18 mars 2012

Un bilan désastreux et aucun projet

J’étais en train de chercher une idée pour rebondir sur celui de mon ami Juan, ce matin, quand je suis tombé sur ce tweet de Bruno Roger-Petit, juste après avoir vu le titre de cet article du Parisien : «  Pour Hollande, Sarkozy présente le visage de l’outrance ! » Je dois vous avouer que j’avais lu « à l’envers » et je trouvais Nicolas Sarkozy assez gonflé !

L’encore Président tenait un meeting, hier, et n’a plus qu’une seule stratégie : pilonner François Hollande. Voir cet article de LCI : « Nicolas Sarkozy s'est donc livré samedi lors d'un meeting dans la banlieue de Lyon à des attaques tous azimuts contre celui qu'il semble avoir choisi comme son unique adversaire, le socialiste François Hollande, accusé notamment d'"abandon du champ de bataille républicain", de "mensonge" et de "cynisme". "Dans une campagne présidentielle, on ne peut pas mentir. On ne peut pas dissimuler qui l'on est et ce que l'on veut", a lancé le président-candidat dans la salle Eurexpo de Chassieu, devant plusieurs milliers de personnes (jusqu'à 12.000 selon l'UMP).  Aux cris de "on va gagner !" lancés par des militants revigorés par une embellie dans les sondages, M. Sarkozy a accusé M. Hollande de ne pas "respecter" les Français apportant des modifications à certaines mesures-phares comme l'imposition à 75% des très hauts-revenus. "On ne respecte pas les Français quand, un jour, on leur dit qu'on veut lutter contre l'immigration clandestine, que, le lendemain, on déclare qu'on va régulariser massivement les clandestins, le surlendemain qu'on les régularisera au cas par cas et, le jour suivant, que l'on ne changera pas les règles actuelles", a également dénoncé M. Sarkozy. »

Du coup, François Hollande a répliqué : « Nicolas Sarkozy est dans un combat qui relève de la fuite en avant : il ne peut pas défendre son bilan, c'est un boulet, il ne présente pas de projet - est-ce que vous connaissez ses propositions détaillées, chiffrées, organisées, structurées ? » Qu’on soit de droite ou de gauche, on ne peut que donner raison à « mon » candidat !

Il règne une ambiance bizarre depuis quelques jours, depuis que les courbes d’intention de vote au premier tour se sont rapprochées… On le ressent dans les réseaux sociaux et dans les blogs mais aussi à la lecture de la presse, comme si on voulait nous faire croire que Nicolas Sarkozy avait encore beaucoup de chances de gagner. Pourtant, même si on ne peut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir vendue et si même moi, il m’arrive de cauchemarder : les Français sont assez idiots pour réélire celui qui nous a coulés, il faut reconnaître que l’élan positif est avec François Hollande !

Celui-ci stagne voire régresse un peu dans les sondages mais Jean-Luc Mélenchon prospère au point de donner de l’euphorie à ses supporters ! Tiens ! Dans le dernier sondage, diffusé aujourd’hui par le JDD, Nicolas Sarkozy est à nouveau donné premier avec 27,5% des voix, contre 27 à François Hollande et 11% pour Méluche. François Hollande est donné vainqueur au second tour avec 54% des voix.

De fait, la droite républicaine affiche en gros 27,5% d’intentions de vote contre plus de 40 pour la gauche du même métal si on espère 3% pour Eva Joly (son score n’est pas donné par le JDD). On est à peu près dans la même configuration qu’en 1981.

Nicolas Sarkozy est un bon client pour les médias ce qui donne l’illusion d’un élan favorable alors qu’il n’en est rien. Après le retrait de la plupart des autres candidats proches de sa famille politique, il est peut-être vaguement devant François Hollande mais il est bien loin derrière pour le deuxième tour.

Il a un bilan désastreux et n’a strictement aucun projet.

Il peut continuer à faire des meetings avec un public chauffé à blanc : avec l'égalité du temps de parole, il n'aura plus la possibilité de disposer de vitrines à la télévision. Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou, tout comme les petits candidats, vont en profiter. Marine Le Pen pourrait bien se vider largement tant elle me parait louper régulièrement ses intervention à la télévision.

François Hollande peut donc continuer son petit bonhomme de chemin et présenter, une à une, chacune de ses propositions. Elles existent !

Le changement, c’est maintenant !

22 commentaires:

  1. Le problème c'est qu'il n'a pas un bilan "désastreux" (pas brillant non plus, certes…) et que personne n'a jamais été envoyé à l'Élysée sur un programme. Et c'est bien parce qu'ils le savent que les batavolâtres commencent à serrer un peu les miches en se demandant quand leur candidat va se décider à sortir de son ronronnement léthargique, assoupi qu'il semble être sur les 54 % qu'on lui promet au second tour (et qui étaient encore 58 il y a dix jours…).

    Cela étant, il doit encore avoir deux chances sur trois d'être élu…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait m'expliquer en quoi il n'est pas désastreux ce bilan. Pas un seul indicateur au vert. Ah, la crise, j'oubliais, la crise. Par ailleurs, on n'est sans doute pas élu sur un programme mais au moins sur un thème, sur une incarnation. Sarko, en 2007, fut élu en qualité de président du pouvoir d'achat. Il a échoué. Et dans les grandes largeurs.

      Enfin, il me semble que si les supporters de Hollande serre les miches, c'est surtout parce que les militants PS ont été traumatisés par les dernières campagnes. Ils manquent de confiance en eux et surestiment l'adversaire. En 2007, Sarkozy n'avait pas besoin de s'exposer, ses lieutenants le faisaient pour lui et le désordre de la campagne de Ségolène Royal leur donnait des billes. Aujourd'hui, vu le retard accumulé et sa mauvaise image auprès d'une majorité de français, il est obligé d'être en première ligne et d'asséner les coups lui-même. Son dernier meeting, une heure sur Hollande, renverse les valeurs, en effet, c'est lui qui va bientôt passer pour un anti-hollandiste et je pense que s'il continue comme ça, ça va le desservir. Une campagne, c'est un dosage, les électeurs n'aiment pas l'agressivité sans limite. Sarkozy est comme ces types qui ne peuvent s'arrêter de taper, et tapent sans cesse plus fort, qui s'enivrent de leur propre violence. Ce n'est - à mon sens - pas un très bonne stratégie. Une stratégie qui paye à court terme mais s'écroule sur la longueur. On en a eu l'exemple avec Copé lors de son débat face à Hollande. Il a bien débuté avant de finir par se prendre les pieds dans le tapis.

      Supprimer
  2. Ni bilan, ni projet que de la gueule, ça résume bien...

    RépondreSupprimer
  3. "que personne n'a jamais été envoyé à l'Élysée sur un programme"

    et encore moins pour une deuxième couche!

    RépondreSupprimer
  4. J'aime ta confiance mais ne suis pas trop sûr de l'avoir. Le Sarkozy du meeting de hier avait vraiment une sale gueule de pure violence. Pas gratuite, car il sait parfaitement que ça lui rapporte les voix.
    Sa façon de marteler me rappelle les pires heures de l'histoire. j'aimerais penser qu'il se plante complètement, ainsi, mais il marque les esprits d'un tas de gens qui ne respectent que l'ordre et ne frissonnent qu'au sentiment de radicalisation, de domination.
    Et il y en a un paquet.
    La doctrine de la droite, "surveiller et punir" semble une nouvelle fois parfaitement à l'heure du jour, et j'espère, pas trop en phase avec ce que souhaitent les citoyens.
    De plus, il gobe les médias comme des oeufs sur un bord de comptoir, facile, ce qui n'est pas trop le cas d'Hollande.
    Seul, c'est vrai, cet absence de programme et la méchante gueule de son bilan parlent contre lui, mais gaffe, il va falloir que la gauche (?) se remonte les bretelles et ne lâche rien.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai peur. Peur de voir mes concitoyens perdre d'un coup la mémoire et voter à nouveau pour celui qui nous a coulé depuis 5 ans. Et j'avoue que les dernières courbes des sondages ne m'enchantent guère. Je ne pensais pas qu'il puisse y avoir plus de 20% de français qui aient encore envie de voter pour "Naboléon".
    Tout ça a le mérite de me rappeler qu'effectivement, rien n'est gagné d'avance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, rien. Mais faut être confiant.

      Supprimer
    2. T'inquietes Habib, votons Mélanchon. Au moins, il a la force de caractère qu'Hollande n'a pas. J'ai été extremement décu de son face à face avec Coppé. je ne l'ai pas trouvé incisif, trop flou, aucun argumentaires et il me semble qu'il ne s'est contenté que de dire ce que nous voulons entendre. Avec mélanchon!!! :)

      Supprimer
    3. On reconnait un troll de droite à ce qu'il écrit Mélanchon avec un A
      :-)

      Supprimer
  6. Je viens de me retaper tous les commentaires sous le billet d'hier, chez Gauche de c… Ces gens n'ont rien compris, rien appris, rien retenu. Ils ont le niveau politique que l'on a généralement à l'âge de ses premières A.G. de préau. En effet, avec des alliés pareils, il va vous falloir beaucoup de confiance…

    Ce qui me rassure (si j'adopte votre point de vue), c'est qu'il sont tellement immatures, politiquement, qu'il suffira qu'Hollande, au bon moment, lance deux ou trois idées bien à gauche pour qu'ils se rallient comme un seul homme. Et ils pourront même aller braillant qu'ils ont fait "plier le PS".

    RépondreSupprimer
  7. L'outrance, l'agressivité, les joutes verbales sont les armes de ceux qui sont en panne d'idées et de projet et de la peur de perdre.

    Il faut tout de même se méfier, une majorité de français ont souvent tendance à donner le bâton pour se faire battre, ils sont parfois maso. Le comportement est parfois incohérent

    David

    RépondreSupprimer
  8. Peur que les concitoyens perdent la mémoire ????? Il est vrai que les socialos des années 80 ont laissé les caisses pleines !!!!! Le seul poste à responsabilités que Hollande a occupé est celui du département de la Corrèze et effectivement il a été très efficace..... C est le départementle plus endetté du pays !!!! Bravo les socialos et j espère que vous ne passez JAMAIS !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  9. Gugusse,

    C'était il y a plus de 30 ans. Faudrait voir à se réveiller.

    Argument de merde n°1. Le gouvernement de Jospin, plus récent, est le seul à avoir réussi à maitriser la dette, le seul à avoir réussi à favoriser la croissance et même l'immigration, thème cher à la droite, était moitié moins importante que celle d'aujourd'hui.

    Argument de merde n°2. Le déficit de la Corrèze. Hollande l'a trouvé en arrivant et il a réduit l'accroissement du déficit de moitié. Quand il est arrivé à la Présidence du Conseil régional, le déficit était de 300 Millions, il augmentait de près de 50 millions par an. Ce conseil était alors dirigé par un élu UMP (jusqu'à 2008), Jean-Pierre Dupont.

    J'espère que tu ne repasseras pas...

    RépondreSupprimer
  10. Tiens en parlant de bilan hop un petit lien que je viens de découvrir :
    http://www.sarkolol.fr/

    RépondreSupprimer
  11. Ouske t'es passé, Nico ? ... C'est bien triste sans ta verve habituelle ! ...
    Tout va bien ? Toussa toussa, toi, la famille ?
    Bz

    RépondreSupprimer
  12. Je n'ai pas entendu parler de ce meeting au fin fond de ma forêt pleine d'arbre. Ce qui m'épate c'est le peu d'intérêt pour le fond que montrent les journalistes. Le président sortant pourrait aussi bien annoncer le plein d'essence gratuit à tous les chômeur qui acceptent de retourner au travail (gratuit lui aussi, bien sûr !) que la presse en rendrait compte sans en souligner l'impossibilité technique.
    :-)

    [Attention l'abstention est haute et Sarkozy remonte sa cote de confiance… :-)].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.