20 avril 2013

La vraie droite ?

Voila que Chrétienté.info qui sort un article expliquant que "François Hollande réunit les blogueurs pro-dénaturation du mariage" puis prévenant "Ne soyez donc pas surpris si fleurissent dans quelques blogs favorables à la loi Taubira des tentatives de manipulation et de diabolisation du vaste mouvement populaire en cours, ainsi que de vos blogs." On trouve des gens tellement dérangés qu'ils en viennent à raconter n'importe quoi ! Nous ne diabolisons rien et surtout pas les blogs qui savent s'unir pour défendre leur liberté d'expression face à des sites d'informations paranoïaques. 

Je vais vous dire la vérité : d'après la rumeur, François Hollande a rencontré les blogueurs pour étudier successivement l'évolution de la dissuasion nucléaire pendant les 20 prochaines années et la politique d'importation du cacao. 

Les blogs savent aussi raconter n'importe quoi. 

Prenons un exemple : Jacques Étienne. Dans son billet du jour, il parle de la droite modérée. Les heures ne coïncident pas mais j’avais l’impression qu’il répondait à mon billet de ce matin, rédigé dans le métro. Je vais en citer un large extrait : "Il y a une « droite modérée ». Elle est très populaire. Du moins à gauche. Et pourquoi donc ? Probablement parce qu’elle n’y gène personne. Le gros problème avec cette « droite modérée » c’est qu’on se demande en quoi au juste elle est à droite [...]. La « Droite modérée » étant à peine plus libérale en matière économique que la gauche du même nom, au niveau idéologique on se demande ce qui  les sépare.  Car elle est progressiste, ouverte à l’ « autre », « sociale », européenne, en un mot large, voire béante, d’ « idées ». Ce voyant, la gauche la bichonne : elle flatte son sens de la mesure, son attitude raisonnable et en cas d’alternance, elle ne voit qu’elle pour lui succéder. Il est vrai qu’avec de tels « adversaires » on n’a plus besoin d’alliés."

Didier Goux et une autre andouille encore plus réac dans les commentaires de Falconhill disent à peu près la même chose : le PS et l’UMP, c’est pareil. 

La politique est facile en France. Si vous êtes de la "vraie gauche", vous pensez que le PS et l'UMP veulent la même politique. Si vous êtes énervés, vous dites en plus que c'est la même politique que le FN. Si vous êtes de la gauche modérée, comme moi, vous pensez que la moitié droite de l'UMP flirte avec le FN et que ce dernier a un programme économique qui flirte avec celui du Front de Gauche. Si vous êtes de la droite modérée, vous pensez que le FN et le FDG sont proches. Si vous êtes de la droite de l’UMP, vous pensez que le FDG et le PS sont identiques et veulent tout nationaliser, taxer plus, … Si vous êtes du FN vous pensez que le FDG n’existe pas et vous parlez de l’UMPS.

Ainsi, pour chacun, les autres sont très proches et que leurs projets ne sont pas séparés d’une feuille de cigarette. Donc tout le monde est très proche de tout le monde… Et les réseaux sociaux qui font de l’analyse politique sont peuplés de bouffon.

Je vais répondre à Jacques Etienne. Quand je fais des billets de blog à propos de Jean-François Copé, comme ce matin, je ne fais pas ça pour convaincre la terre entière (et moi-même) des vertus de la droite modérée dont je n’ai que faire malgré toute l’amitié que j’ai pour certains de ses représentants. Je le fais pour dire ce que je crois. Ainsi, quand je dis que je crois que M. Copé fait une erreur de stratégie en appelant à manifester, c’est que je crois que M. Copé fait une erreur de stratégie. Je suis un blogueur : j’aime bien écrire ce que je pense.

Je vais poursuivre ma réponse à Jacques : si la droite modérée arrive au pouvoir, elle gouvernera avec la droite moins modérée. Je n’ai donc à bichonner personne. Si l’on considère que François Fillon est le « meilleur représentant » de la droite modéré et que la droite pas modérée pourrait avoir Jean-François Copé comme chef, celui qui aurait le plus de chances de battre François Hollande en 2017 (si la popularité de Pépère remonte d’ici là…) est évidemment l’ancien premier ministre.

Jacques Etienne semble être persuadé que la droite modérée n’est pas à droite. Je suppose que quand il voit un blogueur du Front de Gauche dire que le Parti Socialiste n’est pas à gauche, il le prend pour un bouffon. Il se croit dans « la vraie droite » et le blogueur du Front de Gauche se prend pour « la vraie gauche ».

Jacques Chirac a gagné en 1995 par un positionnement au centre, sur des thèmes plus ou moins sociaux. Il a gagné en 2002 par hasard, avec un positionnement très à droite qui a fait que Jean-Marie Le Pen a pu battre le candidat de gauche au premier tour. Pourtant, au premier tour, la gauche a fait 43%, soit à peu près ce qu’elle a fait en 2012 et beaucoup plus qu’en 2007 et Jacques Chirac a fait un score dérisoire. En 2007, Nicolas Sarkozy a fait campagne sur des thèmes « presque sociaux » puisqu’il promettait aux gens qu’avec ses mesures ils arriveraient à gagner plus. En 2012, il a fait une campagne très à droite. En 1988, la gauche a fait 45% au premier tour, 47% en 1981. En 1974, 36%... En 1995, 36%...

Il y a une règle souvent répétée, en France : une élection se gagne au centre. Et, depuis 1988, un candidat de droite a réussi à gagner une élection présidentielle quand il n’avait pas une image trop à droite, à l’exception de 2002. Pourtant, Jacques Etienne a raison. C’est quand la gauche atteint 44% au premier tour, qu’elle arrive à gagner. Si elle atteint 44% au premier tour, c’est que la droite et le centre atteigne allègrement plus de 55% et déborde donc sur la gauche… Et c’est bien parce que les idées de la droite de la droite font peur aux Français. Elles ne sont pas majoritaires, loin s’en faut ! On en entend beaucoup parler, aujourd’hui, à cause de cette histoire de mariage pour tous, mais elle va faire flop.

Le mariage pour tous va passer. La loi sera votée mardi. Il aura une nouvelle séquence au Conseil Constitutionnel puis les premiers mariages. La droite de la droite fera du bruit jusqu’au bout. On aura des manifestations jusqu’aux premiers mariages. Et je suppose que lors de ces premiers mariages, il faudra des cordons de CRS pour assurer la sécurité. Puis on oubliera.

Jean-François Copé va participer à ce bruit. Je considère qu’il fait une erreur puisqu’il se donne un positionnement politique qui contribue à lui donner une image de droitard effrayant. Néanmoins, il fait son job de chef de l’opposition : il fait du bruit avec des bêtises pour empêcher le Gouvernement de communiquer sur autre chose et tous les travaux qu’il mène. Ainsi, on gardera de la première année uniquement le mariage pour tous.

Néanmoins, la politique ne consiste pas qu’à penser à des projets politiques et à les mettre en œuvre. Il faut aussi gagner les élections. La gauche de la gauche l’oublie souvent et ses membres se prennent pour des révolutionnaires en herbe. Et avec cette histoire de mariage pour tous et de manifestations qui dégénèrent, la droite de la droite devient presque révolutionnaire elle-même. Les mecs prennent leur pied à assiéger l’Assemblée Nationale…

Il n’empêche qu’on est en République, avec un corps électoral qui est comme il est. La France est un pays majoritairement à droite, le résultat des premiers tours des élections le montre : les candidats qui se revendiquent de gauche ne font pas 50%. Mais la gauche gagne, et pas seulement les Présidentielles parce que les Français ne veulent pas d’une droite radicale, pas plus qu’ils ne voudraient d’une gauche radicale. Le tout est parfaitement logique. Par définition ou presque, la moitié des Français sont à droite et l’autre moitié à gauche. Précisément. 50/50. Une question de géométrie ou presque.

Il ne faut pas se faire une définition de la droite par rapport à ce que l’on voudrait qu’elle soit mais par rapport à une réalité.

Dans l’extrait du billet de Jacques Etienne que je cite, il y a : « La « Droite modérée » étant à peine plus libérale en matière économique que la gauche du même nom, au niveau idéologique on se demande ce qui  les sépare. » Il devrait étudier le projet du Front National. Extrait : « L’UMP et plus encore le PS, nous parlent régulièrement des services publics, qu’ils prétendent vouloir protéger. Ces deux partis, successivement au pouvoir ces dernières décennies, ont pourtant porté un coup très grave aux services publics français à travers deux mouvements qui se poursuivent aujourd’hui : en soutenant « la concurrence libre et non faussée » et donc la libéralisation des services publics, conséquence des Traités européens et des directives qui en découlent ; en privatisant les entreprises de service public dans tous les secteurs. Il faut noter que les gouvernements de gauche ont autant contribué à ce double mouvement de libéralisation et de privatisation que les gouvernements de droite (le gouvernement Jospin a ainsi privatisé Air France, France Télécom, et des autoroutes). »

En matière économique, le Front National a une communication visant à taper sur le libéralisme. Tous les partisans de Marine Le Pen qui trainent sur le web, qu’ils soient mes potes réactionnaires ou leurs commentateurs (je ne connais pas les autres) qui défendent le libéralisme sont presque incohérents.

Je vais terminer par répondre à Jacques Etienne (enfin !), quand il dit : « Ce voyant, la gauche la bichonne : elle flatte son sens de la mesure, son attitude raisonnable et en cas d’alternance, elle ne voit qu’elle pour lui succéder. »

Non, Jacques Etienne, on ne la bichonne par pour ça… On ne la bichonne pas, d’ailleurs.

Pour ma part, je souhaite que Jean-François Copé arrive à convaincre les sympathisants de droite qu’il serait le meilleur candidat sur la meilleure ligne politique. Je souhaite qu’il se « droitise » encore plus : c’est encore le meilleur moyen pour que la gauche gagne !

20 commentaires:

  1. Tu parles à un "extrémiste modéré", aussi...

    RépondreSupprimer
  2. C'est quoi "oraison jaculatoire" ? C'est genre un truc sale ?

    J'dis ça parce que je l'ai vu sur le site catho dont tu parle au début. (en haut à droite)

    RépondreSupprimer
  3. Occupe toi de ta vraie gauche...

    Et ne donne pas trop de lumières à ceux qui ont fait perdre la droite aux dernières élections, et qui vous ont permis de prendre le pouvoir (vilain garçon ^__^).

    RépondreSupprimer
  4. «
    La politique est facile en France. Si vous êtes de la "vraie gauche", vous pensez que le PS et l'UMP veulent la même politique. Si vous êtes énervés, vous dites en plus que c'est la même politique que le FN. Si vous êtes de la gauche modérée, comme moi, vous pensez que la moitié droite de l'UMP flirte avec le FN et que ce dernier a un programme économique qui flirte avec celui du Front de Gauche. Si vous êtes de la droite modérée, vous pensez que le FN et le FDG sont proches. Si vous êtes de la droite de l’UMP, vous pensez que le FDG et le PS sont identiques et veulent tout nationaliser, taxer plus, … Si vous êtes du FN vous pensez que le FDG n’existe pas et vous parlez de l’UMPS. »

    Excellent paragraphe ! Et parfaitement juste, qui plus est. Mais vous ne semblez pas en tirer les conséquences, en tout cas la principale : si tout le monde, depuis quelque temps, peut en toute sincérité accuser son voisin, son adversaire, son ex-allié, etc., de n'être pas réellement ce qu'il prétend être, c'est bien parce que les clivages traditionnels, les lignes de partage anciennes sont en train de se brouiller méchamment. Ce genre d'imbroglio, d'accusations "en miroir" auraient été impensables il y a encore 20 ou 25 ans.

    Je pense que l'Union européenne (droite et gauche françaises votant presque tout le temps ensemble et pareil…) et l'adoption sans état d'âme du capitalisme libéral par Mitterrand y sont pour beaucoup, mais pas seulement : les "démences sociétales" (mariage guignol par exemple, ou droit de vote des étrangers) et les problèmes profonds de la société (immigration, montée de la violence, etc.) ont largement contribué à accélérer le brouillage entre droite et gauche.

    En clair – et ce sera, je pense, de plus en plus le cas –, un même individu, pour peu qu'il soit honnête avec lui-même, peut se voir tantôt dans la peau d'un homme de gauche (sur le plan économique par exemple) et l'heure suivante dans celle d'un homme de droite si la question de l'insécurité vient sur le tapis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Z'avez raison. Les lignes ont bougé dans tous les sens. Je relisais encore le projet du FN pour faire ce billet (ou un autre, peu importe) : il proche du projet du PCF avant 81.

      Il y a eu des éléments avant l'arrivée de Mitterrand, l'IVG, le divorce, ... Toutes ces réformes initiées par Giscard.

      Pour ce qui concerne votre dernier paragraphe, je ne sais pas. Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'à droite comme à gauche, on entretien un rapport spécial avec le libéralisme économique...

      Pour ce qui concerne la sécurité, je ne sais pas. Chevènement et Valls sont bien des hommes de gauche...

      Supprimer
  5. Ma manière de voir les choses est la suivante : il faut un FN fort pour contraindre l'UMP à se radicaliser sur les problèmes sociétaux. Sarkozy a réussi en 2007 à rassembler les droites puis, la victoire acquise il a oublié qui l'avait fait roi. Il l'a payé en 2012 lorsque beaucoup d'électeurs FN se sont abstenus ou ont voté blanc au deuxième tour.

    Si le seul capable de gagner est Fillon, cet insignifiant, il sera élu sans moi parce que gagner les élections pour gagner les élections ne sert à rien. Il ferait peu ou prou la même politique qu'un Hollande ou n'importe quel cochon avec une casquette socialiste.

    Toutefois, dans vos analyses vous oubliez que le choix n'est pas nécessairement entre Copé et Fillon. Un certain N.S. risque d'avoir son mot à dire... Seulement, vous ne pouvez l'inclure dans vos raisonnements car vous ne l'aimez pas vraiment et que vous pensez que les "affaires" l'en empêcheront et même que tout le monde le rejette. Je crains que vous ne vous trompiez sur toute la ligne.

    En fait, j'avais écrit ce billet il y a deux jours, je ne répondais donc à personne. Toutefois, la lecture des billets de vos amis de "droite modérée" me laisse pantois. Je ne parviens pas à comprendre en quoi ils sont de droite. Quand je dis que vous les bichonnez, je ne fais que relever que pour vous leur courant constitue une alternative acceptable à la gauche. Et là-dessus je suis bien d'accord avec vous : ce serait une alternance dans la continuité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre premier paragraphe : à gauche on dit aussi qui faut une aile gauche forte pour pousser le PS à gauche mais je pense que c'est une connerie. Les 75% ont été néfastes et on poussé le Gouvernement dans la merde. Pour 2007, il y a plein d'éléments qui rentrent en jeu. Le Pen était vieillissant et Sarko incarnait l'ordre suite à son passage au Ministère de l'Intérieur mais aussi le dynamisme économique. Après, il n'a pas oublié : il s'est mal encadré et a fait n'importe quoi.

      Deuxième paragraphe (j'essaie de faire une réponse méthodique vu que ce billet vous est dédié !) : Fillon est insignifiant. Il ne ferait pas la même politique qu'Hollande mais vous avez le droit de penser le contraire.

      Troisième paragraphe : pour Sarko, je ne sais pas. De l'eau va couler sous les ponts. Ca mériterait un billet.

      Dernier paragraphe : ce n'est pas une alternative acceptable mais une alternative possible. J'ai la même vision de la République qu'Authueil et FalconHill. Ils ne sont pas bien nombreux... Je pense que FalconHill a une vision "Républicaine" de la droite.

      Supprimer
  6. Ce que je comprends c'est que Jacques Etienne plaque son propre fantasme sur une réalité qu'il imagine. A force de prendre sa vessie pour une lanterne…
    :-)

    [Je n'ai pas lu les commentaires cela dit… :-)].

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, cher Isidore , mais vu qu'à force de prendre ma vessie pour une lanterne je devrais me brûler, j'ai le regret de vous informer que je n'en ressens aucune douleur.

      Supprimer
    2. Marde, c'est pire que ce que je croyais. Va falloir amputer ! :-)

      Supprimer
  7. Faudra que je pense à répondre aux commentaires, ici. Jacques, vous devriez être couché.

    RépondreSupprimer
  8. Désolé d'avoir mis longtemps à répondre...

    RépondreSupprimer
  9. Ton article résume parfaitement la situation. Droite et Gauche ne sont que des positions relatives. En tant que - petit - chef d'entreprise je me fais régulièrement allumer par des entrepreneurs libéraux qui ne comprennent pas que je puisse être à gauche et dans le même temps je suis incendié par des syndicalistes ou des partisans du Front de Gauche qui me voient comme un exploiteur...

    Les gens de Gauche partagent des valeurs communes, principalement autour de la solidarité et de l'égalité. Il faut qu'ils se rassemblent plutôt que de s'entredéchirer. S'ils refusent les compromis (comme par exemple en ce moment sur l'ANI), on sait tous très bien ce qui se passera.

    Une phrase fraichement taguée sur un panneau de ma campagne tourangelle devrait inciter à la réflexion: "PS = la France aux arabes". Voila ce que que pensent nombre de nos compatriotes, et non pas UMP = PS. Qu'on se le dise !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.