25 avril 2013

Le Périph : une erreur ?

35 km. 1,3 millions de véhicules par jour. 35,5 km/h de moyenne. 1/3 des émissions de gaz polluants "intra muros". Aujourd'hui, on fête les 40 ans du boulevard périphérique. Je ne sais pas si on va assister à des scènes de liesse mais ce machin me parait être le symbole des erreurs majeures d'une époque.

Une erreur ? Quelques années après sa mise en service, on commençait à souligner les nuisances et on continue maintenant à tenter de les diminuer. Outre la pollution, le bruit,... le périph forme une gigantesque barrière entre Paris et sa banlieue, une espèce de frontière comme si on voulait empêcher les gens de rentrer. Ce n'est pas qu'une image. Pour aller de chez moi à Paris, je dois traverser : la bretelle de sortie de l'autoroute A6b, celle du périph, celle pour rejoindre l'autoroute, le périph lui-même, la voie d'accès au périph dans l'autre sens ensuite, je dois me taper l'espèce de machin jusqu'à la Porte d'Italie puis la Porte elle-même avec "les Maréchaux" et le tram...

Une erreur ? 40 ou 50 ans après ces travaux pharaoniques pour privilégier les voitures, ces voies sont surchargées et on cherche à rattraper en urgence les retards en matière de transport en commun dans le cadre du projet du Grand Paris, notamment. Toujours dans mon coin, alors que le métro n'est arrivé que dans les années 80, ce ne sont pas moins de deux lignes de transport en commun ferré qu'il faut construire vers le sud et Orly, avec le tramway à partir de Villejuif et le prolongement de la ligne 14. 50 ans après la construction de l'aéroport d'Orly (qui s'est révélé insuffisant puisqu'il a fallu créer Roissy), je ne sais pas s'il y aura enfin une liaison directe en transport en commun sur rail entre Paris et Orly. 

Une erreur ? Il est toujours bouché, non pas parce qu'il y a réellement trop de voitures (il n'est pas bouché sur toute sa longueur) mais parce que les sorties sont bouchées, parce que les carrefours en sortie du périph forment des points d'engorgement. 

Une erreur ? Pas plus que les autres grands chantiers d'aménagement de la région à cette époque. Bossant à la Défense, je parle souvent de cette abomination dans le blog. Entasser des centaines de milliers de personnes dans un même coin, générant des problèmes de transports en commun alors qu'il est évident qu'il aurait fallu installer ces bureaux à toutes les portes de Paris, comme vers chez moi : le métro est plein vers Paris le matin et vide dans l'autre sens. 

J'ai fait beaucoup de billets à propos de la réforme territoriale ce qui m'a amené à me plonger dans tous les machins qui ont provoqué ces erreurs : des schémas directeurs de choses et d'autres. Des années de réflexion…

Une erreur ? Je ne sais pas. Je n’arrive pas à imaginer ce qu’on ferait sans…


10 commentaires:

  1. Vos billets sur l'aménagement du territoire, c'est un peu comme mes billets de critique littéraire : on n'est pas encombré par les commentaires…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Encore que celui d'hier soir est assez "efficace".

      Par contre, au niveau du nombre de lecteurs, c'est dérisoire. Celui d'hier est à 250 alors qu'il devrait être à 4 ou 500.

      Supprimer
  2. L'erreur n'a t'elle pas aussi consister, malgré les beaux discours sur la décentralisation, à continuer à tout centraliser sur paris et sa région, au point de dégueuler complétement, générant problèmes de transports, de logement, de logistique, de sécurité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a eu plein d'erreurs. Tiens ! Je parle souvent du nouvel aéroport de Nantes. On n'en serait pas là si nos ancêtre n'avaient pas développé 14 aéroport en Bretagne alors qu'un à l'est et un ou deux à l'ouest (1 à Brest et 1 entre Quimer et Lorient) suffisent, en gros.

      Du coup, aucun n'a une taille critique pour avoir des relations avec l'Europe et les entreprises sont obligées de s'installer à Paris.

      Supprimer
  3. Ce ne peut être une erreur sinon on aurait eu toutes ces voitures traversant Paris et la moyenne horaire aurait été bien inférieur à 35km/h.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on avait investi en transport en commun les gens n'auraient pas pris l'habitude de venir en voiture.

      Supprimer
  4. Sans perif? Imaginez les Maréchaux avec le tram et la circulation du perif...
    Maintenant il n'y a plus de voie Rive Gauche et tous le monde se retrouve à l’arrêt en polluant sur les quais.
    Stratégie d’excéder les automobilistes pour qu'ils prennent les transports en commun, et quoi , pour se retrouver comme des sardines dans le métro et RER?
    Ou alors solution londonienne. Pas de perif et on fait raquer un max les automobilistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et non. Les gens auraient pris l'habitude de ne pas prendre leurs voitures.

      Supprimer
  5. Étrange aussi cette partie sud du périphérique qui n'a que 2 voies pendant quelques centaines de mètres, cela n'arrange pas les choses.
    Ceci dit la crise a du bon, les bouchons ont diminué de 12% sur la RP.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.