n'ont fait preuve d'aucune agressivité. Une telle débauche de moyens pour protéger un QG de campagne, c'est aussi le signe que l'argent public est bien dépensé, hein... Mais plus particulièrement, laisser entendre que ces gars ne sont pas de "vrais travailleurs", c'est bien le signe que Sarkozy est un mec qui ne recule devant rien. Ce n'est pas le karcher qu'il a pour arme, mais une sulfateuse d'homme de main. Ce mec qui ne sait pas ce qu'est le travail, comme la majorité des hommes politiques, devrait avoir honte. Mais la honte et la pudeur sont deux choses qu'il ne connait pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dorham, je n'ai pas, je crois, un respect exagéré pour les hommes politiques, de quelque bord qu'ils se prétendent, mais dire que Nicolas Sarkozy ne sait pas ce qu'est le travail me semble un tantissoit exagéré…

      Supprimer
    2. Un peu. Mais vous omettez peut-être quant à vous la relation entre le travail et la satisfaction qu'on en tire. Être un homme politique, c'est être sur le pont à chaque instant, OK, c'est sacrifier sans doute énormément de choses, mais si je mets de coté les multiples avantages de la Fonction, on ne peut pas comparer cela au boulot d'un ouvrier qui effectuerait son travail pour un autre, des manœuvres répétées, tout en ayant à l'esprit l'extrême fragilité de sa situation. Il n'y a pas de rapport. Par ailleurs, être Président, c'est exigeant, ça l'est moins d'être maire de Neuilly ou Député, ce qu'il a été un certain temps.

      Supprimer
    3. De toute manière, le vote des types qui ont des syndicats dans leurs entreprises (parce que les entreprises sont grosses, pas à cause des syndicats) ne voteront pas pour Sarkozy.

      Supprimer
  2. Bon, d'accord, chef, on va prendre garde de ne tomber nulle part. Surtout que j'ai mes habits du dimanche.

    Un autre monde est maintenant.

    Le changement, c'est possible.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas Sarkozy parle Cash et ça dérange.
    Certains français conservateurs préfèrent la langue de bois !

    RépondreSupprimer
  4. "Nicolas Sarkozy parle Cash et ça dérange.
    Certains français conservateurs préfèrent la langue de bois !"

    Il dit surtout n'importe quoi (par exemple, sur le Minimum Vieillesse, comme Marine Le Pen). Mais si ça vous fait plaisir qu'on vous prenne pour un con, ça vous regarde !

    RépondreSupprimer
  5. FrancedDenBas16 mars, 2012 13:02

    Si Hollande passe, dans 5 ans on sera au fond du trou, comme la Grèce.
    Nous avons les impôts les plus forts au monde et le plus grand nombre de fonctionnaires au monde. Ces 2 facteurs plombent l'économie et l'emploi. Lorsque la crise financière mondiale vient se greffer par dessus tout ça, ça devient carrément ingérable. La gauche française n'est pas une gauche moderne. Le patron est toujours présenté comme un affreux capitaliste, alors que c'est lui qui vous nourrit tous ! Le programme de Hollande, c'est plus d'impôts, aucune réduction des dépenses et aucune réforme. C'est une gauche irresponsable, conservatrice et réactionnaire.
    Mais bon si ça vous plaît l'assistanat ; si ça vous plaît d'aller faire le guignol dans des manifs ; si ça vous plaît d'être un MOUTON ; ça vous regarde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle phrase bizarre : "c'est le patron qui vous nourrit tous".
      Il faudrait expliquer. Le patron ne nourrit personne, il verse un salaire en contrepartie d'un travail, d'une compétence, d'une connaissance et de plus certains patrons et actionnaires sont, eux, entretenus et grassement sur lez dos des salariés (cf par exemple l'augmentation des patrons du CAC40 (+34%) et celle des smicards de l'entreprise sans parler des réductions d'effectif voire de fermeture pour sa

      Supprimer
    2. ...voire de fermeture pour satisfaire le niveau de rémunération des actionnaires.

      Supprimer
    3. J'aime bien les gens qui analyse froidement les choses comme çà. Je suis bien d'accord avec vous il y'a trop de fonctionnaires, mais si au lieu de réduire dratiquement le nombre de "petits fonctionnaire" sacrifiant au passage l'éducation et l'avenir de nos enfants entre autres. si on commençait par les hauts fonctionnaires qui sont payés bien plus GRASSEMENT pour pioncer tranquille à l'assemblée nationnale. Et quand votre cher NS montre du doigts ces salauds de fonctionnaires, à votre avis se souvient-il seulement qu'il est le premier d'entre eux? A-t-on vraiment besoin d'autant de ministres dont on ne sait plus vraiment qui fait quoi tant la répartition des postes ressemble à un vaste jeu de chaises musicales ou un même mec peut s'occuper de l'armée et le lendemain de l'environnement.Et sans rire directeur de cabiinet c'est un vrai boulot çà? Alors on va virer toutes les petites mains qui font de la proximité avec le peuple et on laisse que les mecs de la haute qui s'en mettent plein les pognes. Quand au patron qui vous nourri tous, monsieur, certainement pas! le patron paie ce qu'il doit (en tout cas il est supposé le faire )....Je précise au cas ou que je ne suis pas spécialement "hollandaise" mais qu'il faut quand même être foutument aveugle pour être sarkozyste....

      Supprimer
    4. Je n'ai rien contre les fonctionnaires. C'est un problème d'organisation ; un problème de bureaucratie. Le doublon région/département par exemple coûte une fortune et n'apporte rien. Quand Mme Aubry possède onze 1ers adjoints à la Mairie de Lille, ça coûte une fortune et ça n'apporte rien !

      2ème point, arrêtons de comparer les patrons de PME aux patrons du CAC40. je connais des patrons qui sont à 1500 Euros/mois. Les patrons du CAC 40, c'est 40 personnes, alors on se calme ! Ils touchent des salaires exorbitants, oui, je suis d'accord, mais gardez à l'esprit qu'ils font leur bénéfice dans le monde entier et pas seulement en France (très peu en fait en France). Et svp, différenciez bien l'entrepreneur du patron du CAC40. L'entrepreneur créé tout à partir de 0.

      Remerciez, enfin, les fonds de pensions et les fonds d'investissements qui prêtent encore à l'Etat français, chaque mois, alors que celui-ci vit au dessus de ses moyens depuis des décennies. Le jour où les fonds de pensions et où les fonds d'investissements couperont le robinet (parce qu'ils auront peur de ne pas être remboursés) alors il n'y aura plus de retraite et plus d'argent pour les fonctionnaires !

      Supprimer
    5. Bien sûr Francedenbas qu'il est difficile de comparer les patrons de microentreprise et ceux du CAC40, mais ce n'était pas mon propos. J'ai simplement dit qu'en aucun cas le patron nourrit ses salariés. Le salaire est un échange et non pas un cadeau.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.