13 mars 2012

Manipuler les sondages pour créer une dynamique ?

Alors que le New York Times rebaptise le candidat UMP « Nicolas Le Pen », la polémique monte à propos du sondage dont je parlais ce matin et donnant Nicolas Sarkozy devant François Hollande au premier tour.

Edit : on me signale en commentaire que ne ce n'est pas le New York Times mais le Wall Street Journal... Où avais-je la tête ?

Ce sondage a été fait par l’IFOP, institut de sondage dont Laurence Parisot a été la patronne (et elle est toujours vice-présidente). Il parait (rumeur Twitter) que la Sofres sortira un nouveau sondage, cette après-midi, montrant un résultat inverse.

En fait, Nicolas Sarkozy est monté de 1,5 points et François Hollande de 1,5 alors que la marge d’erreur est de 3%. J’étais bien surpris de voir ce sondage sortir deux jours après le fameux grand meeting comme si on voulait convaincre l’électorat que la mayonnaise avait prise et que la magie était relancée.

Cela étant, ce n’est pas moi qui insinue une manipulation mais l’Observatoire des Sondages.

« Il faudrait une sacrée mauvaise foi pour relever la coïncidence entre ce résultat et le meeting. L’opération était évidemment programmée. Le commentateur de l’Ifop peut parler « d’effet Villepinte » (Frédéric Dabi), en dépit de toute norme d’analyse pour un sondage effectué le jour même et sachant que des événements ne produisent pas d’effets instantanément. »

Opinionway étant connu comme trop près de l’Elysée, c’est ainsi un autre institut de sondage, l’IFOP, également proche de l’UMP, qui aurait été choisi pour sortir ses chiffres… La méthodologie utiliserait un mélange d’un échantillon de gens sondés par téléphone et de volontaires pour répondre à un sondage par Internet qui serait mêmes rémunérés (je suis moi-même dans un panel d’un autre institut qui me propose de participer à un concours pour gagner un cadeau en répondant à un sondage). Ensuite, la célèbre « méthode des quotas » serait utilisée pour tripatouiller tout ça, sans aucune publication quant aux processus utilisés.

Ca respire la manipulation.

« Aucun spécialiste sérieux ne succomberait au piège qui consisterait à les prendre au sérieux. Il s’agit ici de relever seulement les procédés déloyaux qui s’immiscent dans la lutte politique. Si on doutait que les sondages dévoyaient la démocratie, on n’a aujourd’hui que l’embarras du choix des évidences. »

Attendons le sondage suivant, dans l'après-midi probablement.

20 commentaires:

  1. Ce qui est chiant avec les sondages, c'est que l'on ne connait que rarement comment sont posées les questions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben la si. Pour qui voteriez vous si le premier tour avait lieu dimanche.

      Supprimer
  2. Manipuler les sondages moins pour créer une dynamique que pour rassurer surtout son camp. Dans un premier temps, of course !

    RépondreSupprimer
  3. Il faut se méfier des sondages en continu, qui n'interrogent chaque jour que 300 personnes sur les 1000 du panel. Il suffit de choisir les 300 personnes dont on connait les préférences puisque déjà interrogés 3 jours avant, et le tour est joué.
    http://lysigee.wordpress.com/2012/02/29/les-sondages-en-continu-et-la-campagne/

    RépondreSupprimer
  4. A vouloir dénoncer la manipulation des sondages, on manipule les sources. Le Wall Street Journal, et non le NY Times, a publié l'article intitulé "Nicolas Le Pen".

    RépondreSupprimer
  5. Ah ben oui, forcément : quand les sondages deviennent moins bons, c'est donc qu'on les manipule.

    Mais attention, on ne les manipule que pour le premier tour : pour le second, ils restent tout à fait crédibles…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfaitement. Et j'aurais pu denoncé le second tour aussi alors que tous les autres donnent un écart supérieur à 10 points.

      Supprimer
  6. manip totale, on en est persuadés ! ou alors la volatilité des opinions est inquiétante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est réelle. Les gens ont une "mémoire politique" de trois semaines.

      Supprimer
  7. Méfions nous du bonimenteur et de ses affidés, la campagne doit se faire sur le terrain, les médias ne sont pas nets.

    RépondreSupprimer
  8. et ! oh ! c'est pas le New York Times, mais le wall street journal ! Un peu de rigueur, quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu lisais les billets tu aurais vu le correctif.

      Supprimer
  9. Tout de même, j'aurai vécu assez vieux pour voir des dizaines de gauchistes se prosterner devant le Wall Street Journal, cet organe de presse si sérieux, si aimable, si…

    J'espère que tout le monde a pris son abonnement.

    RépondreSupprimer
  10. On fait ça pour vous faire plaisir.

    RépondreSupprimer
  11. Sacré Didier Goux! Il est de retour?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pourquoi, il avait disparu ?

      Supprimer
    2. De retour d'âge, Bembelly, de retour d'âge !

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.