08 mars 2012

Le salaire de la peur de rien

« J'ai vu que François Hollande proposait de baisser les salaires. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'alors qu'il est président du département le plus endetté de France, il ne l'a pas fait pour lui-même » voilà ce qu’a déclaré Nicolas Sarkozy, ce matin.

De la part de celui qui a fait battre des records à la dette de la France sans se priver d’augmenter son salaire de 172% (ou 218% selon les sources, mais en français, ça fait, en gros, multiplié par trois), c’est osé ! Surtout qu’il ferait mieux de creuser pour chercher d’où vient la dette de la Corrèze...

Comme toujours, Nicolas Sarkozy est dans l’outrance.

« Je ne pense pas que la rémunération du personnel politique dépasse en quoi que ce soit la rémunération des autres catégories. »

Président de la République ou d’un Conseil Général ou du club de pétanque n’est pas un métier. On ne devient pas Président de la République pour gagner de l’argent. Nicolas Sarkozy n’a pas compris qu’en mai prochain, ce n’est pas à un entretien d’embauche qu’il postule.

D’ailleurs, il aurait eu intérêt à généraliser les CV anonymes… Il aurait du proposer, aussi, de rémunérer les dirigeants politiques en fonction de leurs résultats : 600 milliards de dette de plus, 1 million de chômeur de plus et cinq ans de scandales.

L’outrance !

« "Quand je suis devenu président de la République (...), le secrétaire général du gouvernement m'a dit: +combien voulez-vous gagner ?+", a confié Nicolas Sarkozy.

"J'ai dit: +qu'est-ce que c'est cette histoire ? Je veux gagner ce qui est prévu+. Il a dit: +non, non, vous savez, monsieur le président, tous les autres présidents ont fait comme ça. C'est le président qui fixe ce qu'il gagne+", a-t-il poursuivi. Il a précisé que la loi fixait seulement le traitement du Premier ministre et des ministres. »

Pour un peu, on l’aurait forcé à accepter une augmentation de salaire !

« Pour baisser les dépenses publiques, "je considère que chacun doit faire un effort", a dit M. Sarkozy. »

600 milliards de dette en plus !

« Il a cité l'exemple de Laurent Fabius, président PS de la communauté d'agglomération de Rouen, qui dispose de "45 vice-présidents" payés "chacun 1.800 euros", et celui de la première secrétaire, Martine Aubry, qui a "32 vice-présidents dont dix sont premiers vice-présidents" à Lille-Métropole. "Oui, il y a de la gabegie, des efforts à faire", a-t-il dit. »

Je lui pose des questions sur le nombre de conseillers à l’Elysée, sur le salaire de Monsieur Guaino, sur le gouvernement resserré qu’il avait promis de mettre en place, sur l’avion à 250 million (de mémoire) qu’il s’est offert ?

(illustration)

13 commentaires:

  1. Donc en gros, si on te suit bien : vu que la droite, c'est mal, la gauche, quand c'est mal aussi, ce n'est pas vraiment mal?

    On a toujours du mal, à gauche, à reconnaître ses propres turpitudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelles turpitudes ? Je parle de ses outrances.

      Supprimer
  2. 32 vice-présidents, etc, c'est tout à fait normal, bien entendu. La gauche refuse les transferts de compétence, parce que ça l'oblige à devoir faire un choix dans ses dépenses. Et comme elle ne le veut pas, eh bien elle augmente les impôts!

    Tu ne peux pas balayer des critiques d'un revers de la main en répliquant "oh mais toi aussi mon bonhomme tu es critiquable!"

    On n'est plus au collège, la cour de récré, tout ça, c'est terminé...

    Quand à ton histoire de 600 milliards de dettes laissées par Sarkozy, c'est évidemment un mensonge éhonté que la gauche se plaît à colporter, mais qui ne t'honore pas.

    La vérité ici (Libé, c'est pas un journal de droite, hein) :

    http://www.liberation.fr/politiques/01012384255-dette-segolene-royal-surcharge-le-bilan-de-nicolas-sarkozy

    RépondreSupprimer
  3. Je ne balaie rien. Je fais un billet à propos de ce qu'a dit Sarko, que je trouve gonflé et tu me réponds que je ne peux pas lui retourner ses arguments dans la tronche. Ben si.

    RépondreSupprimer
  4. En répondant à une question par une autre question, tu ne fais pas vraiment avancer le débat. Surtout quand au passage, tu sèmes de la désinformation.

    RépondreSupprimer
  5. Une question par une autre question ? Ben c'est exactement ce que fait Nicolas Sarkozy... Et toi !

    RépondreSupprimer
  6. Cela m'embete de le dire mais je suis daccord avec Le Chafouin. Justifier ses propres erreurs par le fait que le camp d'en face soit lui aussi dans l'erreur donne un cote donneur de lecons quelque peu detestable.

    RépondreSupprimer
  7. Je pourrais te faire la même réponse. Mais je vais le dire autrement.

    Nicolas Sarkozy porte des accusations sur François Hollande. Je passe le fait que ces accusations sont infondées (ce n'est pas le Président d'un CG qui fixe sa rémunération mais l'état). Je trouve juste normal de les lui renvoyer dans dents. Je ne cherche pas à justifier des erreurs de la part de Hollande, il n'en a pas faites (pour être objectif, il n'a pas fait ce que lui reproche NS), je cherche à mettre en perspective les propos de NS.

    En outre, Nicolas Sarkozy attaque des personnalités du PS pour attaquer François Hollande sans approfondir son sujet et Le Chafouin voudrait que moi, je l'approfondisse.

    Parfois, il faut revenir sur terre. Je pense juste que quand Nicolas Sarkozy tient des propos outranciers de ce genre, il est logique de lui répondre de la même manière. Ou alors, que Nicolas Sarkozy parle de sujets de fond et que les journalistes puissent laisser veut qui sont attaqués répondre.

    RépondreSupprimer
  8. Le président devrait savoir qu'on ne devient pas président pour gagner de l'argent mais pour servir son pays, d'autant qu'il n'a aucune dépense.

    par ailleurs il devrait réfléchir avant de dire des âneries(comme il en a l'habitude), François Hollande a hérité d'un déficit de la Corèze fait par ses prédécesseurs de droite ..

    Le pire c'est qu'aucun journaliste n'ose le contrarier ...

    David75

    RépondreSupprimer
  9. Compte tenu de la responsabilité qui pèse sur les épaules d'un président de la république et de son travail (24/7) son salaire n'est pas du vol. Baisser les salaires du président et de ses ministres n'est qu'un geste symbolique et un brin populiste. Cela ne changera rien aux finances de la France et cela véhicule l'idée qu'il n'est pas mérité (les politiques sont des fainéants qui volent l'argent public).
    Pour autant, même s'il n'a pas tout à fait tort, Sarkozy est, comme d’habitude, dans l’excès et dans la caricature et c'est déjà difficilement admissible d'un responsable politique lambda et à plus forte raison d'un président en exercice même en campagne !!!
    Ce que tu dis n'est qu'à moitié vrai, mais après tout qu'à l'excès réponde l'excès n'a rien d'anormal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un salaire mais une indemnité... Président n'est pas un métier.

      Supprimer
  10. je suis tout a fait d'accord avec Nicolas j.En effet un président de la république travaille peut-être (24/7), mais il est nourrit,logé et blanchit au frais du contribuable et perçoit en guise de retraite une pension de 63000 euros par ans.
    http://www.retraite.net/retraite-president-republique,d133.html
    Alors une augmentation de salaire de prés de 172% est vraiment une honte.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.