26 avril 2013

Un remaniement ?

Les rumeurs d'un prochain remaniement vont bon train. Plus exactement, certains semblent faire pression sur François Hollande pour qu'il agisse, réoriente sa politique. Un changement de Gouvernement avec une équipe resserrée en serait le symbole. Il surviendrait en juin ou en septembre. Ce remaniement aurait plusieurs objectifs comme éviter les couacs, virer des incompétents, être plus efficace face à la crise et préparer les municipales.

Différentes rumeurs circulent, en fait : Arnaud Montebourg remplacerait Christiane Taubira à la justice. Ca permettrait de la sortir de son poste actuel. Elle serait virée ? Delphine Batho serait sur le départ, tout comme Laurent Fabius qui serait remplacé par Pierre Moscovici. On aurait donc au moins deux ministres de moins à Bercy. Cécile Duflot aurait une promotion.

Néanmoins, je n'y crois pas trop.

Tout d'abord, je ne crois pas aux Gouvernements resserrés. Quoi qu'on dise, il y a du boulot à faire, des réunions à organiser, des syndicats, associations, élus locaux, parlementaires,... à rencontrer.

Ensuite, je ne sais pas si la politique menée est bonne mais je ne crois pas qu'une autre politique au niveau national puisse avoir la moindre efficacité, si ce n'est dans un très court terme.

Je lisais des extraits des propos de Jean-Luc Mélenchon, ce matin. Notamment, il a annoncé ce qu'il ferait en urgence. Il y a par exemple la titularisation de près d'un million (de mémoire) de précaires de la fonction publique. Ça serait sans doute très bien mais c'est probablement impossible. Rien que les recenser et gérer tout le bazar administratif prendrait des mois voire des années. Et il est probable que certains vacataires n'aient pas du tout envie d'être embauchés et que certains intérimaires ou CDD fassent de vrais remplacements ou aient réellement un emploi pour faire face à une surcharge temporaire de travail. Enfin, j'ai envie de lui rappeler que pour accéder au statut de fonctionnaire, il faut faire un concours, en principe. Ou alors il veut remettre en cause ce statut ?

Il a ensuite dit qu'il appellerait rapidement "une constituante". C'est aussi pour faire plaisir à ses fans ? Vouloir rebâtir la démocratie, c'est une chose. Mais autant le faire démocratiquement... Donc dans le cadre des institutions. En outre, je ne vois pas comment une nouvelle Constitution va faire redémarrer l'économie.

Notre crise économique dure depuis 40 ans. On a déjà tenté des politiques de relance : ça ne fonctionne pas ou alors seulement à moyen terme. Il n'y a pas trente six solutions : il faut assainir les finances et réformer ou changer de politique monétaire. Voyons voir si Mme Merkel se sortira des élections après l'été.

Ce matin, je lisais une interview de Jean-Marc Ayrault qui donnait son impression sur la faible popularité du gouvernement. Il disait en gros qu'il n'y avait pas de rejet du gouvernement mais "seulement" un gros doute à propos de la fin de la crise. Je ne suis pas loin de penser qu'il n'a pas spécialement tort. Les Français ne sont pas dupes sur la capacité des politiques à nous sortir de là. C'est déprimant. Je vais arrêter le blog politique et en tenir un spécialisé dans les cons dans le métro. J'en suis à dire les mêmes conneries que Lionel Jospin il y a plus de dix ans : la politique ne peut pas tout. Je plaisante. Je crois toujours à la politique mais les Français sont déprimés.

D'ailleurs, on ferait un sondage du genre : "pensez-vous qu'une autre équipe obtiendrait de meilleurs résultats ?", je suis persuadé qu'une grande majorité répondrait non, ce qui m'amène à penser que Jean-Marc Ayrault a raison. Voir aussi le billet de Melclalex qui nous a trouvé un autre sondage. Moi, j'en ai vus deux autres.

Le premier, il y a une quinzaine de jours. Ils avaient "rejoué" le premier tour de la Présidentielle. Hollande obtenait 22 ou 23% des voix. Pas si mal, au fond. Sauf qu'il était à égalité avec Marine Le Pen. Le deuxième, ce matin. Une très grande majorité des Français est contre les mouvements d'opposition au mariage pour tous, ce qui me fait dire que certains blogueurs de droite racontent n'importe quoi. Le mariage en question ne nuira pas à la popularité du Gouvernement.

En fait, les Français se foutent du Gouvernement. Un autre sondage indique qu'ils n'attendent pas la sortie de crise avant 2016. Faudrait qu'elle arrive avant 2017, quand même...

Remanier le Gouvernement ne servirait à rien. Changer de politique non plus. Un changement perturberait les entreprises qui perdraient totalement confiance. Il faut continuer.

Par ailleurs, François Hollande doit penser à 2017. Il lui faut user Jean-Marc Ayrault jusqu'à la corde et le remplacer le plus tard possible. Or, un large remaniement sans changer de premier ministre n'aurait pas de sens.

Il n'y aura donc pas de remaniement mais je ne mettrais pas ma main à couper.

40 commentaires:

  1. Clap clap clap. En fait, tu n'es pas un blogueur de gouvernement ou élyséen, tu es un blogueur de bon sens et courageux. Bon courage avec les trolls.

    RépondreSupprimer
  2. Un remaniement n'a de sens que s'il correspond à un changement de ligne, ou, du moins, de méthode politiques ( remplacement de Mauroy par Fabius, de Rocard par Cresson).

    Quant aux "gouvernements resserrés", c'est un impossibilité pour les majorités plurielles, dans lesquelles tous les partis veulent se voir représentés; bon, on peut toujours jouer avec les mots (diminuer le nombre de Ministres et augmenter le nombre de Secrétaires d'Etat, le total restant le même).

    RépondreSupprimer
  3. Mélenchon a parlé de ses priorités lorsqu'il serait premier ministre: "rassurer les nôtres" (une drôle de formule quand on y songe...). Et effectivement, parmi les premières mesures: titulariser 800 000 fonctionnaires. C'est marrant, je ne suis pas sûr que ça rassure majoritairement les français ce genre d'annonce...

    Tout comme toi je pense qu'il ne faut certainement pas changer de cap gouvernemental et laisser du temps au temps. Des mesures ont été prises ou sont en cours (PLF 2013, CICE, Emplois d'avenir, Contrats de génération, ANI,...). Soyons patients.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a une drôle de vision de ce qui pourrait rassurer les gens...

      Supprimer
  4. Mélenchon m'a prodigieusement agacée hier. Il a parlé de "quelques heures" pour tout changer, de "faire passer vite vite vite" ses réformes (passage en force?), de boycotter la dette tout en espérant pouvoir emprunter encore (8 milliards par semaine pour faire tourner un pays comme la France), il a parlé de rapport de force avec l'Allemagne et la BCE en évoquant au passage l'arme nucléaire (j'ai pas bien compris le rapport)... Bref, il m'agaçait déjà un peu mais là, il m'a carrément déçue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Technique très au point, quand même, lorsqu'il sent la difficulté venir (flagrant face à Attali),de se lancer dans de longs développements sans intérêt (la tortue ou le scorpion?), pendant que le chrono tourne.

      Supprimer
    2. Oui mais il n'intéresse personne.

      Supprimer
    3. Oui bon bah du coup, j'en ai fait un billet tellement il m'a agacée.

      Supprimer
  5. La crise ? Avec la même équipe, ou presque, en 2020 nous y serons encore. (PS=UMP, si, si)

    On peut effectivement faire quelque chose, mais Mélenchon me paraît trop mou pour l'entreprendre. Le pied de nez à l'UE est urgent, l'audit de la dette également. Titulariser des fonctionnaires, je ne pense pas que ce soit la priorité. En revanche, nationaliser les banques pour les plier à une vraie éthique, c'est urgent. Évincer les fonds étrangers, qataris en particulier, également. Retirer nos troupes de l'étranger, aussi (économies). Sortir de l'OTAN (économies, fin d'ingérence).

    Et puis aussi (rions) nationaliser le ministère des finances, qui est devenu un gros truc très cher et inutile, en y faisant là aussi une audit - et si les hauts fonctionnaires qui y font la loi résistent, les virer pour faute très grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila. Ensuite, on revient au moyen âge.

      Supprimer
    2. Si on ne fait rien, c'est sûr !

      Supprimer
  6. Excellent billet !
    Le "programme politique" de Mélenchon est un non-évènement grotesque.
    Les communistes qui avaient depuis des années une démarche constructive sont bien embarrassés de s'être fourvoyés avec lui et tremblent des décisions qu'ils devront prendre pour ne pas perdre leurs dernières communes avec lui en 2014. Il est, avec son Front de Gauche, un trou noir qui aspire les démocrates qui le cotoient.Tout ça par arrivisme hallucinant car il me semble que son incompétence est manifeste.

    Remaniement ministériel ? Contrairement aux gouvernements de Gauche sous Mitterand, François HOLLANDE a montré qu'il n'avait pas l'intention de laisser perdurer des pratiques institutionnelles inventées par De Gaulle et qui paralysent les mécanismes démocratiques de la Constitution de la 5ème République. Ne pas oublier que pour qu'un Gouvernement démissionne à la demande du 1er Ministre qui le dirige, il faut que soit réunies les conditions de l'article 50 de la Constitution : il faut que le Gouvernement ait subi du Parlement, sur la base de l'article 49, soit une motion de censure, soit le rejet d'une question de confiance. Rien d'autre ! Les 1er Ministres débarqués par le Président de la République soit parce que le n°2 de l'exécutif n'est pas assez soumis à lui, soit sous la pression des partis ou de l'opinion telle que la presse la relate ou la manoeuvre, ça n'existe que dans une pratique institutionnelle plus que douteuse, pas dans la lettre de la Constitution.Il n'y a que le Parlement qui puisse débarquer un Gouvernement, dans deux cas et deux seulement !
    La Constitution a voulu éviter, justement, l'instabilité gouvernementale.
    J'étais déjà déçue par Méluche ... là, ce déploiement d'efforts et d'outrecuidance oeuvrant pour l'instabilité, j'en suis totalement écoeurée. C'est totalement indigne.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent billet !
    Le "programme politique" de Mélenchon est un non-évènement grotesque.
    Les communistes qui avaient depuis des années une démarche constructive sont bien embarrassés de s'être fourvoyés avec lui et tremblent des décisions qu'ils devront prendre pour ne pas perdre leurs dernières communes avec lui en 2014. Il est, avec son Front de Gauche, un trou noir qui aspire les démocrates qui le cotoient.Tout ça par arrivisme hallucinant car il me semble que son incompétence est manifeste.

    Remaniement ministériel ? Contrairement aux gouvernements de Gauche sous Mitterand, François HOLLANDE a montré qu'il n'avait pas l'intention de laisser perdurer des pratiques institutionnelles inventées par De Gaulle et qui paralysent les mécanismes démocratiques de la Constitution de la 5ème République. Ne pas oublier que pour qu'un Gouvernement démissionne à la demande du 1er Ministre qui le dirige, il faut que soit réunies les conditions de l'article 50 de la Constitution : il faut que le Gouvernement ait subi du Parlement, sur la base de l'article 49, soit une motion de censure, soit le rejet d'une question de confiance. Rien d'autre ! Les 1er Ministres débarqués par le Président de la République soit parce que le n°2 de l'exécutif n'est pas assez soumis à lui, soit sous la pression des partis ou de l'opinion telle que la presse la relate ou la manoeuvre, ça n'existe que dans une pratique institutionnelle plus que douteuse, pas dans la lettre de la Constitution.Il n'y a que le Parlement qui puisse débarquer un Gouvernement, dans deux cas et deux seulement !
    La Constitution a voulu éviter, justement, l'instabilité gouvernementale.
    J'étais déjà déçue par Méluche ... là, ce déploiement d'efforts et d'outrecuidance oeuvrant pour l'instabilité, j'en suis totalement écoeurée. C'est totalement indigne.

    RépondreSupprimer
  8. Effectivement le discours de Mélenchon sur ce qu'il ferait s'il était premier ministre aura du mal à convaincre ceux qui essaient de trouver des solutions :

    Donc à toute vitesse :
    - loi contre les licenciements boursiers [je sais pas ce que c'est],
    - répression de tous ceux qui ont truandé dans la finance [ça, ça mange pas de pain, foutons les en tôle...]
    - moratoire sur la dette [aïe]
    - ensuite on va voir les allemands pour leur parler de la BCE [ah ben oui, c'est vrai, personne n'y avait encore pensé à ça. Faire les gros yeux à Mme Merkel]
    - on donne de la respiration au pays: des sous, de la thune (sic) [donc on fait marcher la planche à billets quoi, astucieux, là non plus personne n'y avait encore pensé,...]
    - titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique [ce sont les ouvriers du privé qui vont être contents]
    - on interdit la précarité dans les entreprises [en fait on la limite, on n'est pas des brutes quand même]


    Voila, voila. Le grand Yaka a parlé. Retournez à vos petites analyses minables et laissez faire le grand Manitou, j'ai nommé: Mélenchon 1er !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Explication. Les licenciements boursiers sont ceux qui arrivent dans des boîtes florissantes, mais pas encore assez au goût des actionnaires. C'est simple ! Et inadmissible bien entendu.

      Supprimer
    2. Tu connais réellement beaucoup d'entreprises Françaises réellement florissantes qui licencient en France ? Tu vas sauver 1000 ou 10000 emplois. La belle affaire...

      Supprimer
    3. C'est ta réponse... je ne peux m'y associer. Un précaire de plus est un précaire de plus. Chaque humain est une richesse, que la totalité des bourses du monde n'atteint pas.

      Supprimer
    4. Mais tu peux botter en touche à chacune de mes réponses, sur chacun des sujets et systématiquement, ça ne fera pas avancer le débat.

      Tu peux expliquer au monde entier que les entreprises licencient alors qu'elles gagnent du pognon, personne ne va y croire réellement : une entrepris a intérêt à faire travailler un maximum de monde pour gagner encore plus d'argent.

      Cela étant, je ne peux pas t'obliger à t'associer à mes réponse mais en l'occurrence, c'était une question : "Tu connais réellement beaucoup d'entreprises Françaises réellement florissantes qui licencient en France ?"

      Chaque humain et une richesse, tu me dis ? Je suis d'accord. Ce n'est pas 1000 ou 10000 qu'il faut sauver, mais des milliards. Et tu me proposes d'en sauver 1000 sans regarder ce qu'il y a autour...

      Fais gaffe, tu vires sérieusement à droite. Tu traites avant tout le cas particulier...

      Supprimer
    5. Sept milliards de cas particuliers ? Non, je pense global, et hors finance. Je me fiche de ce que gagnent des entreprises, complètement. Seul compte le statut, seule compte la vie de tous nos congénères. Je n'ai pas du tout l'impression de botter en touche, je n'ai tout simplement pas les mêmes critères.

      Supprimer
    6. Si tu bottes en touches. Tu viens expliquer ce que sont les licenciements boursiers en refusant de dire ce qu'ils représentent réellement dans la vie des gens.

      Supprimer
    7. Les licenciements boursiers ? Cela me paraissait évident. Un licenciement est un licenciement : la voie vers l'exclusion. Quand c'est uniquement parce que quelques rapaces n'en ont pas encore assez, c'est absolument insupportable.

      Oui, désolé, pour moi cela paraissait évident.

      Supprimer
    8. Tu ne dis toujours pas ce que ça représente, quel est l'impact,... Tu proposes d'empêcher quelques milliers de licenciement en France alors qu'il faudrait créer des millions d'emplois et surtout donner un meilleur niveau de vie à 10 ou 20 millions de personnes. Les licenciements boursiers sont scandaleux mais bel et bien anecdotiques.

      Pas une entreprise française qui fait des bénéfices ne licencie. Ils font d'autres conneries, certes, avis il faut arrêter de gérer les anecdotes.

      Supprimer
    9. Je sais évidemment ce que veux dire "licenciement boursier" dans la bouche de Mélenchon, mais dans les faits ça n'a aucun sens.

      Pour côtoyer l'industrie quotidiennement je constate la façon dont sont exploités les salariés mais je ne vois pas de licenciement dans les boîtes florissantes. Donc, deux possibilités:

      - il n'y en n'a pas (ou très peu comme le suggère Nicolas),
      - il y en a de manière déguisée (on laisse péricliter les boîtes en les rachetant pour en favoriser d'autres).

      Dans les deux cas une loi ne servirait à rien. Mais ça fait bien de le dire dans le poste, et Mélenchon ne s'est pas privé de le répéter, de le marteler. De la pure démagogie.

      Supprimer
  9. Remaniement ou non ?

    Les raisons d'un remaniement sont simplement une histoire de communication.

    Peut être également pour calmer quelques tensions en interne au niveau du PS.

    On peut penser à Martine Aubry qui se rend en Chine et qui énerve la ministre Nicole Bricq.

    A voir, l'efficacité d'un remaniement , il faut voir mais pour l'instant ca fait des années qu'on change sans que rien ne change.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le remaniement n'aura certainement pas un gros impact sur la politique actuelle.

      Si ce n'est de mettre d'autres fusibles en avant.

      Après si le bilan de 2013 du gouvernement pouvait etre positif tant mieux mais pour l'instant on en est loin.

      Supprimer
  10. "Eviter les couacs, virer des incompétents"
    Bonne chance aux prochains minitres !
    "Etre plus efficace face à crise"
    ça veut dire quoi ? Réduire le chomage ? Faire des réformes dans le secteur public ?
    "préparer les municipales"
    (....)
    Plus sérieusement, François Hollande n'a pas appliqué le choc de compétitivité qui lui était proposé et je trouve que c'est vraiment dommage.
    J'ai toujours l'impression qu'une partie de la Gauche est totalement déconnectée de la réalité de la mondialisation.
    Je ne vois dans le futur que désillusions, souffrance et déchirement national.
    Un peu comme en Mai 1940.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une partie de la gauche mais toute la classe politique.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.