16 avril 2013

Déclarations (intempestives ?)

Ce matin, j'ai consulté un par un, le patrimoine de chacun des élus que je connais vaguement. Est-ce du voyeurisme ? J'avais la vague impression de rentrer dans l'intimité de certains ce qui me les rendait plus humains, notamment les ministres de mon âge avec un patrimoine équivalent.

Hier, la polémique a fait rage, toute la journée, sur la nécessité de cette déclaration et l'opportunité de la généraliser auprès de tous les élus. La plus grosse fronde semble venir des élus socialistes. De toute manière, la décision reviendra aux députés donc, majoritairement, à ces élus socialistes. Advienne que pourra...

Ils semblent favorables à la mise en œuvre de la haute autorité qui contrôlera tout ça mais opposés à la publication des patrimoines. A mon avis, ils se trompent totalement dans la communication aux électeurs : ils donnent l'impression d'avoir quelque chose à cacher et de mériter des contrôles.

Enfin ! Chacun en pensera ce qu’il veut… Reste à savoir ce que l’opinion en retiendra dans quelques mois… Voyons voir à droite (et au centre) :

François Bayrou : « Je ne suis pas contre la transparence, c'est un peu le mouvement du temps, mais j'éprouve une assez grande indifférence face à ce genre d'exposition, je ne pense pas que la clef de la moralisation de la vie publique soit là. Certains disent diversion, je n'irais pas jusque là, mais en tout cas ce n'est pas ce que les Français attendent. » Je n’aime pas ce mot « diversion » utilisé à toutes les sauces ? Diversion de quoi ? De la mauvaise santé de l’économie ou de l’affaire Cahuzac ? D’un autre côté, j’ai moi-même assez souvent accusé le Gouvernement précédent de faire diversion…

Je suis néanmoins relativement d’accord avec lui.

Claude Guéant : « la transparence est nécessaire, mais pas la publicité (...). La richesse ne signifie pas qu'on n'est pas compétent ou vertueux (...) Je crains que l'on n'ait, là, la résurrection de sentiments présents, de longue tradition historique, contre les riches et cela me semble tout à fait néfaste. » Non.

Christian Jacob trouve que c’est malsain et qu’il y a autre chose à faire : « Pendant les sept mois de session (parlementaire, Ndlr),  on va avoir passé notre temps sur le mariage et l'adoption homosexuels, la modification du mode de scrutin pour les municipales, les cantonales, les européennes et puis maintenant ça va être un texte sur le patrimoine des élus, puis un autre sur le cumul des mandats. » Il n’est pas à toutes les séances de l’Assemblée ? (Loi sur la Mobilisation du foncier public en faveur du logement et renforcement de la loi SRU, Loi sur la création de 150 000 emplois d'avenir entre 2012 et 2014 pour les jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés, Création des contrats de génération, Loi sur le harcèlement sexuel, Taxation supplémentaire des logements vacants, Création d'un crédit d'impôt compétitivité emploi, Hausse de l'impôt sur la fortune, Loi sur l'adaptation et la sécurisation des parcours professionnels, …)

Il tente de faire diversion ?

Côté Gouvernement, c’est Stéphane Le Foll qui était envoyé au front, hier, pour défendre cette publication. « Voter à gauche répond à l’idée de faire progresser la société et que le partage a un sens. Je ne vois pas pourquoi ceux qui sont riches ne pourraient pas avoir ces valeurs. »

On est bien d’accord ! Il indique que la publication du patrimoine des ministres vise à une « transparence nécessaire pour avoir à nouveau une relation de confiance après ce qui s’est passé avec Jérôme Cahuzac. » C’est un peu ce que je disais hier, non ?

Mais il reste du boulot...

13 commentaires:

  1. Guano doit aussi avoir des choses à cacher quand je l'entends ce matin sur Inter

    RépondreSupprimer
  2. Hé bé moi je trouva ça très bien, et je suppose que la Droite genre Dassaut flippe sa race, parce là c'est même plus de patrimoine dont il est question mais d'une sorte d'empire vertigineux sans même parler des collusions d'intérêt (mais on a ses habitudes).
    Non, ça remet les choses à sa place.
    Pas de problème que les gens ait de l'argent ( il y a bien des connards qui n'ont pas un rond, bien qu'ils ont sans doute plus de raisons d'être devenus connards, j'veux dire), le problème est peut-être plutôt la façon dont ils l'obtiennent.
    La personne qui a du blé n'est pas à mettre en accusation, tu nais comme tu peux, comme dirait l'autre.
    Faudrait aussi aligner le patrimoine des pauvres, ça remettrait juste ce qu'il faut en perspective les errements psychologiques de l'autre trou du cul avec "son cancer" de l'assistanat.
    Non, non, j'applaudis, même la dame qui a 5 millions, tant mieux pour elle, hein, et bécot (l'important est qu'elle fasse du bon boulot, point)

    RépondreSupprimer
  3. Remarque si elle a trop je lui file mon adresse direct, qu'elle n'hésite pas une seconde.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis allée voir aucune déclaration de patrimoine. Aucune.
    Et je trouve ces déclarations tout à fait tempestives.

    RépondreSupprimer
  5. Cela ne me dérange pas qu'il y ait des riches, ce qui me dérange c'est qu'il y ait des pauvres, et d'une.
    Et de deux : rendre public son patrimoine sans rendre public ses revenus revient à dire que celui/celle qui s'est saigné aux quatre veines pour acquérir un bien immobilier en gagnant le smic pendant 40 ans est plus riche que celui/celle qui gagne 5/10000 euros par mois et vit dans le luxe sans rien mettre à son nom.
    Le patrimoine, en soi, peut donc être trompeur : il a à être mis en perspective avec d'autre paramètres, qui comptent.
    Et dans cette optique, je suis plus dégoûtée par les déclarations cyniques de certains "pauvres" politiques que par le fait que d'autres paient l'ISF, ce qu'on savait déjà, d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que vous dites ne tient pas debout : s'il n'y avait pas de pauvres, les riches ne pourraient même pas savoir qu'ils le sont, riches.

      Les pauvres ont donc bel et bien leur utilité sociale, ce qui devrait les valoriser à leurs propres yeux.

      Supprimer
  6. "De l'Égalité jaillira la Fraternité, elles seront les bases de la liberté" * : en matière financière aussi. De toute façon, dans la tombe on n'emporte que les regrets de n'avoir pas agi différemment.

    A partir du moment où chacun peut se nourrir sainement, se vêtir, sans ostentation, se loger, correctement mais sans luxe, où il a droit à l'éducation et à la culture, pourquoi vouloir plus ? Notre bonne planète permet tout cela, mais refuse le "plus" inutile. Ceux qui l'exigent... sont tout simplement des tarés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liberté avant toute chose.

      Supprimer
    2. Babelouest, il faut aller vivre à Marinaleda !

      Supprimer
    3. De l'égalité ne peut naître, on le sait depuis Hobbes, que la guerre de tous contre tous. Fort heureusement, l'égalité est rigoureusement impossible et n'a par conséquent jamais existé nulle part.

      Supprimer
    4. @ Suzanne
      ...ou étendre largement l'expérience Marinaleda (comme sur la ZAD de Notre Dame des Landes)

      Supprimer
  7. Non, je ne crois pas, je l'avais développé dans un billet:

    http://tinyurl.com/czaa7nv


    À quoi cela peut-il servir de dévoiler le patrimoine brut des ministres, sans préciser son origine (héritage? gros salaires? spéculation financière? activité privée parallèle? activités illicites?), sa nature (simple mariage sous le régime de la communauté ou de la séparation?) leurs revenus, mais, surtout, s'il a été acquis grâce à leurs fonctions politiques?

    C'est la course ouverte au "le plus pauvre (donc le plus sincère) , c'est moi!"

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.