28 avril 2013

Ich bin ein berliner mais tout de même...

Moquons nous de l'Allemagne. Ils ont une économie en pleine santé avec peu de chômage mais un tas de travailleurs pauvres et une démographie catastrophique. Leur politique a fini par ruiner les salariés Allemands et tous les principaux clients de l'Allemagne : les autres pays Européens. La charge du Parti Socialiste était donc parfaitement justifiée : la politique menée par l'Allemagne l'entraîne droit dans le mur et nous avec. D'ailleurs, la gauche Allemande commence à se réveiller. Ils ont raison, les élections sont dans 6 mois et le parti de Mme Merkel semble bien en tête.

La charge du Parti Socialiste Français contre l'Allemagne et le rétropédalage qui a suivi sont en fait parfaitement réjouissants : la réaction de Jean-Marc Ayrault sonne un peu comme : bon, les gars, vous avez raison mais il ne faut pas le dire.

La presse est réjouissante, ce matin ! Bembelly a trouvé un article reportant un sondage : les Français seraient favorable à la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. On ne sait pas pour quoi faire, mais tant pis...

Le Parti Socialiste, avec ce texte « retiré » a réaffirmé sa position et c'est heureux. Elmone le relève : « Si M. Hollande ne peut faire de pressions sur l'Allemagne sans risquer l'incident diplomatique, le PS français a peut être un rôle à jouer. Si besoin avec la gauche allemande (et celle d'autres pays). »

Il a d'autant plus raison qu'Authueil, sympathique blogueur de droite, est furieux. « Proposer une "confrontation" avec l'Allemagne, c'est de la bêtise à l'état pur. Et le pire, c'est que ce n'est pas le délire de quelques apparatchiks idéologisés, c'est relayé par le président de l'Assemblée nationale, numéro 4 de la République française. On vient encore de descendre d'un cran dans la décomposition politique de la gauche française. » Il ferait mieux de s'occuper de la décomposition politique de la droite française.

« Je ne vais pas m'étendre plus loin, mais si Hollande et les socialistes commettent l'erreur de rompre l'axe franco-allemand, ce sera une faute historique, absolument impardonnable ! » Bah ! On peut voir aussi l'inverse. Faut-il poursuivre la relation avec un pays qui pousse toute l'Europe à la ruine, avec une mauvaise politique depuis 20 ans, une mauvaise opposition, un mauvais tout. N'est-il pas temps de chambouler radicalement nos relations et nos approches de l'Europe ?

« On peut penser ce qu'on veut de leurs choix politiques, ne pas les approuver, mais avant de balancer des trucs dignes d'un blog militant de gauche, on analyse un peu et on cherche à comprendre. » Hé ho ! Qu'est-ce qu'il a contre les blogs militants de gauche, lui ? « Dans les attaques socialistes contre l'Allemagne, on ne sent aucune réflexion de fond, juste des propos de café du commerce sur "l'égoïsme" allemand. » Ah ! Qu'est-ce qu'il a contre les bistros ? « Est-ce qu'il y aurait là une stratégie du PS pour sauver la mise l'an prochain, avec le slogan "en votant PS, vous votez contre l'Allemagne et la grosse Angela" ? » Ben pourquoi pas ? Elle va gagner l'élection à la rentrée et on repartira pour quatre ans...

« Le document et les prises de positions montrent clairement que sur le fond, le PS est à sec, faute d'avoir travaillé. On le savait déjà, mais c'est une démonstration éclatante qu'il n'y a plus de pensée politique structurée au Parti socialiste. » Hou ! Et la pensée politique structurée, à droite, elle est où ? Z'avez compris ? Quand la n'est pas d'accord avec un blogueur politique de droite, c'est mal.

« Etre le parti au pouvoir implique de faire attention à ce qu'on écrit, à ce qu'on publie. Et si certains peuvent ne pas vouloir respecter cette règle, il est du rôle du patron de leur faire entrer ça dans le crane, y compris en tapant. On pouvait reprocher beaucoup de choses à Sarkozy et à l'UMP entre 2007 et 2012, mais un truc comme ça ne serait jamais arrivé ! C'est bien d'être pluraliste, démocratique, d'avoir des débats "ouverts et sans tabous", mais quand on est au pouvoir, il faut parfois savoir mettre une sourdine et renvoyer certains débats à des temps ultérieurs (quitte à ce que ça pète à la gueule quand on soulève le tapis, une fois dans l'opposition). » Ben non ! Dans l'annexe, hier, je relevais les propos de Jean Quatremer qui disait que François Hollande ne maitrisait pas la parti. Faut-il lui rappeler que ce n'est pas le rôle du chef de l'Etat d'être le chef du parti majoritaire ?

On peut reprocher beaucoup de choses à Nicolas Sarkozy, notamment le fait qu'un truc comme ça ne soit jamais arrivé et qu'il ait laissé Angela Merkell dicter toute la politique.

Certes, je ne suis pas content du Parti Socialiste. Je trouve qu'il n'est pas assez à l'attaque, contre la droite, pour défendre les projets du gouvernement. Il n'est peut-être pas assez uni mais je ne peux pas lui faire le reproche d'ouvrir sa gueule contre une politique qui représente un des maux de notre société. Je ne peux pas lui critiquer de lancer le débat en son sein, même si un blogueur de droite n'est pas d'accord avec le texte.

Le blogueur de droite n'a pas constaté qu'il y a une légère crise économique et que nous sommes à la limite de la rupture ?

« L'indigence intellectuelle de ce document est sidérante, on est au niveau du tract militant dans une primaire cantonale. » Je n'ai pas vu le document. Mais il ne me semble pas idiot qu'un parti politique sorte des textes politiques militants.

Ich bin ein Berliner disait l'autre. Les Allemands sont nos amis, les Anglais aussi, tiens !

Mais quand est-ce qu'on réfléchit à une politique qui ne soit pas exclusivement centrée sur les intérêts des industriels allemands ?

21 commentaires:

  1. Merkel n'est pas l'Allemagne, comme Bush n'était pas l'Amérique, ni Thatcher L’Angleterre.
    De toute manière, si elle gagne les élections, vu la situation en Allemagne, elle ne sera pas en position de force.
    Je vais en faire un billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle pourrait gagner largement. Ne prenons pas nos désirs pour des réalités.

      Supprimer
  2. Ça me rappelle un ancien président qui passait son temps à prendre l'Allemagne en exemple...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai sur le bout de la langue mais impossible de me souvenir

      Supprimer
    2. Pareil, C'était.., Ah Merde! Un trou de mémoire....

      Supprimer
  3. Entre la pseudo-élite allemande, comme son homologue française (mais bizarrement pas avec autant d'acuité alors que nos amis allemands crèvent le ventre en l'air), et la réalité du peuple en général il y a un hiatus grandissant. Quand les gens de base réussiront-ils malgré la propagande toujours plus envahissante à s'unir contre quelques trublions pleins de fric ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "nos amis allemands crèvent le ventre en l'air"

      On aimerait bien crever comme eux, et avoir encore, par exemple, une industrie et des régimes sociaux financièrement équilibrés

      Supprimer
  4. Ne rêvons pas ! Ces couillons vont réélire Mémère.

    RépondreSupprimer
  5. Ma réponse à Melca, hier sur Twitter sur le sujet :

    1." Jean-Marc AYRAULT a tout à fait raison : le Gvt reste dans le cadre de la diplomatie,mais nos blogs vont faire la misère à Merkel.

    2."Sans oublier que je suis petite nièce d'un résistant de la MOI fusillé et que c'est 1 allemand: Anton,qui a essayé de le sauver !"

    Je suis solidaire de la gauche allemande qui VA débarquer MERKEL, son parti et tout ce staf ultra-libéral.Si je peux aider d'une manière ou d'une autre, je le ferai.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de différence majeure entre la politique de la droite et de la gauche allemandes; c'est d'ailleurs le gouvernement de Schroeder qui a imposé aux salariés les sacrifices qui ont fait redémarrer son industrie (notamment le plan Hartz IV).

      Supprimer
    2. Exactement. Blanc bonnet et bonnet blanc.

      Supprimer
  6. J'ajoute qu'aux dernières élections il y a quelque mois, son parti a perdu la majorité dans le Lander le plus important pour elle : la Rhénanie du Nord Westphalie : elle est morte ! Malgré une certaine presse qui essaie de faire sa claque !

    RépondreSupprimer
  7. Assez parlant: Hollande a passé 37 heures en Chine (dont une matinée de visite privée), Merkel y va pour y passer une semaine.

    Le montant des exportations allemandes en Chine est de 65 milliards d'euros , soit quatre fois plus que les exportations françaises.

    RépondreSupprimer
  8. Bab,

    Ils sont plus riches que nous...

    Apo,

    Je ne suis pas sur que la gauche va gagner et comme dit Élie, la gauche, là-bas, heu...

    RépondreSupprimer
  9. Allez, soyons honnêtes une seconde.

    Si les salariés français avaient consenti aux efforts salariaux du plan Hartz IV, avaient restructuré leur système des retraites en acceptant de porter l'âge minimum à 67 ans, avaient consenti aux sacrifices pour maintenir l'équilibre financier de leur Sécu, tout ceci pour se créer en dix ans une industrie puissante comme celle de l' Allemagne: les Français accepteraient-ils aujourd'hui de payer pour des pays comme la Grèce qui a vécu sur une comptabilité truquée, ou l' Espagne sur une bulle immobilière, sans faire le moindre sacrifice?
    Bien sûr que non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Allemands ont fait tout ça aux détriments :

      1/ Des 30% des Allemands les plus pauvres qui ont vu leurs revenus baisser de 10 à 30% en 15 ans.
      2/ De leurs voisins Européens à qui ils ont déséquilibrer fortement la balance commerciale.

      Tous les Allemands n'ont pas gagné à cette politique de compétition allant à l'encontre de l'esprit Européen.

      Supprimer
  10. Elie
    Allez soyons honnête une seconde... Pourquoi pas jusqu’au bout ?…C’est le FSEF qui apporte l’argent L’Allemagne apportant seulement sa garantie ce qui n’est pas mince en effet mais pourquoi diable ne parle t’on pas de l’apport en garantie de la France qui s’élève à un peu plus de 20% sur la somme globale !!!qui ,si l’on considère notre déficit par rapport à celui de l’Allemagne est bien plus lourd à porter !!!. J’en ai marre que l'on laisse à penser qu’il n’y a que l’Allemagne qui paye .

    RépondreSupprimer
  11. Ça n'a rien à voir avec l'axe franco-allemand mais ce qui vient de se passer en Islande avec un revirement à droite après 4 ans de gouvernement de gauche laisse songeur... La "vraie gauche" française ne manquait pas une occasion de nous expliquer que ce pays avait fait les bons choix pour son peuple. Mais pourquoi donc les islandais ont ils brutalement refusé ce bonheur ? Les choses ne seraient donc pas si simples que le FdG veut bien nous l'expliquer ? Non, pas possible...

    J'attend avec beaucoup de plaisir l'article que tu ne manqueras sûrement pas de faire sur ce sujet (c'est pas un ordre, hein). ;-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.